Un complot est en voie de forcer Assange à quitter l'ambassade équatorienne

10-06-2018 11 articles mondialisation.ca 7 min #142292

Un jour après que la ministre des Affaires étrangères de l'Équateur Marìa Fernanda Espinosa déclarait que son gouvernement continuerait de bloquer les communications du rédacteur en chef de WikiLeaks, Julian Assange, et de lui interdire les visites personnelles, elle a été élue présidente de l'Assemblée générale des Nations unies. Mardi, cela faisait dix semaines que le gouvernement de l'Équateur prive Assange de ses droits, qu'il se devait de respecter après lui avoir offert l'asile dans son ambassade de Londres en 2012.

Espinosa a remporté le vote de l'ONU par une avance confortable de 128 voix contre 62 pour la seule autre nomination, l'ambassadrice à l'ONU du Honduras Mary Elizabeth Flores Flake, et deux abstentions. Le vote suggère que les États-Unis n'ont pas sérieusement manigancé que le Honduras sorte vainqueur. On croit que Washington aurait préféré le Honduras parce que son gouvernement de droite a appuyé l'acte provocateur de déplacer l'ambassade américaine à Israël vers Jérusalem.

Il n'y a aucun doute que le traitement réservé à Assange par le gouvernement de l'Équateur - et derrière celui-ci, l'élite patronale de ce petit pays - fut le résultat de pressions et menaces de la part des États-Unis et d'autres puissances. Washington demande Assange en échange du rétablissement des relations. Le directeur de la CIA Mike Pompeo présentement secrétaire d'État américain, affirmait l'année dernière que WikiLeaks était «une agence d'espionnage non gouvernementale hostile», à cause de sa publication de documents exposant les opérations des services de renseignement des États-Unis.

Assange sert de monnaie d'échange dans de sordides négociations entre l'Équateur et les États-Unis. Le 4 juin, le vice-président Mike Pence a rencontré le président équatorien Lenín Moreno. Dans le cadre de l'intensification de la persécution d'Assange, Pence a favorablement décrit leur discussion «d'opportunités pour renouveler la relation bilatérale» entre deux pays. Avec toute son hypocrisie impérialiste, il a déclaré qu'ils travailleraient ensemble «pour protéger et promouvoir la liberté» et «bâtir la prospérité, la sécurité et la démocratie».

Cette «liberté» n'inclut manifestement pas la liberté d'expression ou de la presse. Cette «démocratie» n'inclut pas le droit d'exposer ou de condamner les crimes de l'impérialisme américain ou d'autres gouvernements capitalistes. La «liberté» orwellienne mise de l'avant par Pence représente la soumission à une minuscule oligarchie financière et patronale qui contrôle la richesse du monde.

La discussion manifestement amicale entre Moreno et Pence, et la victoire d'Espinosa à l'ONU, ont lieu suite aux attaques de Moreno contre les droits démocratiques d'Assange la semaine dernière.

Le 30 mai, Moreno signalait que l'Équateur renoncerait à l'asile politique accordé par le gouvernement précédent au rédacteur en chef de WikiLeaks en 2012. Moreno a déclaré qu'Assange demeurerait dans l'ambassade de Londres uniquement à condition d'accepter une interdiction permanente de «discuter de politique ou d'intervenir dans la politique d'autres pays».

Espinosa déclarait lundi que de telles conditions antidémocratiques n'étaient «pas une question de censure». En fait, Assange a été soumis à un ultimatum inacceptable. À moins qu'il renonce à la mission de WikiLeaks, qui consiste à publier et commenter les révélations de lanceurs d'alertes qui exposent la criminalité gouvernementale et la criminalité patronale à travers le monde, il sera forcé de quitter l'ambassade pour être arrêté et emprisonné par la police britannique sur la base d'une infraction à sa liberté sous caution.

Assange a défié les conditions de sa liberté sous caution en juin 2012 et fait une demande d'asile à l'Équateur parce que sa vie était en danger. Le seul motif derrière les tentatives de l'extrader vers la Suède, sous prétexte qu'il doive répondre à des «questions» dans le cadre d'une enquête sur des accusations d'infractions sexuelles, était de le faire taire pendant que Washington prépare son extradition sur la base d'accusations d'espionnage pouvant entraîner la peine de mort.

Après des années de délai, vers la fin de 2016, la police suédoise et ses procureurs ont accepté l'offre d'Assange d'être «questionné» à Londres. Ceci a été fait avec réticence après une décision rendue par le Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire en décembre 2015.

Cette décision déclarait: «Le groupe de travail a jugé que M. Assange a été victime de différentes formes de privation de liberté... la détention était arbitraire parce qu'il a été isolé pendant la première étape de sa détention et à cause du manque de diligence par le procureur suédois dans son enquête, qui a entraîné une détention de longue durée pour M. Assange.»

La décision a conclu que: «Le groupe de travail a également considéré que la détention devrait être terminée et que M. Assange devrait être dédommagé.»

En mai 2017, la Suède a enfin abandonné son enquête. Assange ne pouvait cependant toujours pas quitter l'ambassade, parce que le gouvernement britannique de la première ministre Theresa May insistait qu'il l'emprisonnerait pour avoir enfreint les conditions de sa libération sous caution. De plus, il a refusé de mettre fin à sa détention pendant que sa défense juridique luttait en cour contre une demande d'extradition de la part des États-Unis.

Avec chaque journée qui passe, le danger auquel fait face Julian Assange augmente. Pendant six ans, il a été coincé dans un petit bâtiment sans accès direct à la lumière du jour. On lui a refusé des traitements médicaux et dentaires malgré de sérieux problèmes. À présent, il est menacé de la pression additionnelle l'empêchant de continuer son travail en tant que journaliste, et on lui refuse tout communication ou contact avec le monde extérieur, même avec sa famille.

L'opération vindicative présentement en cours vise à forcer Assange à quitter l'ambassade «volontairement», et créer des conditions dans lesquelles l'Équateur l'expulserait sous prétexte qu'il aurait «transgressé» les conditions.

Des manifestations et vigiles cruciales sont organisées pour défendre Assange. Elles doivent être comprises non pas comme des manifestations passagères, mais comme le renouvellement d'une campagne déterminée pour le libérer, surtout s'il est incarcéré dans une prison britannique où il ferait face à une longue lutte juridique contre l'extradition vers les États-Unis.

Le mouvement nécessaire sera construit dans la lutte la plus déterminée pour mobiliser la force sociale ayant le pouvoir de gagner la liberté d'Assange: la classe ouvrière internationale. Il ne sera pas construit à travers des appels aux organisations ex-libérales et d'ex-gauche et les appareils syndicaux qui se sont alignés avec leurs propres classes dirigeantes et gouvernements.

À travers le monde, des millions de travailleurs entrent dans d'immenses luttes pour leurs droits sociaux et des conditions de vie décentes, l'éducation et la santé, et contre la persécution de réfugiés et d'immigrants, les politiques d'États policiers et la menace de guerre. Ces luttes sont inséparables d'une lutte pour les droits démocratiques, incluant la fin de la censure de l'Internet et la défense de médias libres, critiques et indépendants, tels que WikiLeaks.

Tous les efforts doivent être mobilisés afin de briser le silence imposé par l'establishment médiatique et politique et faire connaître les immenses dangers de la tentative de détruire WikiLeaks et d'emprisonner son rédacteur en chef, ou pire encore.

Nous exhortons une fois de plus les lecteurs du WSWS à se tourner vers les lieux de travail, les usines, les campus, et les écoles pour bâtir la plus grande participation possible aux manifestations et vigiles qui exigent la libération immédiate et inconditionnelle de Julian Assange.

James Cogan

Article paru en anglais, WSWS, le 6 juin 2018

La source originale de cet article est  wsws.org
Copyright ©  James Cogan,  wsws.org, 2018

 mondialisation.ca
 Ajouter un commentaire

modules attachés ordre chronologique
documentaires 10-06-2018 elcorreo.eu.org 5 min #142297

Le cercle se ferme autour de Julian Assange

par  Rafael Poch*

Après six ans d'assignation à résidence, sans communication et isolé, maintenant, l'empire veut sa peau.

Début d'avril, Joseph Di Salvo, le sous-commandant du Commando Sud (Southcom) de l'armée des États-Unis, s'est rendu à Quito. Le sujet de sa visite était la négociation de la réouverture d'une base militaire usaméricaine en Équateur. Le président précédent, Rafael Correa, l'avait fermée et son successeur, Lenine Moreno, voulait rétablir la vassalité traditionnelle à Washington : « serrer les relations de sécurité entre les deux pays ».

Histoire 13-06-2018 arretsurinfo.ch 2 min #142419

John Pilger et Roger Waters soutiennent les veilles et les rassemblements pour Julian Assange

Par John Pilger

Publié le 4 juin 2018 dans  Information Clearing House

Appel à la résistance contre les mesures visant à faire taire Julian Assange, par Rogers Waters lors du concert le 3 juin 2018 à Berlin

Le 19 juin 2018, il y aura six ans que Julian Assange a été contraint de se réfugier à l'ambassade d'Équateur à Londres.

Justice 13-06-2018 investigaction.net 15 min #142425

Silence insolite autour du cas Assange

13 Juin 2018

Article de :  Dennis Bernstein

Julian Assange demeure coupé du monde à l'Ambassade d'Equateur à Londres, séparé de ses amis, parents et des milliers de sympathisants, et incapable de faire son travail pourtant si nécessaire. C'est l'objet de l'échange suivant entre John Pilger et Dennis J.Bernstein.

Justice 15-06-2018 mondialisation.ca 9 min #142493

Le gouvernement australien a l'obligation de protéger Julian Assange

Le commentaire ci-dessous est une analyse des problèmes juridiques et constitutionnels auxquels est confronté Julian Assange et qui découlent de sa détention pendant six ans à l'ambassade d'Équateur à Londres.

Des manifestations et des veillées sont sur le point d'avoir lieu à travers le monde en soutien à Julian Assange, exigeant sa liberté et son retour en toute sécurité en Australie.

documentaires 16-06-2018 les-crises.fr 11 min #142545

Pourquoi l'Équateur veut-il faire sortir Assange de son ambassade à Londres ?

Source :  The Guardian, Dan Collyns, 15-05-2018

Superfans, bonbons à sucer et Pamela Anderson : six ans d'espionnage sur Julian Assange - vidéo explicative

L'Équateur a-t-il perdu patience avec Julian Assange ?

Oui. Carrément.

Au cours de sa première année de mandat, le président équatorien, Lenín Moreno, a qualifié Assange de « hacker », de « problème hérité » et de « caillou dans la chaussure ».

Justice 19-06-2018 legrandsoir.info 11 min #142638

Ramenez Julian Assange à la maison

John PILGER

Voici une version abrégée du discours de John Pilger lors d'un rassemblement à Sydney, en Australie, pour marquer les six années de détention de Julian Assange à l'ambassade d'Équateur à Londres.

La persécution de Julian Assange doit cesser. Ou ça finira en tragédie.

Le gouvernement australien et le premier ministre Malcolm Turnbull ont une occasion historique de décider de l'issue.

Justice 20-06-2018 entelekheia.fr 8 min #142707

D'abord, ils sont venus chercher Julian

Par Whitney Webb
Paru sur  MintPress sous le titre First They Came For Julian: The Implications of Assange's Persecution for Journalism and Democracy

La journée d'hier marquait le sixième anniversaire de l'ascension de Julian Assange à la position de réfugié politique les plus célèbre au monde après avoir osé être le visage public de l'organisation internationale d'avant-garde dédiée à la transparence Wikileaks.

documentaires 22-06-2018 arretsurinfo.ch 13 min #142793

La longue captivité d'Assange

Piégé par une femme Julian paye cher ce moment d'inattention, comme notre ami  Mordechaï Vanunu avant lui. ASI

Israël Shamir avec Julian Assange - avant sa captivité.

Par Israel Shamir

Publié le 21 juin 2018 sous le titre The Long Captivity of Julian Assange]

documentaires 23-06-2018 legrandsoir.info 7 min #142833

Le meurtre de Julian Assange

Kurt Nimmo

Ce fut un marché de dupes

Le jour où Donald Trump a été élu, ses partisans lui ont demandé de gracier le fondateur et leader de WikiLeaks, Julian Assange. Ils ont inondé les médias sociaux en exigeant qu'Assange soit autorisé à quitter l'ambassade de l'Équateur à Londres sans être arrêté et extradé vers les États-Unis.

Silence assourdissant de Trump et de son administration.

29-06-2018 les-crises.fr 9 min #143055

L'Équateur continue d'employer la manière forte avec Assange. Par James Cogan

Source :  James Cogan, Consortium News, 07-06-2018

Le lendemain de son élection à la présidence de l'Assemblée générale de l'ONU, la ministre équatorienne des Affaires étrangères a déclaré que Julian Assange resterait au secret à l'ambassade de l'Équateur à Londres, comme l'explique James Cogan.

Par James Cogan