Bulletins Cirepal : Prier à Al-Aqsa / Les colonies aux abords de Gaza en flammes

09-06-2018 ism-france.org 3 min #142277

Par Centre d'information sur la Résistance en Palestine

08.06.2018 - Prier dans la mosquée al-Aqsa, pendant le mois béni de Ramadan, est devenu un acte militant. Dans l'entité sioniste, la judaïsation de la ville d'al-Quds et de la mosquée al-Aqsa signifie que les Palestiniens n'ont pas le droit de prier dans leur mosquée. Malgré la propagande sioniste affirmant la liberté de culte, les Palestiniens se faufilent, escaladent les murs de l'annexion, parcourent des kilomètres pour pouvoir accéder à leur mosquée.

Et quand ils sont pris dans les barrages de contrôle, à proximité de la mosquée, ils sont arrêtés et refoulés, sinon détenus. C'est le règne colonial sioniste !

Certains pouvoirs arabes et musulmans ne veulent pas voir la réalité, et entretiennent des relations avec l'entité d'occupation, poignardant ainsi le peuple palestinien dans le dos. D'autres réclament la protection des sionistes pour "visiter" la mosquée, devenue à leurs yeux "un site historique", alors qu'en réalité, ils participent à la profanation des lieux saints musulmans. Accepter la mainmise coloniale sur la mosquée al-Aqsa et sur la ville d'a-Quds, toute entière, à l'Est comme à l'Ouest (partie ayant subi un nettoyage ethnique et religieux depuis 1948) constitue une participation aux crimes de l'entité sioniste.

 Vidéo filmée aujourd'hui 8 juin au checkpoint militaire de Qalandia illustrant la brutalité de l'armée d'occupation qui se déchaîne contre une femme qui voulait juste aller à Al-Qods.

oooOOOooo

Pendant que les champs brûlent

03.06.2018 - les colonies situées aux abords de la bande de Gaza brûlent. Plus d'un millier d'hectares ont brûlé, les champs et les zones cultivées par les colons, du fait des ballons et cerfs volants envoyés par les Palestiniens, qui manifestent leur volonté de retourner au pays. L'armée sioniste vient de déclarer que le moyen qu'elle avait conçu pour combattre les cerfs-volants est inefficace, donc échec.

Quand les colons ont voulu envoyer des cerfs-volants similaires sur les Palestiniens, les cerfs-volants sont revenus, aidés par le vent, vers eux et ont brûlé leurs champs. Les incendies se sont étendues jusqu'à la voie ferrée Ascalan-Netifot (une colonie), obligeant l'administration coloniale à arrêter la circulation des trains. Dans la colonie Sedorot, les incendies ont fait des ravages, disent les sionistes.

C'est inimaginable combien de simples cerfs-volants et des ballons, utilisés par des esprits ingénieux, peuvent faire des dégâts dans une société coloniale ! Entre les fusées de la résistance et les cerfs-volants de la population palestinienne, combien de temps se maintiendront encore les colonies aux abords de la bande de Gaza ?

Source :  CIREPAL

 ism-france.org
 Ajouter un commentaire