Soyons plus et mieux communistes

08-10-2018 legrandsoir.info 3 min #146743

Jean ORTIZ

On le voyait venir. La direction du PCF a cristallisé contre elle beaucoup de frustrations, coupable de navigations à courte vue, d'abandons « identitaires », etc. Lors de la récente fête de « L'Humanité », dans aucun grand discours n'est apparue, par exemple, une solidarité avec le Venezuela. Qui a décidé de cette ligne insolidaire (quid des militants ?) que nos camarades vénézuéliens ne comprennent pas.

La sémantique fut amputée des termes « révolution, socialisme, communisme ». Est-ce pour céder à l'air du temps ? Nos marqueurs, ceux qui faisaient du PCF un parti « différent », « éthique », attendent réhabilitation dans les conditions d'aujourd'hui. Alors OUI à l'identité conçue comme un socle historique renouvelé, enrichi en permanence par des apports nouveaux. Alors OUI aux racines ; mais encore plus : OUI aux feuilles. L'identité est une construction permanente.

OUI. Il faut Reconstruire un PCF combattif, solidaire, révolutionnaire, créatif, unitaire où l'on n'humiliera pas, ne brimera pas, les camarades qui « ne sont pas sûrs ». Un grand PCF, POUR QUOI FAIRE ? Ouvrir un horizon communiste, de transformation sociétale radicale, pas à pas, une stratégie en termes d'unité populaire, en bas, qui ne soit plus socialo-dépendante. Comment peut-on en finir avec le capitalisme sans prendre le pouvoir ? Et que l'on ne mette pas toutes nos responsabilités sur le dos de Mélenchon. Il ne nous a pas facilité la tâche, mais cela serait trop commode d'en faire une chèvre émissaire.

Nous sommes co-responsables de l'échec du Front de gauche, alors que l'initiative était belle, forte. On eut l'impression que notre parti avait peur de son ombre. Notre parti a eu du mal, une nouvelle fois, à conjuguer nécessité d'un parti de classe et stratégie de rassemblement anticapitaliste sans frontières.

Quant à mettre « l'homme au centre », au centre comme les valeurs humaines anciennes et nouvelles... Je doute... Jadis on appelait cela « le temps des camarades ». Dans l'immédiat, bannissons les règlements de comptes, et tenons l'unité pour/comme la prunelle de nos yeux. Soyons plus et mieux communistes. Sans complexes. Je me sens plus que jamais coco, mais au milieu d'un champ de ruines.

Jean ORTIZ

 legrandsoir.info

 Ajouter un commentaire