Nettoyage ethnique en cours à Al-Khan Al-Ahmar (vidéos)

05-07-2018 ism-france.org 5 min #143294

Par IMEMC/ISM-France

Mercredi 4 juillet, des soldats israéliens ont attaqué des dizaines de militants palestiniens, israéliens et internationaux non violents, ainsi que les habitants de la communauté de Al-Khan al-Ahmar, à l'est de Jérusalem occupée, au cours des tentatives israéliennes de démolir le village et de déplacer la communauté bédouine palestinienne. La Société du Croissant rouge palestinien a déclaré que ses secouristes ont prodigué des soins à environ 36 personnes, dont 4 qui ont dû être transportées à l'hôpital.

Les Palestiniens ne se laisseront pas anéantir sans se défendre, même à mains nues, contre les mercenaires surarmés du régime sioniste.
L'armée d'occupation a kidnappé 10 militants, dont une femme : Sarah Mohammad Abu Dahouk, Mohammad Ibrahim Abu Dahouk, Ahmad Mousa Abu Dahouk, Ahmad Abu Dahouk, Nasser Ja'far, Rami Khawalda, Hasan Qandeel, Taleb Jahalin, Mahmoud Odah Jahalin, Morad Eshteiwi, pendant l'attaque militaire d'une extrême brutalité contre des manifestants non violents, qui s'étaient rassemblés pour protéger la communauté palestinienne menacée.

Les bulldozers de l'armée israélienne ont fini par quitter le secteur mais les soldats sont restés sur place en grand nombre car l'armée est déterminée à démolir le village, une décision prise par la Haute Cour israélienne en mai dernier, qui a également statué pour le « déplacement » de al-Khan al-Ahmar.

Plus tôt la même journée du 4 juin, l'armée israélienne  a démoli 40 structures résidentielles et granges, à Abu Nawwar, une communauté bédouine voisine qui fait partie des 45 communautés bédouines qui constituent al-Khan al-Ahmar.

L'occupation israélienne et sa politique continuent de déplacer les communautés bédouines palestiniennes, de la même manière qu'elles ont été chassées des terres sur lesquelles elles vivaient dans le Nakab et d'autres régions, suite à l'établissement de l'Etat d'Israël sur la terre historique de Palestine en 1948.

Al-Khan Al-Ahmar est habité par 181 Palestiniens, dont la moitié sont des enfants. Ils vivent sans les services de première nécessité, ni eau courante, ni électricité, ni services de santé et ils sont encerclés par des colonies israéliennes illégales. Après leur arrachement au désert du Nakab en 1948, ils se sont installés dans les plaines, à l'est de Jérusalem.

Ils ont les actes de propriété de la terre, tous légaux et enregistrés comme faisant partie du village 'Anata, ville palestinienne voisine. Mais les autorités israéliennes ont refusé de reconnaître ces actes délivrés par l'Autorité palestinienne en Cisjordanie.

Depuis plusieurs décennies, les communautés palestiniennes de Al-Khan Al-Ahrar font l'objet de harcèlement, de démolitions et de destructions de la part de l'Etat colonial, qui impose par tous les moyens son projet E1, destiné à relier la colonie de Ma'ale Adumim à Jérusalem en volant 12.000 dunams de terre entre Jérusalem-Est et la Mer Morte.

Quand le projet sera réalisé, il coupera la Cisjordanie en deux parties ainsi que toute communication entre le nord et le sud, par une chaîne de colonies, de postes militaires et de police.

Ce matin 5 juillet, 9 consuls de pays de l'Union européenne se sont rendus sur les lieux et ont été refoulés par l'armée d'occupation, qui les a empêchés d'approcher le site.
--------- Plusieurs liens vers des vidéos (page Facebook de Younes Arar) filmées hier, qui montrent l'insoutenable violence, l'insupportable barbarie que les fonctionnaires de l'occupation israélienne ont déployées, avec beaucoup de zèle, contre des hommes et des femmes désarmés qui défendaient leur terre.

 facebook.com facebook.com

Pendant ce temps, quelques colons de la colonie sioniste Kfar Adumim (construite sur les terres palestiniennes volées aux villes d'Abu Dis et Hamza) sont venus fêter la destruction du village palestinien.

Source :  IMEMC

Traduction : MR pour ISM

 ism-france.org
 Ajouter un commentaire