Washington devient dangereusement nerveux

03-12-2018 reseauinternational.net 11 min #149110

Par Martin Berger

Dans le contexte de la propagande hystérique constante contre la Russie et la Chine diffusée quotidiennement par les MSM (médias mainstream), le Military Times  révèle que près de la moitié des soldats actuels croient que les Etats-Unis seront bientôt entraînés dans une guerre majeure. La source médiatique note qu’il s’agit d’une augmentation vertigineuse par rapport à seulement 5 % qui disaient la même chose dans un sondage similaire réalisé en septembre 2017. Environ 71 % des soldats ont déclaré que la Russie constituait une menace importante, tandis que la Chine était considérée comme une menace importante par 69 %. Au même moment, le même sondage a révélé que les militaires américains avaient cessé de considérer la Corée du Nord comme un danger potentiel.

La même enquête a montré que plus des trois quarts du personnel militaire américain estime que les forces armées américaines sont devenues ces dernières années beaucoup plus politisées. Ce n’est qu’une conséquence directe de la guerre de propagande massive que Washington a déclenchée contre ses adversaires potentiels, la Russie et la Chine, car les soldats américains ont tendance à prendre pour argent comptant les allégations que certaines personnalités politiques à Washington font à propos de ces deux États qui représenteraient une menace majeure à la sécurité des Etats-Unis. Il ne fait aucun doute qu’à travers une série de préparatifs en vue d’un conflit armé contre Moscou et Pékin, les élites politiques américaines rêvent de préserver l’hégémonie américaine dans le monde par le recours à la force meurtrière.

Dans ce contexte, il n’est guère surprenant que les généraux américains disent à ces soldats déployés en Europe qu’ils sont convaincus que la guerre approche à grands pas. Selon la déclaration publiée par le Commandement européen de l’US Air Force, le 86e Escadron de Munitions stationné à la base aérienne de Ramstein a reçu plus d’une centaine de conteneurs contenant toutes sortes de munitions en octobre dernier, ce qui constitue la plus importante expédition de munitions effectuée par l’US Air Force depuis 1999.

Alors que Washington se retire du Traité sur la réduction des armements stratégiques III et du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, les profits déjà considérables des fabricants d’armes américains battent des records.

Bien sûr, parmi les prétextes possibles d’un conflit entre les États-Unis et la Chine, on peut citer la situation autour de Taïwan et les multiples conflits territoriaux entre Pékin et les alliés de Washington dans la mer de Chine méridionale. L’ancien commandant des forces américaines en Europe, Ben Hodges, a récemment  averti le monde qu’il était très probable que les États-Unis seraient en guerre avec la Chine dans les 15 prochaines années.

L’US Air Force envisage d’augmenter le nombre d’avions militaires en service actif de 312 à 386 unités d’ici 2025, soit une augmentation de 25% par rapport à la fin de la guerre froide. Selon des experts militaires, la stratégie de modernisation de l’US Air Force est conçue pour affronter de grandes puissances militaires, notamment la Russie et la Chine. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que Washington  rêve depuis des décennies d’entourer la Russie de bases militaires.

Il est ahurissant que le budget militaire des États-Unis d’Amérique atteigne cette année 716 milliards de dollars, soit quatre fois plus que celui de la Chine et plus de dix fois celui de la Russie.

Selon le document publié exclusivement par la Politique étrangère, la majeure partie des fonds est affectée à la recherche nucléaire. Celles-ci visent à fournir au Pentagone des moyens sûrs de détruire des cibles critiques, telles que des bunkers de commandement et de contrôle bien renforcés et des infrastructures essentielles, plutôt que des détachements militaires. Ceci constitue un nouveau virage stratégique qui vise à affronter les principaux acteurs internationaux au lieu de lutter contre les organisations terroristes,  note le TTVN vietnamien.

Les tensions dans les relations bilatérales avec la Russie et la Chine que Washington ne cesse de provoquer sont le résultat direct d’une idée fausse qu’il est en position d’intimider Moscou et Pékin par le biais de la démonstration constante de son pouvoir militaire et politique, tout en exerçant une pression économique sur ces États pour les forcer à renoncer à leur souveraineté. Cependant, on ne peut pas logiquement expliquer le raisonnement sous-jacent à cette raison, le potentiel militaire et économique de ces deux États demeurant extrêmement concurrentiel. Peut-être que les politiciens américains ont été induits en erreur par leur propre propagande annonçant quotidiennement les prouesses militaires du Pentagone, ou peut-être est-ce simplement une conséquence directe de l’idée fausse selon laquelle l’économie américaine est toujours en hausse.

Toutefois, il ne fait aucun doute que cette politique est d’une courte vue extrême, car la Chine et la Russie ont fait beaucoup de chemin au cours des trois dernières décennies, depuis la fin de la guerre froide. Il est impossible de les effrayer pour qu’ils battent en retraite sans s’engager dans un véritable conflit nucléaire. Ainsi, le renforcement de l’arsenal militaire américain, au lieu de servir un objectif stratégique, est devenu une source d’instabilité régionale, et le monde s’en préoccupe de plus en plus.

En fait, la somme des forces de la Russie et de la Chine l’emporte sur la force combinée des États-Unis et de l’Europe. Par conséquent, Washington ne compte pas sur l’Europe, il poursuit son propre développement militaire. Mais la Chine et la Russie se souviennent que le meilleur moyen de se débarrasser d’un dragon est d’en apprivoiser un soi-même. Et on ne peut nier que la force combinée des dragons russes et chinois l’emporte sur le dragon américain, s’ils frappaient ensemble. Nul ne voudra venger les États-Unis au sein de l’OTAN, c’est certain, l’Europe fait preuve d’une lâcheté incroyable face à la perspective d’une guerre nucléaire, personne n’ayant la volonté de mourir au nom de l’Amérique. Les États-Unis le comprennent, et ils n’aiment pas les cartes qu’on leur a distribuées, mais c’est la main avec laquelle ils sont obligés de jouer.

Le Washington Post a  révélé qu’une commission bipartite créée par le Congrès pour évaluer la stratégie de défense de l’administration Trump avait conclu que les États-Unis avaient perdu leur avance militaire de manière dangereuse et risquaient de perdre une guerre contre la Chine ou la Russie.

Dans ces conditions, la commission a rédigé une liste de 32 recommandations au Pentagone visant à pousser les politiciens et les généraux américains vers l’idée d’une inévitable confrontation militaire avec la Chine et la Russie. Cependant, afin de fournir un écran de fumée à leurs bellicistes, les politiciens américains demandent à leurs hommes de main des médias de promouvoir l’idée d’une sorte de menace imminente que la Chine et la Russie représentent pour les États-Unis.

Dans ces conditions, la menace d’un conflit nucléaire direct entre les grandes puissances nucléaires se rapproche de jour en jour. Rappelez-vous que les États-Unis ont déjà utilisé des engins nucléaires contre un autre État au cours de la Seconde Guerre Mondiale. De plus, ce n’est un secret pour personne que les généraux américains envisageraient l’option dite ultime dans un certain nombre de conflits militaires au cours du siècle dernier à plusieurs reprises. Même pendant la guerre du Vietnam, le Pentagone rêvait de larguer ses bombes nucléaires. A cet égard, il n’est guère surprenant que le commandant du commandement stratégique des Etats-Unis (USSTRATCOM), John Hyten, ait noté que les Etats-Unis devraient toujours dominer le domaine de la recherche et développement nucléaire.

Cependant, les États-Unis ne pouvaient pas se contenter de mettre au point un seul type d’armes de destruction massive. Par exemple, comme l’a révélé la revue Science, un groupe international de scientifiques est parvenu à la conclusion qu’un programme de recherche du Département de la défense des États-Unis, intitulé Insect Allies, rappelle une tentative de développement d’un nouveau type d’arme biologique.

Tous ces faits signifient que la communauté internationale doit dire haut et fort « non » à la course aux armements que Washington tente de mener, au lieu de s’asseoir à la table des négociations. Si elle ne parvient pas à faire comprendre à la Maison-Blanche qu’elle ne tolérera aucune forme de bellicisme criminel, nous pourrions tous ne devenir qu’un tas de cendres nucléaires.

 Source :  journal-neo.org

Traduction  Avic Réseau International

 reseauinternational.net

 Ajouter un commentaire