Salisbury : le couple hospitalisé a été exposé au Novitchok selon la police britannique

05-07-2018 4 articles francais.rt.com 5 min #143292

© Henry Nicholls Source: Reuters

Le chef de la police antiterroriste, associée à l'enquête ouverte après l'hospitalisation de deux personnes à Salisbury, a affirmé ce 4 juillet que les deux individus avaient été exposés à la même substance que Sergueï Skripal et sa fille.

 Les deux personnes hospitalisées dans un état critique à l'hôpital même où Sergueï Skripal et sa fille avaient été traités après leur empoisonnement ont bel et bien été exposées à du Novitchok. C'est ce qu'annonce ce 4 juillet Neil Basu, le chef de la police antiterroriste britannique, associée à l'enquête, à titre «procédural».

Lire aussi

Deux personnes exposées à une «substance inconnue» dans un état critique à côté de Salisbury

Selon lui, aucun élément ne permet de conclure que les deux victimes aient pu être délibérément prises pour cible. Il a en outre précisé que la police ignorait pour l'instant par quels moyens ils avaient pu être exposés au Novitchok.

Les deux victimes, une femme et un homme, tous deux âgés d'une quarantaine d'années, ont été retrouvés inconscients le 30 juin dans une habitation de Muggleton Road, à Amesbury, tout près de Salisbury.

Le 4 mars dernier,  Sergueï et Ioulia Skripal avaient été retrouvés inconscients sur un banc et hospitalisés dans un état critique à Salisbury. Victimes d'une tentative d'empoisonnement à l'agent innervant, ils avaient été soignés plusieurs semaines avant de quitter l'hôpital en bonne santé.

Londres, par la voix de son Premier ministre Theresa May, avait immédiatement pointé la responsabilité de Moscou dans cette affaire  mais n'en a pas apporté les preuves. La Russie a nié toute implication, et, le 15 juin dernier, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe,  Maria Zakharova, a directement  mis en cause les dirigeants du Royaume-Uni. «Toute l'affaire a été organisée par le gouvernement de Theresa May, afin d'atteindre des buts de politique intérieure et de prouver, apparemment, que la Grande-Bretagne était aux avant-postes en matière de politique étrangère», a déclaré la porte-parole, qualifiant cette affaire de «provocation».

Cet événement a engendré  une crise diplomatique sans précédent entre les deux pays et  une vague d'expulsions croisées de diplomates de la part du Royaume-Uni et de ses alliés d'une part, et de  la Russie d'autre part.

 Lire aussi : A Salisbury, des touristes font des selfies devant le banc où les Skripal ont été empoisonnés francais.rt.com
 Ajouter un commentaire

modules attachés ordre chronologique
documentaires 05-07-2018 entelekheia.fr 7 min #143303

Le mystère d'Amesbury

Par Craig Murray
Paru sur  le blog de l'auteur sous le titre The Amesbury Mystery

Les médias grand public semblent disposer d'une suite ininterrompue d'experts prêts à valider n'importe quelle propriété miraculeuse du «novichok », du moment qu'elle concorde avec la dernière théorie anti-russe du gouvernement.

médias 06-07-2018 les-crises.fr 6 min #143330

[Skripal] Fake News dans Libé - L'avis de @checknewsfr est requis !

Libération nous a réservé hier un des articles dont il a le secret, sur le rebondissement des empoisonnements à Salisbury. Il est signé "Sonia Delesalle-Stolper Correspondante à Londres".

Je vous propose pour commencer de le lire sur le site de Libération :

Au Royaume-Uni, le poison Novitchok est de retour] ( archive)

Quelques points sont particulièrement notables :

documentaires 12-07-2018 les-crises.fr 9 min #143579

Ressortez l'affaire Skrypal, par Craig Murray

Source : Craig Murray, 04-07-2018

Juste au moment la Coupe du Monde avait obligé les médias britanniques à reconnaître à contrecœur la vérité évidente que la Russie est un p Kindays extrêmement intéressant, habité, comme partout ailleurs, par des gens agréables et attrayants, nous avons une reprise criarde de « l'incident de Salisbury » qui domine les médias britanniques.

 Référencé par :