Tourbillon crisique-55 : « La folie devient stratégique »

11-07-2018 dedefensa.org 7 min #143504
11 juillet 2018 - Faut-il que je m'explique du titre ? Tout se passe comme si Trump utilisait à dessein, en très-fin stratège, sa "folie", cette hypermanie-narcissique que j'ai audacieusement diagnostiquée avec quelques collègues touchés par la même affection que la mienne, lors d'un séminaire tenu en hôpital psychiatrique (à l'OTAN ou à l'UE, je ne sais plus, enfin à "Bruxelles-la-folle" comme il y a "D.C.-la-folle"). D'où cette remarque d'un haut diplomate de l'UE à  Reuters, avant-hier, parlant de ce que je nommerais "la folie de Trump" : « Nous avions l'habitude de rouler des yeux affolés en observant les politiques de Trump mais maintenant nous voyons la folie elle-même devenir stratégique. »

Ce diplomate fait-il la critique suprême ou bien, à l'insu de son plein gré et à l'instar de ce Grand Européen, Érasme d'Amsterdam, l'Éloge de la folie ?

La "folie stratégique" ne se marque-t-elle pas non plus dans cette sorte de supplique étrangement dépourvue de la moindre pudeur de l'esclave à son maître, ou de la fille à son mac, l'avertissant qu'il ou elle pourrait bien changer de maître, c'est-à-dire cette Europe-esclave parlant au maître avec l'arrogance de la servitude, du  directeur pour l'Europe du German Marshall Fund of the US, Jan Techau, écrivant avant les deux terribles sommets (OTAN et Poutine-Trump) : « Cela renvoie également à une question beaucoup plus vaste qui se cache derrière nos attaques de panique provoquées par Twitter : l'Amérique veut-elle conserver sa propriété géopolitique en Europe ou est-elle prête à l'abandonner? [...] Certes, les dirigeants américains doivent se demander s'ils veulent que de plus en plus de pays européens se sentent tentés d'appeler Moscou d'abord au lieu de Washington sur des questions de politique étrangère... » ?

 Tom Luongo pense, quant à lui avec une certaine légèreté jubilatoire, que le sommet Trump-Poutine sera un sommet réussi justement à cause de cette "folie de Trump" qui lui fait vouloir réussir de "très-gros-coups", en faisant des concessions si nécessaire, par exigence même de son caractère pathologique (je lui trouve du charme, à cette pathologie) : « Je pense qu'il est juste de dire que Donald Trump a un très grand ego. S'il y a une chose qui caractérise sa présidence jusqu'ici, c'est sa volonté d'aborder [pour les résoudre] des conflits insolubles, vieux de plusieurs décennies. A cet égard, ses tendances narcissiques sont un avantage majeur. »

"En même temps", comme dirait l'autre dans la tribune du stade de Saint-Petersbourg, non seulement "la folie de Trump" devient stratégique, mais elle n'est qu'une sorte de "folie stratégique" parmi d'autres. Aux USA, le choix de Trump pour le nouveau Juge de la Cour Suprême est salué par une "folie stratégique" de  type "Guerre Civile" par l'organisation progressive-sociétale du groupe Parti Démocrate-Soros, qui déchaîne une hystérie collective de groupe à la fois si bien organisée et si sincère dans son hystérie. Cela nous rappelle que les USA sont toujours et plus que jamais un baril de poudre bourré jusqu'à la gueule, depuis trois ans déjà, et le  colonel Pat Lang prévoit que ce sera une Guerre d'Espagne Made In USA plutôt qu'une Guerre de Sécession 2.0.

Et n'est-ce pas une "folie stratégique" venue d'une vraie folie, cette plume du Bild Zeitung signant un éditorial qui fait du joueur de légende allemand Lothar Matthaus un méprisable "collabo de propagande", pour avoir accepté avec une délégation de l'UEFA  de dîner avec Poutine, pour remercier la Russie de cette Coupe du Monde, et allant, - horreur sans nom, - jusqu'à serrer la main dégoulinante du sang frais d'un petit enfant de ce "criminel de guerre" ? Matthaus de répondre par tweet, en soulignant involontairement la formidable victoire de communication de la Russie, et ainsi aggravant son cas : « La politique et le sport ne peuvent pas être séparés, mais pour nous sportifs, seule la compétition pacifique et équitable compte. Le peuple de Russie a organisé une fantastique Coupe du Monde et a montré au monde son hospitalité et sa cordialité, pour cela, il mérite nos remerciements ! »

Il faut dire que, tandis que l'entraîneur de l'équipe d'Angleterre  adresse à la Russie les remerciements et l'estime britanniques dont est bien incapable la lugubre Theresa May baladée des montages amateurs du MI5 en éditos du Sun, les rues de Moscou, de Saint-Petersbourg, d'Ekaterinbourg, résonnent d'encore une sorte autre de "folie stratégique", - une joie collective extraordinaire qu'aucun incident n'émaille, faite d'une estime assez bruyante mais surtout d'un respect réciproque. Les avenues de la Ville-Lumière, jusqu'à la plus prestigieuse d'entre toutes, dégénèrent en anarchie de rues et sauvagerie publique pour célébrer une poussive victoire d'une France Black-Beur-machinfriqué en demi-finale, qui doit tout à un catenaccio postmoderne... La Barbarie de la diversité est-elle une de ces "valeurs" européennes et catégorisable aussi "folie stratégique" ?

 dedefensa.org
 Ajouter un commentaire