La Chine et l'Asean s'engagent pour une communauté d'avenir partagé plus étroite sur la base de leur partenariat de 15 ans

06-08-2018 histoireetsociete.wordpress.com 8 min #144402

©  Chine Nouvelle (Xinhua) - Xinhua, le 05/08/2018

Envoyé par Jean-Claude Delaunay qui réside en Chine et a écrit un livre important sur ce pays, livre dont nous vous parlerons prochainement. Il est prêt à organiser pour le printemps 2019 une série de débats (note de Danielle Bleitrach)

Banya, planteur de durian en Thaïlande, cultive ce fruit tropical depuis 30 ans. Son revenu a triplé au cours de la dernière décennie après sa rencontre avec des commerçants chinois.

« Notre coopération avec les hommes d'affaire chinois est bonne. Ils ont créé des opportunités d'emplois pour les locaux et augmenté nos revenus », a-t-il déclaré.

RENFORCEMENT DU COMMERCE

Le commerce des fruits n'est qu'un exemple des résultats atteints par le  partenariat stratégique entre la  Chine et l'Association des nations de l'Asie du sud-est ( ASEAN), qui célèbre actuellement ses 15 ans.

Bénéficiant de politiques d'échanges privilégiées et d'une collaboration commerciale toujours plus étroite, les exportations de durian de Thaïlande vers la Chine ont fortement augmenté pendant la dernière décennie. La Chine est actuellement le plus grand importateur de durian de Thaïlande.

Banya vend chaque année à la Chine pour quatre millions de baht thaïlandais (environ 120.413 dollars) de durians.

Les entreprises thaïlandaises apprennent également auprès des e-commerçants chinois pour aider les agriculteurs à vendre plus de produits.

En avril, Jack Ma, fondateur de la société chinoise Alibaba, a surpris les Thaïlandais en vendant en seulement une minute 80.000 durians « golden pillow » (Mon Thong), espèce exportée la plus connue de Thaïlande, sur sa plate-forme de commerce en ligne T-Mall.

« La Chine est sur le point de devenir le plus grand consommateur du monde, sous l'effet de la hausse des salaires et de la croissance de sa classe moyenne à 300 millions de personnes. C'est le moment ou jamais pour les pays axés sur le commerce de saisir l'occasion d'exporter (leurs produits) vers la Chine, car le pays continue d'ouvrir ses portes au commerce mondial », a indiqué M. Ma lors de sa visite en Thaïlande.

Grâce aux ventes en ligne, le volume des exportations des durians thaïlandais vers la Chine a connu en avril une croissance annuelle de 700%, selon le ministère thaïlandais du Commerce.

L'essor des ventes de durians thaïlandais à l'étranger est intervenu alors que les dirigeants des pays de l'ASEAN ont convenu de travailler cette année à une conclusion rapide du Partenariat économique global régional, un projet d'accord de libre-échange entre les dix pays membres de l'ASEAN et ses partenaires, dont la Chine, l'Australie, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et la Nouvelle-Zélande.

« Nous partagerons les opportunités et relèverons les défis ensemble pour bâtir une communauté plus étroitement liée avec un avenir partagé », a déclaré jeudi Wang Yi, conseiller d'Etat et chef de la diplomatie chinoise lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères Chine-ASEAN.

UN PAS EN AVANT

La Chine attache toujours une grande importance à l'ASEAN, les deux parties ayant élevé leurs relations au niveau de partenariat stratégique pour la paix et la prospérité en 2003.

Lors du sommet Chine-ASEAN de Manille en novembre 2017, la Chine a proposé un partenariat stratégique avec ce bloc régional de 10 membres à l'horizon 2030.

L'ASEAN, créée en 1967, réunit Brunei, le Cambodge, l'Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.

La vision chinoise vise à faire évoluer le cadre de la coopération Chine-ASEAN du format 2+7 au format 3+X.

Le format « 2+7 » fait référence à un cadre de coopération proposé par la Chine en 2013, qui met l'accent sur un consensus politique en deux points : le renforcement de la confiance stratégique et la promotion de la coopération économique, et sur sept domaines de coopération, notamment la promotion du commerce,.

Le format « 3+X », implique que la Chine et les pays de l'ASEAN travailleront dans de nombreux domaines tout en se concentrant sur trois piliers : la sécurité politique, l'économie et le commerce, ainsi que les échanges entre les peuples.

L'importance de la coopération entre la Chine et l'ASEAN a dépassé la sphère bilatérale et est devenue le moteur du maintien de la paix, de la stabilité régionale et de la prospérité commune régionale.

La question de la mer de Chine méridionale, sur laquelle les deux parties travaillent ensemble en est la meilleure preuve.

La situation en mer de Chine méridionale s'est stabilisée et a connu un élan positif grâce aux efforts conjoints de la Chine et des pays de l'ASEAN.

L'année dernière, les deux parties ont décidé d'entamer des consultations sur le texte du Code de conduite en mer de Chine méridionale à Manille, démontrant la confiance, la sagesse et la capacité des pays de la région à régler la question concernée afin de créer une mer de Chine méridionale pacifique dans l'amitié et la coopération.

Les dernières réussites ont été atteintes jeudi lorsque les deux camps sont parvenus à un projet de texte unique pour les négociations sur le Code de conduite (COC) en mer de Chine méridionale à Singapour, à l'occasion de la réunion des ministres des affaires étrangères de la Chine et des pays de l'ASEAN.

Les faits prouveront que Beijing et les Etats membres de l'ASEAN sont capables de maintenir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale et d'atteindre des règlements régionaux consensuels par la négociation, a déclaré M. Wang à l'issue de la réunion.

« Le fait que nous soyons parvenus au texte unique pour les négociations du COC constitue un pas en avant important », a déclaré le ministre malaisien des Affaires étrangères Saifuddin Abdullah, faisant écho aux remarques de M. Wang.

AIDE HUMANITAIRE

Le complexe du temple d'Angkor, à Siem Reap, est l'un des principaux sites touristiques d'Asie du Sud-Est.

« Notre projet de restauration de huit ans devrait s'achever en août », a indiqué Jin Zhaoyu, qui a travaillé sur le projet de conservation et de restauration du temple et de la montagne de Ta Keo en tant que membre chinois engagé pour la protection d'Angkor.

« Je suis reconnaissante envers le gouvernement chinois, que je remercie de soutenir le Cambodge dans la préservation de son patrimoine national », a déclaré Phoeurng Sackona, ministre cambodgienne de la Culture et des beaux-arts.

La ministre a annoncé que la rénovation du temple de Phimeanakas, également situé dans le complexe d'Angkor, commencerait bientôt avec l'aide financière de la Chine.

Lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères de la Chine et de l'ASEAN, M. Wang a appelé toutes les parties à élever leur coopération dans des domaines tels que la prévention des catastrophes, le secours et l'aide humanitaire.

Lorsque l'effondrement d'un barrage a déclenché des inondations massives frappant 13 villages du sud du Laos fin juillet, la Chine a été parmi les premiers à prêter main forte.

« Notre contingent compte 32 membres et certains d'entre nous traitent les patients ici dans l'hôpital de district », a expliqué Chen Zhang, membre du contingent médical de l'Armée populaire de libération chinoise déployé dans le district inondé de Sanamxay, dans la province d'Attapeu.

« Nous nous sommes rendus dans un village appelé Ban Boc et nous nous sommes occupés de 100 villageois en un seul jour », raconte pour sa part Liu Zhenxiong, l'un des premiers médecins à avoir rejoint les villages inondés du district.

ANNONCE

Rejoignez-nous sur  notre page Facebook (+ 120 000 fans).

 histoireetsociete.wordpress.com

 Ajouter un commentaire