Exclusif : un ministre israélien dit que les États-Unis pourraient bientôt reconnaître la mainmise d'Israël sur le Golan. Par Dan Williams

14-07-2018 les-crises.fr 8 min #143633

Source :  Reuters, Dan Williams, 23-05-2018

JERUSALEM (Reuters) - Israël fait pression sur l'administration Trump pour qu'elle reconnaisse sa souveraineté sur le plateau du Golan occupé, a déclaré mercredi un ministre israélien, prédisant que l'assentiment des États-Unis pourrait intervenir d'ici quelques mois.

Interviewé par Reuters, le ministre du Renseignement Israël Katz a décrit l'approbation de la mainmise israélienne de 51 ans sur le Golan comme la proposition « en tête de l'ordre du jour » dans les pourparlers diplomatiques bilatéraux avec les États-Unis.

Toute mesure de ce genre serait considérée comme complémentaire à la sortie des États-Unis de l'accord nucléaire international avec l'Iran et à la reconnaissance par le président Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël et l'ouverture d'une nouvelle ambassade des États-Unis dans cette ville ce mois-ci.

Les actions de Trump ont été saluées par Israël et ont suscité de vives inquiétudes parmi les principaux alliés européens de Washington.

« Nous sommes en accord avec Israël sur un large éventail de sujets », a déclaré un responsable de la Maison-Blanche, tout en refusant de confirmer les détails fournis par Katz sur le Golan.

Les hauteurs du Golan forment un plateau stratégique entre Israël et la Syrie d'environ 1 200 kilomètres carrés (460 miles carrés).

Elle faisait partie de la Syrie jusqu'à ce qu'Israël le conquière lors de la guerre des Six Jours en 1967. Elle a déplacé des colons israéliens dans la zone qu'elle occupait et a annexé le territoire en 1981, ce qui n'est pas reconnu internationalement.

Jadis prêts à envisager la restitution du Golan pour la paix avec la Syrie, les Israéliens ont fait valoir ces dernières années que la guerre civile en Syrie et la présence d'une garnison iranienne soutenant Damas montrent qu'ils ont besoin de garder le plateau stratégique.

Katz, membre du cabinet de sécurité du Premier ministre Benjamin Netanyahou, a présenté la proposition sur le Golan comme une extension potentielle de l'approche conflictuelle de l'administration Trump contre l'expansion régionale perçue et l'agression de l'Iran, l'ennemi juré d'Israël.

« C'est le moment idéal pour faire un tel geste. La réponse la plus douloureuse que vous pouvez donner aux Iraniens est de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan - avec une déclaration américaine, une proclamation présidentielle, inscrite (dans la loi) », a-t-il dit.

Le message à Téhéran, a dit Katz, serait : « Vous voulez détruire (l'allié américain Israël), provoquer des attaques (contre lui) ? Regardez, vous avez exactement le contraire ».

La question, soulevée par Netanyahou lors de sa première rencontre à la Maison-Blanche avec le président Donald Trump en février 2017, fait actuellement l'objet de discussions à divers niveaux de l'administration et du Congrès des États-Unis, a dit M. Katz.

« Je pense qu'il y a une grande maturation et une forte probabilité que cela se produise », a-t-il dit. Lorsqu'on lui a demandé si une telle décision pourrait être prise cette année, il a ajouté : « Oui, à quelques mois près ».

Interrogé sur les commentaires de Katz, un fonctionnaire de l'ambassade des États-Unis en Israël a déclaré : « D'une manière générale, nous ne discutons pas de nos communications diplomatiques ».

La Russie, grande puissance alliée de Damas, a longtemps insisté pour que l'intégrité territoriale de la Syrie soit restaurée - une position qui exige implicitement la restitution éventuelle de la partie du Golan occupée par Israël.

Katz, cependant, a minimisé toute perspective d'un affrontement entre Moscou et Washington, en présentant la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté israélienne sur le Golan comme un élément d'une plus grande mosaïque syrienne.

UNE OPPORTUNITÉ

Alors que le président syrien Bachar al-Assad repousse l'insurrection contre lui, ce pourrait être l'occasion pour Assad et la Russie de diriger les Iraniens vers la sortie, a dit Katz.

Il a décrit la présence iranienne à proximité comme la principale préoccupation du gouvernement Netanyahou, en offrant implicitement à Assad une chance d'obtenir une immunité d'Israël.

Un soldat israélien se tient à côté de panneaux indiquant les distances des différentes villes, sur le mont Bental, un poste d'observation sur les hauteurs du Golan occupé par Israël qui surplombe le côté syrien du point de passage de Quneitra, en Israël, le 10 mai 2018. REUTERS/Ronen Zvulun

« C'est un moment de vérité pour Assad. Est-ce qu'il veut être un mandataire iranien, ou pas ? » Katz a dit. « S'il devient un mandataire iranien, alors tôt ou tard, il se condamne lui-même, parce qu'Israël agit contre l'Iran en Syrie... Si ce n'est pas le cas, nous avons toujours dit que nous n'avons aucun intérêt à nous y engager ».

La Russie, a dit M. Katz, répondrait à la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté israélienne sur le Golan en déclarant « qu'ils ne feront pas la même chose et qu'ils n'ont pas à soutenir cette idée ».

« Mais en réalité, de leur point de vue, si cela donne quelque chose à Israël dans le contexte syrien plus large, qu'est-ce que cela leur importe ? La survie d'Assad est plus importante pour eux, car la Syrie est si faible «, a-t-il dit. « Ils veulent un nouvel arrangement global. »

Katz a suggéré qu'une action américaine sur le Golan pourrait également inciter les Palestiniens - qui ont ignoré l'administration Trump depuis qu'elle a annoncé en décembre qu'elle transférerait l'ambassade de Tel-Aviv en Israël - à relancer les pourparlers de paix.

Les Palestiniens veulent que Jérusalem-Est soit la capitale de leur propre État, au même titre que la Cisjordanie, également occupée par Israël pendant la guerre de 1967 - parmi les conflits géographiques qui ont entravé leurs contacts diplomatiques avec Israël.

« Ils devraient se dépêcher de négocier avec Israël, parce que là où Israël dit qu'il est déterminé à être, il le sera, et il n'abandonnera pas, et l'histoire travaille en notre faveur », a-t-il dit.

La Syrie a essayé de récupérer le Golan occupé par Israël lors de la guerre au Moyen-Orient de 1973, mais l'assaut a été déjoué. Les deux parties ont signé un armistice en 1974 et la frontière terrestre est relativement calme depuis.

Des soldats israéliens se tiennent à côté de chars d'assaut sur le plateau du Golan occupé par Israël, en Israël, le 10 mai 2018. REUTERS/Ronen Zvulun

Depuis 1967, environ 20 000 colons israéliens se sont installés dans le Golan, qui est également à la frontière jordanienne. Quelque 20 000 musulmans druzes y vivent également. Israël a donné aux Druzes l'option de la citoyenneté, mais la plupart l'ont rejetée.

En 2000, Israël et la Syrie ont tenu leurs pourparlers au plus haut niveau sur une éventuelle restitution du Golan et un accord de paix. Mais les négociations ont échoué et les pourparlers qui ont suivi, sous la médiation de la Turquie, ont également échoué.

Reportage supplémentaire par Matt Spetalnick à Washington ; rédaction par Jeffrey Heller, Mark Heinrich et James Dalgleish.

Source :  Reuters, Dan Williams, 23-05-2018

Traduit par les lecteurs du site  www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 les-crises.fr

 Ajouter un commentaire