L'establishment doit miner la réputation des économistes alternatifs au fur et à mesure que la crise se renforce

19-11-2018 lesakerfrancophone.fr 13 min #148484

Par Brandon Smith − Le 25 octobre 2018 − Source  Alt-Market.com

Il y a cette idée dans les médias grand public que certains indicateurs économiques sont inattaquables ; ils ne cessent jamais d'être fiables. La façon dont ils permettent l'examen du système pour en rendre compte est plutôt désuète et d'une portée extrêmement limitée. Il s'agit plus d'une devanture ou d'informations de convenance que de statistiques positives nettes, même si ces statistiques ne représentent pas la réalité. Il en résulte une sorte de vision holographique de la structure financière, le mirage d'une fondation saine et dynamique qui n'existe tout simplement pas.

Ce point de vue frauduleux fait appel aux masses pendant un certain temps parce qu'il alimente de faux espoirs. En économie, l'analyste doit toujours tenir compte de deux facteurs majeurs : les mathématiques dures et la psychologie humaine. Ces facteurs ont tendance à entrer en conflit lorsqu'une bulle financière est présente et à converger lorsque ces bulles implosent. Il ne faut cependant jamais sous-estimer le pouvoir de la psychologie des foules. Même lorsque les maths hurlent que le danger est présent dans le système, une population naïve et mal informée (associée à la manipulation de la banque centrale) peut maintenir une économie morte dans un état de réanimation profane beaucoup plus longtemps que ce qui semble logiquement possible.

Ce spectacle de magie ne dure cependant qu'un temps, et la vérité finit par frapper brutalement et sans pitié ceux qui ont une foi aveugle dans la machine.

Du côté financier de la grande farce, la plupart des signes « positifs » que nous voyons sont purement liés à la dette. La dette bon marché et la liquidité du crédit ont maintenu les banques zombies en vie pendant des années après leur date de péremption, mais elle s'est aussi répandue dans la vie de tous les jours, où nous assistons à un important développement du commerce au détail et à une hausse des possibilités d'emploi. Bien sûr, les magasins et les travaux de construction sont entrepris par des promoteurs qui sont dans le rouge, et la majeure partie de la dette ne sera pas remboursée avant des années, voire pas du tout.

La hausse de la création d'emplois s'étend sur la bulle du commerce au détail, où l'on trouve en abondance des emplois à bas salaires dans les services, mais où les emplois mieux rémunérés qui soutiennent les familles diminuent. C'est ce qui explique pourquoi les entreprises qui cherchent à combler les postes vacants ont tant de difficulté. Plus de 95 millions de personnes en âge de travailler sont au chômage aux États-Unis mais ne sont pas comptées comme chômeurs par le Bureau of Labor Statistics. Des millions de personnes trouvent plus rentable de rester à la maison et de toucher des prestations d'aide sociale que d'être esclaves dans un McDonald's ou un Walmart.

Le marché boursier lui-même est essentiellement une autre bulle d'endettement, alimentée par les rachats d'actions de sociétés qui ont été financés pendant des années par des prêts au jour le jour de la Réserve fédérale ainsi que par des taux d'intérêt presque nuls. Comme les taux d'intérêt augmentent même modérément, la dette devient ingérable et, par conséquent, le marché haussier commence à s'essouffler et les marchés actions commencent à plonger.

Comme je l'ai souvent dit au fil des ans, ce que nous voyons dans la version médiatique des événements économiques est rarement, sinon jamais, appuyé par des preuves concrètes. Les médias de l'establishment n'agissent pas comme une source d'information, mais comme un outil pour encourager l'ignorance du public qui peut ensuite être exploitée pour faire durer une économie à l'agonie encore un court moment. Je soupçonne que certains de ces gardiens s'enorgueillissent même d'être des « menteurs qui ont un noble dessein », celui de façonner la perception du système et de prolonger ainsi sa durée de vie. Ils se considèrent comme des gardiens - je les considère comme des saboteurs.

