040124 7 min

school

Parce que l'autorité s'obtient par la légitimité,
et que les enfants ne sont plus dupes des problèmes psychologiques des adultes,
les chemins de la civilisation et de l'école se sont écartés l'un de l'autre.

Voici quelques questions qu'on se pose

Comment motiver et faire travailler efficacement les élèves ?
Les enfants travaillent-ils, trop ou pas assez?

La société séduit et complait les enfants dans un confort psychologique immérité. Peu à peu des défenses pschologiques se fabriquent et ne laissent l'enfant assimiler ou aprécier que ce qui est impréssionnant, captivant, choquant.

Les bribes d'informations sont transférées aux enfants et le controle permet de vérifier si la mémorisation est bonne.

Mais ce à quoi sert cette mémorisation est nul, puisqu'aucune construction ne sera déduite, puisque l'histoire est écrite. Ne serait-il pas plus astucieux de faire deviner ce qui allait se produire, s'il s'agit d'enseigner l'histoire par exemple ? En présentant le contexte, des faits historiques, l'enfant saura déduire comment et pourquoi les choses se sont passées ainsi. N'est-ce pas l'intéret de l'histoire ?

Un tel travail demande moins de temps et plus de concentration que le protocole "copier-coller".

Il existe des exercices où on dicte à l'enfant un fonctionnement, et il doit le reproduire, le déduire schématiquement.
Le controle de connaissance ne serait qu'un test sans enjeu réel, à titre valeureux, seul le travail fournit par tous permet de faire avancer l'année scolaire. Ce travail doit etre inédependat et collectif ; ce qui suppose une organisation et une préhension différente du travail (comment ne pas copier sur le voisin ? obliger à ne pas parler à à rendre son rapport sur son ordinateur personnel ?)

L'enseignement actuel est-il adapté au monde du travail et doit-il l'être?

Le monde du travail est sujet à des évolutions peu prévisibles 30 ans à l'avance.
Ce qui fait les compétences d'un individu et sa performance, tient autant à lui-même (intelligence personnelle, qui n'a pas à etre discréminatoire par rapport aux autres) qu'à sa structure mentale et sa capacité à traiter l'information, comprendre, connaitre ses erreurs, et continuer d'évoluer.

Ainsi il est déraisonnable de se calibrer sur les requetes des multinationales ou des professions, si souvent celles-ci sont issues de la pratique, et que le modèle qu'elles constituent n'est pas attiré par un idéal fonctionnel.
Ce qui est fonctionnel, est que l'individu soit performant, et ait son propre regard analytique.
Les métiers pratiques nécessitent un apprentissage, qui n'est pas inutile à tous, puisqu'il consiste à savoir utiliser ses mains et des outils, et son imagination.
Il s'agit donc plutot d'enseigner l'habileté, plutot que de la cloitrer à une spécialisation hébétée.

Les gens, adultes, sont d'autant plus libre de choisir leur voie.

Le problème du système scolaire ne serait-il pas celui des horaires? ?

Le rythme scolaire doit s'adapter sur la physiologie et les capacités moyennes de chacun.
Il est ahurissant de rester assis sur une chaise 2 fois 3 heures, les élèves en sortent nécessairement avec un mal de crane.
De même qu'il l'est de pratiquer un sport de manière aléatoire, sans régularité ni assouplissement.

La fonction assouplissement et étirements doit etre un exercice quotidien chez les petits, et rendu possible après aussi (question de mentalité qui évolue).

La concentration ne peut s'exercer avec toute sa force que durant 2 heures par jours ;
il faudrait aménager la journée autour de cs deux heures, en faisant varier l'intensité éducative au fil de la journée ; afin de donner du relief.
Et que ces deux heures soient profitables, car préparées.

Enfin, la journée scolaire doit etre une bulle assez fermée pour ne pas s'immiscer dans la vie externe de l'élève (avec sa famille). Les devoirs emportés à la maison sont comme un mauvais souvenir ; comme si la journée n'était pas suffissante.
Comme si le seul vrai moment où l'élève comment à s'interroger sur son problème de math est celui-là ;
Comme si la psychologie ne souffrait pas de ne pas voir sa journée se prolonger de cette manière, là où il y aurait de la place pour le sentiment d'avoir passé une bonne journée, avant de passer à autre chose..

A quelle conditions le redoublement peut-il être efficace?

Le redoublement n'est pas souvent le fait d'une déficience d'intelligence, mais d'une désafection, d'un désintérêt.

La question du redoublement fait voir : "à quel moment l'enfant a-t-il décroché ?"
Devrait-il etre possible de laisser un enfant sur le coté et ne pas s'en rendre compte ?

Ceci nait progressivement et remonter au fondements de cette "dérive" (qui n'en est pas une, puisqu'elle est due à la civilisation tout entiere dont le chemin s'écarte des modèles scolaires arbitraires et assénants).
Il est alors question de se demander ce que représente l'école pour l'enfant, ce que ce redoublement signifie pour lui, comment il l'a vu venir, comment
il se considère lui-même, et enfin, qu'est-ce que cela veut signaler que le language ne semble pas pouvoir exprimer ?

Trois priorités pour l?École

1 Réaménager l'emploi du temps et obtenir un rythme régulier mais pas monotone
2 Inviter l'élève à la découverte par lui même plutot que lui asséner les informations ; faire en sorte qu'il ait besoin de les trouver.
3 Faire du lieu de vie quotidienne des enfants un lieu aimable et rassurant, intime et collectif à la fois ;
- distinguer différentes salles : lieu des cours, lieu de la recherche d'information, lieux pour le dialogue, lieux pour la détente, accès informatique, forum

==

la table de conciliation

le développement psycho-émotionnel d'une personne (épanouissement) est à la fois le facteur premier d'une bonne prédisposition à l'étude ; et à la fois la finalité d'une construction psychologique qui est le fait de son éducation, et de son environnement.

Cette éducation, contrairement à ce qui subsiste dans les esprits comme l'image du fumeur de marlboro, ne peut se faire toute seule.
Elle nécessite la présence de parents attentionnés, précautionneux, et encourageants dans l'apprentissage.

si dans un versant des parents peuvent accuser les professeur de leur enseigner (inconsciemment) des schémas mentaux périmés ou nuisibles, vous, sans jamais vraiment le formuler, apercevez sans doute des parents dont vous doutez des compétences pédagogiques. Parfois, ils ont l'honnêteté d'en douter eux-mêmes, parfois non.

L'enfant est sous la pression de ce qu'on demande de lui, à la fois fidèle aux instructions qui le relient à sa famille, et à ce que la société attend de lui.
Il se crée des tensions entre professeurs, parents, enfants, et les enfants entre eux également.

nombreux sont les cas où les problèmes peuvent se résoudre pour peu qu'il existe une structure de rencontre à l'interieur des locaux, destinée à simuler ce qui arrive dans la vie de tous les jours, c'est à dire de permettre une entente amiable.

Dans tous les cas de figure on laisse les gens trancher entre eux leur propres problèmes, laissant libre court à des inégalités ou des injustices, selon "la loi du plus fort" (ex:. relations de soumission non fonctionnelle dans une hiérarchie).
Les maternelles, mal surveillées, laissent les enfants s'adonner à ce sport présent dans l'ADN sans vraiment de discipline sociale commune.

Le rôle d'une institution scolaire est précisément de constituer des citoyens, à-mêmes de moduler leur attentes et actions, en fonction d'un "regard invisible" qui modèle leur comportement.
C'est à dire que les élèves passant leur vie diurne dans l'établissement scolaire, les problèmes des uns et des autres doivent, lorsqu'une solution doit etre tranchée ou un entendement trouvé, pouvoir se résoudre par le biais d'un protocole prévu à cet effet ;

Vous pourriez objecter que seuls les problèmes internes devraient alors y etre résolus,
ou encore que cette structure extraordinaire, bien qu'en accord avec votre enseignement, n'est pas sujet d'une bonne prédisposition dans les établissements non privés, qui sont plutot perçus comme des lieux publics impersonnels (des bahuts).

Mais vous ne pouvez nier que le premier reflex qui doit être enseigné à chacun est la capacité de conciliation de discussion, meme s'il ne faut pas 3 minutes pour résoudre un problème, au moins, déjà, avoir inclus en tant qu'enseignement cette notion est primordial dans une société humaine.