Le plan russo-sino-européen pour contourner les sanctions pétrolières contre l'Iran

05-11-2018 lesakerfrancophone.fr 13 min #147889

Par William Engdahl - Le 23 octobre 2018 - Source  New Eastern Ourlook

Il se peut fort bien que la politique unilatérale de la terre brulée menée par l'administration Trump donne un résultat tout à fait contraire à ce que l'on attend. La décision de Washington d'abandonner l'accord nucléaire iranien et d'imposer des sanctions sévères aux entreprises qui commercialisent du pétrole iranien, à partir du 4 novembre, crée de nouvelles voies de coopération entre l'UE, la Russie, la Chine et l'Iran et potentiellement d'autres pays. La récente déclaration de responsables bruxellois sur la création d'un Special Purpose Vehicle (SPV) non spécifié pour éviter légalement le commerce du pétrole en dollars américains et donc les sanctions américaines, pourrait potentiellement marquer le début de la fin de la domination du système dollar dans l'économie mondiale.

Selon les rapports des derniers pourparlers bilatéraux germano-iraniens à Téhéran, le 17 octobre, les mécanismes d'une structure spéciale qui permettrait à l'Iran de continuer à tirer profit de ses exportations de pétrole commenceront à être mis en œuvre dans les prochains jours. Fin septembre, Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère de l'UE, a confirmé son intention de créer un tel canal commercial indépendant,  notant qu'« aucun pays souverain ou organisation ne peut accepter que quelqu'un d'autre décide avec qui vous êtes autorisé à faire du commerce ».

Ce SPV serait calqué sur le système de troc soviétique utilisé pendant la guerre froide pour éviter les sanctions commerciales américaines, où le pétrole iranien serait en quelque sorte échangé contre des marchandises, sans échange d'argent. L'accord SPV impliquerait l'Union européenne, l'Iran, la Chine et la Russie.

Selon divers rapports de l'UE, le SPV implique un système de troc sophistiqué qui permet d'éviter les sanctions du Trésor américain. Par exemple, l'Iran pourrait expédier du pétrole brut à une entreprise française, accumuler des crédits par l'intermédiaire du SPV, un peu comme une banque. Un intermédiaire financier multinational soutenu par l'Union européenne serait mis en place pour traiter les transactions avec les entreprises intéressées par des transactions avec l'Iran et avec les parties iraniennes. Ces transactions ne seraient pas visibles par les États-Unis et  impliqueraient des euros et des livres sterling plutôt que des dollars.

C'est une réponse extraordinaire à ce que Washington appelle une politique de guerre financière totale contre l'Iran, qui inclut des menaces de sanctions contre les banques centrales européennes et le réseau de paiements interbancaires SWIFT basé à Bruxelles si ils maintiennent des liens avec l'Iran après le 4 novembre. Dans les relations qui existent entre l'Europe de l'Ouest et Washington depuis 1945, de telles mesures agressives n'ont jamais été prises auparavant, ce qui oblige les principaux cercles politiques de l'UE à repenser les choses en profondeur.

Une nouvelle architecture bancaire

Le contexte de cette mystérieuse initiative a été présenté en juin dans un rapport intitulé « L'Europe, l'Iran et la souveraineté économique : nouvelle architecture bancaire en réponse aux sanctions américaines ». Le rapport a été rédigé par l'économiste iranien Esfandyar Batmanghelidj et Axel Hellman, membre de l'European Leadership Network (ELN), un groupe de réflexion politique basé à Londres.

Le rapport propose que la nouvelle architecture comporte deux éléments clés. Tout d'abord, elle s'appuiera sur des « banques passerelles » désignées pour servir d'intermédiaires entre les banques commerciales iraniennes et celles de l'UE liées à l'entité ad hoc. Le deuxième élément est qu'elle serait supervisée par un bureau de contrôle des actifs étrangers de l'UE ou EU-OFAC, sur le modèle du Trésor américain, mais utilisé pour faciliter le commerce légal UE-Iran, et non pour le bloquer. Ce système UE-OFAC, entre autres fonctions, consisterait à créer des mécanismes de certification pour garantir les entreprises faisant de tels échanges commerciaux et à « renforcer les protections juridiques européennes pour les entités engagées dans le commerce et l'investissement en Iran ».

Le SPV utiliserait des Gateway Banks spécifiques, des banques de l'UE non affectées par les « sanctions secondaires » de Washington car elles ne font pas d'affaires aux États-Unis et se concentrent sur les affaires avec l'Iran. Il peut s'agir de banques régionales allemandes appartenant à l'État, de certaines banques privées suisses telles que la Europäisch-Iranische Handelsbank (EIH), une banque européenne créée spécifiquement pour le financement du commerce avec l'Iran. En outre, certaines banques iraniennes ayant des bureaux dans l'UE pourraient être utilisées.

Quel que soit le résultat final, il est clair que les actions belliqueuses de l'administration Trump contre le commerce avec l'Iran forcent les grands pays à coopérer, ce qui pourrait entraîner la fin de l'hégémonie du dollar qui a permis à un gouvernement américain endetté de financer une tyrannie mondiale au détriment des autres.

UE-Russie-Chine....

Lors de la récente Assemblée générale des Nations unies à New York, Federica Mogherini a déclaré que le SPV a été conçu pour faciliter les paiements liés aux exportations de l'Iran - y compris le pétrole - tant que les entreprises impliquées exerçaient des activités légitimes en vertu du droit communautaire. La Chine et la Russie sont également impliquées dans le SPV. La Turquie, l'Inde et d'autres pays pourraient y adhérer par la suite.

Immédiatement, comme prévu, Washington a réagi. Lors d'une réunion avec l'opposition iranienne aux Nations unies, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, ancien chef de la CIA, a déclaré qu'il était « troublé et même profondément déçu » par le projet européen. Il a notamment déclaré : « C'est l'une des mesures les plus contre-productives que l'on puisse imaginer pour la paix et la sécurité régionales et mondiales. » Le plan de Washington pour une guerre économique contre l'Iran est-il vraiment conçu pour favoriser la paix et la sécurité régionales et mondiales ?

Un SWIFT non étasunien ?

L'une des armes les plus brutales de la batterie de guerre financière du Trésor américain est la capacité de forcer le système de compensation interbancaire privé SWIFT, basé à Bruxelles, d'empêcher l'Iran de l'utiliser. Cela a eu un effet dévastateur en 2012 lorsque Washington a fait pression sur l'UE pour que SWIFT se soumette, un grave précédent qui a déclenché l'alarme partout dans le monde.

Le fait que le dollar américain demeure la monnaie dominante pour le commerce international et les transactions financières donne à Washington un pouvoir extraordinaire sur les banques et les entreprises du reste du monde. C'est l'équivalent financier d'une bombe à neutrons. Cela pourrait être sur le point de changer, même si ce n'est pas encore chose faite.

En 2015, la Chine a dévoilé son système CIPS (China International Payments System). À l'origine, le CIPS était considéré comme une future alternative chinoise à SWIFT. Il offrirait des services de compensation et de règlement à ses participants pour des opérations et des paiements transfrontaliers en Renminbi. Malheureusement, une crise boursière chinoise a forcé Pékin à revoir ses plans à la baisse, bien qu'il y ait un squelette d'infrastructure.

Dans un autre domaine, depuis fin 2017, la Russie et la Chine ont discuté de la possibilité de relier leurs systèmes de paiements bilatéraux en contournant le dollar. Le système Unionpay de la Chine et le système de paiement intérieur de la Russie, connu sous le nom de Karta Mir, seraient  directement reliés.

Plus récemment, les principaux cercles politiques de l'UE se sont fait l'écho de ces idées sans précédent dans l'ère post-1944. En août, se référant aux actions unilatérales des États-Unis pour bloquer le pétrole et d'autres échanges commerciaux avec l'Iran, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas,  a déclaré à Handelsblatt, un grand quotidien économique allemand, que « l'Europe ne devrait pas permettre aux États-Unis d'agir au-dessus de nos têtes et à nos dépens. Pour cette raison, il est essentiel que nous renforcions l'autonomie européenne en établissant des canaux de paiement indépendants des États-Unis, en créant un Fonds monétaire européen et en mettant en place un système SWIFT indépendant ».

Une fissure dans l'édifice du dollar

Jusqu'où l'UE est disposée à défier Washington sur la question du commerce avec l'Iran n'est pas encore clair. Il est fort probable que Washington, par l'intermédiaire de la NSA et d'autres moyens, puisse avoir accès aux échanges entre l'UE, l'Iran, la Russie et la Chine dans le cadre du SPV.

Outre les récentes déclarations du ministre allemand des Affaires étrangères, la France envisage d'étendre le SPV iranien afin de créer un moyen de protéger les économies de l'UE contre les sanctions extraterritoriales illégales, comme les sanctions secondaires qui punissent les entreprises européennes faisant des affaires en Iran en les empêchant d'utiliser le dollar ou de faire affaire aux États-Unis. La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères,  Agnès Von der Mühll,  a déclaré qu'en plus de permettre aux entreprises de continuer à commercer avec l'Iran, le SPV « créerait un outil de souveraineté économique pour l'Union européenne au-delà de ce seul cas. Il s'agit donc d'un plan à long terme qui protégera, à l'avenir, les entreprises européennes des effets de sanctions extraterritoriales illégales ».

Si tel est le cas de la nouvelle structure ad hoc de l'UE, cela créera une fissure béante dans l'édifice du dollar. Se référant au SPV et à ses implications, Jarrett Blanc, ancien responsable du département d'État sous Obama et impliqué dans la négociation de l'accord nucléaire iranien, a noté que « le mécanisme de paiement ouvre la porte à une dégradation à long terme du pouvoir des sanctions américaines ».

L'UE a fait preuve d'une rhétorique effrénée et de vociférations véhémentes contre la guerre économique unilatérale des États-Unis et l'imposition extraterritoriale de sanctions telles que celles contre la Russie. Mais sa détermination à prendre des mesures énergiques pour créer une véritable solution de rechange a, jusqu'à présent, été absente. Il en va de même à d'autres égards pour la Chine et la Russie. La guerre des sanctions américaines incroyablement brutale contre l'Iran va-t-elle enfin marquer le début de la fin de la domination du dollar sur l'économie mondiale qu'elle exerce depuis Bretton Woods, en 1945 ?

J'ai l'impression qu'à moins que le SPV, sous quelque forme que ce soit, n'utilise les avantages technologiques remarquables de certaines des technologies du Blockchain ou d'autres comme celles du XRP ou de Ripple, basé aux États-Unis, qui permettraient d'acheminer les paiements transfrontaliers de façon sécuritaire et presque instantanée à l'échelle mondiale, il n'aura que peu d'effet. Ce n'est pas que les programmeurs informatiques européens n'ont pas l'expertise nécessaire pour développer de tels logiciels, et encore moins les Russes. Après tout, l'une des principales entreprises de Blockchain a été créée par un Canadien d'origine russe nommé Vitalik Buterin. La Douma russe travaille sur une nouvelle législation concernant les monnaies numériques, même si la Banque de Russie y semble toujours fermement opposée. La Banque populaire de Chine est en train de développer et de tester rapidement une cryptomonnaie nationale, le ChinaCoin. Les technologies de Blockchain sont encore largement méconnues, même dans les cercles gouvernementaux tels que la Banque centrale russe qui devrait voir en elle bien plus qu'une nouvelle « bulle des mers du Sud ». La capacité d'un système de paiement supervisé par l'État à échanger des monnaies au-delà des frontières, totalement crypté et sécurisé, est la seule réponse plausible à court terme aux sanctions unilatérales et aux guerres financières jusqu'à ce qu'un ordre plus civilisé entre les nations soit possible.

William Engdahl

Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire
 Se réfère à :

 Référencé par :