21/04/2008 2 min #16363

Au cas par cas

Au cas où personne ne l'aurait remarqué le "cas par cas" est un concept qui revient souvent. Diviser pour mieux régner, désolidariser, étanchéifier les compartiments, que personne ne sache combien l'autre a réussi à obtenir.

A chaque fois que la situation exige que la démocratie soit mise de côté, on fait prévaloir un sentiment de justice qui serait défini par le "cas par cas".

C'est la nouvelle tendance qui s'affiche.

En réalité, il faudrait qu'il en soit ainsi, que celui qui a plus de moyens, paye plus cher son amende, que celui qui commet un crime en étant cruel, soit plus puni que celui qui commet ce même crime dans un simple et banal accès de colère, que celui qui a menti à des millions de gens, ne soit pas traité comme s'il n'avait fait qu'un petit mensonge d'accommodement, etc etc.

Que le contexte puisse être pris en compte, ah oui voilà plus de justice, comme ça peut-être qu'on mettrait aussi en taule, avec les délinquants de la rue, tous ceux qui ont imprimé la haine dans leur coeur juvénile, tout ceux qui les auront rabaissé, exploité, humilié, si ce n'est même empêché d'évoluer.

Mais non, ça ne marche pas comme ça, et pourtant on arrive à vous faire rêver que c'est le cas, tout en appliquant ce concept aux seuls endroits où ça permet d'obtenir encore plus d'injustice.

La loi sur les "class actions" n'étant pas passée, on ne peut pas porter plainte collectivement mais seulement individuellement, contre des institutions ou des entreprises malveillantes. PArmi lesquelles certaines s'autorisent à prélver sur vos compte les commes d'argent dont elles ont besoin.

Et quand il s'agit de grévistes, de dédommagements, ou de n'importe quelle négociation, alors là tout de suite surgit le concept du "cas pas cas". Ce fameux concept qui permet de se montrer toujours plus tâtillon, vendeur de tapis, négociant en drogues, et en fin de compte, dans la peau de celui qui n'admet jamais aucun de ses torts.

 commentaire