Pour Charlotte d'Ornellas, les Gilets jaunes «se sentent trahis par les hommes politiques»

03-12-2018 francais.rt.com 4 min #149117

Charlotte d'Ornellas, chroniqueuse et journaliste à Valeurs Actuelles, revient pour RT France sur le mouvement des Gilets jaunes. Elle estime notamment que le chef de l'Etat a tardé à réagir face à la colère des manifestants.

Au lendemain  du troisième acte de la mobilisation nationale des Gilets jaunes, Charlotte d'Ornellas, chroniqueuse et journaliste à Valeurs Actuelles, estime que la récupération politique, tant critiquée depuis l'amorce du mouvement, est «normale et légitime» pour permettre d'apporter une «réponse» aux protestataires. Néanmoins, selon elle, les Gilets jaunes rejettent les corps intermédiaires : «Ils se sentent trahis [...] à la fois par les syndicats, par les hommes politiques et même par les journalistes.»

Je crois qu'Emmanuel Macron incarne, par sa volonté d'adapter sa France à la mondialisation, par sa volonté de plus d'Europe, exactement [...] une mondialisation qui va trop vite

Au-delà de ce rejet, elle assure que la politique d'Emmanuel Macron demeure au centre des critiques des protestataires : «Cela fait un peu plus de deux semaines que ce mouvement existe et aujourd'hui, ce qui est sûr, c'est qu'on arrive à comprendre ce dont ils ne veulent plus. C'est le modèle qu'incarne aujourd'hui Emmanuel Macron [...] qui s'inscrit, sur le plan de la politique fiscale, dans [la] lignée [de] ses prédécesseurs.»

Déplorant la disparition des services publics dans certains territoires de l'Hexagone, elle assure que le mouvement des Gilets jaunes est l'expression d'un mal-être profond «de la France des oubliés, de la France des méprisés», peu connue du «monde médiatique».

«[Les Gilets Jaunes] se sont retrouvés, ils ont vu qu'ils avaient en commun une souffrance réelle et notamment une souffrance qu'ils avaient envie d'exprimer à l'Etat», ajoute-t-elle.

Enfin, elle déplore l'absence de réponse de l'exécutif, Emmanuel Macron en tête, face à la colère des Gilets jaunes. Elle explique cette réticence de Matignon et de l'Elysée à proposer une sortie de crise par l'incompatibilité entre le projet du président de la République et les revendications des manifestants : «Je crois qu'Emmanuel Macron incarne, par sa volonté d'adapter sa France à la mondialisation, par sa volonté de plus d'Europe, exactement [...] une mondialisation qui va trop vite».
 Lire aussi : Gilets jaunes : «On est en train de poser les bases d'une forme de pré-insurrection» (VIDEO)

 francais.rt.com

 Ajouter un commentaire