Bolton appelle Al-Qaida à monter de nouvelles attaques chimiques en Syrie

25-08-2018 19 articles arretsurinfo.ch 26 min #144918

Eva Bartlett |  In Gaza

Article publié le 24 août 2018 sous le titre  BOLTON CALLS ON AL-QAEDA TO STAGE MORE CHEMICAL ATTACKS IN SYRIA

Traduction : Dominique Muselet

Comme il fallait s'y attendre, l'administration étasunienne menace une nouvelle fois de bombarder la Syrie en cas d' »attaque à l'arme chimique ».

Cela n'a rien d'étonnant, car le même scénario d'attaque chimique est régulièrement repris, avec les mêmes larmes de crocodile, les mêmes préoccupations mensongères et la même indignation hypocrite, par les porte-paroles américains, depuis que l'ancien président américain Obama a tracé sa ligne rouge en Syrie, en 2012.

John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du président Trump, vient à son tour, de ressortir le script de la fausse attaque chimique, en  déclarant, le 22 août : «....si le régime syrien utilise des armes chimiques, nous réagirons avec toute la fermeté requise et ils devraient vraiment y réfléchir à deux fois. »

Mal couverts par les lambeaux du voile de supériorité morale sous lequel se dissimule la propagande de guerre américaine, les propos de Bolton sonnaient clairement comme un  ordre officiel à Al-Qaïda et aux co-extrémistes de mettre en scène une nouvelle fausse attaque chimique.

La déclaration de Bolton a été précédée, le 21 août, d'une  déclaration commune de la France, du royaume Uni (UK) et des Etats-Unis(US), soit FUKUS, qui menaçait également la Syrie de bombardements illégaux si une attaque chimique s'y produisait (sur la base de preuves que les Etats-Unis n'ont pas et n'ont  jamais besoin d'avoir).

Rappelons que la dernière fois qu'ils ont mis en application leur menace, en avril 2018, les Etats-Unis et leurs alliés interventionnistes n'avaient  même pas attendu que le mensonge sur les attaques chimiques à Douma ait fait long feu, sans parler de la présentation des soi-disant preuves, avant de larguer illégalement 103 missiles sur la Syrie. Les bombardements ont eu lieu avant que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ait pu visiter les sites de Douma concernés.

Il semble que les bombardements de la Syrie d'avril 2018 et d'avril 2017, suite à des allégations non fondées sur Khan Sheikhoun, dans le gouvernorat d'Idlib, n'ont pas diminué l'appétit de destruction de FUKUS.

Les déclarations de Bolton sont reprises en boucle par les habituels médias aux ordres et faux groupes de défense des droits humains, les habituels « militants médiatiques » et individus proches du Conseil de l'Atlantique de l'OTAN, le think tank de  propagande de guerre.

Ken Roth, qui règne en maître sur Human Rights Watch (HRW) depuis vingt ans, - et qui n'avait  même pas été capable de faire la différence, sur une vidéo, entre la ville de Shuja'iyya de la bande de Gaza, réduite en cendres par les Israéliens, et la Syrie, lorsqu'il a  tweeté qu'il s'agissait d'Alep en 2015 - s'acharne à  ramener la Ghouta de 2013 sur le tapis, pour effrayer les bonnes âmes du monde entier. La narrative occidentale des événements de la Ghouta a été largement  invalidée par des journalistes et par les  soi-disant « rebelles » eux-mêmes.

Je corrige : il s'agit d'une vidéo de la destruction de Gaza après l'été dernier, pas d'Alep. Kenneth Roth [(@KenRoth)] 9 mai 2015

Cependant, à force d'entendre la même chanson et d'assister aux mêmes contorsions, beaucoup de gens sont désormais sceptiques et ont du mal à croire ceux qui crient au loup. La propagande de guerre s'est intensifiée de façon dramatique avant et pendant la libération d'Alep-Est et de la  Ghouta orientale, pour ne citer que deux exemples.

De fait, le fil  Twitter de l'AFP sur les menaces de Bolton est plein de commentaires moqueurs sur la réédition du scénario d'attaque chimique sous faux drapeau, et autres arguments éculés et ridicules de la propagande de guerre. Et aussi sur la  vidéo de NBC News où on voit Bolton faire les menaces.

Il y a cependant  des gens, qui font le travail que les médias dominants ne font pas, et qui continuent de poser les bonnes questions au sujet de cette dernière vague de propagande sur les attaques aux armes chimiques.

La propagande de guerre de l'OTAN, n'est même pas originale

Les accusations d'armes chimiques figurent parmi les tactiques de propagande de guerre les plus utilisées dans la guerre contre la Syrie. De fin 2012 à avril 2018, les porte-paroles de l'OTAN ont dénoncé des attaques meurtrières au chlore ou au sarin. Mais, il a été démontré à chaque fois, qu'ils étaient des menteurs sans intelligence, ni originalité, pour le dire poliment. Des voix moins audibles mais plus raisonnables ont souligné les nombreuses occasions où les soi-disant « rebelles » disposaient de gaz sarin, du contrôle d'une usine de chlore et d'un véritable mobile pour perpétrer une attaque, entre autres.

Parmi les allégations qui ont fait le plus de bruit, il y a eu : mars 2013, à Khan al-Assal, Alep ; août 2013, dans les régions de la Ghouta orientale ; avril 2017, à Khan Sheikhoun, Idlib ; et avril 2018, à Douma, Ghouta orientale.

Enlisés dans leurs mensonges, les États-Unis et leurs alliés bombardent la Syrie la veille de l'arrivée des inspecteurs internationaux (Op-Ed par @EvaKBartlett)  t.co - RT [(@RT_com)] 15 avril 2018

En ce qui concerne les allégations de Khan al-Assal, Carla Del Ponte, membre de la commission d'enquête du Conseil des droits humains des Nations-Unies, a  déclaré que c'était les « rebelles » qui avaient utilisé du sarin : « J'ai été quelque peu stupéfaite par les premières indications que nous avons reçues.... elles concernaient l'utilisation du gaz neurotoxique par l'opposition. »

Un journaliste de Mint Press News qui s'est rendu dans les zones en question a  écrit qu'il avait parlé à des « rebelles » et à des membres de leur famille qui reprochaient au prince Bandar d'Arabie saoudite de leur avoir envoyé des armes qu'ils ne savaient pas être des armes chimiques et dont ils ne savaient pas se servir.

Le journaliste d'investigation Seymour Hersh a  parlé des allégations de sarin,  notant (entre autres) que « le sarin de l'armée syrienne a une composante chimique différente de celle du sarin d'al-Nusra ».

Parmi les nombreuses questions que les journalistes auraient dû poser à propos des allégations de Khan Sheikhoun d'avril 2017, il y avait la question de savoir comment on pouvait faire confiance aux échantillons de l'OIAC alors qu'il n'y avait manifestement pas de  chaîne de traçabilité : la zone est contrôlée par Al-Qaeda ou des groupes affiliés, des groupes qui ont un intérêt direct dans la falsification des résultats.

Comme l'indique un article de  Moon of Alabama, il y a aussi beaucoup d'incertitudes en ce qui concerne la réalité même de l'attaque de Khan Sheikhoun. L'article note que dans le rapport de l'OIAC sur Khan Sheikhoun, il y a ce qu'il appelle des irrégularités (un euphémisme, à mon avis) : à savoir les 57 cas de patients admis à l'hôpital avant l'incident présumé et les résultats contradictoires d'échantillons de sang et d'urine chez les « victimes du sarin«.

Suite à l' accusation d'avril 2018 de la Maison Blanche selon laquelle le gouvernement syrien a utilisé du sarin à Douma, et malgré  l'insistance de Damas pour qu'il y ait une enquête de l'OIAC,  FUKUS a bombardé la Syrie, y compris le quartier densément peuplé de Barzeh, à Damas, détruisant un site où on fabriquait des produits pour traiter le cancer, et pas des armes chimiques.

A Douma, le personnel médical a  affirmé que les patients n'avaient pas de symptômes d'attaque chimique. Les citoyens de Douma ont également déclaré qu'il n'y avait pas eu d'attaque chimique. Dix-sept civils et membres du personnel médical de Douma ont témoigné à La Haye. Les médias aux ordres ont fait l'impasse sur ces témoignages.

Dans son  rapport provisoire de juillet 2018 sur Douma, l'OIAC a noté qu'il n'avait été détecté aucun produit chimique interdit par la Convention sur les armes chimiques dans les échantillons prélevés sur les sites présumés. L'OIAC a trouvé des traces de « produits chimiques organiques chlorés«, mais pas de sarin, contrairement à ce qu'avaient prétendu le  soi-disant expert Eliot Higgins et la Maison Blanche, entre autres.

A qui profitent ces accusations incessantes ? Quel intérêt le gouvernement syrien aurait-il eu à perpétrer l'une ou l'autre de ces attaques présumées ? Aucun. Est-il logique que le président syrien ordonne une attaque chimique qui provoquerait la colère d'Obama, de Trump et de leurs alliés ? Ces accusations profitent-elles à la coalition qui veut provoquer un changement de régime en Syrie? Oui.

Dans leur récent  rapports sur les allégations de Douma, le Groupe de travail sur la Syrie, Propaganda and Media, a analysé les faits concernant les allégations de Douma (et les précédentes allégations), les divergences dans les récits officiels, et les liens cachés des experts qui nous apportent des « preuves«, dont un expert qui aurait des liens avec les services secrets du Royaume-Uni, le MI-6.

Autant de facteurs susceptibles d'influencer le résultat officiel des enquêtes.

Je suis en partie d'accord avec les dernières préoccupations de FUKUS au sujet d'une attaque chimique : il faut en effet s'inquiéter d'une nouvelle attaque ou d'une nouvelle mise en scène, sauf qu'elle ne sera pas le fait du gouvernement syrien. Comme ce fut le cas tant de fois déjà, l'attaque sera mise en scène par les mercenaires de l'OTAN en Syrie.

En fait, les  médias syriens ont récemment mentionné la probabilité que des membres des Casques blancs et d'Al-Qaida en Syrie aient transporté une cargaison de barils d'une usine de recyclage du chlore située près de la frontière turque vers des zones d'Idlib occupées par les terroristes.

Si c'est vrai, ce sont alors en effet des activités étranges pour un groupe de « sauveteurs neutres«, et l'indice inquiétant de la préparation d'une mise en scène qui servira de prétexte à un nouveau round d'accusations.

Les entraves à la lutte légitime contre Al-Qaeda à Idlib

Ce que Bolton, CNN ou tous les autres adeptes des interventions illégales en Syrie évitent de mentionner, bien que ce soit gros comme le nez au milieu de la figure, c'est que c'est le groupe terroriste Al-Qaida qui contrôle Idlib sous le nom de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS). HTS est censé avec « coupé » ses liens avec Al-Qaida, tout en conservant la même idéologie.

Brett McGurk, l'envoyé spécial des Etats-Unis pour la coalition (qui prétend écraser l'EI) a même  dit qu'Idlib était « le plus grand lieu de refuge d'Al-Qaeda depuis le 11 septembre, lié directement à Ayman al-Zawahiri (leader actuel d'# Al-Qaeda ) & c'est un énorme problème «.

Pourtant, CNN qui revenait d'Idlib (où il était entré illégalement, une fois de plus), a  passé sous silence la présence d'Al-Qaida, comme  on pouvait s'y attendre, et a entamé une campagne de propagande de guerre non-stop sur Idlib.

En fait, beaucoup de gens sur les médias sociaux  prédisent que la coalition de changement de régime va nous recycler les mêmes éléments éculés de propagande de guerre, y compris les « derniers hôpitaux », les comptes Twitter des enfants Bana al-Abed 3.0 (les comptes Bana 2.0 ont été créés pendant la libération de la Ghouta orientale), et le dernier hashtag émotionnel  #EyesOnIdlib.

Il y a quelques jours, Abu Mohammed al-Golani de HTS s'est à nouveau  prononcé contre la reddition des groupes armés à Idlib. Un autre « rebelle syrien » à Idlib, un commandant égyptien d'Al-Qaida, a  menacé de crucifixion les Syriens qui auraient l'idée de se réconcilier.

Il n'y a pas que les terroristes qui s'opposent à la réconciliation. Les gouvernements occidentaux la considèrent comme un obstacle à leur projet d'intervention. La réconciliation a apporté la paix et la stabilité à beaucoup de régions de Syrie, et plus récemment au gouvernorat de Daraa. Quand j'étais à Daraa, en mai 2018, les bombes terroristes pleuvaient. Maintenant, grâce à une combinaison d'opérations militaires et de réconciliations dans toute la région de Daraa, le calme règne, comme dans la Ghouta orientale et à Alep.

Pourtant, chaque fois que le processus de réconciliation commence dans une nouvelle zone, les terroristes bombardent les couloirs humanitaires, et les dirigeants occidentaux parlent d' »atrocités » non vérifiées, fermant délibérément les yeux sur Al-Qaïda et ses affiliés en Syrie, et diabolisant les gouvernements syrien et russe qui luttent contre le terrorisme en Syrie.

La déclaration de FUKUS du 21 août  disait également : « Nous implorons ces pays de reconnaître que l'utilisation incontrôlée d'armes chimiques par n'importe quel État constitue une menace inacceptable pour la sécurité de tous les États. »

Je suis presque certaine de ne pas être la seule à vouloir que les États-Unis et leurs alliés rendent des comptes sur leur utilisation documentée, incontrôlée et criminelle d'armes chimiques contre des civils partout dans le monde.

Eva Bartlett

Eva Bartlett est une journaliste indépendante; elle connaît bien la bande de Gaza et la Syrie.

Article original:  ingaza.wordpress.com

Source:  arretsurinfo.ch

Lire aussi:

Syrie : Moscou accuse les terroristes de préparer une attaque chimique, prétexte à des frappes US

25 août 2018, RT

Selon la Défense russe, des djihadistes, aidés par les Britanniques, prépareraient une attaque chimique en Syrie, qui pourrait déboucher sur une nouvelle intervention militaire. Quelques jours plus tôt, les Occidentaux avaient mis en garde Damas.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, a affirmé dans un communiqué ce 25 août que le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTC, formé de membres de l'ex-branche d'al-Qaïda), qui domine à 60% les groupes rebelles réunis dans la région d'Idleb, était «en train de préparer une nouvelle provocation pour accuser le gouvernement syrien d'utiliser des armes chimiques contre la population civile».

Ainsi, la Russie a accusé les djihadistes de préparer une attaque chimique dans la province d'Idleb pour donner «encore une raison aux forces américaines, britanniques et françaises de mener des attaques aériennes contre les forces du gouvernement syrien».

Igor Konachenkov a en outre accusé les services secrets britanniques de «participer activement» à ce projet présumé.

Huit réservoirs de chlore acheminés selon Moscou

Le groupe HTC aurait, selon Moscou, fait acheminer huit réservoirs de chlore dans la ville de Jisr al-Choghour pour y «monter» une attaque. Les produits chimiques auraient ensuite été transportés vers un village à huit kilomètres de là, toujours selon les informations communiquées par la Défense russe.

L'accusation de Moscou survient quelques jours après les déclarations de John Bolton. Le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump avait prévenu que  Washington réagirait «très fortement» si l'armée syrienne avait recours aux armes chimiques dans son offensive pour reprendre la province d'Idleb, l'un des derniers fiefs des insurgés islamistes dans le pays.

En visite à Jérusalem le 22 août, John Bolton avait par ailleurs déclaré que Washington était «inquiet à l'idée que le président Bachar el-Assad puisse à nouveau utiliser des armes chimiques».

«Mais que les choses soient claires : si le régime syrien emploie des armes chimiques, nous réagirons très fortement et ils feraient bien de réfléchir un bon moment avant une quelconque décision», avait-il lancé.

Le même jour, Paris et Londres avaient joint leur voix à celle de Washington, dans un communiqué commun qui spécifiait : «Nous soulignons également notre inquiétude face à une possible (et illégale) nouvelle utilisation d'armes chimiques [...] Nous restons résolus à agir si le régime d'Assad utilise à nouveau des armes chimiques.»