Bien que de nombreux citoyens n'ont pas l'ambition de devenir des experts de la mécanique économique, les gens ont encore tendance à ressentir instinctivement quand quelque chose est cassé dans l'environnement financier. Ils ne savent peut-être pas pourquoi il y a un problème, mais l'optimisme absurde ne peut les faire léviter au-dessus de la boue pendant si longtemps.

Les événements récents commencent à révéler l'ampleur de la manipulation. Ce sont des questions sur lesquelles les analystes alternatifs ont mis en garde pendant la majeure partie de la dernière décennie, mais ce n'est que maintenant, au cours de la dernière année, que cette information est prise au sérieux.

J'ai vu récemment un mème de propagande inonder les forums de discussion en parlant d'économistes alternatifs, et cela ressemble un peu à ceci : « Les économistes alternatifs sont des catastrophistes qui se trompent depuis 10 ans, mais une horloge cassée a toujours raison deux fois par jour... »

Je trouve cet argument de désinformation quelque peu hilarant en raison de son niveau extraordinaire de malhonnêteté, mais je le trouve aussi très révélateur, d'une certaine façon.

D'abord, soyons clairs, c'est que les économistes alternatifs avaient seulement déclaré d'une manière large et imprécise qu'un « jour » il y aurait une catastrophe causée par un « quelque chose » indéfini, alors il pourrait y avoir un fondement pour l'argument ci-dessus. Ce n'est pas le cas. En fait, bon nombre d'entre nous ont été très précis dans nos prévisions, en ce qui concerne l'évolution du ralentissement économique actuel et les catalyseurs qui déclencheraient la phase suivante du crash économique.

Pour ma part, j'ai indiqué  en 2015 que la Réserve fédérale mènerait une politique de hausse des taux d'intérêt et de resserrement budgétaire, et qu'elle poursuivrait cette action jusqu'à ce que les marchés, longtemps soutenus par une dette bon marché, finissent par se briser sous la pression. Des mois avant l'élection de Trump, j'ai déclaré que Donald Trump  serait en fait président et que la Fed accélérerait le resserrement pendant son mandat.  Au début de cette année, j'avais prédit que le resserrement de la Fed entraînerait un retournement massif des marchés boursiers (pire que le krach de 2008) en 2018.  En septembre, j'ai affiné le calendrier de cet accident pour qu'il commence au dernier trimestre de 2018.

Il ne s'agit pas d'énoncés vagues ou non concluants, mais de prédictions très directes. Et d'autres économistes du mouvement pour la liberté ont une analyse similaire.

Le fait est que les économistes alternatifs ont eu raison au cours des dix dernières années et qu'ils ont pris une longueur d'avance sur les médias dominants pour ce qui est de prédire les tendances budgétaires à partir de données réelles. Comme je l'ai toujours dit, l'effondrement économique est un processus, pas un événement. C'est quelque chose qui se produit par étapes ou par phases au fil du temps, pas du jour au lendemain ou en l'espace de quelques jours. Les gens qui pensent qu'une catastrophe nationale ou mondiale est une affaire soudaine et inexplicable regardent beaucoup trop la télévision. Ils ne comprennent pas non plus que les moments historiques de « crise » dont nous lisons l'histoire dans les livres sont l'aboutissement d'années de déclin.

La plupart des accidents, sinon tous, sont précédés par plusieurs ANNÉES de signes avant-coureurs qui auraient dû être pris en compte à l'époque, mais qui ont été pour la plupart ignorés.

Tout au long des années 1920, l'économiste autrichien Ludwig Von Mises a prédit l'effondrement du mark allemand ainsi que le krach boursier de 1929. En 1931, après le krach initial, il a également prédit que les interventions des banques centrales par le biais de hausses de taux d'intérêt et d'autres mesures prolongeraient la catastrophe plutôt que d'y mettre fin. Mises a vu le danger bien à l'avance, mais il a été ignoré jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Ses écrits de cette période peuvent être étudiés dans un recueil publié intitulé  Les causes de la crise économique.

Mises était-il une « horloge cassée » qui s'est avérée donner l'heure juste après des années de prévisions erronées ? Si l'on considère la complexité des événements de cette époque et la façon dont Mises a su expliquer correctement comment ils se dérouleraient des années à l'avance, cet argument n'a aucun sens.

