Venezuela: l'heure est venue

06-08-2018 investigaction.net 10 min #144377

06 Août 2018

Article de :  Thierry Deronne

Notre « hors-champ médiatique » est infini. La majorité sociale du Venezuela, que les journalistes ne ponctionnent que dans un cadre individuel, humanitaire et atemporel, n'est pas cet objet qu'on veut identifier comme une victime. C'est un sujet pris dans une action collective, habillé d'une Histoire et d'un futur.Il faudrait tenter d'expliquer a présent, pour ceux qui vivent loin de nous, ce qu'on perçoit du ronronnement de la machine souterraine.

Pour beaucoup le sentiment est que l'heure est venue de s'ébrouer, d'inventer un nouvel Etat, voire de construire des communes autosuffisantes, des pouvoirs plus clairs, plus directs, voire un Etat communal. Il y a plusieurs explications a cela : les échéances electorales, gagnées par le camp révolutionnaire, sont derrière nous - si on excepte les municipales de décembre prochain. Le verdict des urnes et le répit électoral sont propices à ce recentrage sur la révolution de la structure.

La droite locale, convaincue en 2017 par l'axe Bogota-Washington d'organiser une vague de déstabilisation meurtrière pour que le monde puisse "voir" enfin comment Maduro réprimait les vénézuéliens, est de plus en plus discréditée auprès de sa base, et se retrouve à son plus bas étiage electoral. L'attentat contre le président Maduro organisé par les Etats-Unis et le président colombien Juan Manuel Santos à deux jours de l'expiration de son mandat, dit bien ce désespoir de l'oligarchie colombienne qui vient d'adhérer à l'OTAN. Transformer la Caraïbe en Atlantique Nord parle d'une Histoire qui se répète. En 1819 la même oligarchie de Santander s'unissait aux Etats-Unis contre un "Bolivar assoiffé de sang" pour empêcher la marche à travers les Andes des ex-esclaves noirs du Venezuela et de leurs alliés les jacobins noirs de Haïti...

Il y a d'autres explications à ce retour d'une ambiance révolutionnaire, très "années 90" au Venezuela: la guerre économique et la hausse irrationnelle des prix organisée par le secteur privé majoritaire, met beaucoup de citoyens au pied du mur. Les communes sont une partie de la solution à ces problèmes de survie, de production, d'alimentation, de services publics en voie de détérioration.

Par ailleurs, vingt ans de révolution ont servi d'école à toute une génération qui a les outils de l'expérience pour se remobiliser. Son but est d'influencer de plus en plus Maduro, en lui exigeant de faire le ménage, par exemple en cessant de recaser des fonctionnaires qui ont failli, volé, trahi la population, en les limogeant une fois pour toutes et en nommant des gens valables à leur place. Cette énergie spécifique, qui répond à la fois à la guerre impériale et au poids de la forme ancienne de l'Etat, est enfin née de ce temps que Chavez ne pouvait accélérer a lui seul, celui qui transforme les idées en force matérielle.

Ce besoin de transformer l'Etat s'incarne dans les pieds gonflés des 200 paysan(ne)s venus des Etats intérieurs où les mafias des blanchisseurs de capitaux colombiens, juges, grands propriétaires, militaires, les ont chassés des terres données par Chavez, avant de revendre leurs tracteurs en Colombie. Mafias qui souvent trouvent des complices parmi les fonctionnaires de l'Institut des Terres qui sabotent la remise des engrais, des semences, des crédits aux mêmes paysans, ce qui permet à certains secteurs de l'Etat de dire que mieux vaut appuyer les agroindustriels privés puisque décidément les paysans ne produisent rien. 400 km de marche, 20 km par jour, épuisement, campements de fortune, soif, diarrhées, intimidations, mais la marche a continué grâce à la solidarité des plus humbles comme cette vieille dame qui partage l'espace de sa pauvre demeure au bord de la route et offre le peu qui lui reste de café. Les médias privés, majoritaires, invisibilisent la marche, mais aussi, curieusement, les médias bolivariens. Jusqu'à ce que Nicolas Maduro oblige les télévisions à transmettre leur parole...

