Mh17 - La Russie prouve que le Buk présenté par le Jit est Ukrainien

17-09-2018 6 articles reseauinternational.net 7 min #145786

Dans une conférence de presse très attendue, le ministère de la Défense de la fédération de Russie a dévoilé aujourd’hui des éléments prouvant que les morceaux de missile BUK présentés par le JIT en mai 2018, comme « preuves » dans la catastrophe du MH17, appartenaient en fait à un missile ukrainien.

La conférence qui a commencé à midi heure de Moscou et a duré 37 minutes, a révélé les plus grosses failles de l’enquête menée par le JIT.

Le ministère de la Défense russe a commencé par dévoiler des documents secrets venant des archives du fabricant des missiles BUK (l’usine soviétique de Dolgoproudny), et datant de l’époque de l’URSS, qui permettent de suivre la roquette de BUK dont les morceaux avaient été présentés par l’équipe d’enquête conjointe au mois de mai 2018.

Suite à la conférence de presse du JIT, j’avais écrit au ministère de la Défense russe, et à Almaz-Anteï, le fabricant actuel des systèmes BUK, pour leur demander s’ils avaient encore des documents permettant de tracer la roquette de BUK incriminée.

La conférence de presse d’aujourd’hui permet de répondre à cette question : oui la Russie dispose encore des documents d’époque soviétique concernant les systèmes BUK produits dans la RSS de Russie. Et ces documents permettent de savoir où a été livrée cette roquette.

La roquette (dont le numéro d’usine est 8720), appartenant à un lot fabriqué en 1986, a été livrée à une unité militaire ukrainienne (l’unité 20152) stationnée dans l’Ouest de l’Ukraine, où elle est restée après la chute de l’URSS. Cette unité est devenue par la suite la 223e brigade des Forces Armées Ukrainiennes (FAU).

Or cette unité était présente en 2014 dans la zone de ce qui était alors « l’opération anti-terroriste » de Kiev contre le Donbass, où le vol MH17 s’est écrasé. Plusieurs reportages vidéos de la télévision ukrainienne ont montré cette brigade sur le terrain.

Le chef du département antiaérien de la fédération de Russie a tenu à préciser que ce missile livré à l’Ukraine n’est jamais revenu ensuite en Russie.

« Je voudrais vous informer de qui était le destinataire et de qui a utilisé cette roquette. Le 29 décembre 1986, ce missile a été expédié par train à l’unité militaire 20152. Tout le monde sait que ce missile a été reçu par cette division », a déclaré M. Parchine.

« Après la chute de l’Union soviétique, ce missile n’a pas été transporté sur le territoire russe et il est resté aux mains des forces ukrainiennes. […] À présent, la division possédant ces systèmes antiaériens BUK est située dans la région de Lvov, en Ukraine », a ajouté M. Parchine.

Le ministère de la Défense a aussi analysé les vidéos fournies comme preuves de la présence de la 53e brigade de Koursk (brigade de l’armée russe) dans le Donbass par le JIT, et démontré (comme plusieurs autres blogueurs et experts depuis quatre ans) qu’elles ont été falsifiées.

Perspectives incompatibles montrant que le camion et le BUK ont été ajoutés à la vidéo de la route, sens de roulage du BUK impossible, jeux de lumières incompatibles avec l’angle du soleil, tout y est passé (ne parlons même pas de la qualité déplorable de ces vidéos qui montre qu’il ne s’agit pas d’originaux).

Les experts du ministère russe de la Défense ont ainsi avalisé et officialisé l’analyse de bien d’autres personnes, qui, simples blogueurs pour beaucoup, avaient déjà souligné ces incohérences dans les images fournies comme « preuves ».

Et afin de finir en beauté, les représentants du ministère de la Défense y ont ajouté une conversation audio enregistré lors d’exercices de l’armée ukrainienne près d’Odessa. On y entend un colonel ukrainien menacer d’abattre un autre Boeing malaisien !

L’ensemble de ces éléments a été transmis au JIT pour étude. Et sans surprise, le JIT a rappelé que lorsqu’il avait présenté ces morceaux de missile BUK en mai 2018, il n’avait pas affirmé de manière stricte que c’était le missile qui avait abattu le MH17. Les « peut-être » énoncés par le JIT et que tous les médias occidentaux ont malencontreusement oubliés, pour faire du sensationnel.

Aujourd’hui ces « peut-être » du JIT sont ressortis par la commission d‘enquête pour essayer de sauver ce qui peut l’être de leur non-investigation. Car cela ne change rien au fait, que ces « preuves » montrent que le JIT s’est basé sur des éléments foireux, très certainement fournis par l’Ukraine elle-même. Et ce, alors que cette dernière est un suspect potentiel !

Je travaille moi-même activement sur ce dossier, et je publierai sous peu l’interview d’un soldat de la République Populaire de Donetsk (RPD) ayant combattu à Saour Moguila sur ce qu’il a vu ce jour-là. Cette interview fera partie du dossier plus complet de contre-enquête sur le crash du MH17 sur lequel je travaille depuis déjà un an.

Voir la vidéo de la conférence du ministère de la Défense en anglais :

 Christelle Néant

source: reseauinternational.net

 reseauinternational.net

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
01-10-2018 les-crises.fr 7 min #146411

Conférence de presse de la Russie sur le Mh-17

25-09-2018 reseauinternational.net 14 min #146135

Le plus haut degré de certitude : Les nouvelles preuves du crash du vol Mh17

par Oriental review

Un numéro de série sur une partie du missile BUK-TELAR qui a été tirée sur le vol MH17 est dévoilé lors de la conférence de l’équipe d’investigation conjointe (JIT)

Le 17 septembre, le ministère de la Défense de la Fédération de Russie a organisé à l’intention de la presse, afin de présenter de nouvelles preuves documentées que les forces armées ukrainiennes ont contribué à faire écraser l’avion malaysien qui survolait le Donbass en juillet 2014.

22-09-2018 mondialisation.ca 9 min #145986

Selon la Russie, le régime ukrainien pro-Otan est impliqué dans l'attaque qui a abattu le vol Mh17

Lundi, le ministère russe de la Défense a révélé de nouveaux détails de l'attaque qui a abattu un Boeing 777 (MH17) d'Amsterdam à Kuala Lumpur près de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine le 17 juillet 2014. L'écrasement de l'avion a tué tous les passagers et l'équipage à bord, soit 298 personnes. Le ministère russe de la Défense a utilisé des données de numéro de série pour montrer que le missile qui a frappé l'avion de ligne a été produit en 1986, avant la dissolution stalinienne de l'Union soviétique.

17-09-2018 voltairenet.org 8 min #145796

La Russie dément les conclusions de la Commission néerlandaise sur le Mh-17

 voltairenet.org

Les autorités russes, qui contestent toujours la version de la destruction du vol MH-17 par un missile sol-air, ont déclassifié des informations contredisant les conclusions de la Commission d'enquête néerlandaise sur le crash.

Le vol 17 de la Malaysia Airlines, reliant Amsterdam à Kuala Lumpur, a été détruit en vol, le 17 juillet 2014, dans la région de Donetsk (Ukraine) au cours des combats opposant le gouvernement putschiste de Kiev et les indépendantistes du Donbass, faisant 298 morts.

17-09-2018 francais.rt.com 4 min #145792

Selon Moscou, le numéro de série du missile qui a abattu le Mh17 prouve l'implication de l'Ukraine

© Aleksey Kudenko / Sputnik

Le ministère russe de la Défense a présenté en conférence de presse des documents démontrant, selon lui, que le missile qui a abattu au-dessus du Donbass un avion de la Malaysia Airlines en 2014 appartenait à l'Ukraine et avait été produit en 1986.

Lors d'une conférence de presse le 17 septembre, le ministère russe de la Défense a affirmé que les numéros de série retrouvés sur les débris du missile qui a abattu le vol MH17 de Malaysia Airlines au-dessus de l'Ukraine montraient que l'arme avait été produite en 1986.

 Référencé par :