L'Afp refuse de publier les explications de Benalla : le Grand Soir les publie.

06-01-2019 legrandsoir.info 3 min #150410

La petite souris du Grand Soir

Maître Jacqueline Laffont, l'avocate d'Alexandre Benalla n'a pas réussi à convaincre l'AFP de publier un communiqué de son client... Il n'y a pourtant pas de quoi. Juste des mots en liberté. Et pas à nous de trancher n'étant pas experts de plongées en zone boueuses.

N'y aurait-il pas un problème de libre parole dans notre immense démocratie ? N'importe quel porteur de flash ball ou éditocrate des plateaux télévisés vous jurera que non. Pourtant, et la situation est ironique, voilà que Jacqueline Laffont, l'avocate d'Alexandre Benalla, s'est vue refuser, par l'Agence France Presse, la publication d'un communiqué exprimant le point de vue de son client. L'AFP, normalement légendaire porte-parole des informations et opinions qui concernent la Nation.

Le Grand Soir, soutien connu des grandes causes, parfois désespérées, se voit donc mis devant son devoir « démocratique », celui de publier le communiqué interdit. C'est-à-dire de faire parler Benalla par le biais de son avocate. Et ça nous fait drôle :

« Je constate encore une fois que l'on attaque le Président de la République à travers ma personne, je suis là cible depuis plusieurs mois d'attaques de presse calomnieuses, et souvent diffamatoires, la dernière en date étant celle de Mediapart, qui relève de la manipulation :

1) Je n'ai jamais donné, officiellement, d'interview à Médiapart, il y a eu un seul contact téléphonique à travers le téléphone de Monsieur Philippe Hababou Solomon qui m'a demandé de parler à son ami Fabrice ARFI.

2) Je n'ai jamais fait voir ou transmis le moindre sms, messages telegram ou Whatsapp qui relèvent d'échanges privés entre moi et les personnes concernées.

3) Je réaffirme que l'ensemble des déplacements que j'ai fait depuis mon départ de la Présidence de la République se sont fait à titre privé sans aucun lien avec l'Élysée, et que l'utilisation d'un passeport diplomatique s'est faite sous ma propre responsabilité, en tant que titre de transport.

Je répondrai à toutes les questions que souhaite me poser la justice à ce sujet.

En responsabilité, j'estime avoir commis des fautes, sur lesquelles je répondrais de mes actes, mais attaquer le Président de la République de cette façon relève de la lâcheté.

Je réaffirme mon soutien au Président de la République et je lui souhaite de réussir pour la France et les français. »

Voilà pourtant un texte intéressant pour les amateurs du feuilleton Benalla. Mentirait-il, comme devant le Sénat ? Pas une raison pour le faire taire.

 legrandsoir.info

 Ajouter un commentaire