Trump annule la réunion du G20 avec Poutine dans un contexte de tensions croissantes

02-12-2018 mondialisation.ca 7 min #149030

Alors que les dirigeants du monde se dirigent vers le sommet du G20, les États-Unis sont partis pour intensifier leurs conflits avec la Russie, la Chine et l'Europe.

Commentant cet événement qui approche à grands pas, l'hebdomadaire allemand Spiegel a qualifié le président américain Donald Trump de « terreur » pour les dirigeants mondiaux réunis. Personne, et surtout Trump lui-même, ne connaît à l'avance les résultats du sommet ni la partie du monde qui sera la cible principale des menaces américaines.

Russie

Le caractère explosif et imprévisible du sommet a été démontré par le virage à 180° de Trump jeudi lors d'une rencontre prévue avec le président russe Vladimir Poutine.

« Je rencontrerai probablement le président Poutine », a déclaré Trump aux journalistes alors qu'il quittait la Maison-Blanche pour Buenos Aires. « Je pense que c'est le bon moment pour cette réunion. »

À peine une heure plus tard, Trump a déclaré sur Twitter qu'il ne rencontrerait pas Poutine, prétendument pour protester contre l'arraisonnement par les garde-côtes russes de trois navires de la marine ukrainienne après leur entrée dans, et leur refus de quitter, les eaux revendiquées par la Russie pendant 12 heures.

Dans l'heure qui s'est écoulée entre les déclarations, Trump s'est entretenu avec le secrétaire d'État Mike Pompeo et John F. Kelly, le chef de cabinet de la Maison-Blanche, qui étaient dans l'avion, et par téléphone avec John Bolton, conseiller à la sécurité nationale.

Au cours de cette heure, un autre événement s'était produit. Michael Cohen, l'ancien avocat personnel de Trump a plaidé coupable d'avoir menti au Congrès et a déclaré que Trump avait, selon les mots du New York Times, « négocié la construction d'une tour à Moscou beaucoup plus tard dans le courant de l'élection présidentielle de 2016 qu'il ne l'admettait précédemment. »

Des personnalités, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Maison-Blanche, ont mis en évidence le lien entre le voyage de Trump et l'étape actuelle de l'enquête du conseiller juridique spécial Robert Mueller.

L'avocat de Trump, Rudy Giuliani, a déclaré que ce n'est pas « une coïncidence » que Mueller ait « une fois de plus » fait avancer la procédure contre Cohen « au moment même où le président part pour une réunion avec les dirigeants mondiaux » au sommet annuel. « Le Conseiller juridique spécial a fait exactement la même chose au moment où le Président s'apprêtait à partir pour un sommet mondial à Helsinki », a noté Giuliani.

Un ancien fonctionnaire du Pentagone sous Obama a également établi le même lien. « Il s'agit de l'optique politique à la lumière des nouvelles sur la tour de Trump à Moscou et du fait que Trump ne peut tout simplement pas se résoudre à affronter Poutine en public », a-t-il déclaré au Times.

La dernière rencontre de Trump avec Poutine a eu lieu à Helsinki, en Finlande, l'été dernier, quelques jours seulement après que le conseiller spécial Mueller eut inculpé 12 agents des renseignements russes pour les accusations non prouvées de piratage « russe » du Parti démocratique lors des élections de 2016. Le refus de Trump d'« affronter » Poutine sur cette accusation bidon a été déclaré par la plupart des médias américains et européens comme étant le « point bas » de son mandat.

Depuis lors, Trump a considérablement intensifié les actions belliqueuses des États-Unis contre la Russie, lançant une nouvelle série de sanctions majeures et annonçant le mois dernier que les États-Unis quittaient le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF).

Il ne fait guère de doute que l'accélération de l'enquête de Müller et le déclenchement par l'Ukraine d'une crise dans la mer d'Azov ont été étroitement coordonnés avec des sections de l'élite politique américaine en quête d'une position plus conflictuelle de la part de Trump contre la Russie.

Des actions scandaleusement imprudentes sont proposées en réponse à la crise. Le Atlantic Council, par exemple, a conseillé à l'Ukraine « d'inviter les États-Unis et l'OTAN à envoyer une flotte de navires armés pour visiter Mariupol, la principale ville sur la côte de la mer d'Azov, et de défier la Russie de tirer sur l'OTAN ou de l'empêcher d'exercer son droit de visite dans les ports de l'Ukraine. Ces vaisseaux devraient être armés et avoir une couverture aérienne, mais on devrait leur dire de ne pas tirer à moins qu'on ne leur tire dessus. »

Chine

Avant la provocation de l'Ukraine, l'objectif principal de Trump était d'avoir des négociations commerciales avec la Chine. Il est prévu que les États-Unis augmentent massivement les droits de douane sur les produits chinois, qui passeront de dix pour cent actuellement à 25 pour cent le 1ᵉʳ janvier.

Ce sommet sera le premier auquel Trump participera depuis que le vice-président américain Mike Pence a annoncé une politique chinoise que la presse américaine a qualifiée de « nouvelle guerre froide », dans laquelle les États-Unis s'emploient activement à bloquer le développement de la Chine dans le secteur de l'industrie à forte valeur ajoutée, une priorité stratégique, et militaire.

Le sommet du G20 a été précédé d'une furieuse campagne anti-chinoise dans les médias américains. Ce mois-ci, le New York Times a publié une série de cinq articles alarmants sur la montée de l'influence économique chinoise, tandis que, jeudi, le Washington Post a publié un éditorial hystérique détaillant « le plan sinistre de la Chine pour « pénétrer et influencer » les États-Unis ».

Alors même que Trump faisait tirer sur des enfants immigrés avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, les deux journaux ont publié des éditoriaux dénonçant les violations des droits de l'Homme qui seraient commises contre la population ouïghour en Chine occidentale.

Alors que certains articles de la presse américaine ont émis l'hypothèse que Trump ferait marche arrière dans l'escalade des tarifs douaniers, Trump a déclaré lundi que la perspective de tout accommodement est « très improbable ».

Europe

Compte tenu du comportement passé de Trump lors des sommets internationaux, d'autres affrontements avec les alliés de l'OTAN des États-Unis sont tout à fait possibles. Trump doit rencontrer la chancelière allemande, Angela Merkel, qu'il va presser d'augmenter les dépenses militaires, tout en menaçant l'Union européenne de droits de douane sur les véhicules.

Personne ne peut prédire les contours exacts du Sommet du G20 ni qui Trump prendra pour cible des agressions militaires, de la guerre commerciale, des menaces et de l'intimidation. Ce qui est clair, cependant, c'est que Trump, tout en représentant une faction précise de l'establishment politique américain, canalise les sentiments de tout le spectre de la politique américaine pour une escalade de la « concurrence des grandes puissances », que ce soit contre la Russie, la Chine, l'Europe voire les trois.

Andre Damon

Article paru d'abord en anglais, WSWS, le 29 novembre 2018

La source originale de cet article est  wsws.org
Copyright ©  Andre Damon,  wsws.org, 2018

 mondialisation.ca

 Ajouter un commentaire
newsnet 18/12/02 12:01
À peine une heure plus tard

le temps de recevoir un coup de fil
dont l'auteur savait ce qui allait se dire pendant la réunion et avait prévu les effets

 Se réfère à :