Les guerres modernes de « démocratisation » percées à jour - « Plus jamais ...

12-02-2019 reseauinternational.net 36 min #152068

Quand en 2011 treize membres de sa famille ont été tués lors d’une attaque intentionnelle de l’OTAN contre sa maison en Libye, Khaled al-Hamedi président de l’OPCR, a demandé à l’OTAN de rendre compte de ce crime de guerre. L’OTAN, par contre, s’est référée à la Convention d’Ottawa de 1951, qui garantit l’immunité pour l’alliance militaire et le jugement a donné raison à l’OTAN… pour combien de temps encore ?

Depuis la Seconde Guerre Mndiale jusqu’à aujourd’hui, d’innombrables guerres et crimes de guerre ont eu lieu. La plupart d’entre eux ont été initiés et dirigés par le gouvernement américain et l’OTAN. Le prétexte de l’intervention militaire était toujours le même : le peuple d’un pays devait être libéré d’un « dictateur brutal » ou d’un « système de gouvernement antidémocratique ». La prétendue démocratie et la liberté, basées sur le peuple et pour le bénéfice du peuple – comme on l’a prétendu – devaient être introduites. Des guerres ont été déclenchées et des pays bombardés au nom de la démocratie et de la liberté.

Il existe un moyen simple de déterminer si même une seule de ces guerres qui ont été menées sous le couvert de la démocratisation, était justifiée : c’est de comparer la situation du pays touché par la guerre avant et après la guerre. Si la guerre et la soi-disant démocratisation étaient vraiment pour le bien du peuple, les conditions de vie dans le pays après la guerre devraient être bien meilleures qu’avant la guerre. En d’autres termes, les conditions de vie dans le pays ne devraient pas être pires APRÈS la guerre qu’elles ne l’étaient AVANT, du temps du prétendu dictateur – sinon une guerre doit être condamnée comme contraire au droit international.

Mais jugez par vous-même sur la base des quatre exemples suivants, qui sont représentatifs de toutes les autres guerres dites de démocratisation : La mission militaire internationale en Libye en 2011.

L’opération militaire internationale en Lybie 2011

AVANT – La Libye sous Kadhafi : la Libye les revenus par habitant étaient parmi les plus élevés du continent africain. Une partie des ventes de pétrole libyen a été (était) créditée directement sur les comptes des citoyens libyens. Il n’y avait pratiquement pas d’impôts, même les entreprises n’étaient que très peu taxées. Avoir un logement était considéré comme un droit de l’homme, tous les nouveaux mariés recevaient de l’Etat libyen l’équivalent de 45 000 €. L’électricité, les traitements médicaux et l’éducation étaient gratuits. Avant Kadhafi, seulement 25 % des Libyens savaient lire, après lui, 83 %. Kadhafi a permis aux femmes de s’émanciper dans les années 1970. Aucun vêtement spécial n’est requis et toutes les femmes avaient accès à des cours de formation de haute qualité si elles le souhaitaient.

Il y avait des (femmes) médecins, avocates, ministres, des femmes d’affaires ou même des femmes au foyer normales, peu importe (selon) ce qu’elles voulaient être. Kadhafi avait planifié pour l’Afrique la création d’une banque et l’introduction d’une monnaie adossée à (indexée sur) l’or, ce qui aurait conduit la Libye à la liberté – à l’abri des élites financières et des impérialistes qui contrôlent les pays pauvres et leurs possessions. Kadhafi était également sur le point d’achever le plus grand projet de canalisation d’eau potable au monde à travers le Sahara – le « Great-Man-Made-River-Project » – pour un meilleur approvisionnement en eau de la population et pour l’agriculture. La Libye était un pays indépendant et prospère. M. Kadhafi a également contribué à contrôler les flux de réfugiés en provenance des pays africains. Pour les accepter, il a appliqué les normes européennes pour limiter l’afflux en Europe.

APRÈS l’assassinat brutal de Kadhafi : sous prétexte de protéger le peuple libyen de son dirigeant Mouammar Kadhafi, la Libye a été bombardée pendant 7 mois par les forces de l’OTAN sous commandement américain. La guerre a coûté la vie à environ 50 000 civils libyens, et a fait au moins autant de blessés. L’infrastructure économique du pays a été détruite par les bombardements de l’OTAN. Les installations du grand réseau d’eau ont été attaquées et bombardées par l’OTAN, comme le montrent diverses vidéos sur YouTube. Selon « Global Research », un centre de recherche mondiale basé au Canada, la guerre de l’OTAN contre la Libye a mis en danger l’avenir du projet d’eau potable – et donc la prospérité du peuple libyen. Les réserves de liquidités de la Libye, qui s’élèvent à 150 milliards de dollars, sont maintenant gelées dans le monde entier et probablement perdues à jamais. Le pays a continué à être ébranlé par les luttes des milices rivales ; les attaques contre le gouvernement et le meurtre de fonctionnaires sont à l’ordre du jour (courants). Depuis 2014, il y a eu une guerre civile féroce. Après Kadhafi, la Libye est devenue un paradis pour les gangs de contrebandiers qui n’ont aucun obstacle pour faire passer des réfugiés en Europe.

La 1ère guerre d’Irak (2ème guerre du Golfe) 1990/91 (www.kla.tv/7046)

AVANT : En 1972, l’Irak a réussi à prendre le contrôle national sur ses réserves pétrolières, qui avaient été exploitées auparavant par des entreprises internationales. L’économie était en plein essor, ce qui a également profité à la population. En 1979, l’Irak avait des réserves d’argent d’une valeur de 35 milliards de dollars et était sur le point de devenir un pays industrialisé. Il a activement promu la modernisation de l’économie, de l’industrie, de l’administration, de la police, de l’agriculture et de l’éducation populaire. Avant 1990, le taux d’alphabétisation des filles dépassait 90 %. Entre autres choses, les recettes d’exportation provenant de la vente de pétrole ont contribué à la mise en place d’un système de santé irakien complet qui, jusqu’au début des années 1990, était considéré comme le meilleur du monde arabe. L’Irak était un pays en plein essor.

APRÈS : Après que Saddam Hussein a occupé le Koweït suite à un conflit au sujet des champs de pétrole, l’armée irakienne a été presque complètement vaincue par une coalition dirigée par les Etats-Unis. Pour justifier la guerre, des atrocités qui se sont révélées par la suite être des mensonges ont été rapportées dans le monde entier par les médias de masse. Parmi ces mensonges se trouve ce qu’on appelle le mensonge des couveuses. Au moins 120 000 soldats irakiens et jusqu’à 55 000 civils ont été tués. Les dommages à long terme causés par les munitions à l’uranium appauvri sont dévastateurs. Depuis 1991, 1,5 million d’Irakiens, dont plus de 550 000 enfants de moins de cinq ans, sont morts à la suite des sanctions économiques imposées à l’Irak.

La destruction des stations d’épuration a transformé le fleuve Tigre en un égout à ciel ouvert. De 1990 à 2003, les États-Unis ont empêché l’importation de pompes et de chlore pour le traitement de l’eau ; en conséquence, le taux de mortalité infantile est passé de 3,3 % à 12,5 % entre 1990 et 1997.

La seconde guerre d’Irak (3ème guerre du Golfe) 2003

Le 20 mars 2003, les troupes américaines et leurs alliés ont envahi l’Irak au motif que Saddam Hussein aurait possédé des armes de destruction massive et coopérait avec Al-Qaïda. Les deux accusations ont ensuite été réfutées par le comité des services secrets du Sénat américain.

Selon l’étude indépendante du Lancet, 600 000 civils sont morts en 2006, ce qui représente 90 % de toutes les victimes. Rien qu’au cours d’une mission de trois semaines en 2003, entre 1 000 et 2 000 tonnes de munitions à l’uranium ont été utilisées par les États-Unis. A Falloudja, une ville située à 70 kilomètres de Bagdad, la contamination radioactive serait des dizaines de fois plus élevée qu’après la bombe d’Hiroshima. Depuis lors, un nombre croissant de bébés terriblement déformés naissent sans tête, avec deux têtes ou des membres manquants. D’innombrables crimes de guerre cruels commis par les troupes américaines ont été révélés au public et en partie par WikiLeaks. Depuis le retrait des dernières troupes américaines d’Irak en 2011, l’Irak est dans une situation similaire à une guerre civile.

Guerre de Syrie depuis 2011

AVANT : La Banque centrale syrienne était détenue et contrôlée par l’État et n’avait pas de dette envers le Fonds monétaire international (FMI). Bachar al-Assad, le président syrien, a initié la démocratie quelques années avant la guerre. Avant 2007, la Syrie était un pays tellement riche et prometteur qu’elle a pu accueillir deux millions de réfugiés irakiens. Le système de santé était gratuit. Pour protéger la population contre les risques sanitaires, les semences génétiquement modifiées (« OGM ») n’étaient pas autorisées. La Syrie, qui dispose (dans son sous-sol) d’énormes réserves de pétrole et de gaz participait à la construction d’un oléoduc avec l’Iran, sans la participation des géants pétroliers occidentaux. La population syrienne était très bien informée sur le NOUVEL ORDRE MONDIAL. Les médias et les universités débattaient de l’influence de l’élite du pouvoir global. La Syrie protégeait son identité politique, culturelle et nationale.

APRÈS : Au cours du printemps arabe de mars 2011, il y a eu un conflit entre le gouvernement de Bachar al-Assad et divers groupes d’opposition. Peu après, des groupes lourdement armés sont entrés dans le pays et sont intervenus dans la guerre civile contre Assad. Selon les chiffres les plus récents des Nations Unies, plus de 250 000 personnes ont été tuées à ce jour – sans les chiffres non officiels. Un tiers d’entre eux étaient des victimes civiles. Plus de 3,8 millions de Syriens ont fui à l’étranger, dont plus de la moitié sont des enfants.

Actuellement le plus grand nombre de réfugiés en Europe provient de Syrie. Toutes les sources de revenus ont été supprimées par les sanctions économiques occidentales. Les exportations de carburant, de pétrole et de technologie ont été interdites. Les marchandises importées comme le blé se font rares et il y a une pénurie de pain. La nourriture est deux fois plus chère qu’avant la guerre. Selon Joshua Landis, professeur à l’Université d’Oklahoma, c’est entre autres choses la stratégie des Etats-Unis pour affaiblir les Syriens et les forcer à se rendre. En prétendant que la Syrie avait utilisé des armes chimiques, les États-Unis avec les États membres de l’OTAN ont tenté d’entrer en guerre. Cependant, on n’a jamais pu prouver qu’Assad avait utilisé des armes chimiques. Au contraire, il les a même fait détruire.

La guerre en Ukraine depuis 2014

AVANT : Avant la guerre, l’Ukraine était un pays neutre dans le conflit Est-Ouest et un pont entre la Russie et l’UE. L’adhésion à l’OTAN n’était pas prévue. Grâce à l’accord de Kharkov d’avril 2010, qui a permis à la flotte russe de la mer Noire d’être stationnée en Crimée jusqu’en 2042 au moins, l’Ukraine a reçu du gaz naturel russe à prix réduit. Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller à la sécurité de Jimmy Carter, décrit l’Ukraine comme le cœur de l’île du monde – c’est-à-dire l’Eurasie. Celui qui contrôle l’Ukraine gouverne le cœur du monde et donc le monde.

APRÈS : Après la destitution anticonstitutionnelle du président Viktor Ianoukovitch à Kiev le 22 février 2014, le nouveau gouvernement a envoyé des troupes contre les régions orientales de Donetsk et Lugansk, qui n’avaient pas reconnu le changement de pouvoir et avaient proclamé des « républiques populaires » indépendantes. Victoria Nuland, secrétaire adjointe aux affaires étrangères des États-Unis, a involontairement témoigné lors d’une conversation téléphonique sur écoute que les États-Unis avaient investi cinq milliards de dollars pour amener au pouvoir en Ukraine un nouveau gouvernement dirigé par les États-Unis. Environ 6 000 personnes ont été tuées à ce jour – sans les chiffres non officiels ; 15 000 ont été blessés, et près de trois millions de personnes ont fui leur domicile.

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, plus de 150 000 personnes ont cherché protection en Russie. Des coups de feu sont tirés quotidiennement dans l’est de l’Ukraine, des maisons sont bombardées et l’infrastructure technique est gravement touchée : Dans de nombreuses villes, il n’y a de l’eau et de l’électricité que pendant quelques heures, et même maintenant plus du tout dans certaines villes. En Ukraine, le niveau de vie s’est considérablement détérioré depuis la destitution de Ianoukovitch : près de 80 % de la population ukrainienne vit autour du seuil de pauvreté. Avant que Ianoukovitch soit destitué, la pension retraite minimum était d’environ 120 euros par mois ; elle est maintenant de 40 euros ; le salaire minimum qui tournait autour de 90 euros par mois, est maintenant de 50 euros. Aujourd’hui, le salaire moyen est d’environ 120 euros par mois.

Pour la période 2010-2013, l’inflation était de 3,5 % ; en 2015, elle était déjà de 40 %. Au cours des deux dernières années, l’inflation a été de 30 % pour les transports et de 200 % pour le carburant. Le prix des aliments a été multiplié ; les aliments de base – pain, viande, lait – ont augmenté de 40 % ; l’électricité et le gaz de 110 % ; Une nouvelle augmentation des prix est prévue tous les six mois. Les sociétés étrangères élargissent leur influence sur le secteur agricole ukrainien, comme les sociétés de biotechnologie telles que Monsanto, Cargill et DuPont. Selon des députés ukrainiens, le gouvernement de Kiev est sous le contrôle total du gouvernement américain. Selon le projet de loi 2953 de mai 2015, l’Occident doit être autorisé à stationner des armes nucléaires en Ukraine. Les Etats-Unis sont prêts à risquer une guerre en Europe pour maintenir leur présence militaire et leur suprématie.

*

D’après ces faits – AVANT / APRÈS – une conclusion s’impose : Les guerres peuvent difficilement être justifiées – et certainement pas sous le prétexte de la démocratie et de la liberté. Toutes ces guerres et d’autres – comme les guerres en Yougoslavie, en Afghanistan depuis 2001, la guerre civile somalienne ou l’intervention militaire au Yémen en 2015 – toutes ces guerres n’ont été possibles qu’au moyen de mensonges délibérément répandus pour diffamer le pays cible. D’autres prétendues démocratisations et changements de régime – dans des pays comme l’ex-Yougoslavie, la Slovaquie, la Géorgie ou le printemps arabe, ainsi que dans tous les pays futurs – doivent également être envisagés sous cet angle. La question est maintenant de savoir si, au nom de la démocratie, une guerre ou une intervention militaire va à nouveau être justifiée par les politiciens et les médias, si le peuple écoutera cette argumentation ou s’il croira à nouveau à la propagande du mensonge et de la guerre. Aidez-nous à apprendre à tous comment comprendre à temps les mensonges et la propagande et comment dire d’une seule voix au moyen d’informations générales. « Plus jamais la guerre ! On n’y participera pas ! »

de ct

Liens :  die-wahrheit-ueber-muammar-al-gaddafi.blogspot.de
 gegen-kapital-und-nation.org
luftpost-kl.de
 de.sputniknews.com
 politik-im-spiegel.de
de.wikipedia.org
de.wikipedia.org
de.wikipedia.org
 info.kopp-verlag.de
 globalresearch.ca
 gegenfrage.com
 unsmil.unmissions.org
 zeit.de
 rp-online.de
 denkbonus.wordpress.com

Irak 1 – de.wikipedia.org
 blz.bayern.de
 blz.bayern.de
 materialien.org
 monde-diplomatique.de
de.wikipedia.org
de.wikipedia.org
de.wikipedia.org
 unicef.at

Irak 2 – de.wikipedia.org
de.wikipedia.org
 kla.tv
 kla.tv


de.wikipedia.org
 seite3.ch
 nhzzs.blogspot.com

de.wikipedia.org
 lpb-bw.de
 srf.ch
de.wikipedia.org
 gegenfrage.com
 gegenfrage.com

Syrie – de.wikipedia.org
 gegenfrage.com
 alles-schallundrauch.blogspot.ch
de.wikipedia.org
 gegenfrage.com
 n24.de
 gegenfrage.com
 globalfire.tv
 srf.ch
 news.ch
 srf.ch
 zeit.de
 n-tv.de
 uno-fluechtlingshilfe.de
 nachdenkseiten.de
 ag-friedensforschung.de

Ukraine –  de.sputniknews.com


 pravda-tv.com
 de.sputniknews.com
 theheartlandblog.wordpress.com
 ukraine-nachrichten.de
 welt.de
 gegenfrage.com
 caritas.at
 epochtimes.de
 neopresse.com
 de.sputniknews.com
 politaia.org
 gegenfrage.com

source: kla.tv

 reseauinternational.net

 Proposer une solution