Est-ce qu'une nouvelle flotte russe de la mer Noire arrive ?

01-10-2018 2 articles lesakerfrancophone.fr 26 min #146399

Par  Dmitry Gorenburg - Le 31 juillet 2018 - Source  War On The Rocks

Wikimedia Commons

L'été dernier, le ministre russe de la Défense,  Sergueï Choigou, a déclaré que la Russie continuera à renforcer ses forces autour de la mer Noire afin de « neutraliser la menace sécuritaire de l'OTAN dans la région de la mer Noire ». Cette rhétorique met en évidence le changement dans la perception de la menace qui a eu lieu des deux côtés dans la région au cours des dernières années. Il y a tout juste 10 ans, la mer Noire était présentée comme un modèle de coopération navale entre d'anciens adversaires. Les activités menées en collaboration, telles que  BlackSeaFor et  Black Sea Harmony, ainsi que la participation régulière de la Russie au programme  Active Endeavor de l'OTAN, promettaient un avenir où tous les États riverains de la mer Noire travailleraient ensemble pour assurer la sécurité régionale et atténuer les menaces à la sécurité, comme la contrebande. Cette coopération a commencé à faiblir après la guerre russo-géorgienne de 2008, mais elle a été maintenue grâce aux efforts conjugués de la Russie et des membres de l'OTAN - en particulier la Turquie.

La situation a radicalement changé après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, les  dirigeants de l'OTAN craignant que celle-ci ne transforme la mer Noire en un lac russe en consacrant des ressources importantes à la modernisation de sa flotte de la mer Noire et au renforcement des forces militaires russes en Crimée en général. Les dirigeants politiques, les commandants navals et les experts en politique de la Russie ont expliqué ouvertement pourquoi ils ont accordé la priorité à la flotte de la mer Noire dans leurs efforts de modernisation navale. Cela s'explique en partie par l' état précaire de la flotte avant 2014. En raison des tensions avec l'Ukraine et d'un manque général d'investissements dans les achats militaires, la Russie n'a fourni qu'un seul nouveau navire de combat pour sa flotte entre 1991 et 2014. Par conséquent, en 2014, la flotte était  à peine fonctionnelle et les navires d'autres flottes devaient être utilisés pour effectuer des missions navales russes  en Méditerranée et  dans le golfe d'Aden.

Depuis que la crise ukrainienne a entraîné un ralentissement durable des relations entre la Russie et l'Occident, les dirigeants de Moscou se sont à plusieurs reprises concentrés sur leurs craintes d'un empiétement de l'OTAN dans la région de la mer Noire comme facteur clé nécessitant le renforcement de l'armée russe dans la région et de sa flotte en mer Noire en particulier. L'ancien commandant de la flotte de la mer Noire, l'amiral Alexander Vitko, a  été très explicite en reliant la modernisation de la flotte à une perception accrue de la menace de l'OTAN. Il a souligné la nature de plus en plus routinière de la présence navale occidentale dans la mer Noire ces dernières années, ainsi que l'augmentation du nombre d'exercices de la mer Noire effectués par les marines des pays membres de l'OTAN. Il était particulièrement préoccupé par les vols « presque quotidiens » le long de la frontière maritime de la Russie, effectués par des avions de renseignement et des drones. Il a également condamné le renforcement des capacités militaires des États membres de l'OTAN et des alliés de l'OTAN en mer Noire et en Méditerranée.

Les chefs militaires et analystes russes ont été particulièrement préoccupés par l'exercice de guerre anti-sous-marine  Sea Breeze 2017, qui s'est déroulé en mer Noire en juillet 2017, organisé conjointement par l'Ukraine et les États-Unis avec la participation de 16 pays de l'OTAN et des pays partenaires de l'OTAN. Ils ont  mis l'accent sur la composante anti-sous-marine de l'exercice et ont noté que la Russie est le seul adversaire contre lequel un tel exercice pouvait être dirigé. L'utilisation de l'avion américain P-8 Poseidon a attiré l'attention, tout comme la présence d'un destroyer Arleigh Burke AEGIS. Les capacités potentielles de défense antimissile des destroyers AEGIS sont liées à la construction d'une infrastructure de  défense antimissile terrestre en Roumanie en tant que menaces militaires pour les forces russes dans la région de la mer Noire. Ces déclarations montrent clairement que la Russie a fait de la modernisation de la flotte de la mer Noire et du renforcement simultané de la présence militaire russe dans la région de la mer Noire une priorité pour contrer la menace qu'elle voit émaner de l'OTAN et de ses partenaires dans la région, y compris l'Ukraine.

Modernisation de la flotte

Bien que le plan de modernisation de la flotte de la mer Noire  prévu dans le Programme d'armement de l'État 2020 n'ait pas été entièrement mis en œuvre, la flotte a reçu un grand nombre de nouveaux navires et sous-marins. Six nouveaux sous-marins diesel du projet 636.3 (Classe Kilo améliorée), reçus entre septembre 2015 et début 2018, et trois frégates de la classe Amiral Grigorovich, sont tous capables de tirer des missiles de croisière Kalibr d'attaque terrestre (LACM) ou des missiles de croisière anti-navire. En tant que tels, ils sont beaucoup plus performants que les vieux navires de combat soviétiques de la flotte et les sous-marins à peine fonctionnels. Toutefois, la fin de la coopération avec l'Ukraine en matière de défense a entraîné des retards dans la construction, de sorte que trois autres frégates de cette classe n'entreront dans la flotte qu'au milieu de la prochaine décennie, soit cinq ans plus tard que prévu. La flotte de la mer Noire recevra également six corvettes de 1300 tonnes du projet 22160 de la classe Vasily Bykov, de  conception modulaire qui permettra de modifier les armements en fonction des missions. Comme presque tous les autres navires de combat russes actuellement en construction, ils seront équipés de lanceurs universels de missiles de croisière.

Les nouveaux petits navires comprendront 4-6 Kalibr-armed Project 21631 Buyan-M classe 950 tonnes, des petits navires lance-missiles. Ces navires ont été conçus pour opérer dans les zones littorales, où ils peuvent être couverts par des systèmes de défense aérienne basés à terre tout en menaçant les navires ennemis ou les cibles terrestres avec des missiles de croisière à longue portée. En même temps, ils sont limités par leur état de navigabilité relativement médiocre et la faiblesse des moteurs. Pour cette raison, la marine russe a choisi de développer une autre classe de petits navire lance-missiles avec des Kalibr, le projet 22800 Karakurt, d'une capacité de 800 tonnes. Six de ces navires devraient rejoindre la flotte de la mer Noire d'ici 2022, le premier devant être mis en service dans le courant de l'année prochaine. Par rapport aux Buyan-M, ces navires ont un tirant d'eau plus profond, ce qui augmente leur stabilité dans les mers houleuses. Ils sont également équipés de systèmes de défense aérienne Pantsir-M. Ensemble, ces deux changements permettront à ces navires d'opérer plus loin du rivage, tout en conservant la même capacité de frappe à longue portée.

Le modèle d'acquisition de navires de la flotte de la mer Noire met en évidence la décision de l'armée russe de se concentrer sur une combinaison de sous-marins et de petits navires équipés de missiles à longue portée très performants qui n'ont pas besoin d'un tonnage élevé pour être employés - en particulier dans la mer Noire et la mer Méditerranée plus étroite. En d'autres termes, la défense des approches maritimes de la Russie reste primordiale dans la doctrine navale russe appliquée à la mer Noire.

Militarisation de la Crimée

L'expansion de l'empreinte militaire de la Russie en mer Noire va bien au-delà de l'introduction de nouveaux navires et sous-marins. L'armée russe a pris des mesures pour introduire un large éventail de nouvelles capacités en Crimée dans tous les services. L'amélioration des défenses aériennes et côtières a été une priorité, avec l'introduction de deux bataillons de systèmes de défense aérienne à longue portée  S-400 en Crimée au début de 2017 et de deux bataillons supplémentaires au début de 2018. Des missiles surface-air S-300 à longue portée et des Pantsir-S à moyenne portée ont également été déployés en Crimée ces dernières années, tout comme les  radars Nebo-M modernes. La flotte de la mer Noire s'attend à déployer bientôt des systèmes de défense aérienne à moyenne portée  Buk. Les défenses côtières ont également été renforcées, avec une combinaison de systèmes Bastion à longue portée et de systèmes Bal à moyenne portée. Les plans actuels prévoient la création de deux brigades de  défense côtière de la flotte de la mer Noire, l'une située près de Sébastopol et l'autre près de Novorossiisk. Chaque brigade serait équipée de 3 à 5 bataillons de Bastions et de 1 à 2 bataillons de Bal. Ces systèmes sont complétés par des hélicoptères et des drones Orlan conçus pour aider à l'identification des cibles.

La flotte de la mer Noire a également reçu une variété de  nouveaux aéronefs, dont 12 nouveaux Su-30SM et un nombre indéterminé d'hélicoptères Ka-52 et Mi-28N. Les  unités des forces terrestres sur le territoire de Crimée ont également été renforcées, avec le déploiement de l' artillerie Msta et des systèmes de lance-roquettes multiples Tornado, ainsi qu'une division motorisée de défense territoriale. L'infanterie navale a également  été renforcée, l'accent étant mis en particulier sur la lutte contre les opérations de sabotage, compte tenu des craintes d'infiltration ukrainienne dans le territoire. Pour aider à cette mission, la Flotte de la mer Noire a également acquis six navires anti-sabotage de la classe Grachonok.

Selon des  sources ukrainiennes, l'effectif total de l'armée russe en Crimée est de 32 000 hommes. L'équipement russe comprend 40 chars de combat principaux, 680 véhicules blindés de transport de troupes et 174 systèmes d'artillerie de différents types. Il s'agit d'un changement majeur par rapport à  avant la crise ukrainienne, lorsque les bases russes louées à l'Ukraine en Crimée abritaient la moitié moins de troupes, aucun chars, 92 véhicules blindés de transport de troupes et 24 systèmes d'artillerie. Le nombre d'avions de combat est passé de 22 à 113. Alors que les sources ukrainiennes gonflent généralement l'étendue de la présence militaire russe en Crimée, il ne fait aucun doute que l'armée russe a considérablement augmenté sa présence en Crimée.

Nouvelles capacités

L'empreinte militaire élargie de la Russie en Crimée lui permet de mener une série d'opérations dont elle n'était pas capable avant 2014. Le déploiement de missiles S-400, Bastion et Bal permet à l'armée russe d'établir une zone anti-accès/déni d'accès ( A2/AD) couvrant la quasi-totalité de la mer Noire. En utilisant une combinaison de missiles terrestres et navals, appuyés par de fortes capacités de guerre électronique, l'armée russe peut empêcher tout mouvement militaire dans la mer Noire et refuser la liberté d'action à un adversaire s'il arrive sur le théâtre des opérations. Les missiles à longue portée lancés par mer, air et sol permettent ce déni l'accès, tandis que les systèmes de défense côtière et aérienne à courte portée se concentrent sur la mission de déni d'accès. Il en résulte plusieurs zones de défense aérienne qui s'emboîtent les unes dans les autres. Aux frontières extérieures, les navires, les sous-marins et les aéronefs de la Russie cherchent à obtenir ce déni d'accès. Plus près de nous, l'aviation navale, les missiles de défense côtière à longue portée et les navires de combat de surface plus petits comme les bateaux lance-missiles sont prêts à infliger des coûts, tandis que la guerre électronique est prête à dégrader l'efficacité des armes ennemies.

Jusqu'en 2015, la plupart des analystes ont soutenu que la Russie n'était pas capable de mener une opération militaire loin de son voisinage immédiat, car son armée n'avait pas la capacité de transporter un nombre important de personnel ou d'équipement vers des théâtres d'opérations éloignés. Toutefois, au cours des trois dernières années, l'armée russe a montré qu'elle  peut effectuer et  maintenir un déploiement à long terme loin de ses frontières, en utilisant en grande partie des navires de la flotte de la mer Noire et des navires commerciaux reconditionnés pour l'opération «  Syrian Express ».

Enfin, l'introduction des missiles de croisière à longue portée a fondamentalement changé la nature du fonctionnement de la flotte de la mer Noire. L'avènement de navires dotés de systèmes de lancement vertical universel qui peuvent lancer des LACM et des ASCM à longue portée est considéré par Moscou comme un puissant multiplicateur de force qui peut compenser le manque à gagner en nombre et en qualité des navires. L'avènement de petits navires multi-missions qui peuvent frapper des cibles éloignées à partir de zones bien protégées près des côtes russes ajoute une capacité offensive et défensive multidimensionnelle qui peut également être utilisée pour dissuader l'OTAN et d'autres adversaires.

De nouvelles missions pour un nouvel environnement

La saisie par la Russie et l'annexion revendiquée de la Crimée a bouleversé l'environnement géopolitique de la mer Noire. La position géographique de la Crimée permet au pays qui la contrôle de dominer les eaux de la mer Noire. Sébastopol est de loin le meilleur port de haute mer. Sa marine et son armée de l'air, avec la combinaison des systèmes S-400, Kalibr et Bastion, ont transformé la mer Noire en un environnement A2/AD d'interdiction qui sera difficile à pénétrer pour tout adversaire potentiel, y compris l'OTAN.

Les préoccupations occidentales concernant le fait que la mer Noire devienne un  lac russe sont justifiées, mais pas nécessairement tout à fait pertinentes. Même sans annexer la Crimée, la Russie était en passe de devenir la puissance dominante dans la région simplement en raison de sa position géographique et de ses capacités militaires relatives en matière de défense aérienne et de tirs à longue portée. Le contrôle de la Crimée a simplement cimenté cette position et signifié que la Russie n'avait plus à s'inquiéter de perdre sa base navale de Sébastopol. Et pourtant, cette domination n'est pas pertinente en dehors d'un scénario de guerre conventionnel, car il est peu probable que l'OTAN conteste le contrôle de la mer par la Russie aux premiers stades d'un conflit. Au lieu de cela, il s'efforcerait d' enfermer la marine russe dans la mer Noire et de l'empêcher d'accéder à la Méditerranée. Il s'agit d'une mission qui est gérable pour l'OTAN, car elle a encore une position de forces relatives beaucoup plus forte en Méditerranée. En outre, l'accès de la Russie à la Méditerranée est géographiquement limité par le Bosphore.

Les  principales missions de la flotte de la mer Noire au cours de la prochaine décennie devraient consister à veiller à ce que la mer Noire ne puisse pas servir de zone de transit pour les frappes contre les infrastructures russes, à protéger les installations et les infrastructures militaires russes en Crimée et à servir de base de transit pour les opérations militaires et la diplomatie navale en Méditerranée. La protection de la région de la mer Noire sera assurée par une combinaison de solides plates-formes de défense aérienne et côtière, ainsi que par le déploiement de sous-marins et de navires de surface armés d'ASCM efficaces. Plus important encore, la capacité des sous-marins et des navires de surface à tirer un nombre important de LACM sur des cibles terrestres a pour but d'envoyer un message dissuasif aux adversaires potentiels, et en particulier aux États membres de l'OTAN.

