Il y a toujours un prix à payer.

06-11-2018 reseauinternational.net 9 min #147920

par Andrei Martyanov

Nous en avons déjà parlé plusieurs fois dans ce blog. Il est bon de le répéter encore une fois.

 DUBAÏ (Reuters) – IranAir cherche à acheter des avions à toute entreprise ne nécessitant pas de permis de vente américain et pourrait envisager le Sukhoi Superjet 100 russe, a déclaré le chef des transports aériens, alors que l’Iran tente de renouveler sa flotte vieillissante malgré les sanctions américaines…  IranAir avait commandé 200 avions de passagers – 100 d’Airbus, 80 de Boeing et 20 du fabricant de turbopropulseurs franco-italien ATR. Toutes les transactions dépendaient des licences américaines en raison de la forte utilisation de pièces américaines dans les avions commerciaux.

Je ne sais pas si les Iraniens ont retenu la leçon, après tout le proverbe russe qui dit que l’orient est une affaire très délicate s’applique pleinement ici, mais il est temps qu’ils commencent à prendre des décisions appropriées. Surtout en gardant à l’esprit ceci :

La plupart des avions commerciaux modernes ont plus de 10% de pièces américaines, soit le seuil à partir duquel l’approbation du Trésor américain est requise. Des responsables russes auraient déclaré que Sukhoi travaillait à la réduction du nombre de pièces américaines dans l’espoir de remporter une commande iranienne de 100 appareils. 

La politique des grandes puissances ne fonctionne pas sur de simples contrats commerciaux, aussi importants soient-ils.

 L’Union européenne, la Chine et la Russie ont soutenu un mécanisme permettant aux affaires « légitimes » de continuer avec l’Iran, un plan visant à contourner les sanctions américaines et à laisser le commerce international se poursuivre sans entrave alors que le président Donald Trump poursuit son programme « America First ». La campagne en faveur d’un tel canal, annoncée lundi à New York par Federica Mogherini, responsable des affaires étrangères de l’UE, reflète les appels croissants lancés dans des pays tels que la France et l’Allemagne pour que l’UE adopte des outils lui permettant de poursuivre ses objectifs de politique étrangère avec moins de recours à un allié américain imprévisible. La décision de Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien a été le principal catalyseur, alors même que les puissances mondiales exhortaient les États-Unis à respecter leurs engagements.

Bloomberg donne une représentation de la distribution (pétrolière) des principales exportations iraniennes :

Comme vous pouvez le voir, si les choses se gâtent – nouveaux « instruments » ou pas, les États-Unis peuvent facilement « tuer » les livraisons de l’Iran à l’Europe et à l’Asie. Je n’ai aucune confiance en l’UE qui, à mon avis, peut être contrainte de répondre aux attentes des États-Unis, en particulier lorsque l’on parle de la question de la « défense », qui est importante pour les Européens (après tout, les Russkies agressifs envisagent de nuire à l’Europe… pour une raison que personne ne connait, pas même eux). Cela pourrait être un désastre pour l’Iran mais … heureusement il y a la Russie.

Premièrement, la raison pour laquelle l’Iran n’est toujours pas bombardé, comme en rêvent (comme un fantasme érotique) beaucoup de gens à Tel Aviv (et aux États-Unis), ce n’est pas à cause de la Chine, mais de la Russie. Après tout, même les actifs iraniens en Syrie respirent beaucoup mieux, comme l’a admis aujourd’hui (en russe) Xenia Svetlova (qui est, de toute évidence d’origine juive russe), membre de la Commission de la politique étrangère et de la défense de la Knesset

 Depuis que la Russie a fourni des S-300 à la Syrie, Israël n’a effectué aucune mission dans ce pays et cette livraison a modifié l’équilibre des pouvoirs dans la région. 

N’est-ce pas ce que j’ai toujours prêché depuis des années ? Combien de preuves empiriques supplémentaires sont nécessaires avant que les gens ne commencent à prendre conscience des faits de base des comportements des grandes puissances ? Surtout si cette grande puissance (ou superpuissance) est la Russie qui aime la paix et la tranquillité. L’Iran, bien sûr, ferait mieux de commencer à réfléchir très clairement à ses relations commerciales avec la Russie, car c’est elle qui vend ce produit extrêmement important et désespérément souhaitable dans le monde – la stabilité politique. D’où la question : l’Iran peut-il être un peu plus patient et accorder aux Russes le temps de terminer les SSJ-100 à des spécifications entièrement russes, de même que la MC-21, qui entrera en production en série l’année prochaine, et ainsi de suite ? Il existe, après tout, une autre dimension dans toute cette dynamique régionale lorsque l’on considère que près de 40% de la population iranienne est d’origine azerbaïdjanaise, ce qui met en lumière la question du Caucase et de la Turquie, qui elle-même est en quelque sorte dans les limbes en ce moment, même si je pense qu’elle va finalement retomber au sein de l’OTAN. En fin de compte, les livraisons de pétrole iranien reposent également sur des arrangements que la Russie, qui ne se soucie pas vraiment des sanctions, va prendre.

Donc, quelle que soit l’importance des ambitions régionales de l’Iran, il lui faudra, au moins pour un petit moment, danser un peu sur des airs russes, dont la partition va du commerce à l’assistance militaire, à l’ alternative à SWIFT qui finira peut-être par être tuée par les États-Unis, et… eh bien, aux garanties sécuritaires pour l’Iran, ce qui est une conséquence directe du poids géopolitique et militaire de la puissance russe. Les choses sont ce qu’elles sont et, pendant cette période de grande turbulence, l’Iran devra faire preuve d’un peu d’accommodement avec la Russie, qui souhaite sincèrement maintenir la stabilité, la prospérité et la paix dans le pays. En fin de compte, c’est l’Iran qui, une fois les sanctions levées, a immédiatement signé des contrats pour 200 avions commerciaux, mais PAS avec la Russie, qui espérait alors que l’Iran tiendrait compte de son soutien. Mais, comme on dit en Russie, l’orient est une affaire très délicate. On dirait que les Russes ont enfin appris la leçon, et c’est ce qui importe le plus à l’heure actuelle.

Source :  smoothiex12.blogspot.com

Traduction  Avic Réseau International

 reseauinternational.net

 Ajouter un commentaire