«Comédie», «ancien régime», «communication»... Des élus boudent le congrès de Versailles à 286 000 €

07-07-2018 4 articles francais.rt.com 8 min #143382

© Ludovic MARIN Source: AFP

Avec une facture légèrement revue à la baisse par rapport à l'an passé, le deuxième congrès de Versailles d'Emmanuel Macron ne réunira pas tous les élus de la République. Au delà du coût élevé, certains expliquent les raisons de leur boycott.

Lire aussi

Versailles un jour, Versailles toujours : après un premier Congrès critiqué, Macron est de retour

Après  un premier congrès à Versailles très critiqué, le président de la République remettra le couvert le 9 juillet 2018. Si la facture, selon des informations révélées par  Le Parisien le 6 juillet, est estimée à 286 000 euros, soit une baisse de 7 000 euros par rapport à l'an passé, l'événement est loin de faire l'unanimité au sein des élus de la République.

En 2017, le président de la République avait souhaité réunir les parlementaires pour leur présenter la feuille de route de son quinquennat. Un an plus tard, l'Elysée a précisé que l'événement consisterait à «dresser un bilan et tracer des perspectives générales pour le pays [et] évoquer la réforme constitutionnelle».

A gauche comme à droite, certains ont expliqué ne pas vouloir répondre à la convocation présidentielle.

Jean-Luc Mélenchon, chef de file des Insoumis, a clairement exprimé son refus de participer au congrès du président organisé «le jour du début de la Constituante pendant la grande Révolution de 1789 !» Dans un tweet évoquant l'invitation à déjeuner, le même jour, d'Emmanuel Macron, le député des Bouches-du-Rhône évoque par ailleurs un problème d'emploi du temps : «J'ai autre chose à faire à ce moment-là : je manifeste contre [Emmanuel Macron].»

 JLMelenchon05/07/2018 19:50:08 réponse à JLMelenchon 113  67  1919653/5058
EN DIRECT - Un an d'insoumission - #JLM1AN / Youtube : youtu.be pscp.tv

Le boycott de l'événement semble suivi chez les Insoumis, à l'image du député Eric Coquerel qui n'a pas hésité à railler le rôle attribué aux représentants du peuple lors du congrès : «Ils auront le droit d'écouter sa majesté et de lui répondre une fois qu'il sera parti. Ce nouveau monde a tout de l'ancien régime et rien de la République.» francais.rt.com

 ericcoquerel03/07/2018 12:40:44  615  366  31662/2076
Le monarque @EmmanuelMacron recevra de nouveau les représentants du peuple à Versailles. Ils auront le droit d’écouter sa majesté et de lui répondre une fois qu’il sera parti. Ce nouveau monde a tout de l’ancien régime et rien de la République. Ce sera sans nous #congres9juillet

Esther Benbassa, sénateur Europe Ecologie Les Verts, a vertement fustigé «la comédie d'un discours du Trône». Elle a ainsi annoncé qu'elle ne répondrait pas à la convocation d'«un prince n'ayant pour ambition que d'humilier le Parlement».

 EstherBenbassa04/07/2018 08:46:53  790  406  20510/11354
#Congrès. Comme il y a un an, je n'irai pas à #Versailles. Je ne réponds pas aux convocations d'un prince n'ayant pour ambition que d'humilier le #Parlement. Oui à la séparation des pouvoirs et au débat démocratique. Non à la comédie d'un discours du Trône. Je vis en République.

A droite, certains membres des Républicains ont également annoncé leur non-participation à l'événement. Ainsi, les députés LR Pierre Cordier et Julien Dive ont publié un communiqué commun dans lequel ils critiquent ainsi la démarche du président de la République : «Comme l'année dernière, Emmanuel Macron veut juste se mettre en avant, affirmer son pouvoir, montrer qu'il gouverne seul, sans tenir compte de l'opposition.»

Comme l'an dernier, avec @JulienDive nous n'irons pas au Congrès de Versailles ! #DirectAN #CongresVersailles #congres9juillet

Après le premier congrès de 2017, Emmanuel Macron avait démontré son attachement à Versailles en y organisant notamment début 2018 le sommet #ChooseFrance, lors duquel il avait réuni 140 dirigeants de multinationales. Là aussi,  l'événement avait provoqué son lot de réactions sur les réseaux sociaux.

 Lire aussi : Nigeria : Emmanuel Macron ému par son portrait dessiné par un enfant de 11 ans

 francais.rt.com

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
11-07-2018 3 articles voltairenet.org 50 min #143527

Discours d'Emmanuel Macron devant le Parlement réuni en Congrès

Réseau Voltaire | 9 juillet 2018

 voltairenet.org

Monsieur le Président du Congrès,
Monsieur le Président du Sénat,
Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,

Je n'ai rien oublié et vous non plus du choix que la France a fait il y a une année : d'un côté, toutes les tentations de la fermeture et du repli, de l'autre, la promesse républicaine ; d'un côté, tous les mirages du retour en arrière, de l'autre, les yeux ouverts, le réalisme et l'espérance assumée.

10-07-2018 histoireetsociete.wordpress.com 5 min #143474

Après le discours de Macron... Un capitalisme « impopulaire » dans un monde en mouvement...

On ne peut pas résister sans se rendre compte des points d'appui y compris dans un monde en plein bouleversement. Pourquoi l'exigence de l'internationalisme est-il la condition de l'autonomie du prolétariat moderne et de la défense des souverainetés nationales ? C'est le sort de l'humanité qui se joue, celle de la paix, celle de la gestion des ressources de la planète, les communistes, leurs valeurs, les forces qu'ils représentent sont essentielles partout dans la conduite de ces combats.

08-07-2018 francais.rt.com 4 min #143403

«Constitution Macron» : 78 députés Les Républicains dénoncent la réforme constitutionnelle

© Thomas Samson Source: AFP

Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, 78 députés du parti Les Républicains fustigent la réforme de la Constitution voulue par le chef de l'Etat. Une «Constitution Macron» qui, estiment-ils, diminuerait les pouvoirs du Parlement.

C'est une attaque «au bazooka» contre l'Assemblée nationale : 78 députés du groupe Les Républicains (LR) sont vent debout contre la réforme constitutionnelle souhaitée par le chef de l'Etat.