Mexique : Contre Amlo, des attaques sans fondement. (Telesur)

01-12-2018 legrandsoir.info 4 min #149012

Miguel Angel Ferrer

Après des dizaines d'années de gouvernement du PRI et du PAN, qui volent depuis trente ans la victoire électorale à la gauche mexicaine, Andres Manuel Lopez Obrador a enfin été largement élu président du pays le 1er juillet dernier. Il prend officiellement ses fonctions demain et nous invitons tous nos lecteurs à suivre cet événement sur Telesur. Mais laissons la parole à un chroniqueur de telesur : Miguel Angel Ferrer

La droite pripaniste et le pouvoir économico-financier disposent d'une artillerie abondante et puissante pour attaquer le nouveau gouvernement : l'appareil médiatique privé, la haute bureaucratie déplacée, les réseaux sociaux réactionnaires et les nostalgiques de l'ancien régime de la honte actuellement sur le point de s'éteindre. Et ils n'ont pas arrêté de l'utiliser depuis le 1er juillet. Mais ils l'ont utilisée avec des munitions sans poudre ou avec de la poudre mouillée : inventions, calomnies, commérages, exagérations, déformations et histoires terrifiantes.

Car jusqu'à présent, López Obrador n'a pas fourni à ses adversaires des munitions qui leur soient vraiment utiles. Pas de mesures anti-populaires et antinationales. Rien contre les travailleurs.

C'est pourquoi le soutien des citoyens et de la population au nouveau gouvernement et à López Obrador reste intact et même croissant. Cinq mois après l'élection présidentielle, le pourcentage qui lui a donné la victoire reste le même : 70 contre 30.

Aussi, jusqu'à présent, les attaques et les agressions ont été basées sur des niaiseries et des tempêtes dans un verre d'eau. Comme ce scandale suite à une expression verbale pas très fine et certainement hors de propos de Paco Ignacio Taibo. Rien de substantiel. Rien qui ne puisse être réglé par des excuses publiques. Mais rien qui puisse nuire aux travailleurs, à l'énorme et active base sociale de l'obradorisme.

Cette attitude de la droite s'appelle "chercher un mouton à cinq pattes". Et il faut s'attendre à ce que ces recherches inutiles, irrationnelles et sordides se poursuivent et augmentent. Ces attaques sont des bulles de savon, de la mousse de capuchino au café. Rien de substantiel.

Et très bientôt, à partir du 1er décembre, jour de l'inauguration, des mesures et des politiques largement populaires commenceront à se concrétiser, des mesures qui permettront de maintenir ce soutien majoritaire au parti Morena, à López Obrador et au nouveau gouvernement.

Personne n'aspire et personne ne devrait aspirer à faire l'unanimité. Le Mexique vit, sans violence, une nouvelle étape de la lutte de classe millénaire et universelle. L'oligarchie fait et fera tout son possible pour faire dérailler le nouveau gouvernement populaire. Elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour reprendre les rênes de l'État qu'elle ne tient pas entièrement entre ses mains aujourd'hui.

Même sans fondement et sans substance, le pripanisme et les pouvoirs de facto continueront avec une guerre sale et la propagande noire. Mais ils ne pourront pas faire beaucoup de mal si le nouveau gouvernement reste fidèle au mandat qu'il a reçu des urnes.

Miguel Angel Ferrer

 telesurtv.net

 legrandsoir.info

 Ajouter un commentaire
 Se réfère à :