Compte tenu de la nature contradictoire des relations de la Russie avec l'Occident, la flotte de la mer Noire entreprendra d'autres missions au-delà de la mer Noire dans les années à venir. Au fur et à mesure que le nombre de navires augmentera au cours des cinq à dix prochaines années, la flotte de la mer Noire assumera le rôle de fournisseur principal de navires à l'escadron méditerranéen de la Russie. En plus de continuer à assurer le transport maritime pour les opérations russes en Syrie, les navires équipés de missiles de croisière de la flotte de la mer Noire auront un rôle de projection de puissance en Méditerranée. Même avec un petit nombre de frégates, la flotte représentera une menace potentielle pour les autres forces navales de la région, y compris les groupes d'attaque des porte-avions américains. Cette tâche exige une augmentation du nombre de navires de combat de surface à la disposition de la flotte, ce qui peut être l'une des raisons de l'augmentation du nombre de navires relativement petits qui peuvent être construits rapidement pour la flotte de la mer Noire.

Cela ne signifie pas qu'il faille s'attendre à ce que la marine russe entreprenne des actions agressives en Méditerranée. Son objectif sera plutôt de créer une dissuasion conventionnelle contre une attaque occidentale en menaçant d'utiliser ses capacités aériennes et maritimes pour infliger des pertes inacceptables aux forces navales ennemies qui tenteraient d'engager les forces russes en mer Noire ou en Méditerranée orientale.

De la mer Noire à la Méditerranée

À l'avenir, la flotte de la mer Noire devrait soutenir un escadron méditerranéen encore plus important, l'Amiral Vitko  demandant la présence constante d'un ou deux sous-marins polyvalents (de la flotte du Nord) et de 10 à 15 navires de surface (principalement de la flotte de la mer Noire). Les efforts de la Russie pour étendre sa présence en Méditerranée incluraient également des bases plus nombreuses et plus importantes dans la région. De telles bases ne fourniraient pas seulement une occasion de ravitaillement et de réparation des navires, mais pourraient aussi abriter des systèmes de défense côtière qui protégeraient l'escadre. Les objectifs de la Russie pour sa flotte est de l'étendre au-delà des confins de la Méditerranée. À mesure que la flotte sera renforcée au cours de la prochaine décennie, elle pourrait assumer la responsabilité principale de patrouiller la mer Rouge, le golfe Persique et le golfe d'Aden, ainsi que les sections occidentales de la mer d'Arabie, qui relèvent toutes actuellement de la flotte du Pacifique. Vitko suggère la présence permanente d'au moins trois navires de la flotte de la mer Noire dans cette région à l'avenir, signe de l'aspiration de la marine russe à rétablir son statut de force océanique pour rivaliser avec la marine américaine.

Dmitry Gorenburg est chercheur scientifique principal à la Division des études stratégiques de l'AIIC, un organisme de recherche et d'analyse sans but lucratif, où il travaille depuis 2000. En plus de son travail à l'AIIC, M. Gorenburg est rédacteur en chef de la revue Problems of Post-Communism and Russian Politics and Law et associé au Davis Center for Russian and Eurasian Studies de l'Université Harvard. Il a déjà enseigné au département de gouvernement de l'Université Harvard et a été directeur exécutif de l'American Association for the Advancement of Slavic Studies (AAASS). Il est titulaire d'un doctorat en sciences politiques de l'Université Harvard et d'un baccalauréat en relations internationales de l'Université de Princeton. Il blogue sur les questions liées à l'armée russe sur  russiamil.wordpress.com.

Note du Saker Francophone Cet article est issu d'une série de 5, ici d'un auteur introduit dans les sphères atlantistes. Il est toujours intéressant de lire les points de vue qui y sont développés car même si certains jugements de valeur sont contestables, l'ensemble est assez équilibré dans le cadre de la russophobie endémique en Occident.

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
08-10-2018 lesakerfrancophone.fr 19 min #146715

La stratégie de la Russie dans le bassin de la mer Noire

Par  Nikolas Gvosdev - Le 2 août 2018 - Source  War On The Rocks

Image: kremlin.ru

frontière polono-lituanienne] en tant que voie potentielle d'invasion russe vers l'Europe centrale, c'est l'accumulation de puissance de la Russie en mer Noire qui devrait préoccuper les décideurs politiques.