Lettre ouverte aux leaders des démocraties pour la libération du cinéaste Oleg Sentsov

10-11-2018 ldh-france.org 3 min #148103

Lettre ouverte signée par Malik Salemkour, président de la LDH, Agnès Tricoire, coresponsable de l'Observatoire de la liberté de création, et Michel Tubiana, président d'honneur de la LDH.

Dans une lettre ouverte, un collectif demande aux leaders des démocraties d'intervenir pour la libération du cinéaste, qui a mené une grève de la faim pendant cinq mois pour attirer l'attention sur le sort des Ukrainiens indûment détenus en Russie. Face au silence du Kremlin, il est temps que les dirigeants européens se mobilisent, estiment-ils.

« En 1980, Andreï Sakharov est exilé dans la ville fermée de Gorki pour avoir alerté le monde du danger que représentait l'Union soviétique (URSS). Assigné à résidence et surveillé en permanence par le KGB, il est coupé du monde durant plusieurs années, pendant lesquelles il effectuera deux grèves de la faim et sera torturé, intubé et nourri de force. Il faudra la Perestroïka (restructuration) et la Glasnost (transparence) en 1986, pour que Mikhaïl Gorbatchev mette fin à son exil et à son calvaire.

Cela n'empêche pas un autre dissident russe, Anatoli Martchenko, de mourir dans sa cellule la même année, le 8 décembre 1986, après onze ans d'emprisonnement et une grève de la faim de 117 jours. Son crime était d'avoir révélé dans un livre la réalité des camps de travail soviétiques. Il disait notamment : « La seule possibilité de lutter contre le mal et l'illégalité consiste à mon avis à connaître la vérité. »

Cette vérité a fissuré puis fait tomber les murs. L'URSS a laissé place à la Russie, l'Ukraine, la Géorgie, les Républiques baltes... Pourtant, c'est toujours pour les mêmes raisons que le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov a entamé une grève de la faim illimitée le 14 mai [qu'il a interrompue le 5 octobre pour éviter d'être nourri de force] : faire connaître la vérité, alerter le monde « libre ».

Disparu le 10 mai 2014

La vérité, c'est qu'au XXIe siècle, Oleg Sentsov, ce jeune cinéaste auteur d'un premier film repéré par les grands festivals européens de cinéma, père de deux enfants, a disparu le 10 mai 2014 alors qu'il sortait de chez lui, enlevé par les services secrets dans sa Crimée natale, ce morceau d'Ukraine que les Russes venaient brutalement d'annexer.

(...) »

 Lire la lettre en intégralité sur LeMonde.fr

 ldh-france.org

 Ajouter un commentaire