La guerre électronique russe contre les troupes américaines en Syrie entre dans une phase dangereuse

06-08-2018 lesakerfrancophone.fr 10 min #144401

Par Tyler Durden - Le 30 juillet 2018 - Source  Zero Hedge

Un colonel en retraite de l'armée US, spécialiste de la guerre électronique a déclaré à  Foreign Policy : « Tout à coup, vos communications ne fonctionnent plus, vous ne pouvez pas ordonner de tirs, vous ne pouvez pas être averti des tirs hostiles parce que vos radars ont été bloqués et ils ne peuvent rien détecter ».

Un nouveau rapport détaille l'inquiétude grandissante du Pentagone face à l'augmentation du nombre d'attaques électroniques russes contre des positions militaires américaines en Syrie, dont le nombre selon les déclarations publiques du Pentagone est de 2000 ou plus, situées sur une  douzaine de bases « secrètes », principalement au nord-est de la Syrie, et intégrées dans les Forces démocratiques syriennes, majoritairement kurdes, soutenues par les États-Unis,

Image via The National Interest

Le rapport de Foreign Policy  commence ainsi :

« Les officiers qui ont subi le brouillage - connu sous le nom de guerre électronique - disent que ce n'est pas moins dangereux que les attaques conventionnelles avec des bombes et de l'artillerie. Mais ils disent aussi que cela permet aux troupes américaines de découvrir la technologie russe sur le champ de bataille et de trouver des moyens de se défendre. »

Depuis que la Russie est intervenue en Syrie à la demande du gouvernement Assad en 2015, les deux superpuissances se sont affrontées à de multiples occasions dangereuses, mais ont communiqué par l'intermédiaire d'une « ligne directe militaire à militaire » destinée à éviter les collisions aériennes et la confrontation directe des troupes.

La Russie, aux côtés du gouvernement syrien, considère les troupes américaines comme des occupants étrangers non invités, qui ont commis des actes d'agression contre l'État syrien, tuant des  centaines de soldats syriens (et des  mercenaires russes, même s'ils n'étaient pas sous les ordres de Moscou), lors de multiples incidents près des lignes de front à Deir Ezzor.

Et maintenant, comme l'a récemment  déclaré le général Raymond Thomas, chef du commandement des opérations spéciales des États-Unis, lors d'une conférence de renseignement et de technologie militaire, la Syrie est devenue « l'environnement de guerre électronique le plus agressif de la planète ».

Il a dit des « adversaires » russes, iraniens et syriens : « Ils nous testent tous les jours, bloquant nos communications, désactivant nos EC-130 [les grands avions de commandement et de contrôle des champs de bataille aériens de l'Air Force]. »

Foreign Policy (FP) indique que le brouillage électronique par les forces russes signifie une menace d'« escalade » dans un environnement déjà confus compte tenu du large éventail de groupes et d'acteurs étatiques opérant en Syrie.

Le rapport dit que le Pentagone a officiellement reconnu le succès des efforts de brouillage russes la semaine dernière dans les  termes suivants :

« Un colonel de l'armée américaine, Brian Sullivan, a décrit un épisode récent à des journalistes au département de la Défense des États-Unis la semaine dernière. Il a déclaré que ses troupes avaient rencontré un 'environnement de guerre électronique saturé' alors qu'elles combattaient dans le nord-est de la Syrie pendant leur déploiement de neuf mois, qui avait duré de septembre 2017 à mai 2018. »

Et le rapport cite encore le Col. Sullivan : « Cela nous a posé des défis auxquels nous avons pu faire face avec succès, et cela nous a donné l'opportunité d'opérer dans un environnement qui ne peut être reproduit nulle part à domicile, y compris dans nos centres de formation au combat. »

Dans une citation particulièrement troublante qui rappelle la guerre froide, le colonel note : « C'est une grande opportunité pour nous d'opérer particulièrement dans l'environnement syrien où les Russes sont actifs ».

L'ancien directeur intérimaire/directeur adjoint de la CIA Michael Morell : « nous devons tuer les Russes en Syrie » ( vidéo en anglais).

Bien sûr, pour commencer - et quoi qu'on en dise - il y a la grande question de la contradiction concernant des troupes américaines qui se trouvent en Syrie sans aucune autorisation du Congrès ni mandat du peuple américain (à moins que, comme  semble le croire le président Donald Trump, l'ancienne autorisation d'utilisation de la force militaire, l'AUMF, après le 9/11, signifie que les troupes américaines peuvent rester au Moyen-Orient pour toujours).

Foreign Policy écrit en outre que la guerre électronique implique l'arrêt des communications et de la capacité de navigation au sol et en l'air, quelque chose de particulièrement dangereux dans un espace de combat bondé comme la Syrie :

« Daniel Goure, expert en sécurité nationale et questions militaires au Lexington Institute, affirme que les nouveaux systèmes de guerre électronique de la Russie sont sophistiqués. Ils peuvent être montés sur de gros véhicules ou des avions et peuvent endommager des cibles à des centaines de kilomètres. »

Goure parle aussi d'un affrontement involontaire potentiel entre des puissances majeures comme les États-Unis et la Russie : « Le problème avec la guerre électronique, de manière plus générale, est qu'elle peut vraiment aveugler votre vision de l'espace de combat, votre vision opérationnelle, et cela peut mener à des erreurs vraiment horribles. »

La Russie aurait fait d'énormes progrès dans sa capacité de systèmes de guerre électronique au cours des quinze dernières années car elle perçoit que la menace d'une invasion par l'OTAN à ses frontières ne peut que croître.

En attendant, la Russie a indiqué qu'elle était au courant des actions militaires futures que Washington et ses alliés occidentaux pourraient comploter contre elle.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a  dit cette semaine dans des déclarations publiques lors d'un forum éducatif russe : « Notre conscience des plans que les militaires américains et d'autres pays occidentaux préparent en relation avec la Fédération de Russie est totale. » Il a ajouté que la Russie et ses frontières terrestres et aériennes étaient sûres « quoi qu'il arrive dans le monde », ce qui semblait être une  référence aux récents progrès de la technologie de la défense et du renseignement russes.

Tyler Durden

Traduit par jj, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire