Analyse du Sondage « êtes-vous un con ? » de Conspiracy Watch

09-02-2019 les-crises.fr 60 min #151942

Il y a un an, nous avions réalisé une longue analyse ( voir ici) du premier sondage Conspiracy-Watch/Fondation Jean Jaurès (PS) sur "le complotisme", qui avait lancé la Fake-News de " 79 % de Français complotistes".

Nous étions d'ailleurs loin d'être les seuls à avoir dénoncé la vaste fumisterie de ce précédent sondage. Vous retrouverez tout cela en détail dans le lien précité.

La deuxième vague est donc sortie hier - et pose pratiquement les mêmes problèmes.

Comme l' objectif revendiqué du site Les-Crises.fr est de lutter contre TOUS les complotismes, nous allons donc nous intéresser à ce sondage, qui relève de ce que Frédéric Lordon appelle avec une justesse "le complotisme de l'anti-complotisme" (nous vous recommandons  son article majeur où il analyse le phénomène), et vous montrer qu'il est cette fois encore pratiquement inexploitable, car grandement manipulateur.

Sources : Sondage 2019 ;  Analyse du Sondage 2019 ; Sondage 2018 ;

Plan du billet :

  1.  Présentation méthodologique de l'étude
  2.  Le mépris politique et de classe
  3.  Le rendu presse : panique à tous les étages
  4.  Analyse du sondage : les questions centrales
  5.  Les autres problèmes méthodologiques de cette étude
  6.  L'énorme biais de principe de ce genre d'étude
  7.  L'échelle de Bruder
  8.  Quels objectifs ? Cibler Internet ?
  9.  Quels objectifs ? Psychiatriser l'adversaire ?
  10.  Quels objectifs ? Limiter la liberté d'expression ?
  11.  Cadeau pour l'Ifop : les réactions à son sondage
  12.  Le pompon : Bonus "Gilets Jaunes"
  13.  Résumé de cette étude
  14.  Boycot de l'Ifop

I. Présentation méthodologique de l'étude

Depuis l'année dernière, un seul progrès a été accompli au niveau de la méthodologie : il y a enfin une réponse possible "Sans opinion" (ce qui était quand même la BASE à respecter pour prétendre être en présence d'un sondage réalisé par des professionnels).

Hélas, l'étude reprend à peu près tous les autres biais présentés l'année dernière, et il en ressort qu'elle cherche surtout à convaincre que le "complotisme" est un problème répandu - ce qui pose question quant à sa bonne foi. C'est d'ailleurs assez logique, car il s'agit ni plus ni moins du fonds de commerce de l'officine Conspiracy Watch (dont nous avons déjà présenté les méthodes douteuses  dans ces billets) qui l'a créé. En somme, c'est un bon moyen de donner du sens à l'activité terriblement creuse de « la chasse aux conspis ».

Le problème majeur est que ce sondage vise à mieux comprendre un phénomène marginal, qualifié hâtivement de : "LE complotisme". On voit que la stratégie à l'œuvre consiste à accréditer l'idée qu'il existerait "UN complotiste", un individu louche, a priori normal, mais doté d'un esprit pathologique, sous-éduqué et votant bien sûr aux "zestrèmes".

Bien entendu, dans certains cas, nous ne nions évidemment pas qu'il y ait un sujet d'analyse. Mais on voit bien ici qu'il y a une volonté d'essentialiser les personnes.

Or, le problème qu'on observe en réalité est que, sur un sujet particulier, une personne peut AVOIR une croyance "complotiste", erronée (ou stupide), mais c'est déjà très différent que de dire qu'une personne EST complotiste.

Ce passage de l'avoir à l'être est assez important à relever, car c'est une rhétorique qui peut vite devenir dangereuse, amener aux amalgames et aux généralités idiotes. Car ainsi, il y aurait les individus "malades" (complotistes) et les individus "sains", miraculeusement protégés de toute forme de "complotisme"...

Ce mode de pensée est inquiétant, car, sous la pression du pouvoir en place (lequel tend à se radicaliser de plus en plus), il conduit à des idées et actions liberticides, pour mettre au pas ceux qui auraient une pensée jugée « déviante ».

II. Le mépris politique et de classe

Une forme de mépris, politique et de classe, est éminemment présente dans cette étude. Cependant, il est vrai que le mépris de classe semble s'être rependu dans la plupart des grands médias (on le voit tout particulièrement en cette période de manifestions des gilets jaunes).

Nous le soulignons tout de même avec insistance, car cela montre que l'étude en question poursuit également une finalité politique - elle est cofinancée par la fondation Jean Jaurès, une officine du PS. Jugez-en par vous même :

Les jeunes, les bêtes ?

Les pauvres, les "riens" ?

Les ZÉSTRÊMES !

Le meilleur rendu de ce mépris s'est probablement retrouvé dans  le Figaro :

Nous nous proposons d'ailleurs dans le point suivant une analyse du rendu dans les titres de presse.

III. Le rendu presse : panique à tous les étages

La presse semble avoir de nouveau oublié tout esprit critique.

