La » Grande muraille d'Acier Souterraine » de Chine est capable de vaincre les attaques à l'arme hypersonique, selon un chercheur

14-01-2019 reseauinternational.net 7 min #150759

Par Deng Xiaoci et Liu Xuanzun – Global Times

La Chine doit rester vigilante face aux ogives nucléaires américaines de faible puissance

La  » Grande muraille d’Acier Souterraine  » de Chine pourrait « garantir la sécurité de l’arsenal stratégique du pays » contre les attaques potentielles, y compris celles provenant de futures armes hypersoniques, a déclaré Qian Qihu, lauréat du plus grand prix scientifique et technologique du pays, à Global Times.

Qian, 82 ans, chercheur à l’Académie chinoise des sciences et à l’Académie chinoise d’ingénierie, a reçu mardi le Prix de la science et de la technologie pour 2018, lors d’une conférence tenue au Grand Palais du Peuple à Beijing.

La « Grande Muraille d’acier souterraine » est une série d’installations de défense situées profondément sous les montagnes. Bien que la surface de la montagne soit suffisamment épaisse pour résister aux attaques ennemies, les entrées et sorties de ces installations sont souvent vulnérables et le travail de Qian consistait à fournir une protection supplémentaire pour ces parties.

La stratégie nucléaire de la Chine suit le principe de  » non première utilisation  » et exige que le pays ait la capacité de résister à une attaque nucléaire avant de réagir avec ses armes stratégiques.

Le travail de Qian a garanti la sécurité des armes stratégiques, des installations de lancement et de stockage du pays ainsi que la sécurité des commandants pendant les périodes extrêmes, a déclaré Song Zhongping, expert militaire et commentateur à la télévision.

Dans une interview exclusive accordée vendredi à Global Times, Qian décrit son travail, la « Grande Muraille d’acier souterraine », comme « la dernière ligne de défense nationale du pays ».

Si d’autres lignes de défense, notamment le système d’interception des missiles stratégiques, le système antimissile et le système de défense aérienne ne fonctionnent pas contre les missiles hypersoniques et les bunker-busters récemment développés, les travaux de Qian peuvent encore contrecarrer de telles attaques.

« Le développement du bouclier doit suivre de près le développement des lancements. Notre ingénierie de défense a évolué en temps opportun, car les armes d’attaque posent de nouveaux défis « , a déclaré M. Qian.

Selon lui, les armes hypersoniques qui se déplacent 10 fois plus vite que la vitesse du son sont capables de changer de trajectoire en plein vol et de pénétrer toute installation antimissile.

La chaîne de télévision américaine CNBC a rapporté qu’en mars 2018, lors d’un discours sur l’état de la nation, le président russe Vladimir Poutine a présenté de nouvelles armes nucléaires et hypersoniques, qu’il a qualifiées d' »invincibles ».

Les États-Unis tentent également de mettre au point des armes hypersoniques, comme l’a déclaré en octobre Patrick Shanahan, alors secrétaire adjoint à la Défense des États-Unis, aujourd’hui secrétaire à la Défense par intérim. « Nous allons voler plus tôt et plus souvent que ce à quoi les gens s’attendaient », a déclaré CNBC.

Nouveaux défis

Les défis de la défense nationale ne découlent pas seulement de la mise au point d’armes d’attaque perfectionnées, mais sont également le résultat d’un environnement international imprévisible, a déclaré Qian.

Il a cité la position américaine récente selon laquelle le gouvernement Donald Trump envisage d’abaisser le seuil de déploiement d’armes nucléaires.

Les États-Unis envisagent d’assouplir leurs contraintes en matière d’armes nucléaires et de développer des ogives nucléaires à faible puissance, a rapporté le Wall Street Journal en janvier 2018.

Il est hautement possible que les armes américaines dotées d’ogives nucléaires à faible puissance soient des bombardiers, offrant une capacité de frappe chirurgicale plus importante pouvant causer des dégâts plus importants, ont déjà noté des experts militaires, avertissant que la Chine devrait rester vigilante et renforcer sa propre défense nationale.

Qian a également fourni des conseils sur des projets de construction civils, notamment le tunnel du fleuve Nanjing Yangtze, le pont Hong Kong-Zhuhai-Macao et le gigantesque projet de transfert d’eau du sud au nord, selon un rapport du China Global Television Network.

Quand on lui a demandé comment il dépenserait les 8 millions de yuans du prix qu’il vient de remporter, Qian a déclaré qu’une partie serait affectée à la recherche sur la défense nationale, le reste étant utilisé pour des projets de protection sociale tels que la lutte contre la pauvreté et le soutien aux étudiants pauvres.

« Je n’ai jamais pensé gagner un prix pour mes recherches, et je ne pense pas que cela soit arrivé trop tard », a déclaré Qian. « Je suis seulement reconnaissant que la reconnaissance nationale offre une excellente occasion de sensibiliser le public à la défense nationale. »

Qian Qihu, lauréat du prix de la science et de la technologie décerné par l’État en 2018, lors de son entretien avec Global Times vendredi. Photo : Deng Xiaoci / GT

Source :  globaltimes.cn

Traduction  Avic Réseau International

 reseauinternational.net

 Ajouter un commentaire