Sur les conséquences des élections d'Okinawa

05-11-2018 reseauinternational.net 10 min #147868

par Vladimir Terehov

Ainsi, les  élections décisives au poste de gouverneur de la préfecture d’Okinawa, qui sont cruciales pour le gouvernement fédéral japonais, ont eu lieu le 30 septembre de cette année et se sont terminées par une mauvaise surprise. Malgré l’anticipation de Tokyo (et à sa grande déception), l’ancien maire de Ginowan, Atsushi Sakima, soutenu par le Parti Libéral-Démocrate du Japon au pouvoir, a échoué aux élections.

L’ancien animateur de radio Denny Tamaki a gagné en recevant 56% des voix ; il se considère comme un disciple de l’ancien gouverneur Takeshi Onaga. Takeshi Onaga, décédé au début du mois d’août, était un opposant puissant à la présence militaire américaine à Okinawa, qui est la plus grande île de l’Arc Ryukyu et une préfecture portant le même nom.

10 jours avant sa mort, il avait manifesté une sorte de volonté politique en déclarant qu’il allait révoquer la permission d’allouer une partie de la côte de l’île dans le camp peu peuplé de Henoko pour la construction d’un nouvel emplacement pour la station aérienne Futenma du Corps des Marines américains. La base susmentionnée est actuellement située au cœur même de la ville de Ginowan, dont la population avoisine les 100 000 habitants.

Le 15 août (en raison des typhons présumés à venir), tous les travaux à Henoko qui avaient été effectués par le gouvernement fédéral pendant plus d’un an avec les fonds du budget de l’État ont été suspendus.

Bien que, juridiquement parlant, dans le conflit entre Takeshi Onaga et Tokyo, ce dernier ait eu raison, le gouvernement fédéral a décidé de ne pas aggraver la situation après le décès du gouverneur populaire. En espérant qu’il pourrait reprendre le travail sans plus attendre après la victoire de leur candidat Atsushi Sakima.

Pas cette fois-ci, pour ainsi dire. Les journaux japonais qui ont utilisé les événements d’Okinawa comme sujet d’actualité pendant une semaine étaient pleins de photos du vainqueur et de ses supporters, dont certains ont bloqué le chantier Henoko en un rien de temps.

Les manifestants d’Okinawa ont reçu un soutien inattendu sur l’autre rive de l’océan Pacifique, c’est-à-dire aux États-Unis. Le groupe uni d’écologistes américano-japonais omniprésents a déposé un recours devant la Cour d’État de Californie concernant une infraction procédurale lors de l’approbation de la demande du ministère américain de la Défense concernant la conformité des travaux à Henoko aux besoins de la conservation de l’écosystème unique  d’Okinawa.

Les plaignants sont particulièrement préoccupés par l’avenir du rare mammifère marin, le dugong, qui habite la zone côtière de l’île. Le bruit des futurs moteurs d’avion convertibles Futenma 2 de base Osprey est censé affecter le système nerveux des dugongs. Il a été annoncé que l’affaire serait examinée en profondeur.

Lors de sa campagne électorale, Denny Tamaki a promis que s’il était élu, il suivrait les  traces du gouverneur décédé, Takeshi Onaga. C’est-à-dire, non seulement faire obstacle à la relocalisation de la Station aérienne Futenma du Corps des Marines à Henoko convenue par le Japon et les États-Unis, mais aussi suivre la ligne de conduite de son prédécesseur pour un retrait complet de toutes les unités militaires américaines d’Okinawa. Ce qui inclut environ 70% du personnel militaire américain déployé au Japon.

Précisons que Takeshi Onaga signifiait envoyer les troupes américaines déployées à Okinawa loin du pays (sans parler d’un lieu précis) plutôt que de les transférer dans les 4 îles principales du Japon. Cette perspective (dans un avenir proche) semble irréaliste si l’on considère que le Japon s’intéresse davantage à l’alliance militaire et politique avec les États-Unis qu’aux États-Unis eux-mêmes.

Cependant, cette perspective n’est pas tout à fait impossible. Par exemple, si les actions de politique étrangère néo-isolationnistes du président actuel des États-Unis se poursuivent. Il a déjà donné certaines indications particulières dans ce sens (concernant la Corée du Sud et le Moyen-Orient).

À juste titre, l’agitation au sein du gouvernement fédéral causée par les résultats des élections d’Okinawa se rapportait à la question posée par Washington. Jusqu’à présent, la question est restée silencieuse, mais on peut l’exprimer :

« Les gars ! Qui est le principal intervenant ici ? Si c’est vous, alors fournissez les conditions minimales nécessaires pour que nos soldats puissent accomplir leur devoir en tant que forces alliées. Et oubliez ces bêtises sur la volonté du peuple. Cet homme n’a pas obtenu la majorité écrasante du vote sur Okinawa. »

la station aérienne Futenma du Corps des Marines américains

Comme si c’était ce dont le Premier Ministre japonais Shinzō Abe avait besoin en ce moment. Deux jours avant les élections d’Okinawa, il est revenu de New York où, en plus de prononcer un discours à l’Assemblée Générale des Nations Unies, il a tenu une autre série de négociations difficiles (les analystes ne peuvent même pas dire pendant combien de temps) avec Donald Trump. Leur principal sujet de conversation est resté le même depuis 18 mois déjà : essayer de trouver une solution aux problèmes dans leurs relations commerciales et économiques bilatérales.

Même sans la question d’Okinawa, Shinzō Abe se trouve désavantagé dans ces négociations car son adversaire a un argument en béton sur les nombreuses années de balance commerciale positive du Japon avec les Etats-Unis (qui s’élève à environ 70 milliards de dollars par an). Ce qui, selon Donald Trump, est causé par la politique tarifaire injuste et inéquitable de ses partenaires. Comme nous l’avons dit  plus tôt, le Premier ministre japonais a dû faire de sérieuses concessions lors des négociations à New York.

C’est pourquoi la dernière chose dont le gouvernement japonais a besoin est d’une autre cause de reproche de ce genre de la part de son principal allié, encore plus en ce qui concerne le domaine militaire et politique.

Au cours des premiers jours qui ont suivi les élections, le désaccord entre le gouvernement fédéral et le gouverneur d’Okinawa ne semblait pas désespéré. Les deux parties ont fait allusion à la possibilité de parvenir à un compromis en négociant.

Cependant, comme c’est habituellement le cas pour les populistes, le nouveau gouverneur, après avoir surfé sur la vague populaire, devra maintenant suivre son cours. Le 26 octobre, le Parlement de la préfecture d’Okinawa a adopté un décret sur la tenue d’un  référendum sur la question unique de la (dés)approbation du projet de construction de la base Futenma 2 à Henoko. Selon la loi, l’expression de la volonté populaire doit se faire 6 mois plus tard, c’est-à-dire au printemps 2019.

Ce qui fait que les douloureuses blessures dans les relations entre le gouvernement fédéral et celui d’une de ses préfectures, ainsi que (indirectement jusqu’à présent) entre le Japon dans son ensemble et son principal allié, non seulement ne sont pas guéries, mais s’aggravent également.

Source :  On the Consequences of the Okinawa Elections

traduit par Pascal, revu par Martha pour  Réseau International

 reseauinternational.net

 Ajouter un commentaire