Elle n'a d'ailleurs généralement interviewé aucun spécialiste des sondages pour donner un autre point de vue sur cette étude. Le rendu s'est limité à reprendre le communiqué de Conspiracy Watch, les articles devenant donc du "publi-reportage". Ils ont ainsi contribué à inquiéter la population sans grande raison :

Inquiétude ou Alarme ? - telle est la question... (sources :  1,  2)

Et en plus, ils sont "stupides" ces Français (sources :  1,  2,  3) :

Notons qu'avec 21 % de complotistes, il semble y avoir du "progrès" par rapport à l'année dernière, comme on le voyait ici ( source) :

Il y a eu ceci aussi ( source - on note qu'il y a eu une dépêche AFP) :

La question sur l'attentat de Strasbourg a fait recette (sources :  1,  2,  3,  4,  5,  6) :

Ceci est encore plus intéressant (source :  1,  2) :

Car, outre pointer les jeunes (qui justement n'achètent plus guère cette presse...), il est stupéfiant de voir se répandre l'idée que ce phénomène marginal serait en développement, alors que rien ne prouve que c'était mieux il y a 10, 50 ou 100 ans...

Mais par chance, Le Parisien a identifié les coupables ( source) :

Les réseaux sociaux, les jeunes, les zéstrèmes... Or, comme :

Vite : il faut que le gouvernement vote une loi pour nous protéger ! ( source)

Bref, le fléau du mal-journalisme : une menace pour la Liberté d'expression !

IV. Analyse du sondage : les questions centrales

Le cœur du sondage est là, avec ces 10 "affirmations complotistes" :

Comme on va le voir, ce sondage contient de nouveau de très nombreuses questions vagues, trompeuses et/ou à signifiants multiples, comme celle sur le ministère de la Santé.

Il mélange aussi des questions qui relèvent de "complotismes" très différents - entre "le ministère de la Santé n'est pas toujours un exemple d'éthique" et "Les Américains ne sont jamais allés sur la lune", il y a une sacrée marge... Que les créateurs assument d'ailleurs totalement, comme on le verra plus loin.

Penchons-nous donc sur ces questions :

1/ "Le ministère de la Santé est de mèche avec l'industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins". Que va vouloir dire quelqu'un qui dit "Plutôt d'accord" ? Qu'il y a une collusion entre le ministère et l'industrie (c'est déjà arrivé), que le ministère peut cacher certaines vérités au public dont il ne défend pas les intérêts (on se souvient du scandale du sang contaminé...), etc. ? Bref, c'est une question construite pour maximiser le nombre de réponses positives, car de toute évidence le domaine de la santé est très émotionnel et a connu par le passé de nombreux scandales...

2/ "L'accident de voiture au cours duquel Lady Diana a perdu la vie est en fait un assassinat maquillé" : ici, la question est claire.Mais le problème est qu'on parle d'un événement qui a donné lieu à de nombreuses polémiques et accusations, qui a aussi été beaucoup récupéré et « romancé », qui a donné lieu a de nombreux reportages à la télévision, avec en particulier les accusations du père d'une des victimes, Mohamed Al-Fayed, milliardaire Président du Conseil administration des hôtels Ritz ( source). Bien sûr tout ceci ne justifie pas de déclarer qu'on est certain qu'il y a eu un complot (c'est stupide, car il n'y a pas eu de complot). Mais voilà, cela explique que beaucoup des personnes peuvent en effet émettre quelques doutes ("Plutôt d'accord" ou "Plutôt pas d'accord"). Or, l'essentiel est que 90 % des sondés ne déclarent pas qu'ils sont sûrs qu'il y a eu « complot » !

3/ "Les Illuminati sont une organisation secrète qui cherche à manipuler la population". Ici, cela confine à la plaisanterie, car on peut vraiment répondre oui. C'est la définition même de ce qu'on appelle "Illuminati". Tout comme on peut dire oui à : "Une licorne est un cheval avec une corne". Ou "Luke Skywalker est un jedi", "Bugs Bunny est un lapin"... Cela ne veut pas dire que ça existe ! Et ils ont même écrit "cherche à manipuler" et pas "manipule", ce qui est aussi très différent. Il y a plein de gens qui cherchent à manipuler la population (suivez mon regard d'ailleurs...). Peut-être même qu'il existe quelque part un groupuscule de 7 personnes dans une cave qui a choisi de s'appeler Illuminatis, qui "cherchent à manipuler la population", en priant très fort... Ainsi il y a probablement plein de "sociétés secrètes" qui "cherchent à manipuler" (le monde ne manque pas de fous et de manipulateurs) ; mais fort heureusement, à peu près aucune n'y arrive...

Notons que l'Ifop a retweeté l'article du Point dont le titre ne correspond radicalement pas à la question que l'Ifop a posée...

4/ "L'immigration est organisée délibérément par nos élites politiques, intellectuelles et médiatiques pour aboutir à terme au remplacement de la population européenne par une population immigrée". On retrouve à peu près que l'année dernière, avec une amélioration de son ancienne formulation très confuse. Voilà l'étude 2018 :

On voit qu'en précisant un peu mieux la question, on est passé de 48 % d'approbation globale l'année passée à 25 % - une paille !

Là encore, on voit que le choix de cette question est contestable pour tester un"complotisme". Bien sûr que, littéralement, l'énoncé proposé est en effet absurde et délirant. Mais la plupart des répondants ne le prennent probablement pas ainsi - on peut douter que 25 % des Français pensent que le but des dirigeants est de gouverner une France composée uniquement de 100 % d'Africains. Mais que voient beaucoup de citoyens ? Que 1/ il y a eu une politique favorisant l'immigration, en particulier au temps des colonies puis des Trente Glorieuses et que 2/ ayant parqué beaucoup de ces populations dans des ghettos, certaines personnes sont le sentiment que, dans quelques endroits, la population a ethniquement changé. Dès lors, peut-on reprocher à des citoyens de considérer (bien à tort à notre avis) que nous sommes gouvernées par des personnes intelligentes et qu'ils ont désiré les conséquences logiques de leurs décisions ? Ainsi, bien sûr qu'il n'y a pas de "grand remplacement", mais il est malhonnête de considérer comme "complotiste"quelqu'un qui répond simplement "Plutôt d'accord" à cette question. Ainsi, c'est en fait davantage une question politique qui fait appel au sentiment d'insécurité sur lequel les politiques jouent constamment.

