Harcèlement sioniste nocturne à Gaza / Poursuite de la purification ethnique dans le Nakab / Négligence médicale dans les prisons de l'occupation et mort de Fares Barud

14-02-2019 ism-france.org 4 min #152143

Par Centre d'information sur la résistance en Palestine
13.02.2019 - L'unité du harcèlement nocturne dans la bande de Gaza reprend du service. Les sionistes n'ont pas respecté l'accalmie qu'ils avaient acceptée par l'intermédiaire égyptien et onusien. Ils ont continué à tirer sur les manifestants des marches du retour, et notamment sur les enfants, parce qu'ils sont criminels et veulent empêcher la poursuite des marches du retour, qui sont pacifiques (sans armes) par la force de leurs armes.

Après trois mois de mise à l'essai de l'entité coloniale sioniste, les Palestiniens, et notamment les jeunes, ont décidé de reprendre le harcèlement nocturne des colonies situées aux abords de Gaza. Après l'assassinat récent des jeunes, la population réclame à la résistance de riposter. En attendant la riposte militaire, les marches du retour se poursuivent, aux abords de la bande de Gaza, les vendredis sur le front est et les mardis sur le front nord, pour réclamer la levée du blocus.

Les marches du retour suscitent les divisions au sein de l'équipe militaro-politique de l'entité coloniale et malgré la crise humanitaire vécue par la population à Gaza, due au blocus sioniste et aux sanctions de Mahmud Abbas, la population refuse de baisser le bras et annonce que les marches du retour ne s'arrêteront qu'après la réalisation de leurs objectifs.

10.02.2019 - L'entité coloniale sioniste poursuit la démolition des maisons dans les villes, villages et régions de la Palestine occupée en 48. C'est la poursuite de la Nakba Palestinienne envers les Palestiniens restés dans leur pays occupé et sur leurs terres confisquées. A Qalanswa et dans le village al-Araqib dans le Naqab qui a été démoli pour la 140ème fois, la population proteste contre le processus de "purification ethnique" en cours.

Les sionistes ayant décidé de faire de la Palestine un "Etat juif" pour les "Juifs", les Palestiniens de 48 sont menacés, mais la communauté internationale a décidé qu'il s'agirait d'un problème interne entre l'entité coloniale et sa "minorité arabe". Il ne s'agit pas d'apartheid, mais de purification ethnique, semblable à ce qu'ont vécu les nations amérindiennes dans ce qui est devenu les Etats-Unis.

06.02.2019 - L'entité coloniale sioniste exécute les prisonniers palestiniens.
Farès Barud, Palestinien de Gaza, 51 ans, vient de décéder dans la prison de Ramon, par suite de la négligence médicale. Les autorités carcérales sionistes ont refusé de le soigner depuis plusieurs années. Le martyr Farès Barud était condamné à la perpétuité, ayant mené une opération de résistance et tué un colon.

Farès Barud n'est pas le premier prisonnier à être sciemment assassiné par l'occupant colonial. Arrêté en 1991, il devait faire partie de la troisième vague de libération en 2013, mais que les sionistes ont arrêtée. La négligence médicale est une constante de la politique sioniste, et les nouvelles mesures adoptées par l'occupant contre les prisonniers risquent de transformer encore plus les prisons en espaces de mort lente et rapide. C'est ce qu'a d'ailleurs déclaré sheikh Khodr Adnane, ancien prisonnier libéré, qui a accusé les autorités coloniales d'exécution du plus ancien prisonniers de la bande de Gaza. Le décès de Farès Barud a suscité une forte tension et colère parmi les prisonniers, leurs proches et dans les milieux palestiniens, qui s'attendent à un rebondissement de la lutte des prisonniers.

Source :  CIREPAL

 ism-france.org

 Proposer une solution