Des fuites de documents révèlent que Google prévoit de lancer un moteur de recherche censuré en Chine

22-09-2018 2 articles les-crises.fr 15 min #146001

Source :  The Intercept, Ryan Gallagher, 01-08-2018

Ryan Gallagher

1er août 2018

The Intercept est en mesure de révéler que Google prévoit de lancer une version censurée de son moteur de recherche en Chine qui mettra sur liste noire les sites Web et les termes de recherche sur les droits de l'homme, la démocratie, la religion et les manifestations pacifiques.

Le projet - baptisé Dragonfly (Libellule) - est en cours depuis le printemps de l'année dernière et s'est accéléré à la suite d'une rencontre en décembre 2017 entre Sundar Pichai, PDG de Google, et un haut fonctionnaire du gouvernement chinois, selon des documents internes de Google et des personnes au fait de ces plans.

Les équipes de programmeurs et d'ingénieurs de Google ont créé une application Android personnalisée, dont différentes versions ont été nommées « Maotai » et « Longfei ». Une démonstration de l'application a déjà été faite devant le gouvernement chinois ; la version finale, en attente de l'approbation des responsables chinois, pourrait être lancée dans les six à neuf prochains mois.

Le projet représente un changement radical dans la politique de Google à l'égard de la Chine et marquera la première fois en près d'une décennie que le géant de l'Internet exploite son moteur de recherche dans le pays.

Le service de recherche de Google n'est actuellement pas accessible à la plupart des internautes en Chine parce qu'il est bloqué par ce que l'on appelle le Grand Pare-feu du pays. L'application que Google est en train de construire pour la Chine se conformera aux lois strictes de censure du pays, entravant l'accès aux contenus que le régime du Parti communiste de Xi Jinping juge défavorable.

L'application de recherche va « mettre sur liste noire les requêtes sensibles ».

Le gouvernement chinois bloque les informations sur Internet concernant les opposants politiques, la liberté d'expression, le sexe, les nouvelles et les études universitaires. Elle interdit par exemple les sites Internet sur le massacre de la place Tiananmen en 1989 et les références à « l'anticommunisme » et aux « dissidents ». Les mentions de livres qui dépeignent négativement les gouvernements autoritaires, comme 1984 et La ferme des animaux de George Orwell,  ont été interdites sur Weibo, un site de médias sociaux chinois. Le pays censure également les sites de médias sociaux occidentaux populaires comme Instagram, Facebook et Twitter, ainsi que les médias américains comme le New York Times et le Wall Street Journal.

Les documents consultés par The Intercept, marqués « Google confidentiel », indiquent que l'application de recherche chinoise de Google va automatiquement identifier et filtrer les sites Web bloqués par le grand pare-feu. Lorsqu'une personne effectue une recherche, les sites Web interdits seront supprimés de la première page de résultats, et une clause de non-responsabilité sera affichée indiquant que « certains résultats peuvent avoir été supprimés en raison d'exigences légales ». Parmi les exemples cités dans les documents des sites Web qui seront soumis à la censure, on peut citer ceux de la BBC et de l'encyclopédie en ligne Wikipédia.

Selon les documents, l'application de recherche va également « mettre sur liste noire les requêtes sensibles » de sorte « qu'aucun résultat ne sera affiché » lorsque les gens entreront certains mots ou phrases. La censure s'appliquera à l'ensemble de la plate-forme : La recherche d'images de Google, la vérification automatique de l'orthographe et les fonctions de recherche suggérées incorporeront les listes noires, ce qui signifie qu'elles ne proposeront ni informations personnelles ni photographies que le gouvernement a interdites.

Au sein de Google, la connaissance de Dragonfly a été limitée à seulement quelques centaines de membres parmi les 88 000 personnes composant les effectifs du géant de l'Internet selon une source au courant du projet. Cette source a contacté The Intercept sous couvert de l'anonymat, car elle n'était pas autorisée à prendre contact avec les médias. La source a déclaré qu'ils avaient des préoccupations morales et éthiques au sujet du rôle de Google dans la censure, qui est préparée par une poignée de cadres supérieurs et de dirigeants de l'entreprise sans examen public.

« Je suis contre les grandes entreprises et les gouvernements qui collaborent avec l'oppression de leur peuple. »

« Je suis contre la collaboration des grandes entreprises et des gouvernements avec l'oppression de leur peuple, et j'ai le sentiment que la transparence sur ce qui se fait est dans l'intérêt public », a déclaré la source, ajoutant qu'ils craignaient que « ce qui se fait en Chine devienne un modèle pour de nombreux autres pays ».

Patrick Poon, un chercheur basé à Hong Kong et membre du groupe de défense des droits humains Amnesty International, a déclaré à The Intercept que la décision de Google de se conformer à la censure serait « un grand désastre à l'ère de l'information ».

« Cela a des implications très graves non seulement pour la Chine, mais pour nous tous, pour la liberté de l'information et la liberté de l'Internet », a déclaré M. Poon. « Cela créera un terrible précédent pour de nombreuses autres entreprises qui tentent encore de faire des affaires en Chine tout en maintenant le principe de ne pas succomber à la censure de la Chine. Le plus grand moteur de recherche au monde qui obéit à la censure en Chine est une victoire pour le gouvernement chinois - cela envoie le signal que personne ne prendra plus la peine de contester la censure. »

Il n'est pas certain que Google lance finalement une version desktop de sa plate-forme de recherche chinoise censurée. Pour l'instant, l'entreprise se concentre sur le déploiement initial de l'application Android, à laquelle une grande partie de la population chinoise pourra accéder. Les chercheurs  estiment que plus de 95 pour cent des personnes qui accèdent à Internet en Chine utilisent des appareils mobiles pour se connecter, et Android  est de loin le système d'exploitation mobile le plus populaire dans le pays, avec 80 pour cent de part de marché.

Les documents vus par The Intercept suggèrent que Google exploitera l'application de recherche dans le cadre d'un « joint-venture » avec une société partenaire anonyme, qui sera probablement basée en Chine. Cependant, une grande partie du travail sur le projet Dragonfly est effectuée au siège de Google à Mountain View en Californie, à environ 22 kilomètres au nord-ouest de San Jose, au cœur de la Silicon Valley. Les autres équipes participant au projet sont basées dans les bureaux de Google à New York, San Francisco, Sunnyvale, Santa Barbara, Cambridge, Washington, Shanghai, Pékin et Tokyo.

Précédemment entre 2006 et 2010, Google avait entretenu une version censurée de son moteur de recherche en Chine. À l'époque, l'entreprise avait été sévèrement critiquée aux États-Unis pour s'être conformé aux politiques du gouvernement chinois.

Au cours d' une audience du Congrès de février 2006, consacrée aux activités des entreprises technologiques américaines en Chine, les membres de la Commission des Relations Internationales de la Chambre des représentants ont qualifié Google « d'agent du gouvernement chinois » et l'ont accusé « d'actes odieux » pour avoir participé à la censure. « Google a sérieusement compromis sa politique ne soyez pas malveillant », a déclaré le représentant Républicain du New Jersey Chris Smith. « En effet, il est devenu le complice du mal. »

La controverse est finalement devenue trop importante pour Google. En mars 2010, elle a annoncé qu'elle retirait son service de recherche de la Chine. Dans  un billet de blog publié à l'époque, la société a cité les efforts du gouvernement chinois pour limiter la liberté d'expression, bloquer les sites Web et pirater les systèmes informatiques de Google comme étant les raisons pour lesquelles il « ne pouvait plus continuer à censurer nos résultats ».

Sergey Brin, cofondateur de Google, est né en Union soviétique et semblait particulièrement sensible aux préoccupations liées à la censure, ayant eu une expérience personnelle sous un régime répressif. Après que Google a cessé son service de recherche en 2010, M. Brin  a déclaré que l'objection de la société (Google) portait sur les « forces du totalitarisme » et a ajouté qu'il espérait que la décision de retirer la plate-forme de recherche du pays contribuerait à rendre « Internet plus ouvert ».

« Les sociétés opérant en Chine doivent être prêtes à remettre les données des utilisateurs aux agences de sécurité. »

Depuis lors, cependant, la censure et la surveillance sont devenues plus répandues en Chine. En 2016, le gouvernement du pays a adopté une nouvelle loi sur la cybersécurité, qui,  selon Human Rights Watch, « renforce la censure, la surveillance et d'autres contrôles sur Internet ». Le gouvernement utilise de nouveaux  systèmes automatisés pour surveiller et censurer l'Internet, et  il a réprimé les technologies de protection de la vie privée que les Chinois utilisaient pour contourner les restrictions.

« Les sociétés qui exercent leurs activités en Chine doivent être prêtes à surveiller leurs utilisateurs et à remettre les données des utilisateurs aux organismes de sécurité sur demande », a déclaré Ron Deibert, directeur du Citizen Lab, un groupe de recherche Internet basé à l'Université de Toronto. « Nous avons également constaté dans l'ensemble que la censure sur Internet [en Chine] évolue vers moins de transparence, avec moins de notifications aux utilisateurs lorsque les messages sont censurés ou supprimés sur toutes les plate-formes. »

Malgré la répression continue, les opinions ont changé aux plus hauts niveaux de Google. La Chine compte aujourd'hui plus de 750 millions d'internautes, soit l'équivalent de la population totale de l'Europe. Il s'agit donc d'une source de revenus potentiellement massive pour le géant de l'Internet, ce qui est probablement un facteur dans sa décision de relancer la plate-forme de recherche dans le pays.

Une autre raison du changement de politique prévu pourrait être que depuis la dernière fois que Google a utilisé son outil de recherche en Chine, la structure de direction de l'entreprise a changé de façon significative. Les cofondateurs Brin et Larry Page ont adopté des fonctions moins directes, bien qu'ils siègent toujours au conseil d'administration de l'entreprise.

Le rapprochement de Google avec la Chine a été mené par Pichai, l'actuel PDG de Google, un Indo-Américain de 46 ans qui a pris la barre en octobre 2015. Lors d'une conférence en juin 2016 dans le sud de la Californie, Pichai a clairement exprimé ses intentions. « Je me soucie de servir les utilisateurs aux quatre coins du monde. Google est pour tout le monde », dit-il. « Nous voulons être en Chine au service des utilisateurs chinois. »

En décembre 2017, des sources indiquent que Pichai s'est rendu en Chine et a participé à une réunion privée avec Wang Huning, une figure importante du Parti communiste. Wang est le principal conseiller du président Xi en matière de politique étrangère et a été décrit comme le « Kissinger de la Chine ». Pichai aurait considéré la réunion comme un succès. Le même mois, Google  annonçait le lancement d'un centre de recherche en intelligence artificielle à Pékin. Cela a été suivi en mai 2018 par  la sortie d'une application de gestion de fichiers Google pour les internautes chinois. Puis, en juillet, Google  a déployé un jeu « Guess The Sketch » sur WeChat, une plateforme de messagerie et de médias sociaux populaire en Chine.

La conclusion serait le lancement de l'application de recherche - le projet Dragonfly. Selon des sources familières avec les projets, le calendrier de sortie de l'application dépendra de deux facteurs principaux : l'approbation du gouvernement chinois et la conviction au sein de Google que son application sera meilleure que le service de recherche offert par son principal concurrent en Chine, Baidu.

Les personnes initiées chez Google disent qu'on ne sait pas quand l'entreprise obtiendra l'approbation des autorités de Pékin parce qu'une guerre commerciale croissante entre les États-Unis et la Chine a ralenti le processus. Toutefois, le responsable du moteur de recherche de Google, Ben Gomes, a déclaré au personnel lors d'une réunion le mois dernier qu'ils doivent être prêts à lancer l'application de recherche chinoise à court terme, dans le cas où « soudainement le monde changerait ou si [le président Donald Trump] décidait que son nouveau meilleur ami est Xi Jinping ».

Google et le ministère des Affaires étrangères du gouvernement chinois n'ont pas répondu aux multiples demandes de commentaires sur cette affaire.

Source :  The Intercept, Ryan Gallagher, 01-08-2018

Traduit par les lecteurs du site  www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 les-crises.fr

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
25-09-2018 lesakerfrancophone.fr 7 min #146151

Quand la petite vertu de Google est à vendre

Les législateurs américains exigent des réponses de Google au sujet d'un moteur de recherche adapté aux besoins de la censure chinoise

Note du Saker Francophone Dans le contexte US où les suspects usuels, Facebook, Google, YouTube etc. ferment à tour de bras l'accès aux sites conservateurs - entre autres celui dont cet article est extrait - c'est une vraie friandise pour l'esprit de voir la vertu outragée de la Chambre des représentants étasuniens se réveiller lorsqu'il s'agit de vendre aux Chinois les capacités de censure offertes par le moteur de recherche de Google, déjà amplement utilisées auprès des internautes occidentaux.