5/ "Seule une poignée d'initiés est capable de décrypter les signes de complot qui ont été inscrits sur les billets de banque, les logos de marques célèbres ou dans des clips musicaux". Question très importante, nous y revenons ci-après. Soulignons cependant que, là encore, à cause de la mauvaise rédaction, on peut aussi répondre oui : car oui, il faut être sacrement "initié" pour "décrypter les signes de complot" sur des billets de banque. Mais bien entendu, ces complots-ci sont complètement imaginaires.

6/ "Il existe un complot sioniste à l'échelle mondiale". Là encore, que veut dire cette question ? On parle de la pire rhétorique antisémite, ou bien des gens vont-il comprendre ceci comme l'influence - réelle ou supposé - de l'État d'Israël ? Ce n'est pas tout à fait la même chose quant à la proportion de réponses "Plutôt" qu'on obtiendra. Bien sûr, il n'y a pas de "complot sioniste", et 93 % des sondés n'affirment d'ailleurs pas qu'il y ait un tel complot.

En tout cas, on comprend qu'ils aient reformulé leur question en la rendant beaucoup plus floue. Car c'était pénible pour eux, puisque les réponses à celle de l'année dernière donnaient enfin une image positive et humaniste des Français ! :

7/ "Le trafic de drogue international est en réalité contrôlé par la CIA". Question claire, mais de nouveau sur un périmètre douteux. Les accusations et preuves d'implications de la CIA dans des trafics locaux de drogues sont multiples ( voir cet article ici ; rappelons-nous des Contras [Pensée pour Gary Web, traité à tort de complotisme, et poussé au suicide]. Bien sûr, cela n'a pas grand-chose à voir avec le contrôle du trafic international. Mais ceci va donc renforcer les réponses "Plutôt d'accord".

8/ "Le gouvernement américain a été impliqué dans la mise en œuvre des attentats du 11 septembre 2001". Là encore, certaines personnes risquent de répondre "Plutôt d'accord", car le Gouvernement est responsable de n'avoir pas assez donné la priorité à la lutte contre al-Qaïda, pas écouté assez de personnes (sans avoir voulu l'attentat). Sans même parler du fait qu'ils ont fortement soutenu Ben Laden en Afghanistan ; si le gouvernement américain avait toujours été non-interventionniste, Ben Laden n'aurait jamais créé Al-Qaïda, et le World Trade Center serait toujours là... Mais il est rassurant de voir que seuls 6 % des sondés répondent "Tout-à-fait d'accord"... À comparer avec la question de l'année dernière :

On ne peut que recommander à l'avenir d'utiliser une formulation du genre "Le 10 septembre 2001, le Président américain George Bush savait qu'un terrible attentat frapperait sa population le lendemain". Ce n'est pas si difficile quand même !

9/ "Certaines traînées blanches créées par le passage des avions dans le ciel sont composées de produits chimiques délibérément répandus pour des raisons tenues secrètes". À comparer à la même question l'année dernière :

Avec 5 +10 % = 15 %, il y a 25 % de soutien en moins par rapport à l'année dernière pour la même question, ce qui montre la très faible robustesse de la mesure.

10/ "Les Américains ne sont jamais allés sur la lune et la NASA a fabriqué des fausses preuves et de fausses images de l'atterrissage de la mission Apollo sur la lune". Cela aurait gagné à être plus clair, comme nous l'avons observé l'année dernière. À comparer à la même question l'année dernière :

Avec 3 + 6 % = 9 %, il y a 43 % de soutien en moins par rapport à l'année dernière pour la même question, ce qui montre encore la très faible robustesse de la mesure.

On constate ainsi que sur ce genre de questions la marge d'erreur pratique est donc d'au moins 5 points, et peut-être jusqu'à 10 points.

Mais ces écarts importants (et assez logiques, vu qu'on sonde un phénomène marginal !) ne gênent pas Rudy Reichstadt :

"Comme les "Tout-à-fait d'accord" varient peu, ce n'est pas très grave si les "Plutôt d'accord" varient beaucoup - vu que je somme les deux pour définir l'adhésion au complotisme !" On en rirait presque, si ce n'était pas si grave...

Enfin, on peut sans doute faire en lien entre ce problème méthodologique et ce résultat de la question annexe qui a été posée sur l'attentat de Strasbourg :

d'autant qu'on peut la mettre en relation avec une question très proche, posée l'année dernière, au résultat assez différent :

On soulignera enfin que ce genre d'attitude déplorable du Gouvernement, qui ne génère aucune protestation publique ne peut qu'accentuer ces déplorables tendances "complotistes" ( source) :

V. Les autres problèmes méthodologiques de cette étude

Comme l'année dernière, soulignons qu'un des gros problèmes est lié au fait qu'on interroge et publie les opinions des gens sur des théories "complotistes" qu'ils ne connaissent généralement pas :

Quand 69 % des gens n'ont jamais entendu parler de la théorie des traînées d'avion, quelle valeur accorder aux réponses "Oui" ou "Non" réalisées par 79 % des gens ?

Il semblerait logique de ne s'intéresser qu'aux réponses des personnes qui ont entendu parler de la théorie - ou même qui ont vraiment étudié un peu la question.

Mais on tombe sur ce type de conséquence - on a d'ailleurs ici du grand Rudy Reichstadt :

Hé oui, les théories du complot que personne ne connait sont étonnement très peu populaires... ! (sic.)

On arrive en fait à un deuxième biais, puisqu'on dispose du résultat suivant :

Nous avons lu de mauvaises interprétations du fait, par exemple, que 31 % des sondés déclarent connaître la théorie des traînées d'avions et que 5 %+10 % y adhèrent plus ou moins. Bien sûr que ces derniers chiffres sont probablement exagérés, mais le ratio 15/31 (signifiant que "la moitié des gens qui connaissent la théorie y adhéreraient") n'est pas en soi un indice d'erreur.

Le souci est en effet que, plus on cible des théories délirantes, plus on cible des théories marginales, donc ceux qui la connaissent sont de plus en plus des "complotistes" - car qui aura principalement entendu parler de délires complotistes, perdu du temps à les analyser, à part les complotistes ?

À la limite, cette diapositive montre en réalité qu'il y a une très forte proportion de "complotistes" chez les "complotistes"...

Mais le problème le plus gênant est en fait lié à ceci - qui jette une énorme suspicion sur les créateurs de l'étude :

"Un éventail très large de théories du complot". Eh bien pas du tout en fait, l'éventail n'est large que sur la plausibilité, mais c'est un point secondaire.

Le biais colossal est que ne sont testées QUE des théories du complot "non-mainstream", dont on se doute bien qu'elles vont aboutir à ces résultats prévisibles quant à la corrélation avec le niveau d'étude ou le positionnement politique. Par exemple, ceci n'est jamais testé :

Comme l'a noté aussi Guillaume Champeau dans  ce billet :

"Mais il faut constater son biais idéologique qui annihile, selon moi, une part du crédit scientifique que l'on peut accorder à cette étude, et impose de prendre avec pincettes les conclusions sociologiques que l'on peut en tirer. Tout est en effet dans le choix des « théories du complot » qui sont testées dans le sondage. [...] on peut supposer par avance qui si elles sont populaires, elles seront plutôt populaires chez les individus qui n'ont pas une place élevée dans la hiérarchie sociale. Dès lors, il est logique et attendu que les conclusions de l'étude démontrent que ceux qui croient aux théories du complot sont surtout des pauvres, mal éduqués, qui votent pour les extrêmes, et des jeunes qui n'ont pas de recul sur l'actualité ou sont intoxiqués aux réseaux sociaux.

Or quels auraient été les résultats si l'on avait proposé d'autres théories du complot ? Par exemple :

  • Les gilets jaunes sont un mouvement créé ou entretenu par la Russie pour déstabiliser le gouvernement ;
  • Christophe Dettinger a été aidé par un avocat d'extrême-gauche, ça se voit, il n'a pas les mots d'un boxeur gitan ;
  • Le RIC est une idée poussée par l'extrême-droite pour faire revenir la peine de mort ;
  • Les serveurs Huawei sont équipés de mouchards qui permettent aux Chinois de nous espionner ;
  • Donald Trump est un agent russe ;
  • Mediapart est une officine au service de l'opposition.

Ce sont tout autant des théories du complot non démontrées (ce qui ne veut pas dire qu'elles sont toutes fausses), mais ce ne sont pas celles retenues et donc testées par Conspiracy Watch et la Fondation Jean Jaurès. Il est pourtant probable qu'au moins une partie de ces théories aurait été approuvée, pour le coup, par des citoyens parfaitement bien informés, éduqués, rémunérés... ce qui aurait beaucoup modifié la cartographie sociologique des résultats. Le choix des propositions énoncées oriente donc la conclusion des réponses."

Et comme l'a justement écrit Acermendax  ici :

"Les sondeurs ont choisi un certain nombre de croyances conspi, mais ils n'ont pas épuisé tout le spectre. Dès lors se hasarder à faire (comme il y a un an) un comparatif entre les différentes sensibilités politiques pour voir « qui c'est les plus conspis » est une faute. On pouvait appeler ça une erreur il y a un an, désormais c'est plus grave."

Il est quand même scandaleux qu'une fondation qui porte le nom de Jean Jaurès ait ce genre de comportement.

Autre problème, très important : l'étude parle de "complotisme" pour les personnes qui adhèrent "Tout à fait" ou "Plutôt" à une théorie du complot. C'est un choix vraiment discutable. Ou vous croyez à la théorie, ou vous n'y croyez pas ; que vous doutiez un peu, beaucoup passionnément ou à la folie c'est un point subalterne.

D'ailleurs, le choix de 4 réponses possibles peut pousser plus de sondés vers la rubrique "Plutôt". On pourrait aussi considérer que, une théorie du complot, on y croit ou on n'y croit pas, le "peut-être" est ici ambigu.

Cela apparait dans le choix qu'a fait Conspiracy Watch de gommer les sans-opinions dans certains graphiques, comme ici pour le plus important :

Si on trace correctement le graphique, on a ceci - ce qui change la perception :

Bien entendu, si on veut se concentrer sur les "complotistes", et pas simplement des personnes qui ont quelques doutes, on peut réaliser ce graphe, qui relativise le phénomène :

Comme quoi, il est assez facile de modifier les perceptions d'un même phénomène.

