Vers une quatrième politique économique et environnementale

21-09-2018 lesakerfrancophone.fr 21 min #145973

Par  Christopher Pisarenko - Le 23 février 2018 - Source  katehon

Dans une telle matrice matérialiste, l'économie n'est ni un sujet d'étude ni un cadre institutionnel de la richesse d'une société ; plutôt, elle est traitée comme l'étincelle divine de toute la création. Dans la vision du monde capitaliste global, l'argent est le but ultime de l'homme et l'économie sa raison d'être. Nous, Eurasistes, ne souscrivons pas à cette conception sombre et insignifiante de la vie. Nous ne sommes pas des capitalistes globaux.

Au lieu de cela, nous concevons un système économique qui sert de rempart solide protégeant les masses laborieuses - nous ne considérons pas le système lui-même comme le sommet de toutes les aspirations humaines. Pour nous, la conservation de la culture traditionnelle, de l'identité ethnique et de l'intégrité de l'environnement est beaucoup plus importante que tous les facteurs économiques. Pour être précis : nous considérons l'économie comme rien de plus qu'un mal nécessaire - une richesse commune géante qui n'existe que pour servir le peuple, et non l'inverse. D'où l'eurasisme, cette quatrième politique économique qui n'est ni capitaliste (la première politique économique) ni marxiste (la seconde) ni fasciste-corporatiste (la troisième), mais intégraliste - une philosophie économique qui combine les meilleurs attributs des trois systèmes précédents et soutient l'idée que l'économie de chaque société doit refléter avec précision ses propres traditions culturelles, sociales et économiques.

Ainsi, l'intégralisme considère toutes les classes socio-économiques du point de vue d'un ensemble organique unifié (c'est-à-dire intégralement), chacune étant tout aussi importante que le tout. Il est donc totalement en contradiction avec :

  1. Le capitalisme d'exploitation (qui ne valorise que les grandes entreprises) ;
  2. Le marxisme de classe (qui ne valorise que le prolétariat international) ;
  3. La position anti-travail et ethniquement chauvine du corporatisme fasciste.

Contrairement aux trois systèmes susmentionnés, la quatrième alternative est particulièrement adaptée aux nécessités ethniques, culturelles et politiques - en fait, au destin primordial - des peuples eurasiens. Et donc, elle est définie par les principes de la non-usure, du travail et de la méthode économique traditionnelle (qui varie bien sûr d'une culture à l'autre). La philosophie économique eurasienne est donc un système en trois parties qui fournira un environnement dans lequel aucun travailleur ne sera exploité par des politiques économiques sournoises/usuraires et où tous auront une chance égale de propriété et de succès - le facteur décisif étant l'ambition.

Sous le quatrième système économique, ce que l'on produit, on le possède. En d'autres termes : plus la productivité d'un travailleur est grande, plus sa richesse est grande. L'actuel système libéral-capitaliste d'esclavage financier cessera d'exister dans notre société à venir. Ainsi, s'il est découvert qu'une industrie ou une entreprise exploite et/ou abuse de ses employés, l'État eurasien poursuivra tous les coupables et fermera leurs boutiques. Le condamné verra alors ses privilèges de citoyenneté révoqués. Pour le dire franchement : celui qui refuse de faire un travail honnête se voit également refuser la citoyenneté et la participation à notre société.

Quant aux échanges et au commerce dans le cadre de la quatrième politique économique, il continuera comme auparavant mais avec une stipulation immuable : aucune forme d'usure ne sera injectée dans le système économique. Plus jamais les non-Eurasiens ne pourront utiliser le capital pour exploiter et asservir les travailleurs eurasiens. En effet, les non-Eurasiens ne seront inclus ni dans notre société ni dans notre système économique. Il faut comprendre que, par-dessus tout, le système économique eurasiste est protectionniste, c'est-à-dire qu'il privilégie le travail indigène.

Plus qu'un simple système économique, c'est une vision du monde folklorique, mais dans un sens positif non fasciste. En d'autres termes, c'est une vision du monde qui aime la sienne mais ne déteste pas les autres. En tant que telle, la quatrième politique économique soutient la croyance que tous les fruits de l'esprit et du travail de l'Eurasien, produits par lui et à travers lui, devraient naturellement aussi lui profiter.

Lorsque l'État eurasien sera établi, plus jamais les territoires et les régions d'Eurasie ne transféreront leurs propres richesses générées vers les régions atlantistes oppressives du monde. C'est un point essentiel. Toutes les transactions commerciales et tous les investissements, tout transfert technologique et toute coopération militaire doivent cesser entre l'Union eurasienne et le monde atlantiste. Il faut comprendre que puisque l'idéologie libérale-capitaliste de ce dernier est si incroyablement adaptable, toutes les relations avec les atlantistes ne font que renforcer leur position de domination mondiale. L'Ouest atlantiste (et les États-Unis en particulier) doit être complètement isolé. Ainsi, notre première mission sera de détruire le système capitaliste mondial opérant dans les pays eurasiens - un système de prêts à taux d'intérêt élevé et de racket légalisé à l'échelle mondiale.

En réalité, l'ordre capitaliste mondial ne récompense pas les individus en fonction de leur valeur réelle, mais en fonction du poids de leur compte en banque. Quand une entreprise de plusieurs milliards de dollars contourne la loi afin d'escroquer les péons crédules de leur argent durement gagné (je dis « contourne » parce que les ultra-riches ne semblent jamais être en mesure de violer les lois), cette corporation n'est pas seulement excusée par le gouvernement ploutocratique, mais elle reçoit en plus de l'argent de ses pauvres ! C'est ainsi que Wall Street, les banquiers mondiaux et les grandes entreprises sont en mesure de continuer à accumuler leur richesse imméritée.

Le capitalisme mondial n'est rien d'autre qu'un système de pillage organisé et doit donc être détruit et remplacé par un système plus naturel et plus honnête. Le marxisme et le corporatisme fasciste ont depuis longtemps échoué à maîtriser (et encore moins à détruire) la Grande bête argentée. L'économie appliquée eurasienne est le seul système viable qui puisse potentiellement vaincre le capitalisme financier à l'échelle mondiale.

Par conséquent, dès la création de l'État eurasien, les industries vitales nécessaires à la survie de la population doivent être nationalisées. Ces industries comprennent : l'énergie, les communications, l'eau, les autres services publics, les transports publics et les professions de santé/médicales - essentiellement toutes les industries vitales pour le bien-être fondamental de l'État et de ses citoyens. Afin de maintenir une économie saine, une banque centrale sera établie.

Passons maintenant au sujet du syndicat des travailleurs eurasiens. C'est un organisme, une unité, qui n'est pas une organisation à effet de levier socio-économique, mais plutôt une association de forces productives intégrée au niveau fédéral, chargée de représenter les intérêts professionnels (et non les intérêts de classe). Infiniment supérieur aux syndicats libéraux et marxistes, spécialisés uniquement dans le terrorisme de classe, le syndicat eurasien célèbre à la fois les aspects sociaux et ethnoculturels de l'identité de l'ouvrier eurasien, ce qui lui confère une véritable appartenance à la communauté locale et fédérale, lui garantissant ainsi la pleine protection de l'État. L'ouvrier eurasien est donc un vrai camarade, ce qui signifie qu'il a de la richesse ou de la valeur. En effet, la fonction du syndicat eurasien n'est rien d'autre que la mission de l'eurasisme lui-même. En d'autres termes, il n'y a pas de séparation ou de barrière existant entre l'individu et le collectif local ou fédéral - les devoirs seront accomplis réciproquement et au bénéfice de l'individu et du collectif. Naturellement, tous les membres productifs de l'Union eurasiatique doivent être considérés comme des camarades.

Et ainsi, il est facile de voir que les Eurasistes sont contre l'avarice effrénée du système capitaliste, la paresse inhérente au système marxiste, et le racisme manifeste du système corporatiste fasciste. Les trois philosophies ne sont que les deux faces d'une même pièce matérialiste terne : des philosophies cherchant à placer un monde naturellement vertical dans un cadre horizontal, soit par la supériorité de l'argent, soit par la classe ou la race. Les trois philosophies économiques désirent rendre tout fade et uniforme - en particulier les idéologies capitalistes et marxistes ; du même Big Mac fade que l'on trouve à Détroit et à Singapour, aux mêmes appartements gris et sombres que ceux de Pyongyang et d'autres anciens États de l'Est.

Le capitalisme et le marxisme sont des philosophies qui considèrent l'économie comme le centre de toute existence. Alors qu'un système prône la consommation, l'autre collectivise. Les deux systèmes s'appuient sur la mentalité de masse ; les deux sont entièrement quantitatifs, cherchant à rendre toutes choses moins chères, plus rapides et plus abondantes. Dans une large mesure, le corporatisme fasciste (fondant tout sur la citoyenneté partagée ou la race) est également coupable du même état d'esprit quantitatif, bien qu'il n'ait jamais vraiment eu l'occasion de se développer. Néanmoins, l'eurasianisme - contrairement à ces autres philosophies - valorise des principes qualitatifs comme l'ambition et l'habileté, et valorise ainsi la vraie richesse.

Plus important encore, il faut comprendre que la conception eurasianiste de l'économie est purement éthique, par opposition au profit. Au sein de notre économie (comme dans toutes les autres sphères), il existe une infrastructure méritocratique naturelle. Ceux qui veulent avancer au moyen de leur ambition effrénée le feront. Ceux qui sont habituellement paresseux trouveront aussi une place dans notre société, mais au bas de l'échelle. Il doit être parfaitement clair qu'il n'y aura aucune place dans notre société pour les parasites qui profitent du système, qui comprennent à la fois les bénéficiaires de l'aide sociale paresseux et les grosses mains à la bourse.

Lorsque l'aspect ethnique est ajouté à l'économie méritocratique de l'État, il en résulte un système de véritable «  Volksgemeinschaft » (ou « communauté populaire »). Sous le système de la Volksgemeinschaft, le peuple est considéré comme un organisme organique responsable de la production de toute la culture, de la politique, de l'économie et des véhicules connexes du progrès humain. Tout est créé par le peuple, nécessairement pour son propre bénéfice. Historiquement, cette vision du monde fondamentalement folklorique - ou mieux, narodniki - était très vivante dans les systèmes de l'ancienne Sparte, dans le califat musulman, les communautés viking du nord de l'Europe, les terres du cosaque russe, mais aussi dans les républiques socialistes de l'ancienne URSS. Là où la vision du monde folklorique était totalement louée bien que consciencieusement absente, c'était dans le régime raciste d'un Adolf Hitler - un fait paradoxal et finalement mortel reconnu par un certain nombre de conservateurs révolutionnaires, d' Ernst Niekisch et d' Ernst Jünger aux frères Strasser (Gregor et Otto). Par conséquent, le système de la Volksgemeinschaft est un système que les Eurasianistes révèrent profondément et cherchent à appliquer pleinement.

Un facteur important ici est l'élimination du classisme - il n'y a pas de place pour cela. Cela ne veut pas dire que nous défendons la guerre des classes ou l'éradication des classes, comme le font les marxistes. Au contraire, nous devons nous débarrasser du fardeau du snobisme ou du chauvinisme, tel qu'il existe dans les classes socio-économiques des nations bourgeoises libérales et des anciennes nations fascistes. En d'autres termes, nous ne devons pas nier les distinctions de classe quand elles sont saines. En même temps, nous devons nous assurer que les multiples différences professionnelles et du quotidien (qui existent certainement entre les classes) ne provoquent aucune sorte de fragmentation sociétale inorganique, comme c'est le cas dans les sociétés libérales atomisées de l'Occident. En effet, nous devons toujours être conscients de la façon dont la mentalité de classe est destructrice pour la santé psychologique et émotionnelle globale des gens. Un tel étalage d'arrogance ploutocratique conduit inévitablement à la rupture de la cohésion sociale par la guerre des classes et finalement à la destruction de la société elle-même.

Ici, il faut souligner que l'erreur du marxisme n'était pas dans son estime de la classe ouvrière ; en effet, tous les membres véritablement productifs d'une race sont ses ouvriers, à la fois dans l'esprit et de leurs mains. Mais là où le marxisme a dévié, c'est dans son engagement envers les aspects les plus bas du matérialisme dérivé des Lumières - spécifiquement dans l'engagement du marxisme aux principes inorganiques/anti-traditionnels destructeurs tels que l'égalitarisme international et la guerre de classe, sans parler de son refus de reconnaître la culture comme plus grande impulsion historique que l'économie.

L'eurasisme valorise la valeur intrinsèque d'une communauté eurasiatique fédérale vraiment vivace composée d'une diversité de peuples et de cultures autochtones. Ainsi, l'eurasisme valorise nécessairement les contributions de toutes ses parties diverses. Quant à la division entre travailleur et employeur, il ne doit pas y en avoir. Tant les travailleurs que les employeurs doivent être considérés comme égaux en tant que producteurs, car tous deux sont également responsables du développement interdépendant manuel et intellectuel de la communauté eurasienne supranationale (Union eurasienne).

Par conséquent, tous les membres productifs individuels et collectifs de l'Union eurasienne doivent comprendre que le travail du travailleur manuel est tout aussi important que l'opportunité qui lui est offerte par son employeur ; le travail résultant de la main est d'égale valeur au travail causal de l'esprit. Le travail de l'agriculteur est tout aussi important et précieux que le travail du médecin. Le travail du mécanicien est tout aussi vital et significatif que les réalisations révolutionnaires de l'inventeur ou du pionnier. La tâche exigeante en main-d'œuvre du professeur de maternelle est tout aussi essentielle que la production intellectuelle du professeur de l'école supérieure. Sans l'un, il ne pourrait pas y avoir l'autre.

Ainsi, l'anti-classisme est une condition préalable essentielle au maintien d'une communauté populaire organique dynamique où tous les individus fonctionnent à leur pleine capacité au sein d'une infrastructure méritocratique saine de collectifs sociaux indépendants et autorégulateurs. En d'autres termes (allégoriquement), chacune des parties individuelles du Corps eurasien a la même valeur ; toutes sont vitales pour la santé totale du corps lui-même. L'épaule, le bras, le poignet, la main - l'un est tout aussi important que tous les autres, et on ne peut pas fonctionner de manière optimale sans les autres. Le même parallèle peut être établi entre toutes les professions et occupations de nos classes laborieuses eurasiennes. Ainsi, l'esprit négatif du classisme (et non les classes socio-économiques elles-mêmes) doit être extirpé partout où il se trouve.

Ce n'est qu'alors que le clou final du cercueil du spectre globaliste sera planté ; alors seulement le capitalisme d'exploitation sera anéanti. Un intégralisme éthique se développera à sa place, c'est-à-dire qu'une méritocratie éthique prendra racine dans un cadre traditionnel. En outre, il y aura une liquidation des classes parasites qui ne contribuent à rien ; un nivellement énorme se produira, et suivra ensuite la mise en œuvre rapide de la méritocratie dans tous les domaines. Ce dernier mènera rapidement à la véritable aristocratie. En d'autres termes, ceux qui méritent le pouvoir doivent l'atteindre. Le modèle eurasianiste de la quatrième politique économique doit être mis en place pour que le monde entier puisse le voir et s'en inspirer.

Enfin, il faut souligner que l'environnement naturel doit toujours primer sur les préoccupations économiques. À côté des questions ethniques et culturelles, l'environnement est une grande préoccupation pour les eurasianistes. Après tout, c'est sur notre terra sacra, notre « terre sacrée », que le peuple doit vivre et s'épanouir lors d'innombrables générations. La déférence et le respect de la nature sont donc essentiels.

Inutile de dire que la dégradation de l'environnement est un phénomène très réel qui sévit sur terre depuis (au moins) la seconde moitié du XIXe siècle, et qui s'est naturellement accéléré ces dernières années. Des sources d'eau douce polluées, des marées noires, des cieux remplis de smog, de vastes étendues de terre et de mer toxiques et radioactives, la déforestation de régions boisées encore plus vastes et d'autres calamités menacent de sceller le destin de l'humanité en tant qu'espèce condamnée lors de ce XXIe siècle. Et avec le système global actuel en place, qui valorise le profit par-dessus tout, ces problèmes ne feront qu'augmenter leur portée et leur gravité.

Pour être sûr : le système économique et politique mondial actuel est à blâmer. À cet égard, nous eurasianistes sommes d'accord avec les gens du Parti vert. Là où nous ne sommes pas d'accord, c'est dans notre conviction sur la force qui contrôle réellement le système mondial actuel. Les gauchistes (y compris les Verts) croient généralement que seul le capitalisme non régulé (libre marché) est à blâmer. Ils ne reconnaissent pas deux autres vérités interconnectées :

  1. L'influence décadente de la contrepartie politique permettant le capitalisme : la démocratie libérale ;
  2. Le contrôle atlantiste et la manipulation du système capitaliste libéral mondial (c.-à-d. l'hégémonie culturelle et militaire (ou les forces combinées de Wall Street, Washington, Hollywood et du Pentagone).

Les élites atlantistes mondiales savent certainement que si une nation devait devenir « verte » en exploitant les diverses forces de la nature pour fournir de l'énergie, alors cette nation (ou région) serait essentiellement libre de la domination globaliste. C'est en partie pour cette raison que l'État eurasien doit nationaliser tous les services publics et les industries vitales - en les soustrayant aux mains des oligarques transnationaux et en les confiant aux mains du peuple lui-même par le biais de la garde de l'État. Par conséquent, l'État eurasien doit travailler vers un objectif de conversion totale à l'énergie verte en utilisant les dons naturels de l'environnement au maximum.

En plus de devenir écologique, l'État devra lancer un vaste programme de nettoyage environnemental à long terme, de manière à inverser une grande partie de la destruction qui a déjà eu lieu. Le financement des programmes de restauration de l'environnement devrait donc être une préoccupation majeure de l'État. Dans l'espace territorial (ou  prostrantsvo) d'Eurasie, des villes entières devront être nettoyées ; les programmes de restauration et de restructuration de l'environnement seront pleinement menés à bien. Partout où cela est possible, le béton sera remplacé par de l'herbe, des cours d'eau marron en eaux cristallines, des vieux immeubles décrépits seront remplacés par des arbres, des fleurs, des jardins, des ruisseaux, des étangs, des prairies, etc. Toute entreprise ou industrie qui viole le caractère sacré de l'environnement eurasien protégé par l'État doit être jugée, reconnue coupable, expropriée de tous ses biens, et son personnel exécutif doit être puni par de longues peines d'emprisonnement et de travaux forcés. La future direction eurasienne doit posséder ce haut niveau de passion et par conséquent agir sur elle, afin de préserver l'héritage naturel des générations futures.

À l'heure actuelle, lorsqu'on observe un certain nombre de « Mecques » urbaines occidentales - ces villes illustrent la dégénérescence globale de la majorité des Occidentaux eux-mêmes. Ce sont des tanières d'iniquités polluées remplies de toutes sortes de tumeurs cancéreuses et de putrescence. Elles ne sont pas le genre de lieux propices à la santé spirituelle, culturelle ou biologique. En effet, on retrouve tous les déchets humains, déchets tout court, faiblesses et saletés dans les villes post-modernes de l'Ouest. Et sans un environnement hygiénique, il est impossible de soutenir ou de produire un peuple en bonne santé.

Comme le célèbre conservateur américain du XXe siècle Madison Grant l'a déclaré dans son ouvrage de 1916, Le passage de la grande race : « Les villages de campagne et les fermes sont les pépinières des nations, tandis que les villes entretiennent des consommateurs et rarement des producteurs. » Grant, en dépit de ses croyances erronées concernant la race et l'hérédité, avait pleinement compris les conditions écologiques qui sont absolument nécessaires pour maintenir et produire un peuple et une société en bonne santé. Il avait compris qu'une population en bonne santé exige fondamentalement « exercice... et air pur, et qu'elle ne peut pas vivre dans les conditions d'un Ghetto ».

Par conséquent, étant donné que la santé globale d'un peuple est intrinsèquement liée à la santé de son environnement partagé, celui-ci doit toujours primer sur les préoccupations monétaires ou l'économie. De même, le bien-être général du peuple doit toujours être considéré avant tout.

 Christopher Pisarenko

Note du Saker Francophone Ce texte est une déclaration de guerre à mort au monde anglo-saxon atlantiste. On comprend la folie furieuse qui anime l'Empire.La Russie est un château d'eau au milieu de terres arables et de ressources énergétiques et métalliques à profusion. Le compte à rebours est lancé et chaque mois qui passe renforce la position eurasiste. Le monde thalassocratique va user de toutes ses forces pour faire imploser la Russie surtout que le coup de force extérieur est maintenant impensable. Avec l'appui de la Chine et de ses routes de la Soie, on comprend que la Turquie et l'Allemagne et même la France commencent à lorgner vers l'Est. Même le Royaume-Uni regarde à l'Est mais le message est clair, vous resterez dehors ! L'enjeu pour le courant eurasiste est de recréer une cohésion suffisamment forte pour attirer le peuple vers eux par un discours de Vérité qu'il faudra démontrer par les faits. Les Russes ont payé pour d'autres utopies et ils ne seront pas faciles à convaincre. Il faudrait aussi idéalement que les oligarques russes et chinois participent de leur plein gré à ce projet. Ce n'est pas gagné. On peut noter que cette description renvoie immanquablement au corporatisme des villes du Moyen Âge, très développé à l'Est, ou encore à certain aspects de l'anarchisme, en terme individuel, sans l'État.

Traduit par Hervé, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire