« Collaborateur » plutôt que « salarié » : ce qu'il y a derrière la novlangue de votre Drh. Par Henri Rouillier

09-06-2018 les-crises.fr 4 min #142271

Source : Le Nouvel Obs, Henri Rouillier, 04-06-2018

Le personnage de Chandler Bing, dans la série "Friends" interprété par Matthew Perry.

Pourquoi votre DRH préfère-t-il le terme de "collaborateur" à celui de "salarié" ?

A l'époque, les journalistes de "Libération" en avaient rigolé sur Twitter. Sur les badges d'accès à leur nouveau lieu de travail, à la case renseignant leur fonction, on pouvait lire le terme de "collaborateur". Pas "journaliste", pas "rédacteur", pas "salarié".

On ne compte plus les tribunes, les articles de la presse spécialisée et les brochures de recrutement qui mentionnent ce terme de "collaborateur", alors qu'à chaque fois il est question d'un ou d'une salarié-e.

Danièle Linhart est sociologue, directrice émérite du laboratoire Genre, travail et mobilités au CNRS. En 2015, elle a publié "la Comédie humaine du travail, de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale", aux éditions Erès.

Avec elle, on a parlé des chief happiness officers, du mythe de Narcisse et des gens à qui on demande sérieusement de "rendre l'impossible possible" en entretien individuel d'évaluation.

Parlons de novlangue. Le terme auquel on pense spontanément, c'est celui de "collaborateur" (qui figurait sur les nouveaux badges des journalistes de "Libération" quand ils ont emménagé dans leurs nouveaux locaux). Que porte le terme de "salarié" pour qu'on lui préfère celui de "collaborateur" désormais ?

Je crois que ce qui est véhiculé par le terme de "salarié", c'est le concept de subordination que la Cour de Cassation a défini depuis 1996 comme "l'exécution d'un travail sous l'autorité d'un employeur qui le pouvoir de donner des ordres et des directives, d'en contrôler l'exécution et de sanctionner les manquements du subordonné".

A savoir que le lien de subordination du salarié à son employeur est inscrit dans le contrat de travail.

Dans une pratique modernisée du management, cette relation de subordination fait tache, si l'on peut dire. En conséquence, le management reprend un terme dont étaient traditionnellement affublés les cadres (que la direction considérait comme des interlocuteurs aptes à "collaborer" avec elle) pour l'appliquer au reste des employés de l'entreprise. Sous-entendant que tout le monde existe sur le même plan que l'encadrement, que tous les salariés de l'entreprise vivent les conditions d'une égalité.

En réalité, il s'agit donc de faire sauter l'idée même de subordination, au profit de la collaboration qui est censée se faire de plein gré. En pratique, c'est un concept que l'on retrouve notamment dans la rhétorique de l'entreprise libérée où l'on considère chacun comme son propre manager. C'est encore une manière de masquer ou d'invisibiliser ce lien de subordination.

Vous pensez que l'on peut envisager une relation de travail dénuée de subordination ? Cela semble très contre-intuitif.

Ma seule position, en tant que sociologue, c'est de dire que le salariat présente d'énormes avantages en ce que c'est une forme de mise au travail collective. Le salariat, ce sont des droits, des garanties ainsi qu'une forme de protection. Et c'est très important. Le salariat permet aussi [...]

Suite à lire sur : Le Nouvel Obs, Henri Rouillier, 04-06-2018

les-crises.fr

 Commenter