Dernier problème, lié à un des précédents : comme l'année dernière, regroupant choux et carottes, l'étude agrège toutes les réponses pour créer une sorte d'indicateur de complotisme (que le commanditaire a intérêt à gonfler au maximum, vu que c'est son fonds de commerce) :

D'ailleurs, il est sûr que si l'auteur teste 200 théories du complot (surtout qu'il y met tout et surtout n'importe quoi), il va bien arriver à prouver qu'une vaste majorité des Français croit au moins à 5 théories...

On voit que Rudy Reichstadt accrédite en l'espèce l'idée que 21 % des Français seraient "très poreux" aux théories du complot. Le chiffre devrait tout de même interpeller, quand on voit le niveau de la plupart des théories, et induire une réflexion méthodologique. Il n'en a rien été ; nous allons donc nous en charger.

VI. L'énorme biais de principe de ce genre d'étude

Il y a un point central, que personne ne relève : que teste-t-on dans ce sondage en réalité ? Le "complotisme", certes. Mais, pour faire simple, cela revient à tester, la crédulité, voire la franche stupidité des sondés (rappelez-vous de la question "la Terre est-elle plate ?" de l'année dernière). En plus, les sondés ont bien vu l'utilisation politique qui a été faite de ce sondage l'année dernière - pour dire qu'une part importante de Français sont bêtes.

C'est assez inédit dans le monde du sondage ! Mais peut-on sérieusement penser que sonder les gens sur "Êtes-vous un con ?" ne va pas avoir des conséquences quant à leur façon de répondre ?

Ainsi, qui peut répondre "Tout-à fait d'accord" à "Seule une poignée d'initiés est capable de décrypter les signes de complot qui ont été inscrits sur les billets de banque, les logos de marques célèbres ou dans des clips musicaux" et autres questions stupides de ce genre ? D'accord, il y aura en fait de vrais "complotistes" endurcis ; mais il n'y a pas qu'eux. Il y aura aussi, par exemple :

  • des personnes atteintes de troubles psychiatriques légers (qui figurent statistiquement dans l'échantillon Ifop) ;
  • plus important, des blagueurs, se moquant du sondeur ayant compris la tonalité des questions ;
  • des "provocateurs", qui vont choisir les réponses mal vues par la société ;
  • des "protestataires" qui pourraient protester contre le climat maccarthyste "anti-complotistes" actuel, en cochant oui ;
  • et aussi des "torpilleurs", bien décidés à ne pas répondre correctement par principe à un quelconque sondage venant du "système" ;
  • ainsi que des "vengeurs" bien décidés à ne pas répondre correctement à ce sondage précis, car ayant compris la finalité du sondeur, et étant échaudés par le traitement médiatique l'année dernière. Ces personnes seront évidemment surreprésentées au niveau du vote "antisystème" Mélenchon ou Le Pen.

Cela fait déjà au moins 7 catégories de répondants possibles, pas 1. Or ces biais importants ne sont volontairement pas étudiés, comme nous l'avions pourtant demandé l'année dernière.

Comme on ne sait pas si quelqu'un répond "Je suis d'accord" à une théorie du complot stupide, car c'est vrai ou car il plaisante, il convient de rajouter des questions de type "étalon" ou "placebo". C'est-à-dire d'autres questions stupides, mais ne relevant pas du tout du complot, pour voir ce que répondent les gens ; du genre "Si on court, assez vite, il est possible de voler" ou "En réalité, Jules César est toujours vivant". On ne pourra commenter les (rares) réponses d'adhésion forte aux théories du complot qu'en les comparant à ces questions étalons. Si 5 % des sondés blaguent, ce n'est pas la peine de s'affoler s'il y a 7 % d'adhésion à une théorie complotiste : ce sera non significatif.

L'année dernière, une question se rapprochait de l'étalonnage : "la Terre est-elle plate" (oui, Rudy Reichstadt avait bien compté ce délire dans "théorie complotiste" !)

2 % + 7 % = 9 %

Mais il se trouve que cette année il y a deux questions qui ne sont toujours pas "étalons", mais qui s'en rapprochent également. La première que nous n'avons pas analysée :

7 % + 16 % = 23 %

Cette question ne veut vraiment pas dire grand-chose, et ne va "parler", peut-être qu'à quelques personnes très intéressées par le "complotisme". D'ailleurs 68 % des gens n'en ont jamais entendu parler (et on n'est pas sûr que parmi les autres, certains mentent, car ils n'osent pas se déclarer mal informés ? Et pourtant, au final, seuls 30 % des gens ne répondent pas, ce qui est très étonnant : sur quoi se prononcent les 38 % qui n'avaient pas compris de quoi il s'agissait, et qui ne peuvent toujours pas le faire au vu de la question ?

Ils en ont testé une seconde, assez hallucinante : "Il est possible d'entrer en contact avec les esprits de personnes mortes" ! :

5 % + 16 % = 21 % !!

Alors bien sûr, pour certains il s'agira peut-être d'une croyance religieuse (même si ce point ne figure pas dans la plupart des religions pratiquées en France...) ou d'une croyance spirituelle quelconque. Mais cela ne devrait représenter que quelques pourcents, pas 21 % !

La décomposition est encore plus étonnante :

On voit bien qu'une part importante des personnes qui déclarent adhérer à toutes les théories complotistes semblent également prêtes à cocher "Oui" à toutes les questions. En revanche, on reste étonné qui ceux qui n'adhèrent à aucune théorie complotiste soient 11 % à répondre qu'on peut communiquer avec les morts...

On voit donc qu'on peut se dire que sur ce genre de sondage il y a un seuil de non-fiabilité de 10 à 20 % des répondants globalement d'accord - dont environ 5 % au niveau des Tout-à-fait d'accord.

En réponse à une question, on ne peut considérer qu'il existe un penchant "complotiste" qu'au-delà d'un écart significatif à ces seuils.

Et au final, on observe dans les 10 questions de l'étude un niveau significatif que pour seulement 3 questions :

La théorie des Illuminatis ne semble pas réellement significative.

2 des 3 cas ("Le ministère de la Santé" et "L'immigration") s'expliquent probablement par des raisons de rédaction de la question ; et "Diana assassinée" par la large médiatisation des polémiques. Bref, tout ceci s'explique par des raisons compréhensibles que nous avons développées plus haut, et le phénomène "complotiste" reste franchement limité.

Le cas des Illuminatis reste autour des 8 % d'adhésion dure, seuil que nous avons montré comme peu significatif, et est sans doute aussi accentué par une forme de "provocation". De là à sonner le tocsin, il y a un pas :

Au passage, un problème supplémentaire est que Conspiracy Watch fait à ces théories une large publicité et contribue donc à leur plus large diffusion (mais l'officine pourra alors dire, du coup, l'année prochaine, que le complotisme se répand...).

Enfin, il n'y a donc pas de raison sérieuse de parler de "pouvoir de nuisance sociale" pour des sujets qui restent assez marginaux :

Le "complotisme" a en effet toujours existé sans empêcher la construction de sociétés démocratiques et libres - que ce genre d'étude et de psychose médiatique met en danger...

VII. L'échelle de Bruder

Assez intéressant sur le raisonnement des créateurs de l'étude, Rudy Reichstadt indique avoir utilisé "l'échelle de Bruder" ( source originale en anglais) pour mesurer la "Mentalité Complotiste" :

Répétons :

  • « Beaucoup de choses très importantes se produisent dans le monde dont le grand public n'est pas informé »
  • « Les politiciens ne nous disent généralement pas ce qui motive réellement leurs décisions »
  • « Les agences gouvernementales surveillent étroitement les citoyens »
  • « Des événements qui, en apparence, ne semblent pas avoir de lien sont souvent le résultat d'activités secrètes »
  • « Il existe des organisations secrètes qui influencent considérablement les décisions politiques »

On notera la grande imprécision sémantique de tous ces items. Dont on voit bien également l'orientation "mainstream" - visant à laisser croire par contrepoint que "le Pouvoir est exemplaire".

Soulignons simplement que certaines personnes pourraient estimer que « Beaucoup de choses très importantes se produisent dans le monde dont le grand public n'est pas informé », par exemple au niveau de la politique nataliste chinoise, de la politique envers les minorités en Inde ou de la politique environnement au Brésil pour la forêt amazonienne. Nous n'en sommes pas informés non pas parce que les médias veulent nous cacher des choses, mais simplement car ils ne peuvent pas parler de tout...

Ou encore, pour « Les agences gouvernementales surveillent étroitement les citoyens » :

Il est donc assez simple de récupérer rapidement des "mauvais points" pour "complotisme" du coup, d'où ce résultat pour l'échelle :

Dans ce contexte, s'il peut être intéressant intéressant de se demander pourquoi 38 % des sondés répondent oui aux 5 points, il l'est tout autant de se demander pourquoi 16 % ne répondent que 0/1.

Un "complotisme" débridé peut certes poser des questions, mais une portion de la population terrorisée par les accusations de complotisme et rétive à toute idée de "complot" pourrait aussi ne pas accepter l'existence de complots réels dans l'Histoire, ou d'actions non honorables du Pouvoir, ce qui poserait des questions quand à l'indispensable contrôle du Gouvernement. C'est ce qu'on peut craindre quand le promoteur de l'étude déclare à propos de la notion de doute que "la pensée du soupçon est l'antichambre du conspirationnisme". Il faudrait donc aussi tester ce point dans une étude sérieuse. ( Source)

Voici au final le croisement entre l'échelle de Bruder et les réponses au sondage :

On découvre au passage que le Docteur Reichstadt a classé en "mentalité conspirationniste" les personnes qui ont répondu oui aux 5 items - dont on mesure la haute fiabilité et robustesse. Au graphique suivant, les guillemets ont même déjà disparu :

VIII. Quels objectifs ? Cibler Internet ?

Après tout, on comprend assez bien que Conspiracy Watch veuille accréditer l'idée d'une menace complotiste pour la Démocratie - toute structure tente toujours de justifier au mieux son existence.

On comprend assez bien que la fondation Jean Jaurès / Parti socialiste instrumentalise le résultat contre Mélenchon et Le Pen - le sondage a clairement été construit dans ce but.

Conspiracy Watch ne cache pas, lui aussi, son parti-pris (bannière d'octobre 2018) :

Bien entendu, on comprend mal qu'un institut comme l'Ifop rentre dans leur jeu, au mépris de la déontologie de la profession. De même pour les médias.

Mais on peut craindre que cela aille plus loin.

En effet, l'étude ne s'arrête pas aux questions complotistes.

Conspiracy Watch a décidé de poser des questions complémentaires dans deux parties supplémentaires, pour mieux "cerner" le phénomène "complotiste". Cependant, leur choix soulève quelques questions quant aux objectifs des commanditaires de l'étude. Précisons que les questions de ces deuxième et troisième parties, quand elles ne font pas de lien avec le "complotisme" sont bien plus fiables que celles de la première - nous y reviendrons.

Voici donc la deuxième partie "Pratiques médias" - qui ne fait qu'une seule diapositive :

L'analyse est intéressante. Mais on voit, dans le titre, que la priorité d'analyse de Rudy Reichstadt (et donc en fait la cible) est Internet, alors qu'on voit bien que la source majeure d'information est la télévision (dont l'avenir s'annonce apparemment bien moins rose). Il ne s'en cache guère, notez ( source) :

Hélas, cette question intéressante sur l'information des Français visait apparemment à simplement aboutir à ce graphique, pointant Internet :

Résultat parfaitement attendu par construction, puisque les "complots" évoqués par les questions retenus par l'auteur sont pour la plupart bien plus évoqués sur Internet qu'à la télévision.

Mais on notera en conclusion de cette partie sur les Médias que, par exemple, aucune question n'est posée sur l'Éducation - qui porte une part de responsabilité dans certaines croyances.

IX. Quels objectifs ? Psychiatriser l'adversaire ?

Conspiracy Watch a donc ensuite décidé de dresser le "profil psychologique" des "complotistes" :

Et Rudy Reichstadt est très efficace : 2 questions lui suffisent. Le première concerne... la voyance :

Et la seconde, nous l'avons vue précédemment, c'est le spiritisme : "Il est possible d'entrer en contact avec les esprits de personnes mortes" !

Voilà, fin du "profil psychologique" !

Dès lors, on peut se demander si le but réel de l'étude ne serait pas simplement de laisser penser que : 1/ les complotistes sont dingues 2/ et de plus en plus nombreux, surtout chez les jeunes et les zéstrêmes.

En lien avec le point précédent, on notera aussi que, dans l'étude, aucune question n'est posée autour de la Télévision, qui a une grande part dans certaines croyances peu fondées :

Nous vous recommandons au passage  cet article faisant un bref historique du paranormal à la télévision :

 telez.fr

Mais il est vrai que, attaquer la télévision, c'est courir le très gros risque qu'on n'y parle pas de votre étude....

Ainsi, bien qu'ayant sonné le tocsin de toutes ces forces, Rudy Reichstadt prend grand soin de ne mettre en cause ni l'Éducation, ni la Télévision ni les grands Médias - chapeau !

X. Quels objectifs ? Limiter la liberté d'expression ?

On arrive enfin à la fin de l'étude, avec cette question totalement inattendue dans une étude sur le complotisme : "Accordez-vous de l'importance à vivre en Démocratie ?" :

On n'a pas le chiffre global, juste ceci, la répartition des "Très important" en fonction de l'adhésion aux "théories complotistes".

Soulignons en effet que, contrairement à tous les usages, nous ne disposons non seulement pas des résultats détaillées de la plupart des questions dans la note Ifop, mais que même certaines questions n'ont pas été publiées du tout dans la note technique, comme celle sur l'attentat de Strasbourg (elle ne figure qu'un tableau extrait, dans le commentaire du sondage).

Remercions cependant Conspiracy Watch, car, grâce à son sondage, on est heureux de savoir où travaille désormais le stagiaire/graphiste BFM... 🙂 (cf. 42 % versus 65 %) :

Un léger problème - hélas au détriment des "complotistes"...

Soulignons enfin que la question n'est pas très précise : "Accordez-vous de l'importance à vivre en Démocratie ?" On peut y comprendre plusieurs choses. Par exemple, "Accordez vous de l'importance à voter pour vos Dirigeants ?" ; comme au vu de la construction du sondage, il y a probablement une forte corrélation entre la population "complotiste" et la population abstentionniste. Or cette dernière pourrait peut-être répondre plus fréquemment que ce n'est pas "très important" de vivre en Démocratie, s'ils entendent la question ainsi.

Il aurait été dès lors intéressant de conforter l'analyse avec la question "Accepteriez-vous de vivre en Dictature ?"

Vient alors la dernière question du sondage, assez stupéfiante, mais on peut vraiment remercier la Fondation Jean Jaurès de l'avoir posée, car elle ne concerne pas le complotisme, mais l'autoritarisme. Et son résultat est, lui, vraiment inquiétant :

Donc on observe ceci :

Étonnamment, préférant se concentrer sur ce qu'on pense dans certaines marges de la société, les médias n'ont nullement relevé que 60 % des électeurs de la Majorité sont prêts à réduire la Liberté d'expression sir Internet.

Cette question montre merveilleusement bien à quel point cette majorité qui se qualifie de "libérale" est en fait travaillée de pulsions illibérales pour ne pas dire franchement autoritaires - comme on le voit de plus en plus clairement.

Pour information, l'Ifop m'a publiquement répondu sur ce point sur Twitter :

J'y réponds donc - hélas, je pensais qu'ils auraient compris tout seul.

Ici, on a posé une question "habituelle" de sondage, plus "normale", et les sondés ne la trouveront pas "stupide". Ils sont donc déjà plus à même d'y répondre honnêtement. De plus visant un phénomène qui n'est pas aux marges de la société, elle est plus robuste statistiquement (un item touchant 60 % des sondés est plus facile à mesurer qu'un item ne touchant que 1 % des sondés).

En synthèse : oui, leur sondage sur le "complotisme" est "hautement douteux". Pour cette question, c'est simplement un sondage sur la "liberté d'expression", c'est donc différent.

Signalons au passage que lorsque l'Observatoire a réalisé sa critique :

l'Ifop leur a aussi répondu - montrant à quel point elle est dans le dialogue et la critique constructive :

La fondation Jean Jaurès et Conspiracy Watch ayant liké ce tweet. Sacré trio...

