Pic de diesel ou pas de pic de diesel ?

08-01-2019 lesakerfrancophone.fr 17 min #150516

Le débat se poursuit

Par Ugo Bardi - Le 16 décembre 2018 - Source  CassandraLegacy

Dans un  article récent, Antonio Turiel a proposé l'hypothèse que le pic mondial de production de diesel avait été atteint il y a trois ans, en 2015. L'idée de Turiel est d'autant plus intéressante qu'elle tient compte du fait que ce que nous appelons « pétrole » est en fait une grande variété de liquides aux caractéristiques différentes. Le boom actuel de l'extraction du pétrole de réservoirs étanches (également connu sous le nom de « shale oil ») aux États-Unis a évité, jusqu'à présent, le déclin du volume total de pétrole produit dans le monde (« peak oil »).

Le schiste bitumineux a changé beaucoup de choses dans l'industrie pétrolière, mais il n'a pas pu éviter le déclin du pétrole classique. Cela a eu des conséquences : le schiste bitumineux est du pétrole léger, difficilement transformable en carburant (diesel), qui est aujourd'hui le carburant utilisé majoritairement dans les transports. Cela semble avoir forcé l'industrie pétrolière à convertir de plus en plus de pétrole « lourd » en diesel, mais le diesel se fait de plus en plus rare et de plus en plus cher, au point que sa production pourrait avoir atteint un pic en 2015. De plus, cela a créé une pénurie de pétrole lourd, le carburant de choix pour le transport maritime. Bref, le fameux « pic pétrolier » n'arrive pas d'un coup, mais au coup par coup, affectant certains types de carburants plus rapidement que d'autres.

La proposition de Turiel a suscité un débat considérable parmi les experts, plusieurs d'entre eux contestant l'interprétation de Turiel. Turiel lui-même et  Gail Tverberg ont discuté de la validité des données et de leur signification. Ci-dessous, je reproduis leur échange avec leur aimable autorisation. Comme vous le verrez, la question est complexe et, au stade actuel, il n'est pas possible de parvenir à une conclusion définitive. Personnellement, je dirais qu'il est compréhensible que beaucoup d'entre nous craignent d'être critiqués pour avoir crié au loup trop tôt, mais qu'il vaut néanmoins la peine de rapporter ses données et d'en discuter en fonction de ce que nous savons. Puis, comme cette phrase attribuée à John Maynard Keynes, « Moi quand j'ai de nouvelles données, je modifie mes conclusions. Et vous, monsieur ? »

Réponse de Gail Tverberg

Cher Ugo,

Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais les données par type de combustible raffiné sont disponibles à partir de diverses sources standard de données énergétiques. Les données de l'EIA contiennent beaucoup de données détaillées pour les États-Unis ; BP dispose de données régionales pour un certain nombre de ventilations. Il existe sans aucun doute d'autres sources de consommation de pétrole par pays. Je considère JODI comme des données fournies sur la base du volontariat ; il n'est pas vraiment clair (à mes yeux) quels sont les pays qui entrent ou sortent, pour quelles périodes.

L'information que vous affichez dans votre récent article semble montrer une tendance assez différente de celle de BP (Dist. signifie Distillates).

Selon BP, les distillats moyens se composent de kérosène pour avions, de kérosène de chauffage, de gaz et de diesel (y compris pour les navire de fret).

Dans le secteur des distillats moyens, il existe une autre ventilation pour les dernières années, qui montre une catégorie appelée diesel/gazole séparément du jet/kérosène. Il montre un schéma assez similaire.

C'est la catégorie « fioul », qui semble être celle des distillats lourds, qui montre la forte baisse de la consommation. Cela est conforme à ce que nous constatons aux États-Unis. Les raffineries peuvent faire beaucoup plus d'argent si elles craquent le pétrole lourd et le raffinent en produits plus légers que si elles le vendent à l'état brut. Aux États-Unis, une grande partie de la construction routière est passée de l'asphalte au béton. Le béton est un produit du charbon dans certaines parties du monde.

Aux États-Unis, le coke de pétrole a également connu une forte baisse.

En ce qui concerne ce que l'EIA appelle le mazout distillé (que je considère comme du diesel), aux États-Unis, il y a effectivement eu deux grands pas en arrière.

