040322 15 min

psypolitic

Imagine comme pour une seule personne ce que la politique de notre pays peut signifier en terme de psychisme.

Le récurrence de l'interrogation populaire ramène à une auto-interrogation systemique, non pas de maniere réguliere dans le temps, mais de maniere reguliere face à une réponse à apporter. Parmi les multiples niveaux qui conforment l'action de cet homme-boudin, cette interrogation est finale dans le processus de reflexion.

Le subconscient, lui, sera ramené aux evenements (historiques) et à leur signification, c'est à dire qu'ils se consolident ou se mutent avec le temps. Et son conscient sera la tete du pays, son gouvernement (qui dirige les comportements comme une main dans une riviere).

Les elections presidentielles du 21 avril 2002 ont laissé la stupeur remplacer l'apparent calme qui était prédit. C'est à dire qu'une énorme contradiction est apparue, lorsque le FN et chirac se sont retrouvés face à face. En effet les deux etant "la droite", on peut s'imaginer un brutal déséquilibre si une contradiction apparait de ce meme coté.

ainsi la "conscience" s'est trouvée dans la nécessité (se faire violence) de signifier le rejet de cette situation. Ainsi chirac a reçu 80% des suffrages, ce qui n'est pas beaucoup quand meme.

Pourtant, l'opération ayant réussie, la question initiale n'était pas résolue puisqu'il ne s'est agit uniquement de se trouver confronté à une impossibilité, qui a été rejetée, ce qui a ramené à la situation initiale (retour à la case départ).

Alors le pere chirac s'est autosatisfait de ce résultat comme un boxeur l'est s'il doit se défendre d'une attaque d'un homme frele, imbu du sentiment de superiorité.

C'est alors qu'il a oublié que cette situation provenait d'un échec, et qu'il a au contraire cru que cette réussite provenait des elements en cours de traitement dans l'opération psychique qui a échouée, qui lui semblent désomais accrédités (sans réelle raison). Dans les faits chirac a cru en son discours qui avait pour fonction de gagner les elections, alors qu'il les a gagné par défaut, par soucis de protection du fondement de "tout" (du psychisme lui-meme - des Droits et Libertés de chacun dans la société).

Suite à quoi le comportement (ici l'homme boudin symbolique se rapporte maintenant au gouvernement en place et non à la société - alors que dans le premier usage de cette parabole le gouvernement n'était que la conscience reposant sur le subconscient constitué par l'activité du peuple) est contrarié intérieurement.

Le gouvernement (les vrais gens qui y travaillent) sont embrigadés dans cet "esprit" qui est celui d'un sportif qui a remporté un match aidé par des stimulants illégaux. Ceci étant central dans le subconscient collectif, il apparait sans difficulté si "pour de vrai" des sportifs font ça, cela parait névralgique et est accusé très violemment par les memes personnes qui sont sous l'egide de cet état d'esprit (sans réelle conscience).

Il en va de même pour le voile islamique, qui dissimule sous un voile psychologique la perception que les informations ancrées dans notre mémoire rapportent à l'observation de cette pratique. C'est à dire que non capables de se rendre compte de sa propre activité, le cerveau voit en revanche comme surélevé et suréclairé les faits qui signifie son propre problème, mais sans jamais toucher le centre de "ce qui énerve" dans cette observation, puisque l'observation est fabriquée avec ça, ou depuis cet endroit (depuis ça).

d'ailleurs, minipsychanalyse, depuis "ça", l'affaire du voile est devenue nevralgique, et le gouvernement se targue de voir plus clairement ce qui n'était pas mit en évidence par le precedent gouvernement de gauche, objet de toutes les critiques en guise de préambule à n'importe quelle déclaration. Exemple de mauvaise foi refoulée et donc non admise et toujours présente de maniere sous jacente.

Alors donc le gouvernement est comme un homme qui est félicité sans raison, et c'est ce qui va, comme une emprunte dans un moule d'argile, configurer sa maniere de procéder. En effet c'est une sorte de contraire qui opere, c'est à dire que "vous avez triché !" deviendra le maitre mot de ses accusations, les accusation faites ont la force de celles qui devraient leur etre faites, etc...

Dans la pratique il applique le programme qui était établit avant les evenements décisifs de l'élection présidentielle, et dans les faits le discours est "avec le bordel que vous nous avez laissé... on essaye de sauver la barque !" Tous les traits agressifs proviennent du meme marquage psychologique initial, autant les agressions que les denigrements, que les raillements, ou que l'autosatisfaction (motivée par ce qui est vu, mais provenant en fait de ce qui constitue la vision).

*

Puis voila les elections régionales,

(l'homme boudin, la conscience se refocalise sur gouvernement = conscience, et peuple = subconscient)

A l'echelle historique le peuple a placé la droite au gouvernement, c'est à dire dans le psychisme un état d'esprit, et la gauche à proximité, c'est à dire : message à la droite : "on ne veut pas voir vos tetes pour autant").

Dans les faits le gouvernement a agit comme un bulldozer et a martelé avec fracas des necessités de plus en plus contraignantes, soumises à un fonctionnement plus global dont tout le monde se doute qu'il ne fonctionne pas bien, puisqu'aucun effort n'est recompensé, et qu'aucune evolution ne devient envisageable.

De plus la traditionnelle lenteur d'évolution a pu assister au soudain revirement de l'espagne vers la gauche, a-t-elle été manipulée et à quel niveau ? on ne le sait pas mais le peuple a réagi, lui aussi, comme un seul homme.

Cela a servit d'exemple pour incider sur les choix individuels.

Globalement, les elections regionales ont donné 1/3 des voies à la gauche, 1/3 de moins de ce tiers à la droite, et un tiers de moins ce deuxieme tiers à l'extreme droite, le reste étant répartit entre les partis suivants.

La reponse systemique signifiée par l'élection fait suite directement à la précédente, comme une autointerrogation de regret (utilisant le meme processus) consécutive à la victoire imméritée.

Pour symboliser la difference d'echelle entre ces deux elections, simplement on constate la position nationale de la premiere, et la position regionale de la seconde.

Et exactement de la meme maniere, la reponse comportementale de la premiere election nationale s'est rapportée non pas au peuple tout entier, mais au gouvernement, c'est pourquoi il fallait faire sauter le cadre de l'observation d'une dimension pour expliciter le continu des événements.

Et par replique (comme une fractale) le discours des gens du gouvernement était parfaitement symbiotique et dirigé vers le comportement hypocrite du mauvais perdant inversé, c'est à dire qu'il se défend par avance de mal perdre, notamment en prenant une position salvatrice et hautaine.

Nan le plus amusant c'est de voir les gens parler et croire qu'on va les croire.

Sans vouloir en remettre des couches sur ce comportement défensif et nerveux, qui se retrouve dans les choix politiques aussi, et s'appuie sur la pression mondiale qui s'alimente de ce fonctionnement, il n'a manqué à personne (j'espere !) comme le discours du gouvernement s'était imprégné de rigueur sécuritaire, masculine et sans trop d'état d'âme ni encore mois de soucis du détail ou de la remise en cause. Ils agissent comme s'ils avaient trouvé le bon filon... et qu'il fallat les suivre, et qu'ils devaient chauffer la salle pour y arriver.

Imagine un showman voulant absolument obtenir des applaudissements et etant omnibulé par cette fixation.... c'est l'anéantissement assuré n'est-ce pas ? meme si on a les bonnes formules !

Par la meme fractalisation, (on reprend le meme principe et on l'applique au fonctionnement d'une partie) le comportement sociétaire lors de l'election nationale signifiait un déséquilibre qui a nuit à l'interrogation initiale, et alors donc... le comportement du gouvernement lors des elections regionales s'est appuyé sur un déséquilibre interne (appliquer la methode apprise pour donner du poids) pour combatre vaillament pour sa survie.

Cela se traduit par ce qui n'a echappé à personne (j'espere), c'est la division entre les deux droites pendant les palabres télévisées pré-electorales, où des marionnettes s'agitaient l'une face à l'autre, se renvoyant comme des repliques sans reel rapport logique ce que le gouvernement prévoit de faire (le gouvernement c'est ces 2 partis qui s'affrontent), et étant très d'accord pour symbiotiquement et d'une seule voix rejeter la gauche ou les autres idées trop longues à analyser. Le public d'enfants voir parmi divers camps au moins 2 qui ont l'air d'accord mais divisé, selon toute vraissemblance la vérité appartiendra donc à l'un d'eux (perception psychique, illusion, manipulation mentale).

Mais comme on a vu ça n'a pas marché, l'extreme droite récupérant tous ceux qui optent plus ou moins pour l'idée selon laquelle il vaudrait mieux tout raser et tout refaire (avec les "bonnes vieilles methodes" et sans conscience que le temps les a rendues invalides) mais sans plus de conscience du contenu de cette volonté... mais en toute bonne foi ! (eux aussi)

*

Alors à quel moment apparait le dysfonctionnement initial dont on peut voir commet il se réplique et se figurer comment il s'amplifie vers l'entropie et le danger (principe du mensonge en amenant un autre).

Il faur s'arreter au terme "manipulation" car cette activité qui accule à se sortir d'une contradiction en renvoyant vers une posture utile à un fonctionnement plus global, est présente aussi bien en tactique de l'activité humaine qu'en persuasion des idées qui permettent ces tactiques, persuasion qui provient d'une confusion mentale qui est le fait d'une meme "obligation", en psychisme ça se traduit pas la conviction.

Aussi forte (intelligente) sera la manipulation psychique du cerveau humain, ausi forte sera sa conviction. De là, le subconscient "aidera" la persuasion avec les memes methodes inconnues manupilantes. Cet état d'esprit, on a vu qu'il provient à son tour de l'environnement événementiel (mauvais perdant refoulé). On a vu que la politique a usé de la confusion pour "croire" en ses promesses electorales, alors qu'il est (bizarrement) de coutume de ne pas les tenir.

Intéressant, "consciemment", la vigueur que signifiait 80% aux elections nationales, (a été utilisée à contresens) s'est retrouvée dans la conviction et la force de l'action gouvernementale, dont elle s'est servie pour appliquer ce qui est appelé aujourd'hui un démontage en règle des piliers de la paix et de la stabilité sociale.

On peut voir comme ce processus est global et comme des courants de cause à effet ont lieu entre les divers cadres d'observation (nation, gouvernement, individus), dans les deux sens.

Et comme ce processus semble intelligent, ce qui en soit est logique, il surpasse toutes les consciences humaines, car il provient de son activité.

Pour chercher la cause d'un tel dysfonctinnement psychique, dont on est conscient que lorsqu'un résultat erroné apparait malgré un déroulement logique et souvent défensif, il convient de s'interroger sincerment et de ne dissimuler aucune prise de conscience.

Pour ça je suis conscient que cette effet d'automanipulation poplaire provient d'une fonctionnalité ou d'une contre réaction.

Il ne faut pas non plus etre miro pour constater que le systeme économique et social actuel (capitalisme) ne fonctionne pas et ne pourra jamais fonctionner étant donner que tout le monde travaille autant qu'il peut, mais que ça ne change rien aux perspectives d'avenir qui semblent se réduire.

Et si cette activité remontante était comme un avertissement, provenant d'une plus grande échelle encore (l'echelle mondiale, la conscience de Gaïa), qui n'a pas la possibilité de se conformer à ces nouveaux développements de la société et dont elle pressent le danger que cela représente pour elle.

Ce qu'elle voit, ce qu'elle sait d'elle même, c'est qu'une partie d'elle est bien plus évoluée (sa capacité à conscientiser, à solutionner, à harmoniser à qu'une autre partie d'elle qui consiste à se soucier de son apparence, à subir une pression, ou a attacher une importance disproportionnée à une chose.

(je la refais)

Ce qu'elle voit, ce qu'elle sait d'elle-meme, c'est qu'une partie d'elle possede une évolution que l'autre partie ne possede pas et vice-versa, et que ces deux morceaux ne s'emboitent pas, ne s'harmonisent pas, ne peuvent profiter l'un l'autre de ses qualités pour supplanter ses défauts.

De l'activité humaine se dégage les pollutions nauséabondes que Gaïa perçoit. là aussi on est loin de connaitre le fonctionnement de cette réaction (rechauffement, refroidessement de la planete ?) et donc on est encore moins capables de relationner l'influence de l'activité humaine (et encore pire pour relationner à son psychisme).

Pourtant j'observe que ces variations climatiques sur lesquelles personne n'est d'accord, signalent un déplacement simultané vers les extremes, c'est à dire que ce sont les variations de températures qui seront plus marquées, et non la moyenne globale. Mais quand meme la prediction d'un refroidissement a fait prendre conscience de la secheresse que ça accompagne, ce qui fait comprendre l'avancée accélérée du désert, ce qui laisse supposer ce qui arriverait si au contraire les glaces venaient à fondre (innondations, deluges).

Un non constat erroné n'aurait pas éveillé une simple vérité. en revenant à la réalité (pas de changement dans la moyenne mais extremisation, amplification des variations) change à son tour l'analyse qui voulait etre faite, en lui apportant une nouvelle façon d'analyser.

(que ces variations climatiques, fin de la phrase) ressemblent à la polarisation politique humaine, une vers l'entetement capitaliste dans un systeme qui produit et se nourrit d'un confort superficiel et non partagé (fantasmagorie) et une vers la fondamentalisation qui consiste pour etre vertical à revenir au noeud précédent historique à partir duquel les choses ont dérivées maladroitement.

On retrouve la meme contrariété, puisque ce qu'a apporté l'évolution comporte des notions qui ne peuvent plus etre remises en cause (confusément le confort et la Liberté) va combattre contre un retour aux sources où la rigidité morale doit rendre abstraits les actuels développements.

Mais quand même, la Science est à la rescousse, et a fortiori la psychologie et encore mieux l'autocritique. De là comme le choc de deux ondes qui se superposent, la solution pour ne pas etre contraint de se faire manipuler par les événements et de se retrouver etouffé dans la contrainte, la nécessité, revient à reconfigurer une nouvelle perception à partir de cette science.

Il est question de variations et non de moyennes, de relativité "au cadre" (je rajoute ça à Einstein) et donc de reconsidérer l'opération en cours, c'est à dire le flux continu que l'histoire prévoit.

Peut etre que Gaïa est consciente qu'elle se dirige vers une mauvaise pente, qu'elle le voit et qu'elle ressent ces craintes avec force.

Des fois je me figure qu'à force de comparer ses opérations mentales avec ce que la réalité produit sur elle, elle cible les voies par lesquelles elle peut optimiser le transport de message qui lui semble devoir transmettre les developpements importants. Mais son expression dans la société n'est pas une voix qui vient du ciel, plutot la symbolique de l'activité humaine, et je crois à force d'expérience, certains rassemblements publiques sont localisés et utilisés. Imagine qu'elle sait, au-delà du temps, l'effet produit par un de ses mécanismes. Si elle le veut, elle "dirige" l'inspiration d'une émission télévisée, en provoquant meme les evenements et les circonstances qui la font naître. Je crois meme parfois qu'elle peut tout aussi bien eclairer un esprit bon médium afin de parler à travers lui, utilisant les images et pouvoirs de convictions de cette personne.

(j'ai eu du mal à me mettre à sa place!)

Mais ce qu'elle renvoie n'a rien de créé, ce n'est qu'un usage nouveau de ce qui existe. Elle constate des problemes de mesure, ce qui se repercutent par des doutes latents dans l'esprit des gens. Elle utilise la manipulation pour agir, mais les cadres de dimension inferieurs le font aussi en etant l'outil d'une activité entropique née d'une confusion ou d'une imprecision qui fait son mal. Et si la solution a renvoyer était justement le soucis du futur ?

Comment les hommes voient-ils le futur ?

et celui d'après ?

Et encore mieux, si elle révélait la technique de la manipulation, à la fois comme un aveu inavouable, mais aussi comme la seule solution pour savoir comment construire ce futur ?

Les hommes seraient biens surpris, à tour de role emerveillés puis enragés, de decouvrir la vérité. Mais cette alternance est un fait plus global qui appartient à la logique des cadres. Dans mon instinct passer d'un cadre à l'autre inverse l'usage des propriétés precedentes.

Ce qui va arriver ressemble à un mal pour un bien, et pourtant à l'inverse c'est avant ce grand changement dans l'axe historique de toute la société humaine, qu'apparait la "fractalisation" de cet effort futur. Si on se place du coté du mal, cela signifiera qu'il est en train de manipuler les evenements pour, par avance, contrecarrer le crédit du principe de "un mal pour un bien", etant donné qu'il est utilisé en société, mais que ce mal n'est pas partagé par tous, seulement confiné aux sacrifiés du non questionnement.

Les choses peuvent etre Yin et Yang, et moi je crois que Gaïa tirera "son parti" de tout ça,

meme si des fois elle tremble de peur.