XI. Cadeau pour l'Ifop : les réactions à son sondage

Si la presse a été "unanime", vu que les journalistes ont simplement copié-collé le communiqué de presse de Conspiracy Watch, les spécialistes (et pas seulement eux) sont également unanimes, mais différemment. Rappelons qu'ils l'avaient déjà été en 2018 :

Pour 2019, commençons, évidemment, pas les experts de l'Observatoire des Sondages, vu que c'est son rôle : "Fake news", Imposture scientifique", "Une enquête calamiteuse", "Charlatanisme", "des humoristes", "une mauvaise blague" : on notera en préambule que, comme l'année dernière, le succès d'estime a été immédiat !

Ils se sont fendus d'une analyse  dans ce billet :

Un an après la publication de leur étude sur le complotisme en France la fondation Jean Jaurès, organisation proche du Parti socialiste, l'Ifop et l'association Conspiracy Watch ont récidivé. Le battage médiatique suscité à l'époque explique peut-être l'obstination du trio. Les biais considérables qui entachaient irrémédiablement la qualité de l'étude n'avaient sans surprise pas empêché la presse d'en donner un large écho. Comme on pouvait s'y attendre la version 2019 présente exactement les mêmes « qualités ».

Quoi qu'il en soit notre constat de 2018, publié en deux parties, demeure entier (cf.  Complotisme : fake news à la une (I) ;  Complotisme : fake news à la une (II)). Comment pourrait-il en être autrement lorsque les auteurs, tout à leur œuvre de débusquer la « mentalité conspirationniste », proposent d'établir un profil type du complotiste à partir d'un QCM de trois questions seulement. [...] Les profileurs de la police judiciaire, de la gendarmerie, ou du FBI n'ont qu'à bien se tenir.

Le profil des auteurs de cette « enquête » est quant à lui facile à dresser : des humoristes contrariés.

Ils n'ont pas été les seuls. Je vous recommande en particulier ces analyses, sites et personnes à suivre - on voit à quel point l'esprit critique est désormais absent des grands médias, alors que c'est un élément fondamental en Démocratie. Par chance, il y a un Internet libre - mais pour combien de temps encore dans ces conditions ?

Lire aussi cette analyse de  La Tronche en biais.

Je souhaite terminer par ceci, qui signe la tristesse d'une époque.

Comme on l'a vu, les grands médias n'ont pas compris les problèmes de cette étude ; mais l'humoriste  Un Monde riant a compris :

 Nordpresse a également compris (ici, la question sur les Illuminatis) :

Mais  Laurent Alexandre n'a pas compris (ou disons qu'il a probablement retweeté trop vite sans analyser...) :

Il est donc triste de pouvoir penser, sans se remettre en question, que le quart des Français sont des abrutis profonds...

N'hésitez donc pas à suivre, pour les récompenser de leur esprit critique et de leurs efforts :

@TroncheBiais

@gchampeau

@epelboin

@Obs_sondages

@UnMondeRiant

@hadrienmathoux

@laurentcalixte

et allez... @Oberruyer aussi 🙂

XII. Le pompon : Bonus "Gilets Jaunes"

On apprend dans le commentaire que l'Ifop va prochainement aussi s'occuper des Gilets Jaunes :

Dès lors, il semble fort possible que nous allions avoir prochainement droit à une deuxième vague sur le thème "Les Gilets Jaunes, tous complotistes - ou presque".

Voici d'ailleurs la bannière Twitter actuelle de Conspiracy Watch - spécial Gilets Jaunes :

On voit donc à quel point la Fondation Jean-Jaurès, satellite du PS, est dans un rôle politique - une étude de ce genre coûtant généralement 20 000 à 30 000 €.

Le fait que la Fondation Jean Jaurès, qui commandite ce genre d'analyses hautement douteuses, soit grandement financée par le Premier Ministre pose question :

Il conviendrait donc de confier la rédaction de ce genre d'études à un collectif composé exclusivement d'universitaires et d'enseignants renommés, indépendants, aux visions différentes, pour aboutir à une étude bien plus neutre - et donc intéressante.

XIII. Résumé de cette étude

Nous résumons ici les principaux problèmes détectés dans cette étude :

  1. le principal : ne sont testées ici que des théories du complot "non-mainstream". Il faudrait tester aussi des théories du complot soutenues par le Pouvoir ;
  2. les questions sont vagues, trompeuses et/ou à signifiants multiples ;
  3. on interroge et publie les opinions des sondés sur des théories "complotistes" qu'ils ne connaissent généralement pas ;
  4. les questions relèvent d'intensités de "complotisme" très différentes ;
  5. l'étude agrège comme allant de soi en "complotistes" les personnes ayant répondu "Tout à fait d'accord" et "Plutôt d'accord" avec une théorie du complot ;
  6. l'indicateur de complotisme est donc biaisé et peu exploitable ;
  7. il n'y a pas de questions de type "étalon" ou "placebo" pour caler le sondage.

XIV. Boycot de l'Ifop

Dans ces conditions, en raison :

  • des erreurs méthodologiques majeures ;
  • des présentations douteuses ;
  • surtout du manque évident de déontologie face à un client cherchant à ne pas informer correctement l'opinion - notre Démocratie devient de plus en plus malade en raison de sondages douteux ;
  • du fait qu'ils ont récidivé en dépit des lourdes critiques précédentes ;
  • du danger que représente cette étude au niveau de la liberté d'expression, du contrôle d'internet, du contrôle de l'information et de l'éducation à l'esprit critique des élèves.

Nous appelons très clairement à BOYCOTTER l'IFOP, et, à tout le moins pour ce genre d'étude. Il est très important de ne plus répondre à leurs questions sur le "complotisme".

 les-crises.fr

 Ajouter un commentaire