Des leçons pour affronter Bolsonaro sans le renforcer

13-10-2018 investigaction.net 10 min #146933

12 Oct 2018

Article de :  Joao Filho

Lors du dernier débat présidentiel le 17 août dernier, le journaliste Reinaldo Azevedo a posé une question assez simple sur la dette intérieure à Bolsonaro. Pendant la minute de réponse, le candidat se raidit comme s'il était nu devant tout le pays. Le mythe de la force et de l'ordre a fondu vivant et s'est transformé en un petit garçon effrayé, avec un regard vide, perdu comme le  mème de John Travolta.

On pouvait voir sur son visage "souffrance intérieure", "déséquilibre émotionnel" et "angoisse" - ces mêmes sentiments qui le touchaient lorsque le député de Rio de Janeiro, Carlos Minc, l'a qualifié de machiste, homophobe et raciste, lors du  procès qu'a ouvert l'ancien ministre.

Entre un silence interminable et un autre, il a dit quelque chose qui lui venait à l'esprit, sans aucun lien avec la question, et il a présenté des solutions embarrassantes et enfantines, telles que «faire en sorte que des employés et des patrons soient des amis, pas des ennemis». Choisi pour commenter la réponse, Ciro Gomes a eu l'opportunité de faire face au manque de préparation d'un candidat minuscule, mais a préféré être courtois, peut-être pour ne pas paraître arrogant aux yeux de l'électeur. Si une question insignifiante d'ordre économique a causé tous ces ravages émotionnels chez Bolsonaro, il n'est pas difficile d'imaginer comment il se comporterait au moment de prendre de grandes décisions, gérer des conflits et répondre aux demandes complexes d'une société qui traverse toutes sortes de crises.

La récente avancée de l'extrême droite dans le monde a suscité des discussions sur la manière dont les dirigeants politiques issus de ce spectre devraient être traités. Aux États-Unis, en Europe et maintenant au Brésil, les journalistes tentent de trouver le meilleur moyen de les interviewer sans fournir de plate-forme à leurs propositions antidémocratiques. L'expérience américaine avec Trump indique que la lutte contre les absurdités racistes et homophobes, par exemple, ne fonctionne pas et ne fait qu'alimenter la fureur de leurs partisans. Premièrement parce que la confrontation elle-même est l'une des principales stratégies de l'extrême droite, qui cherche à tout prix à se battre avec la presse pour se poser comme victime persécutée par l'establishment. Deuxièmement, parce que chaque extrémiste est, en règle générale, intellectuellement limité et se perd lorsqu'il est contraint de parler de sujets qui sortent de son petit carré moraliste.

Bolsonaro panique face à une question courante sur l'économie (photo : youtube)

La presse mondiale a tendance à vouloir souligner les absurdités des extrémistes, mais ce sont précisément ces mêmes absurdités qui ont augmenté leur capital politique. Les grandes questions fondamentales se retrouvent à l'arrière-plan, ce qui n'est pas le cas des hommes politiques non extrémistes.

Une question banale de Reinaldo Azevedo a révélé la fragilité de Bolsonaro, ce que l'ensemble de l'équipe de Roda Viva n'a pas réussi à faire pendant des heures d'entretien. Les intervieweurs de l'émission TV Cultura se sont concentrés sur les épisodes d'agressivité et les préjugés les plus célèbres du candidat qui l'ont aidé à surfer sur cette vague. C'est précisément à cause de ces épisodes que le candidat est là où il se trouve ! Les renforcer n'aide pas du tout.

L'année dernière, le parti d'extrême droite allemand AfD a remporté ses premiers sièges au parlement en exploitant le sentiment anti-réfugiés de la société allemande. Il y a deux semaines, le chef du parti, Alexander Gauland, a participé à une interview atypique à la télévision. Le journaliste de la ZDF, Thomas Walde, a dirigé le programme sans jamais toucher à la question des réfugiés, principal drapeau du parti. Pendant 19 minutes, l'extrémiste a été contraint de faire face à des problèmes extérieurs à sa zone de confort, tels que la sécurité sociale, le changement climatique et la numérisation, des problèmes beaucoup plus pertinents pour l'Allemagne que la question des réfugiés. La performance de Gauland fut moche.

La journaliste américaine Emily Schultheis, qui vit actuellement à Berlin, a écrit un  article pour The Atlantic citant cet entretien et analysant les difficultés rencontrées par les médias internationaux pour faire face aux extrémistes de droite: "Les médias allemands (et européens) ont été critiqués pour avoir eu une approche sensationnaliste sur les questions de réfugiés et de migration. La focalisation constante des médias sur ces questions contribue à les garder dans l'esprit des gens, même après que l'afflux de réfugiés ait considérablement diminué."

Interrogé sur le discours d'un coreligionnaire qui avait proposé un "changement du système de sécurité sociale", Gauland a simplement déclaré que le "parti est encore en train d'en discuter" et qu'il n'y avait "aucune idée particulière" à retenir. Le journaliste a insisté sur le sujet et a demandé si le parti n'avait réellement aucune proposition sur la question des retraites. Le dirigeant extrémiste a répondu que "pas maintenant" mais qu'il en soumettrait une après la prochaine réunion du parti.

Sur la numérisation - un problème important en Allemagne, puisque le pays dispose d'une infrastructure numérique très précaire par rapport aux autres pays européens - la réponse a suivi le modèle honteux des précédentes. "Je ne peux pas l'expliquer. Vous devez demander cela à un député", en ajoutant que lui-même "n'a aucune connaissance d'Internet".

Après l'interview, Gauland a senti le coup et a grogné publiquement. Il a déclaré que le journaliste était "excessivement tendancieux" et "absolument anti-journalistique". Des questions simples et techniques ont également suscité la colère de l'armée de militants d'extrême droite virtuels qui ont attaqué le journaliste allemand sur leurs réseaux sociaux - exactement ce que le fan-club de Bolsonaro a fait avec Reinaldo Azevedo.

Le mois dernier, Luciano Caramori, rédacteur publicitaire spécialisé dans le domaine des campagnes électorales, a écrit une série de tweets proposant une approche de Bolsonaro. C'est essentiellement la même stratégie utilisée par Azevedo et Walde.

"Aussi absurde que cela puisse paraître, les comportements RACISTES, HOMOPHOBES, VIOLENTS du candidat ne me semblent pas les meilleurs arguments contre lui. Malheureusement, il existe une tendance mondiale à mettre en évidence ces attitudes. Ce qui compte, c'est la sécurité, l'emploi, la santé. L'argument selon lequel il n'a RIEN fait pour la sécurité de Rio de Janeiro au cours de ses 30 années de mandat sera plus efficace que de dire qu'il battrait son propre fils s'il était homosexuel. "

Ce devrait être la position des journalistes qui s'adressent non seulement à Bolsonaro, mais à tous les candidats de droite qui ont surgi. Les questions fondamentales et techniques relatives à la sécurité, à l'économie et à la santé, qui exigent des réponses complexes, constituent les principales armes contre l'extrémisme. Les politiciens qui exaltent la dictature militaire et proposent aux agriculteurs de s'armer de fusils et de chars de guerre, par exemple, devraient être confrontés à des questions techniques relatives à la sécurité publique, sans laisser de place au prosélytisme idéologique de toujours. Ce serait offrir la corde avec laquelle l'extrémiste se pendra seul.

Après avoir été assommé par une simple question, et craignant que ce fait ne se répète dans les débats, Bolsonaro a annoncé qu'il valait mieux s'habituer à son éventuelle absence lors des prochains débats. Le président du PSL a justifié cela en affirmant que son candidat est différent, ce qui n'offre pas de solutions faciles, "mais de nouvelles orientations pour le Brésil, qui souffre de la maladie de gauche qui sévit depuis plus de deux décennies". Il a même fait appel à la convocation d'un communisme imaginaire pour justifier la fuite de son Don Quichotte.

Le fait que Bolsonaro n'ait pas la moindre notion des problèmes fondamentaux auxquels il pourrait être confronté en tant que président devrait être de plus en plus exposé. Cela fait près de 30 ans qu'il est dans la vie publique parlementaire sans avoir rien fait de pertinent - pas même en faveur de ses bannières odieuses, on doit le dire - et jusqu'à ce jour, il n'a pas acquis la moindre notion d'économie. Les gens veulent des emplois, la sécurité et de la nourriture sur la table, et pour cela, il est clair que la polémique ne résoudra pas à elle seule ces problèmes.

Laissez Bolsonaro continuer à prêcher des convertis dans leurs bulles sur les réseaux sociaux. Lorsque il les quitte, il doit être confronté aux problèmes techniques et pratiques du monde réel. Il n'est pas possible d'être président d'un pays en profonde crise économique en jouant exclusivement le rôle de gardien de la moralité et des bonnes manières, alors que dans l'économie, il remplit celui de fantoche. On ne gouverne pas un pays depuis une station essence.

Traduit du portugais par le  Journal Notre Amérique

Source :  Outras Palavras

 investigaction.net

 Ajouter un commentaire