Erdogan à Trump : Quittez la Syrie avant que nous ne frappions

14-01-2019 reseauinternational.net 5 min #150755

par Tyler Durden 

La Turquie a menacé de frapper la milice YPG des Kurdes syriens, si les États-Unis diffèrent le retrait de leurs troupes de Syrie, selon  The Guardian.

« Si le retrait est reporté, sous le prétexte ridicule d’un massacre des Kurdes par les Turcs qui ne reflète en rien la réalité, nous passerons à l’offensive » a dit le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu, menaçant ainsi de lancer une opération militaire dans la région de Syrie contrôlée par les Kurdes.

Parlant sur la chaîne NTV, Çavuşoğlu a dit qu’il n’était pas réaliste de s’attendre à ce que les États-Unis soient capables de récupérer les armes qu’ils ont données à l’YPG, que le président turc Recep Tayyip Erdogan considère comme un groupe terroriste.

Les officiels turcs ont eu une rencontre tendue cette semaine à Ankara avec le conseiller en sécurité nationale de Trump, John Bolton, rencontre dont le but était de coordonner le processus de retrait.

Erdogan, qui avait accueilli favorablement le plan de retrait, a accusé Bolton d’avoir commis « une grave erreur » en exigeant qu’Ankara donne des assurances sur la sécurité des combattants kurdes préalablement au retrait de ses troupes par Washington.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo, qui est en tournée dans la région, a dit lui aussi mercredi que  la Turquie avait l’obligation de protéger les alliés kurdes de Washington, qui combattent l’ISIS en Syrie.  The Guardian

Les États-Unis ont travaillé en coopération étroite avec les Unités de Protection du Peuple Kurde (YPG), qu’Ankara considère comme une « branche terroriste » du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), rapporte The Guardian. Le PKK est engagé dans une lutte contre l’état turc depuis 1984.

« Nous sommes déterminés, sur le terrain et à la table des négociations… Nous déciderons du moment et nous ne demanderons la permission de personne. » a dit Çavuşoğlu, à propos du plan de frappe, ajoutant que plusieurs fonctionnaires de l’administration Trump avaient essayé de le convaincre d’abandonner son plan de retraite en invoquant des « excuses » du genre massacre des Kurdes par les Turcs, référence évidente aux commentaires de Pompeo.

Çavuşoğlu a encore ajouté que la Turquie combattrait l’YPG, que les USA se retirent ou non de Syrie, et ajouté que lui-même et Pompeo se parleraient jeudi au téléphone.

Source :  zerohedge.com

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

via: blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr

 reseauinternational.net

 Ajouter un commentaire