Affaire Battisti : les enjeux d'une extradition illégale camouflée en « expulsion » Interview de José Bové, eurodéputé vert

23-01-2019 tlaxcala-int.org 3 min #151143

 Jean-Jacques Régibier

L'ancien militant italien des "années de plomb", Cesare Battisti, vient d'être expulsé en Italie où il a été condamné par contumace à la prison à perpétuité. Le député européen José Bové (Verts-ALE) analyse les enjeux démocratiques de cette affaire politico-judiciaire qui dure depuis 40 ans.

Note de Tlaxcala : Cesare Battisti n'a pas été "extradé", vu que la législation bolivienne comme celles de presque tous les pays du monde, interdit l'extradition de personnes condamnées par contumace dans leur pays, en l'occurrence l'Italie, dernier pays de l'Union européenne à pratiquer les condamnations par contumace. Les Boliviens, conseillés par le ministre italien de la police, ont recouru à l'artifice de l'équivalent de la reconduite à la frontière, la "salida obligatoria" (obligation de quitter le territoire), s'appliquant à toute personne entrée illégalement dans le pays. En outre, le ministre de l'Intérieur bolivien a proféré un énorme mensonge au lendemain de la remise de Battisti aux Italiens, prétendant que la demande d'asile de Battisti, déposée le 21 décembre, avait été rejetée le 26 décembre. Il n'a apporté aucune preuve de son affirmation. Bref, un acte caractérisé de forfaiture.

Courtesy of  L'Humanitéhttps://www.humanite.fr/webtv
Source:  humanite.fr
Publication date of original article: 18/01/2019

 tlaxcala-int.org

 Proposer une solution