France/affaire Benalla: Macron endosse la responsabilité

24-07-2018 44 articles aa.com.tr 2 min #144029

AA - France - Fawzia Azzouz

Le président français Emmanuel Macron a déclaré assumer la responsabilité concernant l'affaire Benalla, ont rapporté les médias français.

«C'est moi qui ai fait confiance à Alexandre Benalla, c'est moi qui ai confirmé la sanction», a indiqué le chef de l'État, mardi soir, face aux députés de sa majorité et aux membres de son gouvernement.

L'hexagone est agité depuis près d'une semaine par l'affaire dite Benalla, du nom d'Alexandre Benalla, chargé de la sécurité du président Emmanuel Macron.

Ce chargé de mission de l'Élysée est placé sous les projecteurs depuis que le journal Le Monde a révélé jeudi une vidéo montrant qu'il s'était livré à des violences sur des manifestants alors qu'il y assistait aux côtés des forces de l'ordre en tant que simple observateur et n'était nullement habilité à participer aux opérations de police sur place.

Il avait été sanctionné par une mise à pied de quinze jours en mai dernier sans qu'aucun signalement n'ait été fait au parquet concernant les violences.

Après plusieurs jours de silence, le président Macron a indiqué aux députés de sa majorité que «s'ils cherchent un responsable, le responsable c'est moi et moi seul», avant d'ajouter «ce qui s'est passé le 1er mai a été pour moi une trahison», rapporte la chaîne d'informations en continu BFMTV.

Plus tôt dans la journée déjà, Patrick Strzoda, chef de cabinet du président avait reconnu avoir lui-même pris la sanction disciplinaire de mise à pied d'Alexandre Benalla.
Emmanuel Macron a enfoncé le clou lors de son allocution en reconnaissant que «ce qui s'est passé le 1er mai a été vécu comme une trahison».

La présence du président français n'était pas annoncée aux parlementaires de la majorité qui se réunissaient pour faire un bilan annuel, a expliqué la Secrétaire d'État, Marlène Schiappa au micro de BFMTV et évoquant une «surprise».

 aa.com.tr

 Ajouter un commentaire
newsnet 18/07/24 23:24

non il faut que le violent paie lui-même sa dette


modules attachés ordre chronologique
25-07-2018 reporterre.net 7 min #144036

Derrière l'affaire Benalla, la banalisation de la violence policière

L'affaire Benalla révèle que M. Macron n'est plus invincible. Elle dévoile aussi la tentative de créer une police privée, dans une logique néolibérale extrémiste. Mais l'angle mort du scandale reste la banalisation de la violence policière : le tabassage aurait été admis... s'il avait été le fait d'un policier.

L'incendie a pris à la plaine avec une telle vigueur et une si surprenante rapidité qu'il est encore trop tôt, dans la fournaise, pour deviner où il s'arrêtera.

25-07-2018 histoireetsociete.wordpress.com 16 min #144041

les appareils hégémoniques : la répression et l'idéologie... Macron, l'Etat c'est moi...

Alexandre Benalla en avril 2016 (DR)

Le président s'estime trahi par son porte flingue.

De face et de profil, celui-ci illustrait en avril 2016 une enquête sur les gardes du corps. Il portait alors ce qui ressemble bien à un pistolet Glock.

Hier dans les débats à l'Assemblée, les questions écrites des groupes, André Chassaigne le président du groupe communiste a eu cette parole essentielle pour décrire la situation:«Ce qui est en cause, ce n'est pas le comportement isolé d'un seul homme, c'est la pratique du pouvoir, c'est la concentration des pouvoirs aux mains d'un monarque, qui affaiblit l'Etat de droit.

25-07-2018 francais.rt.com 9 min #144046

«Mépris permanent»,«Rambo d'opérette»: la réaction de Macron à l'affaire Benalla irrite l'opposition

© Pool/New Source: Reuters

L'intervention d'Emmanuel Macron devant des élus de la majorité au sujet de l'affaire Benalla a suscité une salve de critiques de la part des élus de l'opposition. Nombre d'entre eux dénoncent une forme de mépris envers les Français.

Très attendu depuis le début de l'affaire Benalla, Emmanuel Macron s'est exprimé ce 24 juillet devant les députés de la majorité à la maison de l'Amérique Latine, à Paris.