A Caracas, lorsqu'une haie de police a stoppé la marche à deux pâtés du palais présidentiel, nous nous sommes dit : si Maduro a réellement ordonné cela et s'il ne les reçoit pas ces paysans qui sont une des bases les plus sincères de la révolution, il ne pourra plus rien comprendre. Quelques gauchistes avaient pris la tête de la marche pour les derniers mètres, exultaient à la vue d'un barrage de police, filmant les casques : la voilà, la preuve de l'Etat bourgeois, de la trahison de Maduro ! Jusqu'à ce que les organisateurs paysans leur demandent courtoisement de s'éloigner, de se placer en fin de cortège, les priant de comprendre les problèmes d'infiltrations et de sécurité du président. Au même moment une délégation des paysans se réunissait avec le Président de l'Assemblée Constituante Diosdado Cabello (photos).

Le lendemain le président Maduro ouvrit grand les portes du palais présidentiel pour les recevoir à son tour, faisant retransmettre à tout le pays par la télévision, radio et Internet, leurs longs témoignages. Il commença par écouter les paysans sans les interrompre, avant d'approuver leurs exigences et d'en faire des ordres.

Remise immédiate aux paysans de toutes les terres remises par Chavez et dont ils ont été expulsés de manière arbitraire.

Révision cas par cas de toutes les victimes de mercenaires et de persécution par des organes juridiques.

Révision de tout le système de désignation des juges agraires pour les mettre au service des paysans vénézuéliens.

Modification des lois agraires pour un système du 21ème siècle aux mains du peuple.

Démarrage d'une lutte contre la corruption et transformation de toutes les institutions en matière agricole du pays, à la chaleur de la critique populaire.

Alliance productive avec tous les secteurs paysans pour concrétiser le Plan Productif et le "Plan de la Patrie 2025". Enfin, un grand Congrès Paysan pour la troisième semaine de septembre 2018.

Au sortir de la réunion, les paysan(ne)s ne épuisés cachent pas leur satisfaction, malgré l'amertume des chausse-trappes semés sur la route par certains sous-ministres. Ils ont enfin atteint leur objectif d'une rencontre au sommet et d'une parole totale. En remettant a Maduro deux cents propositions, ils lui on dit ce que tout un peuple chaviste a envie de lui dire depuis longtemps : « l'heure est venue ». Joie vite brisée : au moment où la rencontre avec le Président prenait fin, le paramilitarisme répondait déjà en torturant, mutilant, assassinant trois leaders de la lutte pour la terre a Barinas, trois compagnons des premières heures de la marche, trois victimes de plus parmi les centaines de victimes de la lutte des terres. A Sabaneta, terre natale de Chavez. Tout un symbole pour une déclaration de guerre aux accords énoncés par Maduro, qui le lendemain allait lui-même subir un attentat. La Loi des Terres promulguée par Chavez avait constitué un des facteurs déterminants du coup d'Etat en 2002.

Il y a quelques jours nous étions sous la bruine côtière de Caruao où les tambours d'Afrique vont de maison en maison de paysans et de pêcheurs dont les fils hésitent entre l'horizon de la mer et l'écran du Blackberry. Caruao recevait pour la première fois la visite de fonctionnaires du  Conapdis. Cet institut organise depuis l'Etat le soutien aux personnes handicapées. Le travail du jour consistait à doter les personnes concernées d'un Carnet de la Patrie, outil de recensement qui leur permettra entre autres de toucher des allocations. Problème : beaucoup des patients qui font la file depuis tôt ce matin ne possèdent pas de rapports médicaux attestant de leur handicap. Les fonctionnaires décident alors d'oublier la paperasserie : un diagnostic visuel, une photo faite sur place, on imprime le Carnet, on le remet au patient. Bilan de la journée : une soixantaine de nouveaux allocataires. Tel est ce Venezuela "hors-champ", toujours prêt a ouvrir doucement sa main pour qui voudrait lire dans ses lignes.

Thierry Deronne, Caracas, 5 août 2018

Photos : CRBZ, Jonas Boussifet

SOURCE:  Venezuela Infos

 investigaction.net

 Ajouter un commentaire