Syrie : Daesh parvient à reprendre le contrôle d'une ville avant d'être chassé par l'armée syrienne

09-06-2018 francais.rt.com 2 min #142274

© Alaa Al-Marjani Source: Reuters

L'EI, après une série d'attaques suicides, a mis en déroute l'armée syrienne à la frontière irakienne, s'emparant d'une partie de la ville de Boukamal. Il en a rapidement été chassé, mais l'incident témoigne que le risque Daesh demeure réel.

On le disait mort et ses prétentions territoriales évanouies : l'Etat islamique est pourtant parvenu, le 8 juin, à reprendre une partie de la ville syrienne de Boukamal, située à la frontière irakienne et jusque là sous contrôle de l'armée syrienne. Quelques heures plus tard, l'armée syrienne est néanmoins parvenue à reprendre la totalité de cette ville de la province de Deir ez-Zor, selon  Al Masdar.

Lire aussi

Les forces kurdes vont-elles rendre des milliers de djihadistes à l'Etat islamique ?

Une source militaire syrienne explique qu'après avoir traversé l'Euphrate, l'organisation terroriste a lancé ce qui apparaît à ce jour comme son offensive la plus virulente depuis plusieurs mois. Procédant à de nombreuses attaques suicides, l'Etat islamique est en effet parvenu à mettre en déroute les troupes syriennes présentes sur place et à occuper le nord-ouest de cette ville stratégique.

Après une série de lourdes défaite infligées par Damas à l'Etat islamique, celui-ci avait fini par perdre le contrôle de cette ville en novembre 2017. Il s'agissait de sa dernière position urbaine en Syrie, mais également d'une position stratégique pouvant lui servir d'arrière-base pour ses activités en Irak. L'organisation terroriste avait déjà tenté d'en reprendre le contrôle, sans succès, plus tôt dans la semaine.

L'armée syrienne a ensuite lancé une contre-offensive, parvenant rapidement à reprendre la totalité de la ville et à sécuriser la région. Mais l'attaque confirme qu l'Etat islamique demeure une menace pour l'intégrité du territoire syrien. Le 7 juin, Daesh lançait en effet une série d'attaques meurtrières dans la province méridionale de Souweïda, coûtant la vie à 22 combattants pro-Damas.

 Lire aussi : La France a-t-elle donné des papiers à un chef de Daesh ?

 francais.rt.com

 Ajouter un commentaire