Avant le crash du crédit de 2008, de nombreux économistes alternatifs mettaient en garde contre les dangers de la bulle des produits dérivés et de la bulle corrélée de la dette hypothécaire. Certains d'entre eux l'ont annoncé bien des années avant que les effets négatifs ne deviennent visibles sur les marchés boursiers. Jusqu'au crash, on s'est moqué d'eux ou on les a tous ignorés, et même après qu'il soit devenu évident que ces analystes avaient raison dans leurs prédictions, les médias dominants ont quand même essayé de les ignorer.

Comme c'est souvent le cas, les principaux gardiens de l'économie font la promotion de fausses données comme moyen de « modeler » la perception du public, aidant ainsi les banques centrales et les gouvernements à gonfler les bulles financières et à perpétuer des pratiques financières destructrices. Mais une fois que le rideau tombe, ils cherchent toujours à rester pertinents.

Ils détournent le blâme en affirmant « qu'ils ont toujours vu venir la crise », ou que « personne ne l'a vue venir ».

Ils prétendent souvent qu'ils étaient là, « en première ligne », à se battre pour éduquer les masses. Et c'est parfois vrai - les médias dominants ont tendance à changer leur rhétorique quelques semaines ou quelques mois seulement avant que le crash ne se produise. Ils n'ont jamais été en première ligne. Ils n'ont pas vu l'accident de train arriver. Ce sont des fouines à queue d'âne qui cherchent à protéger leur héritage plutôt que de protéger la population des chocs.

Ces personnes minimisent le travail d'hommes et de femmes de bien meilleure qualité dans le domaine alternatif comme un moyen de s'élever et d'améliorer leur réputation fragile.

Je crois que le récit de l'« horloge brisée » est une campagne de désinformation coordonnée, une attaque contre des analystes qui, comme Ludwig von Mises, ont prédit avec précision le processus de l'effondrement depuis des années. Il est conçu pour prévenir le public de la lecture des médias alternatifs juste avant qu'il ne soit prouvé hors de tout doute qu'ils avaient raison. En d'autres termes, quelqu'un sait que l'effondrement en cours devient plus évident pour le public et que, par extension, les économistes alternatifs sont sur le point d'attirer davantage l'attention.

Ça ne peut pas arriver, n'est-ce pas ?

Si les prédictions des économistes alternatifs reçoivent l'attention qu'elles méritent, le risque pour l'establishment est que certaines de nos solutions soient également prises au sérieux. Des solutions comme le concept de décentralisation et de localisation de la production, un système de monnaie adossée à l'or, l'emprisonnement des élites bancaires qui ont causé le crash, etc.

En fin de compte, les gardiens des médias dominant espèrent que les médias alternatifs et notre travail seront oubliés comme des « divagations apocalyptiques » ; qu'une fois nous avons eu de la chance, mais que nous devrions être rejetés autrement. Les gens qui travaillent diligemment dans le domaine alternatif sont censés être découragés, lâchant prise. Nous sommes censés nous sentir comme des Cassandre modernes, des prophètes maudits qui offrent des prédictions correctes de l'avenir que personne n'écoute. Nous sommes censés lever les mains en l'air et démissionner.

Je ne pense pas que cette tactique de guerre de 4e génération soit très efficace. Les banques de l'establishment et les économistes qui les côtoient ont brûlé toute leur bonne volonté et leur capital social. Ils se sont tellement trompés et si souvent que le public cherche ailleurs l'information dont il a besoin. Cela a conduit à l'explosion de l'intérêt pour l'analyse économique alternative qui est en train de se produire aujourd'hui.

Le mensonge de l'horloge brisée me dit deux choses : Premièrement, il me dit que le système est sur le point d'échouer au point où cela ne peut plus être dissimulé ou nié. Deuxièmement, cela me dit que l'establishment s'inquiète de l'influence que les médias alternatifs auront à mesure que la crise va se développer.

Au cours des dix dernières années, nous avons eu raison dans notre analyse, et le danger pour les élites est que le grand public puisse le découvrir.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire