« Je traverse la rue, je vous trouve un travail », lance Emmanuel Macron

16-09-2018 2 articles histoireetsociete.wordpress.com 5 min #145739

Cette réponse à un chômeur dit tout et plus encore.. » S'ils n'ont pas de pain qu'ils mangent des brioches » disait-elle juste avant d'être guillotinée. Peut-être lui Macron aura-t-il encore l'occsion de prononcer quelques stupidités de ce type ? Il est orfèvre en la matière. C'est une manière d'être au monde.

Rien que ce week-end, prenons les journées du patrimoine et sa vente d'objets bidon dans la boutique de l'Elysée, c'est tout une conception de la fonction présidentielle... et la rumeur selon laquelle il avait prévu de confier la gestion de la boutique à benalla est peut-être un fake, mais c'est tellement vraisemblable que la fiction dit la réalité.

Le fait est: pourquoi un individu dont sa propre vision de son mérite se résume dans la conquête du pouvoir, cynique, un jeu électoral, un « coup d'Etat » qui l'a fait roi, pourquoi cet individu là n'obéirait-il pas à son seul caprice? La seule honte, la seule gêne dont il puisse s'encombrer est celui des sondages mais sa cour le persuade qu'il ne s'agit que d'un moment. »Aussi longtemps que le caprice reste en place, il a raison ». Il y a dans l'entourga présidentiel un côté nef de fous, mais cet homme se croira « un homme de son temps aussi longtemps que le monde absurde sera le monde réel ». Le monde de la classe qu'il représente est absurde et il en la modernité incontournable.

« quand le principe monarchique est majoritaire, les hommes sont en minorité; quand il n'est pas mis en doute, il n'y a pont d'homme » Marx lettres à Ruge.

L'exercice d'un tel pouvoir impose que ceux qui en dépendent se conduisent à l'identique, le monde leur apparait comme la vase de la vie vulgaire, d'où ils remontent à la manière des grenouilles grâce à la faveur du maître, il faut lui plaire ou c'est l'asphyxie. Les députés, les ministres sont condamnés à l'imbécilité pour survivre, le cas des journalistes obligés de défendre quotidiennement dans les médias un tel pouvoir est souvent douloureux, regardez Christophe Barbier.

mais il y a des précédents...

La présidence de Macron après les calmiteuses précédentes sarkozy ou Hollande (du gangster au soliveau), c'est aussi la mise en évidence de l'impossible fonction présidentielle, elle fait éclater toutes les inaptitudes, les stupidités de celui qui a le malheur de l'incarner et cette inadéquation choquante ne fait que renvoyer en miroir le mépris dans lequel il tient l'humanité ordinaire.. On finira bien soit par dénoncer cette Constitutions ou on finira par mettre une photo en pied à la place du président et on la promenera comme une reine morte parmi les foules en train de se signer.

Il est difficile de prétendre à soi seul incarner l'Etat quand on est un président élu. Napoléon l'avait bien compris.Il fut un despote progressiste et la phrase du très féodal metternich l'a caractérisé d'un « c'est Robespierre plus la grande armée », ce qui est tout de même faire injure à Robespierre qui ne supportait pas que l'on prétendit imposer la Révolution casqué et botté. Mais il est un fait que lorsque du masque étroit du premier consul, le front de l'empereur brisa le masque étroit, ce fut pour asseoir le pouvoir alors dynamique d'une classe bourgeoise. L'empereur était un despote génial et il savait gouverner les hommes quand il avait réussi à les mettre en ordre de bataille. Un régiment a toujours été la seule manière d'obtenir l'obéissance des français, cette « nation d'émeutiers » comme nous baptisait Marx toujours partagé devant ce pays qui poussait plus loin que les autres la conscience de classe et qui l'assortissait pourtant d'une vision à court terme.

Depuis Napoléon jamais cette opération n'a réussi, parce que les postulants n'avaient pas son génie. Certes! Mais surtout parce que la classe bourgeoise au service de la quelle ils prétendent instituer l'Etat est dans un état tel qu'il ne se trouve personne pour en représenter la légitimité à dominer. Si De Gaulle a pu un temps l'incarner c'est parce qu'à la Libération, le patronat était si affaibli par sa collaboration que l'on pouvait lui imposer un ordre plus populaire, sous parapluie des Etats-Unis interdisant le passage au communisme, mais la bête sauvage du profit tenu en laisse par par une classe ouvrière et un parti communiste sorti auréolé de la guerre a donné toute sa stature à De gaulle. Représentant des monopoles, certes mais ceux-ci suffisament affaiblis pour que l'on puisse leur assurer un sursis. L'affaire se renouvella avec la décolonisation et la guerre d'Algérie qui fut en beaucoup plus grave notre Vietnam à nous. De gaulle serra les boulons de la domination de classe tout en créant les conditions d'un néo-colonialisme. Et il nous imposa cette constitution impossible avant de tirer sa révérence, chassé par les notables que mai 68 avaient alerté et qui avaient compris qu'il fallait resserrer les rangs de l'atlantisme.

Tout cela est résumé dans cette phrase invraisemblable de macron à ce chômeur qui l'interpelle dans un de ces invraisemblables tête à tête qui dit tout du rapport réel au peuple de ce temps sans envergure.

danielle Bleitrach

 histoireetsociete.wordpress.com

 Ajouter un commentaire

modules attachés ordre chronologique
16-09-2018 francais.rt.com 5 min #145760

Un appel à retrouver le chômeur ayant interpellé Macron fait sensation sur Twitter

© Christophe Petit-Tesson / POOL / AFP

Retrouver le jeune chercheur d'emploi à qui Emmanuel Macron a assuré qu'il suffisait de «traverser la rue» pour trouver un job : c'est l'idée qu'a eue un internaute. Il souhaite obtenir un travail pour le jeune homme... dans son domaine.

Sur Twitter, un appel à retrouver le jeune  chômeur dont l'échange avec Emmanuel Macron a fait le tour des médias a été lancé ce 16 septembre.