25-07-2018 francais.rt.com 5 min #144047

Comportement «autoritaire et déplacé», insultes : les syndicats de policiers étrillent Benalla

© Philippe Wojazer Source: Reuters

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a fait savoir ce 24 juillet devant la commission d'enquête du Sénat qu'il recevrait prochainement les syndicats de policiers qui avaient dénoncé plus tôt une «confusion des rôles» dans l'affaire Benalla.

Les syndicats policiers auditionnés ce 24 juillet par la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla et qui ont dénoncé «la confusion des rôles, l'ambiguïté des fonctions» de l'ex-collaborateur du chef de l'Etat et décrit les «relations exécrables» qu'il pouvait entretenir avec les forces de l'ordre, seront reçus la semaine du 30 juillet par le ministre de l'Intérieur.

25-07-2018 legrandsoir.info 3 min #144051

Macron aurait-il pété les plombs ?

Jean ORTIZ

Il n'a pas pété les plombs. C'est sa vraie nature, sa vraie conception de l'exercice du pouvoir, de son rapport au peuple.

« Qu'ils viennent me chercher ! » Des propos claniques, de chef de bande. Vociférés devant des députés (La REM) groupies, hystérisés, fanatiques...

Des propos qui déshonorent celui qui les profère, mais au-delà écornent l'image d'un pays.

25-07-2018 histoireetsociete.wordpress.com 11 min #144058

Roland Gori : « Macron ne trouve sa limite qu'en lui-même »

Ce qui m'intéresse en tant que sociologue, mais aussi en tant que militante communiste, c'est en quoi l'époque (celle de la chute de l'empire américain pour faire court) produit des individus de ce type, les hisse au pouvoir comme autant de soldats de fortune, eux et leur garde prétorienne... Entre le technocrate et le petit caïd de banlieue, le fascisme dont parle Pasolini, sans transcendance où le culte du chef n'a plus aucune revendication à la transcendance à l'héroïsme.

25-07-2018 francais.rt.com 6 min #144059

Les Bleus, l'accès au renseignement, le logement Quai Branly : le Canard bombarde l'affaire Benalla

Source: AFP

Dans son édition du 25 juillet, l'hebdomadaire qui sort tous les mercredis participe au déversement de révélations qui alimente la presse française depuis le début de l'affaire Benalla. Le palmipède ouvre les vannes en grand.

L'édition du Canard enchaîné de ce 25 juillet multiplie les révélations à charge dans l'affaire Benalla. Au moins trois informations livrées par le palmipède retiennent l'attention et mettent à mal les lignes de défense dressées par le ministre de l'Intérieur et le président de la République lui-même.

25-07-2018 francais.rt.com 5 min #144060

Alexandre Benalla suspendu à titre conservatoire de la Grande loge nationale de France

© JOEL SAGET Source: AFP

Membre de la Grande loge nationale de France depuis janvier 2017 au sein de l'atelier des Chevaliers de l'espérance, Alexandre Benalla a été suspendu à titre conservatoire jusqu'à l'issue de la procédure judiciaire le concernant.

Selon les informations du magazine  L'Express, Alexandre Benalla a été initié au sein de la «Loge Les Chevaliers de l'Espérance de la Grande Loge Nationale Française (GLNF)».

26-07-2018 mondialisation.ca 7 min #144065

L'affaire Benalla déstabilise le gouvernement Macron

Pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir il y a un an, Emmanuel Macron fait face à un tollé médiatique et parlementaire, déclenché autour de l' «affaire Benalla», qui l'a déstabilisé, lui et son parti, La République en marche (LRM). Hier, la pression exercée sur Macron, qui refuse de s'exprimer sur l'affaire, est encore montée d'un cran.

L'affaire a commencé il y a six jours, lorsque Le Monde a identifié un proche collaborateur du président, Alexandre Benalla, filmé en train d'attaquer violemment des jeunes le 1er Mai à Paris, en marge des manifestations de la Fête du Travail.

26-07-2018 les-crises.fr 10 min #144072

[Russeurope-en-Exil] Emmanuel Macron et le mépris de la République, par Jacques Sapir

La déclaration faite le 24 juillet au soir par le Président de la République, M. Emmanuel Macron, est grave 1. Elle est grave d'un point de vue constitutionnel. Elle est grave d'un point de vue politique. Elle est grave d'un point de vue moral. Nous devons toujours nous souvenir que le Président de la République est le premier magistrat. Sa parole est un acte. Si sa parole menace la Constitution, la mine ou la dévalue, c'est très exactement comme s'il avait agi pour subvertir cette Constitution.

26-07-2018 histoireetsociete.wordpress.com 8 min #144081

Les trois fautes d'Emmanuel Macron

La déclaration faite le 24 juillet au soir par le Président de la République, M. Emmanuel Macron, est grave[1]. Elle est grave d’un point de vu constitutionnel. Elle est grave d’un point de vue politique. Elle est grave d’un point de vue moral. Nous devons toujours nous souvenir que le Président de la République est le premier magistrat.

27-07-2018 reporterre.net 7 min #144101

Monsieur Macron, terrifiant chef de meute

L'affaire Benalla, du nom de ce chargé de mission de l'Élysée qui a fait le coup de poing en costume de policier le 1er-Mai dernier, a fait réagir notre chroniqueuse. Selon elle, cette histoire « dévoile au grand public une face terrifiante d'Emmanuel Macron ».

Isabelle Attard a été députée écologiste du Calvados. Elle se présente comme  « écoanarchiste ».

27-07-2018 voltairenet.org 16 min #144121

L'Élysée et le « Gladio B »

par Thierry Meyssan

Durant la Guerre froide, les États pro-US ont connu un sanglant précédent de répression illégale et secrète. S'il est clair que ce système a été progressivement démantelé en Europe, il ne s'est jamais interrompu au « Moyen-Orient élargi » mais s'y est transformé. Les agissements de l'Élysée dans le cadre de l'affaire Benalla, laissent entrevoir la possibilité que cette histoire ne soit pas finie.

28-07-2018 histoireetsociete.wordpress.com 13 min #144130

Benalla est grand... mais les prophètes ne l'ont pas vu venir

publié par Cause Commune :  communcommune.com

Dans la torpeur de l'été, personne ne l'avait vu venir. En quelques jours, les frasques discrètes d'un obscur chargé de mission de l'Elysée de 26 ans ont déclenché une tempête politique et médiatique comme on n'en avait pas vu depuis longtemps.

28-07-2018 histoireetsociete.wordpress.com 26 min #144131

La pointe de l'Iceberg: les protagonistes visibles de l'affaire Benalla..

INFOGRAPHIE. Vous ne comprenez rien à l'affaire Benalla ? On vous résume l'identité et les rôles de chacun en une image

De l'Élysée au ministère de l'Intérieur en passant par la préfecture de police de Paris, difficile de s'y retrouver dans la foule de personnages auditionnés à l'Assemblée et au Sénat ou mis en cause dans l'affaire Benalla. france info a donc eu une excellente initiative de publier ces principaux protagonistes.

28-07-2018 entelekheia.fr 11 min #144132

Macron : une erreur de casting ? Par Régis de Castelnau

Par Régis de Castelnau
Paru sur  Vu du Droit

Emmanuel Macron semble avoir décidé de traiter ce que l'on appelle « le Benallagate » avec sa désinvolture habituelle. Cet homme trop sûr de lui ne semble pas comprendre grand-chose à la politique. Pour s'être frotté à quelques oligarques, il s'imagine que le président de la République n'est qu'une sorte de PDG aux pouvoirs de potentat.

28-07-2018 francais.rt.com 8 min #144139

Affaire Benalla : la gauche surmonte ses divisions pour présenter une motion de censure commune

© Thomas SAMSON Source: AFP

Les députés insoumis, communistes et socialistes se sont mis d'accord pour déposer une motion de censure commune contre le gouvernement sur l'affaire Benalla - ce qui ne signifie pas, à les entendre, le retour de l'union de la gauche.

Les représentants des groupes Nouvelles Gauche (PS), Gauche démocrate et républicaine (PCF) et La France insoumise (LFI) se sont retrouvés en début d'après-midi le 27 juillet à l'Assemblée pour accorder leurs violons.

29-07-2018 legrandsoir.info 7 min #144146

Benalla a été confié à une nounou issue du gang des Zemour.

Jacques-Marie BOURGET

La boucle est fermée, Alexandre Benalla a été pris en main par l'ancien "attaché de presse" du gang des Zemour. Marc Francelet, la nounou d'Alexandre, saura guider la langue du jeune homme et refreiner ses éventuelles impulsions. La France est sauvée.

« Pour la première fois depuis le déclenchement de l'affaire qui porte son nom, Alexandre Benalla parle.