Comment devenir un journaliste fiable de la presse mainstream ?

06-12-2018 investigaction.net 39 min #149271

06 Déc 2018

Article de :  Medialens

L'Iran, le lobby israélien, Julian Assange, Bolsonaro et le fascisme ou encore la guerre au Yémen... Il y a certaines règles à respecter si vous comptez démontrer à vos éditeurs et aux médias qui vous emploient qu'ils peuvent avoir confiance en vous. Medialens dresse une petite liste de conseils pour tous ceux qui voudraient percer dans le monde merveilleux des médias mainstream.

Par exemple, si vous écrivez sur les relations entre l'Iran et les Etats-Unis, vous devrez vous assurer que votre histoire ne débutera pas avant 1979. C'était en effet l'année où des étudiants iraniens ont occupé l'ambassade américaine à Téhéran pendant 444 jours. C'est cet événement qui a « conduit à une hostilité mutuelle » selon le  journal de la BBC. Vous ne devez en aucun cas revenir sur le coup  d'État de 1953 dirigé par la CIA et qui a renversé le dirigeant iranien élu démocratiquement, Mohammad Mossadegh. Ce serait même mieux si vous pouviez juste omettre ce détail.

En aucun cas, il ne faut mentionner Noam Chomsky qui  déclarait en 2013 : « Le fait crucial à propos de l'Iran, ce par quoi on devrait débuter, c'est que pendant 60 ans, il n'y a pas eu un jour sans que les USA n'aient torturé des Iraniens. »

Comme Chomsky l'a précisé, les USA, avec le soutien des Anglais, installèrent le Shah. C'était un dictateur brutal, décrit par Amnesty International comme le pire, le plus extrême des tortionnaires dans le monde, année après année. Toutefois, le fait que des Iraniens ordinaires puissent avoir une sorte de grief à l'égard de l'Oncle Sam ne devrait donc pas être mis en avant dans le journalisme « responsable ». Vous ne devriez pas non plus noter, comme le fait Chomsky, que : « Lorsque le Shah a été renversé en 1979, les États-Unis ont presque immédiatement décidé de soutenir Saddam Hussein dans son assaut contre l'Iran, qui a tué des centaines de milliers d'Iraniens et qui a utilisé de manière intensive des armes chimiques. Bien sûr, au même moment, Saddam a attaqué sa population kurde par d'horribles attaques à l'arme chimique. Les États-Unis ont soutenu tout cela. »

En tant que « bon » journaliste, évitez de faire des États-Unis le plus dangereux des États du monde ou même de faire une comparaison chomskienne entre les États-Unis et la maffia :

« Nous sommes de retour aux principes de la maffia. En 1979, les Iraniens ont commis un acte illégitime : ils ont renversé un tyran que les États-Unis avaient infiltré et se sont engagés sur une voie indépendante en ne suivant pas les ordres des États-Unis. Cela entre en conflit avec la doctrine de la maffia, par laquelle le monde est gouverné. La crédibilité doit être maintenue. Le parrain ne peut permettre l'indépendance et le succès des défiances, comme à Cuba. Alors, il faut punir l'Iran pour ça, pour l'exemple. »

En tant que journaliste fiable, il n'est pas non plus nécessaire de s'attarder sur la  destruction du vol 655 d'Air Iran dans le golfe Persique par le navire de guerre américain Vincennes le 3 juillet 1988. Les 290 passagers de l'avion ont été tués, dont 66 enfants. Le président Ronald Reagan  a excusé ce massacre de masse comme une « action défensive appropriée ». Le Vice-président George H.W. Bush  a déclaré : « Je ne m'excuserai jamais pour les États-Unis peu importe les faits... Je ne suis pas le genre de type qui présente des excuses pour l'Amérique. »

Les États-Unis n'ont jamais pardonné à l'Iran son « défi » sans fin lorsqu'il tentait de se soustraire aux obligations de Washington. Les sanctions sévères et punitives imposées à l'Iran, qui avaient été supprimées dans le cadre de  l'accord sur le nucléaire de 2015, ont maintenant été  rétablies par le président Donald Trump. Ce dernier a également décidé de se  retirer de l'INF, le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, conclu avec la Russie. Il s'agit du pacte historique sur les armes nucléaires signé en 1987 par le président Ronald Reagan et le dirigeant soviétique Mikhail Gorbatchev.

Mais le journalisme « équilibré » ne doit pas nécessairement se  concentrer sur la menace accrue de la guerre nucléaire ou sur les  options diplomatiques que les États-Unis ont ignorées ou piétinées. Le journalisme doit être façonné par le cadre narratif selon lequel ce sont les États-Unis qui se comportent de manière responsable et que l'Iran est la menace la plus grave pour la paix dans le monde. Ainsi, BBC News  rapporte que le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a averti que « les Etats-Unis exerceraient une pression "implacable" sur l'Iran à moins que celui-ci ne modifie son "cours révolutionnaire". »

Le journal de la BBC ajoute :

Le président iranien, Hassan Rouhani, avait auparavant adopté un ton de défi, affirmant que le pays « continuerait à vendre du pétrole ».

« Nous allons fièrement briser les sanctions », a-t-il déclaré à des responsables économiques.

Les bons journalistes savent que les ennemis officiels résistant à l'impérialisme US doivent toujours être qualifiés de « provocateurs ». Mais le terme est rarement, voire jamais, appliqué au pouvoir impérial mettant en œuvre des mesures oppressives.

BBC News a consciencieusement rapporté les commentaires de Pompeo :

« Le régime iranien a le choix : il peut soit faire un revirement à 180° par rapport à son comportement illégal et agir comme un pays normal, soit il peut voir son économie s'effondrer ».

Un bon journaliste sait qu'il ne faut pas évaluer de manière critique, encore moins ridicule, l'idée que les États-Unis sont l'exemple d'un « pays normal », plutôt que d'être un État hors-la-loi qui menace outrageusement de faire s'effondrer l'économie d'un autre pays pour avoir refusé d'obéir aux ordres.

Ne parlez même pas du lobby israélien !

Une autre règle du journalisme corporate consiste à minimiser l'influence du lobby israélien dans la politique britannique ; ou mieux, prétendre que ça n'existe pas. En outre, vous pouvez renforcer vos références en rapportant le  récit biaisé et pro-israélien selon lequel Jeremy Corbyn, un militant de longue date contre le racisme, a succombé à l'antisémitisme. Ou mieux encore, vous pourriez le lier à un événement horrible, comme le meurtre récent de onze fidèles dans une synagogue de Pittsburgh par un suprématiste blanc d'extrême droite. C'est ce que  Christina Patterson, une chroniqueuse, a  fait sur Sky News. Elle a  dit :

« Je dois dire que dans notre pays, le parti travailliste est sous le signe de l'antisémitisme depuis une grande partie de l'année... Je sais que Jeremy Corbyn et ses collègues ont essayé de dire que ce n'était pas un problème. »

Ce fut une flagrante diffamation.

Si vous travaillez pour BBC News, il est particulièrement important que les reportages aient un titre et un cadre narratif appropriés. Il s'agit notamment d'un cadre qui promeut le point de vue d'Israël et obscurcit l'organisme impliqué lorsque des Palestiniens sont tués par des Israéliens. Ainsi, l'histoire de trois jeunes Palestiniens âgés de 13 et 14 ans tués dans une attaque aérienne israélienne devrait être  intitulée :

« Des jeunes de Gaza tués alors qu'ils plaçaient une bombe »

Et certainement pas :

« Israël tue trois enfants palestiniens »

Sinon, vous (ou plus probablement vos supérieurs) recevrez un appel de l'ambassade d'Israël à Londres. Un producteur de BBC News, a  déclaré un jour au professeur Greg Philo du Glasgow Media Group :

« Nous attendons avec peur l'appel téléphonique des Israéliens ».

Cela aide à garder les journalistes dans le rang.

Il est également important de ne pas regarder, et encore moins d'en faire un article, le  electronicintifada.net récent que le lobby israélien ne veut pas que le public voie. Intitulé « The Lobby USA », il s'agit d'une enquête secrète en quatre parties de la chaine Al Jazeera sur l'influence secrète d'Israël aux États-Unis. Le film a été achevé en octobre 2017. Cependant, il n'a pas été montré après que le Qatar, émirat du Golfe qui finance le fonds Al Jazeera, « ait été soumis à une pression intense du lobby israélien pour qu'il ne diffuse pas le film ». Le site Web Electronic Intifada a obtenu une copie du film et a maintenant  publié les épisodes.

En Grande-Bretagne l'année dernière, une  opération d'infiltration sous couverture d'Al Jazeera auprès de membres clés du lobby israélien a  révélé un complot du gouvernement israélien pour un budget de 1 million de livres sterling destiné à discréditer Corbyn. Mais il est préférable de regarder ailleurs si vous êtes un journaliste aspirant dans le « mainstream ». Si vous travaillez pour BBC News ou The Guardian plus particulièrement, vous ne souhaiterez certainement pas attirer l'attention sur un récent rapport de la  Media Reform Coalition (MRC), rapport qui pointe les inexactitudes et les distorsions dans la couverture médiatique de l'antisémitisme et du parti travailliste. La BBC et le Guardian étaient parmi les pires contrevenants.

Plus d'un mois après la publication de ce rapport accablant, Katharine Viner, journaliste du Guardian, n'a toujours rien dit en public à ce sujet (pas à notre connaissance), bien qu'elle ait été  incitée à le faire par nous et de nombreux autres, et ce, à  plus d'une reprise. Sans doute sans surprise, pas une seule personne du Guardian n'en a même parlé ; y compris les chroniqueurs, notamment Owen Jones et George Monbiot. Le public est encouragé à considérer les radicaux sans peur. Justin Schlosberg, l'auteur principal du rapport, vient de publier une  lettre ouverte au rédacteur en chef du Guardian, au nom de la MRC. Il a écrit :

« À la fois avant et après la publication de notre étude, qui soulevait de vives inquiétudes quant à la couverture de l'antisémitisme par le Guardian au sein du parti travailliste, nous avons déployé des efforts considérables pour engager un dialogue constructif avec le personnel de la rédaction et des affaires publiques. Malheureusement, ces efforts ne semblent pas avoir porté leurs fruits à ce jour. Notre étude n'a pas non plus été rapportée ou commentée, malgré l'important débat public et la controverse qu'elle a suscitée. Nous continuons néanmoins d'espérer et d'attendre qu'une réponse réfléchie aux preuves soit apportée. »

Des universitaires réputés dans le domaine des médias notamment Robert McChesney, Greg Philo, James Curran, David Miller et bien d'autres ont  clairement indiqué que le rapport du MRC sur la couverture de l'antisémitisme et du travail était sérieux et devait être abordé :

« Il est impératif que les institutions de presse, en particulier la BBC et les journaux, fiers de leurs reportages justes et précis, répondent à ces conclusions. Il ne suffit pas de rejeter la recherche sur la base d'un préjugé présumé sans s'engager de manière constructive dans la recherche, y compris l'approche particulièrement prudente adoptée par les chercheurs. »

La déclaration continue ainsi :

« Le silence ou le rejet d'emblée ne feront que parler amplement du malaise largement ressenti dans la presse libre et les médias de service public. Une démocratie qui fonctionne dépend d'un quatrième pouvoir qui fonctionne. »

La déclaration des universitaires a été ignorée par les médias « traditionnels » ; soulignant ainsi le dysfonctionnement d'un quatrième pouvoir et l'absence cruelle d'une démocratie fonctionnelle.

Attaquer Julian Assange

En tant que journaliste « grand public », vous devez également veiller à traiter le cofondateur de WikiLeaks, Julian Assange, avec le montant requis de mépris et de ridicule. Ainsi, l'« impartial » BBC News a publié sur son site internet un  article intitulé « Julian Assange reçoit un ultimatum félin de l'Équateur ». La BBC rapporte qu'Assange :

« S'est vu remettre à l'ambassade de l'Équateur à Londres un ensemble de règles domestiques qui incluent de nettoyer sa salle de bain et de mieux prendre soin de son chat. »

La version originale de l'article incluait même une  fausse citation, « Économisez de l'eau, ne prenez pas de douche », tirée d'un compte Twitter parodique de Julian Assange ; peut-être le symptôme d'un journaliste de la BBC trop impatient de pouvoir rendre Assange aussi ridicule que possible.

Dans le même ordre d'idées, le Times a publié un  thetimes.co.uk intitulé « Passez derrière votre chat, dit l'ambassade équatorienne à Julian Assange », suivi d'un autre article  intitulé « L'ambassade équatorienne en a marre des petits matchs et des skateboards de Julian Assange ». L'Express est allé avec « 'Bien le félin ? Le chat d'Assange a besoin de l'aide de son ambassade »(17 octobre 2018 article non disponible en ligne). The Guardian, qui avait  bénéficié d'une collaboration antérieure avec WikiLeaks et Assange, a publié un  article désinvolte intitulé « Comment se débarrasser d'un colocataire indésirable », gloussant :

« Les Équatoriens en ont assez de leur locataire de longue date, Julian Assange. Mais beaucoup d'entre nous ont eu un colocataire cauchemardesque. Voici comment les amener à partir. »

De manière contrastée, la journaliste italienne  Stefania Maurizi, qui pratique du vrai journalisme, a  écrit :

« Tandis que les médias se concentraient sur le chat de Julian Assange plutôt que sur sa détention arbitraire persistante, des preuves montrent que la Grande-Bretagne a travaillé dur pour forcer son extradition vers la Suède, d'où Assange craignait qu'il ne soit ensuite livré aux États-Unis. »

Maurizi a souligné que la Suède avait abandonné son enquête en mai 2017, après que ses procureurs eurent interrogé Assange à Londres, comme il l'avait toujours demandé. Elle a ajouté :

« Bien que l'enquête suédoise soit finalement terminée, Assange reste confiné. Peu importe que le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire ait établi que le fondateur de WikiLeaks était bien en détention arbitraire depuis 2010, et qu'il devrait être libéré et indemnisé. Le Royaume-Uni, qui encourage les autres États à respecter le droit international, se fiche de la décision de cet organe des Nations Unies dont les opinions sont respectées par la Cour européenne des droits de l'homme. Après avoir tenté de faire appel de la décision de l'ONU et après avoir perdu l'appel, la Grande-Bretagne ignore tout simplement cette décision. La fin de la détention arbitraire d'Assange n'est pas en vue. »

Cette situation devrait extrêmement préoccuper les vrais journalistes : une personne est menacée d'extradition et d'une longue peine d'emprisonnement pour avoir publié des informations détaillées sur la corruption et les crimes de guerre d'un État. Mais, comme le  dit l'écrivain canadien  Joe Emersberger, « l'affaire Assange montre que le soutien à la liberté d'expression dépend de la personne qui parle ».

La journaliste indépendante  Caitlin Johnstone  relève un fait intéressant. Ce que les « loyalistes de l'empire » dans les médias corportate « disent vraiment quand ils frappent Julian Assange », c'est qu'on peut leur faire confiance pour protéger les intérêts de l'establishment. Bien sûr, c'est d'autant plus facile d'attaquer Julian Assange alors qu'il est pratiquement réduit au silence dans l'ambassade équatorienne. Sa  santé risque par ailleurs de fortement se dégrader s'il ne peut pas quitter l'ambassade sans être extradé vers les Etats-Unis.

Au moment de la rédaction de cet article, il n'avait apparemment toujours pas accès à Internet. Sa mère, Christine Assange, vient de lancer un  appel urgent et passionné pour faire prendre conscience de son sort :

« Ce n'est pas un exercice. C'est une urgence. La vie de mon fils... est en danger immédiat et critique. »

Elle ajoute que :

« Un nouvel ensemble de règles et de protocoles inhumains et impossibles a été mis en place à l'ambassade pour le torturer à un point tel qu'il va se briser et être contraint de partir. »

Elle avertit que si son fils quitte l'ambassade, il sera extradé vers les États-Unis. Il fera l'objet d'un « procès sommaire » et sera placé en détention « à la prison de Guantanamo Bay, 45 ans dans une prison à sécurité maximale ou même la peine de mort ».

Pendant ce temps, comme l'a ajouté Johnstone, le message qu'envoient ceux qui aspirent à une belle carrière et qui dénigrent Assange et se moquent de lui est le suivant :

« Hey ! Regardez-moi ! Vous pouvez compter sur moi pour faire avancer tout récit transmis d'en haut ! Je vais encourager toutes les guerres ! Je mettrai en lumière tous les méfaits des rivaux de notre grande nation et j'ignorerai les méfaits de nos alliés ! [...] Je serai un porte-parole fiable de la classe dirigeante, indépendamment de qui est élu lors de nos fausses élections pour notre faux gouvernement officiel. [...] Je comprends ce que vous voulez que je fasse sans que vous me disiez explicitement de le faire. [...] Écoutez, je m'associe même à la meute contre un prisonnier politique qui ne peut pas se défendre. »

Fascisme à pédale douce

Une autre règle à respecter en tant que journaliste corporate consiste à adorer l'économie mondiale, excusant ou même acclamant la montée en puissance des politiciens d'extrême droite, car cela pourrait générer des gains pour les grandes entreprises. Comme l'a souligné Alan MacLeod, du Glasgow University Media Group, dans un  article récent pour  Fairness and Accuracy In Reporting, la presse financière a salué l'élection d'un président fasciste au Brésil :

« Jair Bolsonaro était un officier de l'armée sous la dictature militaire fasciste du Brésil (1964-1985) qu'il  défend, soutenant que sa seule erreur était de ne pas tuer suffisamment de personnes. »

Il est sur le point d'appliquer une « thérapie de choc » au Brésil, en lançant « une vente de biens publics et en ouvrant de vastes ressources naturelles nationales à l'exploitation étrangère », y compris l'Amazonie. En outre, il a menacé de déclencher une vague de violence sur la classe ouvrière, les minorités et la gauche.

Bolsonaro s'est opposé à Fernando Haddad, candidat du parti ouvrier de centre gauche. Les marchés internationaux, et donc la presse financière, souhaitaient clairement que Bolsonaro gagne, observe MacLeod. Le socialisme n'est jamais populaire auprès des élites du monde des affaires et de la finance.

MacLeod note que Bolsonaro a été élu avec seulement 55,5 % des voix après que l'ancien président de gauche Lula da Silva, de loin le  candidat le plus populaire, ait été emprisonné et empêché de se présenter sous  des chefs d'accusation très discutables. Après avoir été élu, Bolsonaro a nommé de  façon effrontée le juge qui a emprisonné Lula au poste de ministre de la Justice dans le nouveau gouvernement brésilien.

Le Financial Times a rapporté que les marchés «  acclamaient » Bolsonaro en tête de la course à la présidentielle. Le FT a également noté la montée en flèche des actions des sociétés d'armement et un coup de fouet pour l'économie en général en tant que performance «  réconfortante » de Bolsonaro.

MacLeod a conclu :

« Lorsqu'il s'agit d'opportunités de profit, tout le reste est oublié. Après tout, le fascisme est une grande entreprise. »

Bien sûr, un « vrai » journaliste ne dirait jamais quelque chose comme ça.

Un article d'opinion sur le site Web de Bloomberg, axé sur les entreprises,  a proclamé :

« Le Brésilien Bolsonaro achève le balayage américain de l'Amérique du Sud. »

Et ajoute :

« En dehors du Venezuela et aussi longtemps que Maduro tient le coup, le continent est désormais favorable aux États-Unis. »

L'article a été écrit par James Stavridis, un amiral à la retraite de la marine US et ancien commandant militaire de l'OTAN.

Comme le résume le journaliste Ben Norton via  Twitter :

« Je le répète pour la énième fois : le capitalisme et l'impérialisme préfèrent infiniment le fascisme au socialisme. L'impérialisme capitaliste embrasse de tout cœur les fascistes, tout en assassinant des socialistes. Cet ex-commandant du US Southern Command se vante de cela. »

Le journalisme « responsable » signifie fournir des débouchés réguliers et amplifiés pour des « analyses » favorables à l'impérialisme. Comme Jonathan Cook l'a récemment  souligné, Bolsonaro est « un monstre conçu par nos médias », de la même manière que les médias mainstream ont facilité l'ascension de Donald Trump au poste de président des États-Unis.

Enterrer la responsabilité britannique dans le cauchemar du Yémen

Il y a toujours des exceptions à la règle. Patrick Cockburn, correspondant de longue date à The Independent, est un exemple de journaliste qui questionne les « vérités » établies. Depuis près de deux ans, les médias ont cité un chiffre de 10 000 Yéménites tués lors de la guerre menée par l'Arabie saoudite, soutenue par les États-Unis et le Royaume-Uni. Cockburn a récemment fait  remarquer que ce chiffre minimise de façon flagrante le nombre réel et catastrophique de morts, qui devrait se situer entre 70 000 et 80 000 personnes.

Cockburn a interviewé Andrea Carboni, une chercheuse au Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED). Il s'agit d'un groupe indépendant anciennement associé à l'Université du Sussex. Carboni concentre son attention sur le nombre de victimes réelles au Yémen. Il estime à 56 000 le nombre de civils et de combattants tués entre janvier 2016 et octobre 2018. Lorsqu'il a terminé ses recherches, Carboni a déclaré à Cockburn qu'il devrait retrouver entre 70 000 et 80 000 victimes qui sont décédées depuis le début de l'assaut mené par les Saoudiens lors de la guerre civile au Yémen en mars 2015.

Cockburn ajoute :

« Ce nombre augmente de plus de 2 000 par mois, alors que les combats s'intensifient autour du port de Hodeidah, sur la mer Rouge. Cela n'inclut pas ceux qui meurent de malnutrition ou de maladies telles que le choléra. »

En fait, les  chiffres fournis par l'UNICEF et Save the Children montrent qu'entre janvier 2016 et novembre 2017, au moins 113 000 enfants yéménites sont morts de causes évitables. Principalement la maladie et la malnutrition.

Dans une  interview avec Ben Norton sur  The Real News Network, Cockburn souligne que, malgré l'ampleur effroyable de cette souffrance, la couverture médiatique est minime :

« C'est horrible. Et vous savez, c'est un point que soulevait l'ONU récemment et qui, je pense, n'a pas été beaucoup repris. À savoir que de telles famines sont assez rares. Vous savez, il y avait une famine en Somalie il y a quelques années. Il y en avait un autre plus petite au Soudan du Sud. Mais une famine comme celle-ci, aussi grosse que celle-ci, est très rare. Je veux dire, c'est entièrement fabriqué par l'homme. Et on pourrait dire que cela a eu lieu à la vue du monde entier. Mais en réalité, ce n'est pas le cas, car l'information n'en est pas rapportée. »

Cockburn souligne également une étude de la professeure Martha Mundy intitulée « Stratégies de la coalition dans la guerre du Yémen : bombardement aérien et guerre alimentaire », concluant que la campagne de bombardement dirigée par l'Arabie saoudite, soutenue par les États-Unis et le Royaume-Uni, ciblait délibérément les installations de production et de stockage.

En tant que journaliste vétéran bien établi et avec des références impressionnantes, Cockburn peut rapporter de telles vérités inconfortables sans perdre de vue sa carrière. Mais malheur à tout jeune journaliste qui essaie de se faire une place dans le « mainstream » et qui oserait faire de même. Au lieu de cela, ces jeunes devraient suivre l'exemple de Patrick Wintour, éditorialiste au Guardian pour l'international. Il effectue des contorsions pour fournir un « équilibre » fictif dans un  article récent sur le Yémen. Wintour fait référence à de simples « affirmations » selon lesquelles le Royaume-Uni « se range trop du côté des Saoudiens ». Ce langage orwellien se poursuit avec la description de l'Arabie saoudite, qualifiée de « partenaire de défense » de la Grande-Bretagne.

Le chapeau sous le titre principal de l'article de Wintour met en évidence le point de vue du secrétaire britannique à la Défense :

« Jeremy Hunt a déclaré que la cessation des hostilités pourrait » alléger les souffrances « du peuple yéménite. »

Comme l'a observé l'historien et analyste de politique étrangère, Mark Curtis, via  Twitter :

« Ce chapeau est un microcosme qui montre à quel point le Guardian est une blague. Après plus de trois ans de soutien total du gouvernement britannique aux meurtres de masse au Yémen, le journal a la témérité d'assimiler la politique britannique à l'atténuation humanitaire des souffrances. L'État ne pouvait pas demander plus. »

Les journalistes en herbe devraient prendre note de l'obligation des sociétés corporatistes d'enterrer la sanglante réalité de la « défense » et des énormes profits à protéger.

Curtis a également souligné récemment une  confidence du ministère de la Défense qui semble avoir été ignorée par les médias :

« Oh, alors des pilotes saoudiens * sont * en cours de formation à RAF Valley au Pays de Galles (Anglesey).

 bit.ly '

Cela ne conviendrait pas non plus pour ceux qui espèrent une carrière dans le journalisme d'examiner les contorsions et les déclarations trompeuses émanant quotidiennement des ministères. Merci Curtis qui souligne régulièrement les tromperies  répugnantes de la part du Royaume-Uni.

Nous avons tweeté BBC News à propos de la vérité cachée selon laquelle le Royaume-Uni forme des pilotes saoudiens, alors même que l'Arabie saoudite commet des crimes de guerre au Yémen :

« Bonjour @BBCNews. Peut-être pourriez-vous y consacrer une quantité décente de couverture ? Ou préférez-vous garder le public dans l'ignorance de l'étendue de la complicité du gouvernement britannique dans le cauchemar du Yémen ?

Comme toujours, la BBC n'a pas répondu.

En bref, être un journaliste « traditionnel » fiable implique un certain nombre de règles de base, notamment : propager le mythe selon lequel « nous » sommes les bons ; se conformer aux exigences de la richesse et du pouvoir ; garder la tête baissée et ne jamais défier l'autorité de manière profonde ou soutenue ; et s'abstenir de toute discussion publique sur ces règles.

Source originale:  Medialens

Traduit de l'anglais par AP pour Investig'Action

Source:  Investig'Action

 investigaction.net

 Ajouter un commentaire