Le populisme nationaliste est là pour rester mais la gauche ne le comprend pas.

21-11-2018 lesakerfrancophone.fr 11 min #148578

Il ne s'agit pas d'immigration, de crise financière, de mondialisation ou d'inégalité, mais de signes d'une fragmentation sociale plus large et plus ancienne

Par Matthew Goodwin - Le 8 novembre 2018 - Source  The Guardian

Depuis un certain nombre d'années, l'Europe est confrontée à l'important défi du populisme nationaliste, comme l'a montré la récente succession d'élections en  Italie, en  Autriche, en  Hongrie et en  Suède. Pourtant, il s'agit d'un mouvement qui reste mal compris. Les partis de la gauche radicale et les Verts ont également progressé dans certains pays, mais sans commune mesure avec l'impact électoral ou politique de l'extrême droite. Cette force politique a même réapparue dans des démocraties que l'on croyait pour toujours à l'abri. Lorsque j'ai commencé à travailler sur le sujet, à la fin des années 1990, une sorte de loi non écrite était qu'il existait quatre démocraties qui n'y succomberaient jamais. Il s'agissait de la Suède et des Pays-Bas, parce qu'ils étaient historiquement libéraux, du Royaume-Uni, en raison de sa culture civique et de ses institutions politiques fortes, et de l'Allemagne, en raison de la stigmatisation laissée par les événements de la Deuxième Guerre mondiale.

Vingt ans seulement se sont écoulés, et chacun de ces pays a maintenant connu une rébellion populiste majeure.  Pim Fortuyn puis  Geert Wilders aux Pays-Bas. Les Démocrates suédois [Étiquetés à l'extrême-droite car souverainistes, NdSF], qui ont récemment atteint un nouveau record de vote. Alternative für Deutschland, qui a plus de 90 sièges au Bundestag et des sièges dans 15 des 16 parlements allemands. Et au Royaume-Uni, Nigel Farage et l'UKIP ont forcé à un référendum sur l'adhésion de la Grande-Bretagne à l'UE qui a déclenché le Brexit. Parfois nous oublions à quel point un changement politique radical peut se produire rapidement.

La gauche a toujours lutté pour conférer un sens au populisme national qui cherche à donner la priorité à la culture et aux intérêts de la nation, et promet de donner la parole à un peuple qui se sent négligé, voire méprisé, par des élites distantes et parfois corrompues ou intéressées. Et les penseurs, écrivains et groupes contemporains de gauche souscrivent à un certain nombre de théories qui sont toutes erronées. Ils prétendent que ce changement n'est qu'une réaction de courte durée contre quelque chose - qu'il s'agisse des immigrants ou du « système » - plutôt qu'un vote positif pour ce que les populistes nationaux offrent, non seulement des politiques d'immigration plus restrictives, mais aussi un système politique plus réactif et une politique économique plus réaliste.

Une autre idée fausse, s'inspirant de Marx, est que des gens comme Donald Trump, Marine Le Pen ou  Matteo Salvini sont motivés par les préoccupations des gens au sujet de la pénurie économique, de la concurrence pour les salaires ou les emplois et, surtout aujourd'hui, par les effets de la crise financière et de l'austérité après 2008. Une troisième est la croyance erronée que tous ces mouvements maladroits et troublants sont essentiellement le reflet d'un racisme persistant dans la société, et peut-être même d'un soutien public latent au fascisme. D'autres affirment, encore une fois à tort, que les électeurs sont impitoyablement manipulés, pour qu'ils votent pour les populistes, par des entités obscures et mais foncièrement de droite qui contrôleraient les médias ou les hautes technologies.

Ces idées ne s'excluent pas mutuellement, mais elles dominent une grande partie de la pensée de la gauche sur le populisme. Pourtant, il n'y a pas beaucoup de preuves à l'appui de l'une ou l'autre d'entre elles. De toute évidence, seul un imbécile pourrait prétendre que des choses comme la crise financière, les médias sociaux et le racisme ne sont pas importantes. Mais on leur a donné un niveau d'influence dans le débat qui est totalement disproportionné par rapport à leur importance, et ils détournent l'attention des griefs réels qui alimentent la montée du populisme.

L'idée que le Brexit puisse s'expliquer par l'existence des médias sociaux, que Trump n'est qu'un sous-produit du racisme, ou que les changements politiques dramatiques en Europe peuvent être résolus par la redistribution et la lutte contre les inégalités, ne sont que de confortables couvertures. Nous devons plutôt nous concentrer sur la manière dont, dans la plupart des démocraties occidentales, la montée du populisme national a coïncidé avec la chute de la démocratie sociale. Le populisme national a pris conscience de l'évolution des fondements de la politique alors que la gauche, pour la plupart, s'est accrochée à des théories dépassées.

La vague actuelle de populisme national a en fait commencé il y a des décennies, à la fin des années 1970 et dans les années 1980, un « effet boomerang » de la révolution libérale des années 1960 qui n'a jamais vraiment disparu. Depuis lors, elle a connu le plus de succès dans certaines des économies les plus prospères et les plus stables, y compris celles qui affichent de forts taux de croissance et un faible taux de chômage.

Même en Grande-Bretagne nous ignorons confortablement le fait que Farage et son autoproclamée  armée populaire ont connu leur premier grand succès  aux élections du Parlement européen de 2004, après 48 périodes consécutives de croissance économique, et qu'il a bénéficié du soutien précoce de conservateurs aisés (ce n'est que plus tard que Ukip a eu plus de succès parmi les ouvriers). La tendance à considérer ces mouvements comme un foyer politique pour hommes racistes âgés et blancs ne tient pas compte du fait que Le Pen est en grande partie soutenu non seulement par des jeunes hommes mais aussi des jeunes femmes en France, alors qu'en Autriche, en Allemagne, en Italie et en Suède, les populistes nationaux sont  plus forts parmi les moins de 40 ans ou bénéficie d'un soutien assez également réparti parmi tous les groupes d'âge. Et, en ce qui concerne le racisme, des études ont montré qu'il est  en baisse et non en hausse.

Alors, que se passe-t-il vraiment ? Le populisme national s'articule autour de quatre changements sociétaux profondément enracinés : les « quatre D ». Premièrement, on remarque une grande désillusion politique, exacerbée par des dirigeants populistes qui se présentent, eux et leurs partisans, comme des victimes d'un système politique devenu moins représentatif des groupes sociaux les plus importants. Deuxièmement, de nombreuses personnes ont des craintes fortes et bien ancrées quant à une destruction perçue des cultures, des modes de vie et des valeurs nationales, dans un contexte de taux d'immigration et de changement ethnique rapides et sans précédent. Cette méfiance et cette peur s'accompagnent d'angoisses liées à la privation et à la perte d'emplois et de revenus, ainsi que d'un fort sentiment qu'eux-mêmes et leur groupe ethnique et social sont laissés pour compte par rapport aux autres dans la société.

Enfin, de nombreux systèmes politiques occidentaux sont aux prises avec une nouvelle ère  de distanciation, où les liens entre les électeurs et les partis traditionnels se rompent, ce qui ouvre la voie à de nouvelles figures politiques.

Quand on regarde de plus près ces quatre courants, on s'aperçoit qu'il n'y a rien d'éphémère dans le populisme national et que nous vivrons dans cette ère de volatilité accrue pour encore de nombreuses années.

Matthew Goodwin

Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire