Le contrat à terme chinois sur le pétrole commence à montrer ses crocs

09-08-2018 lesakerfrancophone.fr 6 min #144476

Par Rory - Le 30 juillet 2018 - Source  The Daily Coin

Jusqu'ici tout va bien pour lui, mais le pétrodollar montrera des signes d'usure dans un très proche avenir.

Nous avons documenté la disparition de l'hégémonie du dollar depuis plusieurs années, mais ces deux dernières années, le rythme semble s'accélérer. Tous les petits détails, depuis la crise financière mondiale de 2008, convergent maintenant et l'un des plus gros morceaux montre maintenant ses crocs - le contrat à terme sur le pétrole chinois en yuans croît tellement vite que d'ici la fin de l'année, au rythme actuel de croissance, ce contrat présentera un réel défi pour le pétrodollar, selon  Platts :

« Les contrats à terme sur le pétrole brut récemment proposés par la Chine sur le Shanghai International Energy Exchange ont atteint un niveau record début juin, signe positif qu'une grande variété d'acteurs financiers ont souhaité contribuer à la liquidité du nouveau marché de dérivés.

Le volume des transactions sur le contrat à terme du brut pour livraison en septembre a atteint 275 006 lots vendredi dernier, le plus haut depuis son lancement le 26 mars, et près de sept fois les 40 656 lots du premier jour de bourse.

En se basant sur la pratique internationale, ce volume se normalise à 137 503 lots, puisque  l'INE [Shanghai International Energy Exchange] compte les deux côtés de la transaction - l'achat et la vente - comme deux lots. Un lot équivaut à 1 000 barils. Cela signifie qu'environ 137,5 millions de barils de pétrole brut ont changé de mains vendredi dernier, selon les calculs de S & P Global Platts.

Le volume des transactions à terme sur le pétrole traité à l'INE augmente régulièrement depuis son lancement le 26 mars, avec un volume quotidien moyen de 69 055 lots en avril et de 170 554 lots en mai, soit une hausse de 147% en glissement mensuel. »

Je ne sais pas grand-chose, mais une croissance de 147% sur un mois ressemble à un saut sérieux et en plus de cela, le mois de juin montre déjà des signes que ce rythme n'est pas un hasard et qu'il continuera. Alors que ce marché en est encore aux premiers stades de développement, le rythme de croissance semble important et a pris beaucoup de gens par surprise. Il semble que le premier obstacle majeur pour rattraper les contrats de Brent et de West Texas Intermediate (WTI) sera de dépasser le Dubai Mercantile, qui compte en moyenne plus de 54 000 contacts quotidiens. Avec le rythme actuel du contrat chinois, cet obstacle sera dans le rétroviseur d'ici la fin de l'année et certainement à la fin du premier trimestre 2019.

Les deux principaux contrats, Brent et WTI, totalisent 2,6 millions de contrats par jour, de sorte que le contrat chinois a beaucoup de chemin à faire avant de présenter une menace réelle, mais il est sur le point de prendre du poids au niveau mondial, toujours selon  Platts :

« Bien que le nouveau marché à terme brut d'INE ait jusqu'ici été largement considéré comme un succès, il reste très faible par rapport aux indices de référence bruts internationaux matures, en termes de volume de négociation et de taux d'intérêt, ont noté les participants au marché.

À l'heure actuelle, les contrats à terme sur le brut léger non-corrosif ICE Brent et NYMEX sont les deux principaux indices de référence mondiaux.

Le volume des transactions à terme du Brent a atteint en moyenne 1 million de lots par jour sur ICE en mai, avec 2,6 millions de lots non dénoués en moyenne sur le mois, selon les données du site web d'ICE. »

Nous devrions avoir de meilleures données, et une meilleure vue, après la publication des chiffres de juillet. Je pense que le nouveau contrat chinois va continuer de croître et que les pétrodollars vont continuer de décliner. Est-ce important que ce nouveau contrat menace réellement le pétrodollar ? Et si ce nouveau contrat prenait seulement une part suffisante du marché pour soutenir les Chinois dans leur volonté de s'éloigner des billets de la Réserve fédérale ? Disons une part de 10% ou 20% - et qu'en serait-il de 50% ? Et si ce nouveau contrat permettait simplement à la Chine d'ajouter plus d'or dans ses coffres, ou de développer un projet de plus pour l'initiative Belt and Road, ou quinze autres centrales nucléaires ou fermes solaires ? Alors quoi ? Est-ce important d'être un acteur mondial dans le monde pétrolier ? Quels dommages entraînerait une baisse de 35% (780 000 contrats mensuels) des pétrodollars dans les économies occidentales ? Je les devine irrécupérables.

Rory

Traduit par jj, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire