Un air de « révolution de couleur » au Québec

09-10-2018 dedefensa.org 6 min #146758

Curieusement, une semaine après avoir été élu, il semblerait que François Legault doive faire face à un coup de force qui rappelle étrangement la tentative d'assassinat qui avait été ourdie contre Pauline Marois le soir même de son élection en 2012.

Un coup de force contre le Québec

Le nouvel « homme fort du Québec » vient de déclencher un ouragan au Canada anglais en prenant le taureau des accommodements religieux par les cornes ! En effet, la volonté du gouvernement désigné de la Coalition Avenir Québec (CAQ)  d'utiliser la clause nonobstant afin de légiférer sur l'interdiction du port des signes religieux par les fonctionnaires en position d'autorité aura, manifestement, fait déborder la coupe des lobbies libéraux.

Une manifestation organisée par l'extrême gauche

Dimanche, en journée, quelques milliers de manifestants se sont rassemblés dans les environs du campus de l'Université du Québec à Montréal, aux abords de la Place Émilie-Gamelin, un haut lieu de convergence pour toutes les manifestations organisées par les forces de l'extrême gauche.

L'objectif de la manifestation, si l'on se fie aux pancartes et au discours des organisateurs, semblait avoir deux volets : pointer du doigt le « gouvernement raciste de François Legault » et condamner un racisme systémique québécois qui expliquerait ce résultat électoral. D'ailleurs, on pouvait lire sur une des pancartes que « le racisme est toujours présent parmi nous. Mais c'est à nous de mettre en garde nos enfants ! »

Les médias dominants ont monté en épingle cette manifestation en mettant en exergue des témoignages qui donnent à penser qu'une révolte spontanée vient d'exploser face à un État québécois coupable de restreindre les droits et libertés de ses minorités visibles.

Des manifestants qui prônent la rectitude politique

C'est ainsi qu'un des organisateurs de la manifestation, interviewés par CTV News, Al Harrington, affirme que « nous devrions avoir la possibilité d'être libres. Vous devriez être libre de porter ce que vous voulez dans ce pays ». Cet organisateur, qui dira plus loin que Montréal représente toujours un territoire autochtone non cédé, faisait manifestement référence au multiculturalisme canadien.

Une autre manifestante, arborant un hidjab, a lancé avec beaucoup d'aplomb ce qui semble être une sorte de fatwa contre le Québec : « le Québec est en train de devenir une mauvaise blague parmi tant de choses, et c'est juste une partie de la blague ».

Une manifestation organisée de l'extérieur

Finalement, le chat est sorti de son sac lorsqu'Al Harrington, qui fait partie de la patrouille de rue montréalaise Wolf Pack Street, a révélé à CTV News que « la majorité d'entre nous a traversé le Canada afin de manifester contre le racisme et les groupes prônant la haine ». On se rappellera le LOVE IN organisé par des lobbies ayant fait venir des bus entiers pleins de Canadiens anglais venus nous enjoindre de ne pas quitter « le plusse beau pays du monde » lors du 2e référendum de 1995. Comme quoi l'histoire aime à se répéter !

Note

Voici la ou les sources de cet article : CTV News  #1,  #2,  TVA Nouvelles,  La Presse,  Le Journal de Montréal,  Radio-Canada,  The Montreal Gazette, Global News  #1,  #2 et  Facebook

 dedefensa.org

 Ajouter un commentaire