Rubrique Capjpo - Europalestine, pour la durée de l'inaccessibilité du site europalestine.com

09-11-2018 ism-france.org 7 min #148070

* "Grande Guerre" : plus de Mohamed que de Martin parmi les morts pour la France

* Un cadeau de MBS à Netanyahou : les Palestiniens d'Israël ne pourront plus se rendre à la Mecque
* Un député du parti de Netanyahou en insulte un autre handicapé

"Grande Guerre" : plus de Mohamed que de Martin parmi les morts pour la France
A l'heure de célébrer les disparus de la Grande boucherie de la guerre de 14-18, Le Parisien s'est plongé dans la base de données  Mémorial Genweb pour mieux connaître ces soldats tombés pour la France à raison de 700 par jours en moyenne pendant le conflit. Parmi les informations disponibles, une rapide étude des prénoms permet ainsi de raconter l'histoire d'une façon inattendue.

On ne s'étonnera évidemment pas de trouver les prénoms classiques du début du XXe siècle : Jean, Pierre, Louis, Joseph et François forment les cinq prénoms les plus frappés.

Mais le reste de ce terrible palmarès réserve d'autres surprises.

Mohammed et Giuseppe

Des prénoms moins « traditionnels », ensuite, note Le Parisien.
Si l'on regroupe les variantes Mohamed, Mohammed, Ben Mohamed et Ben Mohammed, ce ne sont pas moins de 1717 soldats qui sont tombés au combat pour la France. Largement suffisant pour intégrer la liste des 50 prénoms qui ont versé le plus lourd tribut au conflit. 1204 d'entre eux étaient nés sur le territoire algérien, 467 au Maroc et 18 en Tunisie.

En se limitant aux soldats s'étant fait recenser avec le prénom Ben Mohamed, le décompte monte déjà à 667, soit davantage que les Martin (649) ou les Mathieu (572).

En outre, les monuments aux morts pour la France sont aussi gravés de 354 Giuseppe, 280 Antonio et 260 Giovanni.

A noter aussi un millier de John sont morts pour la France dont 797 au cours de l'année 1918. Autant que de Vincent (729), Frédéric (671) au cours des quatre années du conflit.

Et tout cela pour qui, pour quoi ?

VOS GUERRES, NOS MORTS, POUR COMBIEN DE TEMPS ENCORE ?

Venez le dire avec nous ce dimanche au  grand rassemblement Place de la République !

Le gouvernement ayant interdit tous les défilés... sauf les militaires, nous comptons nous faire entendre !

_________________________________________________________

Un cadeau de MBS à Netanyahou : les Palestiniens d'Israël ne pourront plus se rendre à la Mecque

Le soutien de Netanyahou à MBS en ces temps difficiles de dépeçage des opposants saoudiens méritait bien un petit renvoi d'ascenseur.

Voilà qui est fait : L'Arabie Saoudite vient d'annoncer que les Palestiniens citoyens israéliens ne pourraient plus se rendre au pèlerinage de La Mecque !

Jusqu'ici (et depuis 1978), ils pouvaient le faire avec un passeport provisoire délivré par la Jordanie (contre la sommes de 70 dollars), puisque l'Arabie saoudite est censée ne pas avoir de relations diplomatiques avec Israël.

Désormais, et sans la moindre raison officielle, ces Palestiniens qui représentent près de 20% de la population israélienne, (plus d'1,5 million de personnes), ne pourront plus pénétrer dans le royaume pour aller faire le Hadj, l'un des 5 piliers de l'Islam.

En septembre dernier, la monarchie saoudienne, avait déjà interdit l'entrée sur son territoire des réfugiés palestiniens vivant en Jordanie, au Liban, ainsi qu'à Jérusalem Est. Plus de visas pour eux !

La normalisation des relations entre Israël et les pays du golfe, est de plus en plus transparente depuis que Netanyahou a officiellement demandé qu'on ne s'en prenne pas aux dirigeants saoudiens après l'affaire Kashoggi, pour ne "pas mettre en danger la stabilité du pays".

En avril dernier, Mohammed Bin Salman avait pour sa part déclaré que "les Israéliens avaient le droit d'avoir leur propre pays"...

Et ce "réchauffement" des relations entre criminels se traduit par une volonté commune de mettre fin à l'identité palestinienne et au droit au retour pour les refugiés palestiniens, analysent différentes sources.

"L'Arabie Saoudite fait pression sur la Jordanie pour qu'elle naturalise les réfugiés palestiniens établis en Jordanie, mais aussi ceux de Jérusalem-Est, et maintenant ceux qui sont des citoyens israéliens," écrit Middle East Eye.

Et si la pression s'exerce dans le même sens sur le Liban, Israël espère ne plus à avoir à entendre parler du problème des réfugiés !

Quand on sait que Trump met la pression dans le même sens, et a supprimé le budget de l'UNRWA, qui aide 5 millions de réfugiés palestiniens dans toute la région, le petit manège est limpide.

CAPJPO-EuroPalestine
(Article mis en ligne le 7 novembre 2018)

_________________________________________________________

Un député du parti de Netanyahou en insulte un autre handicapé

Oren Hazan (Likoud) a traité de "moitié d'humain" Ilan Gilon, également député au parlement israélien (Meretz), qui doit souvent se déplacer en fauteuil roulant.

L'ami de "Bibi" n'avait pas apprécié qu'Ilan Gilon s'oppose au projet de loi présenté par la ministre de la Culture, Miri Regev (Likoud), visant à conditionner le financement gouvernemental des arts à une supposée « loyauté ».

« Si vous n'étiez pas une moitié d'humain, alors je vous répondrais probablement », a lancé le charmant Oren Hazan à son collègue.

« De manière générale, les enfants, en situation de handicap ou non, doivent se sentir très mal à l'aise en voyant qu'il peut y avoir un tel personnage à la Knesset », a répondu Gilon.
« Il faut que ce soit clair. Et il faut que cela le soit aussi quand il y a une ministre de la Culture telle que Regev. Et il faut que cela le soit aussi lorsqu'un fils de Premier ministre (Yair, le fils de Netanyahou) qualifie le journaliste Amnon Abramovich de 'poubelle' et que son père ne dit rien. Je n'attends plus rien de ces gens-là », a ajouté le député insulté.

D'autant que le Oren Hazan en question n'en n'est pas à sa première sortie contre des handicapés.

Au mois de novembre 2015, durant un vote nocturne, il avait hurlé à l'attention de Karin Elharar, parlementaire de Yesh Atid qui souffre de dystrophie musculaire : « Vous avez besoin qu'Issawi vienne vous aider ? » (parce que cette parlementaire avait demandé au député du Meretz, Issawi Frej, de l'aider à enregistrer son vote en séance plénière.)

A part cela, il a récemment dit à une autre parlementaire, lors d'une réunion de commission du parlement, qu'elle était "trop laide pour être prostituée"...

Le Parlement israélien votait lundi soir la première lecture d'un projet de loi qui permettrait à la ministre de la Culture de ne pas verser de fonds aux organisations « culturelles qui œuvrent contre les principes de l'Etat », c'est-à-dire qui "nient le caractère juif et démocratique de l'Etat d'Israël" ou encore qui célèbrent la Nakba.

Un beau pays, n'est-ce pas ?

Source : The Times of Israël

 ism-france.org

 Ajouter un commentaire