En avril, attribuant au gouvernement syrien une présumée attaque chimique à Douma (sans en apporter les preuves), les Etats-Unis et leurs alliés, dont Paris et Londres, avaient effectué des bombardements contre plusieurs cibles syriennes.  La Russie, alliée de Damas, a toujours affirmé que l'attaque de Douma avait été mise en scène par les Casques blancs, qu'elle accuse d'être alliés aux djihadistes.

 Lire aussi : Syrie : Moscou dénonce l'enquête de l'OIAC et expose le matériel récupéré aux rebelles à Douma

 arretsurinfo.ch

 Ajouter un commentaire

modules attachés ordre chronologique
27-08-2018 francais.rt.com 6 min #144968

Le maintien de Bachar el-Assad en Syrie ? Une «erreur funeste» selon Emmanuel Macron

© Philippe Wojazer Source: AFP

Le président français, lors de son discours de rentrée aux ambassadeurs, a estimé que le maintien de Bachar el-Assad à la tête de la Syrie était selon lui «une erreur funeste». Il a également fait savoir à ce sujet compter «beaucoup» sur la Russie.

Le président français Emmanuel Macron n'a pas fait mystère le 27 août de son rejet du maintien au pouvoir de Bachar el-Assad, lors de son discours de la conférence des 250 ambassadeurs de France.

28-08-2018 reseauinternational.net 4 min #145000

Les secrets de la pitoyable mascarade du chimique et la décision de libérer Idlib

Par Muhammad Sâdegh Hosseini

Toutes les indications, tous les indices, toutes les preuves, toutes les évaluations et toutes les normes matérielles et morales indiquent que tôt ou tard, par la guerre ou par la paix, Idlib reviendra au sein de l’État national syrien …. !

Et qu’il est inutile de résister à cette ferme décision prise par le centre des opérations de l’armée arabe syrienne et de l’axe de résistance, en coopération avec l’ami russe, dans le cadre de la conquête stratégique des forces victorieuses face à la guerre mondiale ratée contre la Syrie !

29-08-2018 francais.rt.com 5 min #145031

Syrie : l'armée russe affirme que les Casques blancs ont livré des produits chimiques à des rebelles

© SANA/Handout Source: Reuters

La Défense russe a déclaré qu'un stock important de produits chimiques avait été livré à un groupe rebelle à Idlib avec l'aide des Casques blancs, alors que l'armée syrienne s'apprête à lancer une offensive dans cette dernière poche rebelle.

Le ministère russe de la Défense, par la voix du général Alexeï Tsygankov, a assuré le 28 août qu'un stock important de produits chimiques avait été livré aux militants du groupe Ahrar al-Sham à Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, avec l'aide  de l'organisation controversée des Casques blancs afin de mettre en scène une attaque chimique qui servirait à pointer du doigt la culpabilité du gouvernement syrien et à organiser une nouvelle intervention militaire.

29-08-2018 legrandsoir.info 9 min #145035

Onu/syrie : Ce que vous ne devez pas entendre...

Bachar al-Jaafari

NdT : Ce 28 août 2018, tout un chacun pouvait lire sur le site de l'ONU : « À la une, la détérioration croissante de la situation humanitaire au nord-ouest de la Syrie au menu du Conseil de sécurité ». Et ceux qui ont suivi les interventions publiques du Conseil de sécurité ont pu constater que la diffusion de l'intervention du délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, le Dr Bachar al-Jaafari, a été rapidement interrompue.

30-08-2018 mondialisation.ca 9 min #145051

Washington est-il au bord d'une attaque majeure contre la Syrie ?

Les États-Unis et leurs alliés mettent systématiquement en place tous les éléments nécessaires pour justifier et mener à bien un nouvel acte d'agression majeur contre la Syrie, selon des informations en provenance de Moscou et du Moyen-Orient.

Les accusations selon lesquelles Washington prépare une attaque non provoquée font suite aux avertissements du conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, ainsi que de responsables britanniques et français, selon lesquels leurs gouvernements organiseraient des représailles pour toute utilisation d'armes chimiques par le président Bachar Al-Assad dans la province syrienne du nord d'Idlib.

30-08-2018 lesakerfrancophone.fr 6 min #145060

Le refus des Usa de la demande de coopération russe en Syrie met en lumière le cynisme américain

Andrew Korybko - Lundi 13 août 2018 - Source  orientalreview.org

Le général Valery Gerasimov, chef d'état-major des forces armées russes, a sollicité l'aide de Joseph Dunford, son homologue américain, pour stabiliser ensemble la situation en Syrie.

Les généraux Joe Dunford (à gauche) et Valery Gerasimov (à droite), à Helsinki, en Finlande, le 8 juin 2018

30-08-2018 voltairenet.org 2 min #145069

Moscou et Damas accusent Londres, Paris et Washington de préparer une attaque chimique

 voltairenet.org

Le destroyer USS The Sullivans (DDG-68) de l'US Navy avec 56 missiles de croisière à son bord a été prépositionné dans le golfe persique. Simultanément, un bombardier stratégique В-1В de l'US Air Force doté de 24 missiles de croisière air-sol AGM-158 JASSM est arrivé sur la base aérienne Al-Udeid au Qatar.

30-08-2018 4 articles middleeasteye.net 5 min #145073
ONU
Syrie

Un says 10,000 'terrorists' in Syria's Idlib must be defeated

United Nations Special Envoy to Syria Staffan de Mistura said on Thursday that the UN estimates that around 10,000 "terrorists" remain in northern Idlib province and need to be defeated.

De Mistura spoke to reporters in Geneva as the Syrian government and its allies Russia and Iran talk up the likelihood of an assault on the last rebel-held Syrian province.

The envoy called on Russia, Iran and Turkey, which borders Idlib to the north and backs several Syrian rebel groups, to forestall a battle in the province, saying it would impact millions of civilians and could see both sides using chlorine as a chemical weapon.

30-08-2018 mondialisation.ca 2 min #145075

Vidéo - Syrie : le spectre d'une attaque chimique plane sur Idlib

Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, estime qu'une fausse attaque chimique pourrait prochainement avoir lieu en Syrie. L'objectif de ses auteurs : entraver l'élimination des combattants djihadistes du Front al-Nosra. Invité du JT de RT France, Bruno Guigue, analyste géopolitique, fait le point sur la situation.

 Syrie : le spectre d’une attaque chimique plane sur Idlib

La source originale de cet article est  RT France

30-08-2018 2 articles mondialisation.ca 10 min #145076

Un comité de l'Onu fait état de graves crimes de guerre dans la guerre soutenue par les États-Unis au Yémen

La première version d'un rapport préparé par un groupe d'experts des droits de l'homme des Nations Unies a décrit en détail les énormes et sauvages crimes de guerre qui ont été commis contre le peuple yéménite au cours de la guerre de trois ans menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis avec le soutien militaire et politique indispensable de Washington.

Le rapport a été produit par le Groupe d'éminents experts internationaux et régionaux indépendants sur le Yémen, un organe formé par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en septembre de l'année dernière avec un mandat d'un an pour enquêter sur les violations des droits de l'homme dans ce pays appauvri et ravagé par la guerre.

30-08-2018 voltairenet.org 2 min #145079

Moscou renforce sa présence militaire en Syrie

Le ministère russe de la Défense a annoncé le 28 août 2018 qu'il renforçait son déploiement naval au large de la Syrie, portant sa présence à dix navires et deux sous-marins.

Le compte Twitter Bosphorus Observer, a noté le 30 août qu'un gros porte-containers russe, le Sparta-3, a traversé les détroits en direction de Tartous (Syrie). Il transporte exclusivement du matériel militaire.

31-08-2018 reseauinternational.net 7 min #145109

L'Amérique et ses alliés n'ont pas besoin de justifications pour frapper la Syrie

Par Muhammad H. Elhadj

Pour occulter sa crise interne, le président français Emmanuel Macron dit et répète que le maintien du président Bachar Assad au pouvoir serait une erreur funeste qu’il faudrait éviter. Macron n’écoute ni la voix des Syriens ni celle des Français affirmant que le maintien de Assad est décidé par le seul peuple syrien et non par les agents, comme ce sont les Français qui décident du maintien de Macron.

01-09-2018 reseauinternational.net 3 min #145132

Bataille d'Idleb : 200 drones pour le Nosra, les Casques blancs changent le lieu de l'attaque chimique

Dernières évolutions dans la province d’Idleb où les groupes terroristes font preuve d’une activité immense qui devrait en principe empêcher l’opération militaire de l’armée syrienne : des drones sont transférés vers un centre du front al-Nosra, branche d’Al-Qaïda en Syrie alors que les Casques blancs semblent avoir changé le lieu où ils vont perpétrer leur attaque chimique destinée à justifier une intervention occidentale.

02-09-2018 lesakerfrancophone.fr 12 min #145188

La prochaine agression étasunienne contre la Syrie est-elle déjà programmée ?

L'ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies Nikki Haley montre des photos de victimes de l'attaque syrienne au gaz lors de son intervention au Conseil de sécurité de l'ONU en avril 2017.

Par le Saker - Le 31 août 2018 - Source  The Saker

Les choses qui plaisent sont celles que l'on demande encore et encore

03-09-2018 entelekheia.fr 14 min #145237

La Russie sabote le nouveau plan de Trump contre la Syrie

Par Eric Zuesse
Paru sur  Washington Blog sous le titre Russia Squelches Trump's New Plan to Invade Syria

Ce vendredi 31 août, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a  annoncé que la Russie avait remis à l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques), et à l'ONU, la « preuve » selon laquelle le gouvernement américain avait  travaillé avec Al-Qaïda pour mettre en scène une attaque chimique, que les États-Unis et ses alliés allaient ensuite pouvoir utiliser comme justification à une invasion de la Syrie, au prétexte de réponse « humanitaire » à ladite attaque chimique prétendument menée par le gouvernement syrien, mais en réalité par les États-Unis pour raviver la » guerre civile » de sept ans entre le gouvernement syrien et les » rebelles » soutenus par les États-Unis, qui se composent presque exclusivement de djihadistes sunnites fondamentalistes formés et dirigés par Al-Qaïda en Syrie, avec l'aide des États-Unis et d'un financement saoudien.

04-09-2018 voltairenet.org 6 min #145264

Qui veut relancer la guerre en Syrie ?

par Thierry Meyssan

Sept ans après le début de la guerre contre la Syrie, par jihadistes interposés, les partisans de sa destruction veulent la relancer. Pourtant, ils ont essuyé une défaite certaine sur le terrain où la population, un instant hésitante, a massivement choisi de soutenir la République. Cette tentative de reprendre la guerre à son début ne peut se comprendre que si son objectif a évolué.

04-09-2018 legrandsoir.info 4 min #145279

Offensive sur Idleb : le signal fort émis par Ankara

Kharroubi HABIB

Si les forces loyalistes syriennes temporisent à lancer l'offensive contre la province d'Idleb, le dernier fief dans le territoire syrien aux mains de groupes armés jihado-terroristes, ce n'est pas la menace agitée par les Etats-Unis et leurs alliés européens de représailles militaires contre elles qui en est la cause. Les autorités syriennes dont la détermination à ne pas reculer face à cette menace a été fermement réaffirmée par la voix du président Bachar El Assad lui-même n'ont pas encore donné leur feu vert à leurs troupes qui sont en ordre de bataille, et sont en attente de ce qu'il va ressortir des tractations que leurs alliés russes et iraniens mènent avec la Turquie dont l'attitude à l'égard de leur intention pour cette province d'Idleb qui lui est limitrophe pèsera incontestablement sur le cours de la confrontation militaire dont celle-ci va être le théâtre.

04-09-2018 24 articles voltairenet.org #145283

L'opposition armée syrienne appelle Moscou et Ankara à bombarder Idleb

Fuad Elîko, porte-parole de « Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution », a appelé la Turquie et la Russie à éradiquer Al-Qaïda d'Idleb (Nord de la Syrie).

Pour le leader de l'opposition armée à Damas, le Front al-Nosra qui contrôle 60 % de la région d'Idleb est une organisation terroriste.

Cette déclaration intervient de manière surprenante alors que les messages d'appel à ne pas attaquer Idleb se multiplient en Occident.

 Se réfère à :

 Référencé par :