« La caravane des migrants fuit la misère et les horreurs provoquées par les Etats-Unis » (Rt)

04-11-2018 legrandsoir.info 5 min #147842

Noam CHOMSKY

Dans un entretien accordé au média Democracy Now, le linguiste, philosophe et militant souligne que les migrants fuient la violence et la pauvreté qui minent trois pays « dominés des Etats-Unis depuis de longues années ».

Les membres de la caravane de migrants centre-américains qui se dirige vers les Etats-Unis « fuient la misère et les horreurs » dont Washington est responsable, signale le philosophe, linguiste et reconnu activiste étatsunien Noam Chomsky.

Dans un entretien accordé au média  Democracy Now, l'intellectuel souligne que cette caravane « de personnes pauvres et misérables » fuit « l'oppression, la violence, la terreur et la pauvreté extrême » au Honduras, au Guatemala et au Salvador, trois pays dominés par les Etats-Unis depuis de longues années, et tout particulièrement depuis les années 80 », quand les terribles guerres de Ronald Reagan « ont dévasté tout d'abord le Salvador et le Guatemala, puis le Honduras ».

"Une incroyable farce"

Au sujet du Honduras, « d'où proviennent la plus grande partie des migrants aujourd'hui », Chomsky rappelle que, bien qu'il ait toujours été opprimé, en 2009 ce pays était dirigé par « un président modérément réformiste », Manuel Relaya, qui s'est fait éjecter par un coup d'Etat militaire « condamné par tout le continent avec une exception notable : celle des Etats-Unis ».

Le gouvernement de Barack Obama a refusé de parler de coup d'Etat car « s'il l'avait fait les lois [étasuniennes] l'aurait obligé à retirer les aides économiques » octroyées au nouveau régime en place, lequel a imposé une « terreur brutale », affirme Chomsky, avant de rappeler que le Honduras est par la suite devenu « la capitale mondiale des assassinats ».

Chomsky qualifie de "farce incroyable" le fait que l'administration Trump  envoie à la frontière des milliers de militaires pour stopper ces « pauvres, misérables familles, mères, enfants, qui fuient la terreur et la répression dont nous sommes nous-mêmes responsables ». De plus, il souligne que « les soldats envoyés à la frontière dépassent le nombre d'enfants qui fuient », pendant qu'une « importante campagne médiatique » est mise en place pour effrayer les citoyens des EU en leur faisant croire « que nous allons nous faire  envahir ».

« La troïka de la tyrannie »

L'activiste mentionne finalement les déclarations du conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis, John Bolton, qui a  qualifié jeudi dernier le Venezuela, Cuba et le Nicaragua de « troïka de la tyrannie ». D'après Chomsky, cette affirmation rappelle le discours de "l'axe du mal" de Georges Bush en 2002, qui « a précédé l'invasion de l'Irak, le pire crime de ce début de siècle qui eut des conséquences désastreuses ». Pour le philosophe, la « troïka », tout comme « l'axe du mal », est conformée « tout simplement par ceux qui refusent de se soumettre aux ordres des Etats-Unis ».

Traduction : Luis Alberto Reygada pour Le Grand Soir

 actualidad.rt.com

 legrandsoir.info

 Ajouter un commentaire