Trump tente d'imposer le racket de protection des Usa aux pays de l'Otan

14-07-2018 2 articles entelekheia.fr 11 min #143630

Par Finian Cunningham
Paru sur  RT sous le titre Trump beats up NATO members in American protection racket

Le parrain en chef s'est rendu à Bruxelles, comme beaucoup le craignaient, pour faire pression sur d'autres membres de l'OTAN à coups de chantages et de tentatives d'extorsion.

Le président Trump veut que les autres crachent plus de fric pour la « protection » des États-Unis. Le leader américain s'est adressé aux chefs d'État européens comme à des enfants désobéissants, les accusant de se faire entretenir par la puissance militaire américaine depuis de nombreuses décennies sans rien donner en retour.

Trump a distingué l'Allemagne, avec une volée de bois vert particulièrement acerbe. Il a accusé la première puissance économique européenne d'être « contrôlée par la Russie » en raison de sa dépendance supposée envers le pétrole et le gaz russes. Trump a utilisé cette affirmation comme une forme de chantage, alléguant que l'Allemagne a donné des milliards de dollars à Moscou pour son approvisionnement énergétique tout en trichant sur les paiements financiers à l'OTAN, qui repose sur la défense militaire américaine.

C'était une manifestation de mépris inédite de la part d'un dirigeant américain, du jamais vu en presque 70 ans d'existence de l'OTAN.

« Tout est devenu fou », a déclaré un envoyé européen en référence à la tourmente causée par Trum à Bruxelles. Et Trump ne s'est pas radouci au cours du sommet. Il a dit aux membres de l'OTAN qu'il s'attendait à ce qu'ils doublent leurs budgets militaires nationaux - jusqu'à un niveau de 4 % du produit intérieur brut.

 realDonaldTrump12/07/2018 08:12:05  77398  18312  53108258/47
....On top of it all, Germany just started paying Russia, the country they want protection from, Billions of Dollars for their Energy needs coming out of a new pipeline from Russia. Not acceptable! All NATO Nations must meet their 2% commitment, and that must ultimately go to 4%!

(... Pour couronner le tout, l'Allemagne a commencé à payer la Russie, le pays dont ils veulent être protégés, des Milliards de dollars pour leurs besoins énergétiques à partir d'un nouveau pipeline en provenance de Russie. Pas acceptable ! Toutes les nations de l'OTAN doivent honorer leur engagement de 2%, et cela doit finalement monter à 4% ! [Les fautes de Trump ont été conservées, NdT])

Le chef titulaire de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a essayé de calmer Trump en lui disant que les membres de l'alliance prévoyaient d'augmenter leurs dépenses globales d'environ 266 milliards de dollars au cours des sept prochaines années.

Certains observateurs ont noté que le comportement de Trump ressemblait à celui d'un parrain mafieux en voiture dans son quartier, et ne s'arrêtant que pour exiger des uns et des autres que les frais de protection de son racket soient augmentés.

Christopher Black, un avocat et analyste basé au Canada, a  décrit les procédures comme un « racket américain » envers les 28 autres membres de l'OTAN.

« Tous les présidents américains se sont plaints que les États-Unis paient l'addition alors que leurs alliés bénéficient d'une protection gratuite. Mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité... l'OTAN est une alliance militaire agressive créée pour servir principalement les intérêts américains », a écrit Black dans un commentaire cette semaine.

Comme pour étayer cette analyse, le sommet de l'OTAN a convenu cette semaine d'étendre les programmes de formation militaire en Afghanistan et en Irak. La  Grande-Bretagne et le Canada doivent envoyer plus de militaires dans ces pays, pour soulager les troupes américaines qui y sont installées depuis près de deux décennies.

L'Amérique commence donc des guerres douteuses et illégales à l'étranger, mais ce sont d'autres pays qui finissent par s'y enliser, ce qui donne une couverture politique et une apparence de légalité aux aventures impérialistes américaines.

Dans son discours d'ouverture du sommet, Jens Stoltenberg a tenté d'apaiser la fureur de Trump, mais, ce faisant, il a révélé par inadvertance la véritable fonction de l'OTAN. Comme s'il suppliait le président américain de ne pas rompre l'alliance, Stoltenberg a déclaré qu'elle jouait un rôle important « d'aide à la projection de la puissance américaine au Moyen-Orient et en Afrique ».

Il est vrai que le budget militaire américain représente environ 70 % des dépenses totales des membres de l'OTAN. Les  dépenses militaires annuelles de l'Amérique s'élèvent à environ 700 milliards de dollars, soit environ 3,5 % de son PIB. * C'est énorme en comparaison des  43 milliards de dollars ou 1,2 % du PIB dépensés par l'Allemagne.

Mais il est trompeur de décrire cet écart comme un résultat de la défense chevaleresque de leurs alliés par les Américains.

Pour commencer, les dépenses militaires gargantuesques des États-Unis ne sont pas le fruit d'un engagement altruiste à « défendre leurs alliés ». La mauvaise affectation de ressources est une résultante du fonctionnement du capitalisme américain, et de la façon dont son économie est dominée par la prédation d'un complexe militaro-industriel privé affligé d'éléphantiasis.

Ce que Trump cherche à faire, c'est amener d'autres membres de l'OTAN, les Européens et notamment l'Allemagne, à soutenir l'économie américaine en dépensant de plus en plus d'argent dans l'industrie militaire des USA. L'achat prévu de systèmes de missiles et d'avions de guerre américains - comme le très surcoté avion de combat F-35 - alimentera l'économie américaine en faisant office de subvention.

La priorité de Trump et de l'Amérique n'est pas de « protéger » les alliés. Il s'agit de protéger l'économie américaine en augmentant les contributions des pays de l'OTAN au capitalisme américain. **

Dans toutes les rodomontades de cette semaine à Bruxelles sur la nécessité impérative, pour les membres de l'OTAN, de dépenser toujours plus généreusement, seule manquait une raison capable de justifier ce besoin allégué.

Jens Stoltenberg a parlé de « défis et menaces sans précédent en matière de sécurité » auxquels l'alliance serait confrontée. Il y avait le mantra habituel sur le fait « qu'unis, nous sommes plus forts ». Mais en quoi consistent précisément ces menaces n'a pas été expliqué.

Stoltenberg a déclaré que l'ordre du jour du sommet comprendrait le renforcement de l'état de préparation militaire, l'intensification de la lutte contre le terrorisme et la répartition équitable de la charge des dépenses.

Le premier jour du sommet a été marqué par les attaques verbales de Trump contre les Européens, qui seraient des « profiteurs ». La deuxième journée a été consacrée à la détérioration de la situation sécuritaire en Afghanistan, où les talibans ont renouvelé leur offensive contre les forces gouvernementales soutenues par l'OTAN.

Oui, bien sûr, des allusions à la Russie comme défi sécuritaire pour l'alliance militaire ont été faites. Bien que Stoltenberg ait à peine mentionné la Russie dans son discours d'ouverture, la déclaration finale du Sommet a  rabâché ses accusations habituelles : « Les actions agressives de la Russie... défient l'Alliance et sapent la sécurité euro-atlantique et l'ordre international fondé sur le droit », « la Russie met également en cause la sécurité et la stabilité euro-atlantiques par des actions hybrides, y compris des tentatives d'ingérence dans les processus électoraux ». Cependant, elle a réitéré que « l'OTAN ne cherche pas l'affrontement et ne constitue pas une menace pour la Russie ».

Le discours désobligeant de Trump sur l'Allemagne « captive de la Russie » impliquait que la Russie est une menace pour la sécurité de l'Europe. Mais il n'y avait que des accusations et aucun détail. Quoi qu'il en soit, M. Trump se rendra bientôt à Helsinki pour une rencontre au sommet avec le président russe Vladimir Poutine, dans l'espoir de rétablir des relations plus amicales. Cela ne corrobore guère la thèse d'une Russie menaçante envers l'Europe.

La « menace russe » rabâchée par l'OTAN est, en réalité, la « plus grande escroquerie » des temps modernes, comme  le souligne l'ancien diplomate américain James Jatras. Cette escroquerie a une fonction : justifier des dépenses militaires massives de la part des États-Unis et de ses alliés de l'OTAN.

Sans la Russie comme croquemitaine, les États-Unis ne pourraient pas maintenir leur racket militaire.

Les États européens prévoient de dépenser quelque 266 milliards de dollars au cours des prochaines années pour l'OTAN. L'union européenne intègre également une plus grande partie de ses infrastructures à l'expansion de l'OTAN vers la Russie.

Aucune de ces dépenses inutiles ne serait possible sans l'invocation de la « menace russe ».

En réalité, l'OTAN aurait dû être démantelée il y a plus de 25 ans, lorsque l'Union soviétique s'est effondrée - c'était son objectif initial. C'est devenu une parodie d'organisation de défense. L'OTAN n'est rien d'autre qu'une couverture pour les guerres illégales menées par les Américains et un aspirateur géant qui pompe des milliards de dollars pour le complexe militaro-industriel privé.

Le leader américain est la clé de voûte de ce racket qui, en fin de compte, vit sur le dos des citoyens d'Europe et des États-Unis. La conduite de Trump, cette semaine, témoignait de cette mascarade.

Traduction Entelekheia

Notes de la traduction :

* En matière militaire, les USA dépensent à eux tout seuls plus que les dix pays suivants conjugués. Statistiques pour 2016. Image Forbes/Statista.

** Dans les années 60, le magazine humoristique soviétique Krokodil montrait les USA essorant leurs alliés de l'OTAN pour augmenter les profits de leur complexe militaro-industriel. Plus ça change...

 entelekheia.fr

 Ajouter un commentaire
newsnet 18/07/14 13:24

c'est exactement le terme de la mascarade mafieuse : causer le danger, et vendre une assurance contre le danger précédemment causé.
C'est ainsi que fonctionne le marché de la sécurité, le plus gros marché du monde.


Articles associés plus récents en premier
16-07-2018 2 articles francais.rt.com 6 min #143690

A la veille du sommet d'Helsinki, Trump classe la Russie parmi les «ennemis» des Etats-Unis

© Jonathan Ernst Source: Reuters

Le président américain Donald Trump devient de plus en plus difficile à suivre. Après avoir déclaré il y a trois jours que Vladimir Poutine n'était pas un ennemi, il a classé le 15 juillet la Russie parmi les ennemis des Etat-Unis.

Le président américain Donald Trump a classé le 15 juillet la Russie parmi les «ennemis» des Etats-Unis, à la veille de  son sommet historique avec son homologue russe Vladimir Poutine à Helsinki.

 Référencé par :