La première baisse de la consommation, en 1981 (lorsque les taux d'intérêt ont été augmentés), a été le moment où une grande partie du chauffage domestique et de la production d'électricité a été remplacée par d'autres produits énergétiques. Le deuxième ralentissement s'est produit en 2008, alors qu'un nombre encore plus important de propriétaires a abandonné l'utilisation du fioul pour le chauffage des maisons. De plus, sur le plan industriel, de nouvelles techniques ont été mises au point pour forer des puits de pétrole en utilisant du gaz naturel plutôt que du diesel [pour les moteurs, NdT]. Le gaz naturel est généralement produit au même endroit et il est beaucoup moins cher à utiliser pour les producteurs de pétrole que le diesel. Il est à noter que le pourcentage de baisse est beaucoup plus faible dans le graphique « mazout distillé » que pour les deux autres graphiques de l'EIA que j'ai montrés.

Pour moi, il est très difficile de comprendre exactement ce qui se passe, avec des noms aussi similaires pour différents produits. De plus, il semble y avoir beaucoup de changements dans leur utilisation dans le monde entier. Tout cela rend la situation confuse.

Vous voudrez peut-être revenir un peu en arrière sur ce que vous avez dit au sujet du diesel. Les preuves ne semblent pas aussi solides, si l'on regarde d'autres sources. Peut-être qu'un autre article, en examinant aussi de nouvelles données, serait approprié. Les données de BP peuvent être téléchargées  à partir de ce lien : L'onglet qui vous intéresse est Pétrole - Consommation régionale.

Meilleurs vœux, Gail

Antonio Turiel

Chère Gail,

Comme pour tout autre pic, il faut attendre quelques années pour être tout à fait sûr de l'avoir dépassé. Par conséquent, toutes les preuves recueillies jusqu'à présent doivent toujours être prises avec un peu de prudence, et dans ce sens, je suis d'accord avec votre mise en garde.

En ce qui concerne les données, je préfère utiliser JODI parce que les données JODI sont mieux fondées que les données EIA - les données EIA contiennent beaucoup d'« inférences », allant généralement de six mois aux États-Unis à deux ans dans d'autres pays. Les données du JODI, au contraire, ont tendance à être plus opportunes (et lorsqu'il y a des retards importants, ils sont déclarés). Notez également que l'EIA, l'IEA et BP utilisent les données JODI comme l'une de leurs sources.

Une autre différence importante est que dans votre premier graphique, vous représentez la consommation, alors que je représente toujours la production. La différence est significative, car je m'intéresse principalement au débit des raffineries car c'est le problème que je veux caractériser (les difficultés à augmenter la production). L'utilisation des stocks explique la différence entre les deux.

Certains lecteurs ont fait remarquer que le ralentissement, voire la baisse de la production de diesel, si elle est réelle, pourrait être la conséquence d'une baisse de la demande. C'est la même situation que pour le pic pétrolier : on peut toujours soutenir qu'il n'y a pas assez de demande pour ce pétrole, et c'est vrai dans tous les cas : l'abordabilité est un problème, comme vous l'avez expliqué plusieurs fois.

Salutations, Antonio

Gail Tverberg

Bonjour Antonio,

Je pense qu'il y a une différence réelle entre le genre de données qu'une personne veut examiner lorsqu'elle examine les indications d'un pays ou d'une subdivision à l'intérieur d'un pays et l'information qu'elle veut examiner pour trouver des indications au niveau mondial.

Lorsqu'une personne examine des données détaillées, je conviens qu'il y a très souvent une grande différence entre la production et la consommation. L'examen de données telles que les données JODI, ainsi que d'autres indications, peut être utile pour établir les véritables indications pour ce petit groupe. Une personne doit être assez consciente des tendances particulières à chaque pays ou à d'autres petits groupes. Je sais, par exemple, que les données sur le pétrole de schiste du Texas semblent être communiquées beaucoup plus lentement que celles du Dakota du Nord. Certains pays sont connus pour essayer d'exagérer leur production. C'est pourquoi l'OPEP présente deux séries de chiffres dans ses rapports mensuels : « de sources secondaires » et « telles que déclarées par le producteur ». Les chiffres « de sources secondaires » sont généralement considérés comme les plus précis.

Lorsqu'une personne examine de petits segments de données, correspondant plus ou moins à la façon dont les données sont déclarées, il est assez facile de voir des erreurs majeures. Par exemple, semble-t-il, le diesel (ou un autre groupe) a été déclaré accidentellement comme mazout pendant un certain temps. Il semble aussi que certaines catégories sont tout simplement manquantes ou que les montants ont été mal interprétés. Si je regarde les données détaillées, je peux chercher des erreurs. D'ici à ce que les agrégations se produisent, les grands problèmes, comme l'absence d'ensembles complets de données provenant de certains petits pays, seront difficiles à déceler. Si je regarde des données agrégées, surtout à l'échelle mondiale, je veux vraiment que quelqu'un ait examiné les données en détail et qu'il ait trouvé les éléments manquants. Ils ont sans doute fait quelques estimations des pièces manquantes, mais si je fais des estimations des tendances, il est absolument essentiel de faire des estimations des pièces manquantes.

Personnellement, je n'ai aucune expérience de travail avec JODI, mais j'ai travaillé avec beaucoup d'autres ensembles de données (dans le monde de l'assurance auparavant, et maintenant dans celui de l'énergie). Je suis tout à fait conscient du fait que le codage initial est susceptible d'avoir beaucoup de défauts, surtout si c'est volontaire, et qu'il n'a pas besoin d'être équilibré pour publier des données financières.

Il y a effectivement une certaine différence entre la production et la consommation, mais lorsqu'on arrive à l'échelle mondiale, elles sont en grande partie compensées. Pour déterminer les tendances, nous voulons des données bien gérées, c'est-à-dire des données aussi exemptes d'erreurs et d'omissions que possible. Je serais disposé à croire les données de l'EIA, de l'IEA ou de la BP à cette fin. Je préférerais de loin utiliser des données de consommation bien gérées pour examiner les tendances, plutôt qu'une sommation des données déclarées individuellement dont la validité est douteuse.

J'ai au moins un peu d'information sur ce qui se passe. Je sais qu'il y a une certaine souplesse dans la distribution des produits pétroliers finis que l'on peut obtenir à partir d'un baril de pétrole. En général, il est possible de « craquer » de longues chaines provenant des hydrocarbures pour obtenir des chaines plus courtes (et donc des hydrocarbures plus légers) ; il est presque impossible de passer de chaînes courtes à des chaînes plus longues. J'ai participé à des discussions en 2008, lorsque les industries pétrolières ont voulu augmenter le raffinage de ce qui avait été des produits comme l'asphalte et le coke de pétrole, parce qu'avec les prix élevés du pétrole, elles pouvaient réaliser des profits beaucoup plus importants en raffinant le pétrole lourd en produits plus coûteux comme le diesel et l'essence. Le béton pourrait remplacer l'asphalte. Les États-Unis ont un avantage naturel à craquer des molécules longues parce qu'ils disposent d'un approvisionnement abondant en gaz naturel à faible coût. Cela permet de maintenir le coût à un niveau inférieur à celui d'un processus similaire en Europe. Le pétrole lourd, comme celui provenant des sables bitumineux, a également tendance à se vendre à un prix nettement inférieur à celui du pétrole non corrosif léger, ce qui rend le procédé rentable aux États-Unis dans une gamme de scénarios de prix.

Lorsque je vois deux tendances différentes, l'une dans les données JODI et l'autre dans les données BP, je suis enclin à croire les indications BP.

Un problème de diesel différent

Je pense que l'Europe a peut-être un problème de diesel différent de celui auquel vous pensez. L'Europe a eu tendance à utiliser le diesel pour alimenter ses voitures particulières ainsi que ses camions. Cela met beaucoup de pression en terme de « demande » à mettre sur un segment des produits raffinés à partir d'un baril de pétrole. Les États-Unis et de nombreux autres pays ont réparti la demande, les voitures de tourisme utilisant de l'essence au lieu du diesel. Cela permet à la demande de mieux correspondre à ce qui sort d'un baril de pétrole brut. Selon les données de BP, en 2017, l'Europe a consommé 7,7 % de l'approvisionnement mondial en essence et 24,4 % de l'approvisionnement mondial d'une sous-catégorie qu'elle appelle diesel/gazole. (Ce sont des sous-catégories des dernières années que je ne montre pas dans le tableau ci-dessus). Je soupçonne qu'il n'y a aucun pétrole, nulle part, qui pourrait être raffiné pour fournir le mélange de diesel lourd dont l'Europe a besoin. Personne en Europe ne s'est arrêté pour penser : « Si les voitures et les camions fonctionnent tous les deux au diesel, nous aurons besoin d'importer beaucoup de diesel du marché mondial. Nous cherchons des problèmes. Si le monde a à peine de quoi se déplacer, notre demande fera monter les prix mondiaux du diesel ».

À ce stade, il ne sert à rien d'ajouter une grande capacité de raffinage du pétrole lourd en Europe ; l'Europe ne dispose pas du gaz naturel bon marché pour le traiter. Le même rapport de BP mentionné précédemment présente également des données sur la capacité de raffinage et le débit des raffineries en Europe. La capacité de raffinage et le débit semblent tous deux diminuer, à mesure que le pétrole disponible en mer du Nord diminue.

Meilleurs voeux, Gail Tverberg

Antonio Turiel

Chère Gail,

Désolé pour ma réponse tardive - J'assiste actuellement à une importante conférence à Rome, et les jours précédents, j'étais très occupé à préparer ma présentation.

En ce qui concerne vos commentaires, si je comprends bien votre argument, vous préférez les données EIA, IEA et BP car elles sont de meilleure qualité, outre le fait qu'elles intègrent diverses sources de données. L'essentiel, c'est qu'ils appliquent un meilleur contrôle de la qualité et que le résultat est, disons, meilleur.

C'est un point raisonnable, mais c'est aussi quelque chose que je mets de toute façon en question : ces données sont-elles vraiment meilleures ? En fait, l'EIA et l'IEA subissent toutes deux des pressions politiques pour inventer leurs données, et ce genre de chose est bien pire que d'avoir une erreur : c'est un parti pris. Les erreurs aléatoires (défaillances inattendues des données, interruptions de flux de données, double comptabilisation occasionnelle, etc.) ne modifient pas vraiment la tendance, mais augmentent simplement la volatilité des données, ce qui peut être compensé par un calcul de moyenne par exemple (par exemple, la fenêtre mobile de 12 mois que nous appliquons). Mais les préjugés peuvent changer les tendances, et c'est tout à fait crucial.

Ce que vous voulez dire, c'est que la définition de ce qu'on appelle le diesel a peut-être changé tout au long de la série JODI, ce dont je ne suis pas tout à fait au courant, et de fait, un « retrait soudain » du diesel de cette catégorie devrait entraîner une augmentation des autres distillats moyens, la catégorie « Autre fioul », ce qui n'est pas le cas. En outre, la suppression en tant que telle apparaît généralement sous forme d'étapes dans le graphique, ce qui n'est pas observé non plus. Une telle hypothèse me semble donc très improbable.

Les physiciens sont habitués à faire face à des données contenant du «  bruit » avec des incertitudes inconnues, car c'est notre pain quotidien (les données du monde réel sont toujours « bruyantes » et incertaines).

Permettez-moi donc de vous dire ce que je propose pour résoudre ce problème :

Je suis spécialiste d'une technique appelée «  Triple Collocation » qui permet une caractérisation intrinsèque des erreurs et des biais de trois ensembles de mesures différentes d'une même grandeur physique. Donc, si je peux abuser de votre gentillesse, si vous pouviez me fournir différentes séries de données de ce que vous pourriez appeler « diesel » ou « distillats moyens » ou toute autre source qui a votre confiance, des différents fournisseurs de données auxquels vous faites le plus confiance (EIA, IEA, BP, etc.) et j'inclurai les données de JODI et je ferai tous les triples collocations possibles (si nous avons EIA, IEA, BP et JODI nous avons 4 triplets possibles), je peux estimer les facteurs d'étalonnage, biais et écarts types des erreurs aléatoires pour chaque triplet, puis comparer les 4 possibilités pour voir si les résultats sont cohérents.

Cet exercice pourrait être très instructif pour nous tous et nous donner un meilleur aperçu de la situation actuelle.

Salutations, Antonio

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire