Macron pourrait piéger la France dans un bourbier au nord de la Syrie comme au Mali

25-04-2018 lesakerfrancophone.fr 5 min #140561

Par Andrew Korybko - Le 9 avril 2018 - Source  Oriental Review

La France a déclaré qu'elle envoyait des troupes au nord de la Syrie pour soutenir les Kurdes.

Le président Macron  a annoncé la décision sans précédent de Paris après avoir rencontré des dirigeants kurdes dans la capitale française la semaine dernière, une décision  dénoncée en résumé par Ankara comme le « dépassement d'une ligne rouge ». Ankara dénonce un pays d'Europe occidentale soutenant le terrorisme avec ce que la Turquie considérerait ironiquement comme une «  invasion » de la Syrie. Les conflits intra-OTAN atteignent un point d'ébullition avec les États-Unis, la Grèce et maintenant la France s'alignant tous contre les intérêts régionaux de la Turquie en réponse à l'approche multipolaire d'Ankara  après le coup d'État. Cela exerce une énorme pression sur le président Erdogan pour reculer ou faire dangereusement face aux conséquences de cet acte. Le dirigeant turc a refusé de reculer et il est maintenant contraint d'affronter les perspectives d'un soutien conjoint américano-français à ce que son gouvernement considère comme des terroristes kurdes, ce qui ne fera que renforcer son désir d'intensifier la réorientation stratégique de son pays vers l'Est.

Non seulement cela, mais la Turquie pourrait contrer asymétriquement le déploiement militaire hostile de la France via les forces pro-Ankara dans le nord de la Syrie. Les médias turcs  ont divulgué l'emplacement de chaque base où les forces françaises seraient censées être déployées comme ils l'ont fait pour les Américains l' été dernier, ce qui peut être interprété comme une menace tacite que les troupes des deux pays pourraient être ciblées par des groupes armés sympathisants de la Turquie dans le cadre de la «  guerre civile de la Rojava » qui se déroule dans le nord de la Syrie. Les plans de la France pour aider les États-Unis sur ce champ de bataille et même de les remplacer, dans une certaine mesure. Si Trump confirme «  très bientôt » ses intentions de quitter le pays, cela pourrait inévitablement conduire Paris à un  second bourbier malien. Elle serait alors contrainte de lutter contre les rebelles dans ce qui est devenu une « guerre civile à plusieurs niveau dans une guerre civile » et non contre les terroristes.

Les développements rapides montrent que l'ancien modèle de colonialisme ne fonctionne plus dans les sociétés post-coloniales où les anciens colonisateurs cherchaient à exploiter les groupes minoritaires contre la majorité. Les habitants du nord-est de la Syrie ne permettront pas à leur ancien colonisateur de retourner dans leur pays et d'utiliser les Kurdes pro-occidentaux comme outil de substitution pour supprimer la majorité arabe. En outre, la Turquie coopère avec la Russie via le processus de paix d'Astana et atteindra vraisemblablement un éventuel « compromis » pour au moins restituer nominalement les territoires que ses groupes rebelles alliés contrôlent à l'autorité du gouvernement syrien. Cela se fera probablement après avoir sécurisé sa position géopolitique par la prochaine «  révision constitutionnelle » mandatée par le Conseil de sécurité des Nations unies, qui conduira probablement à un certain degré de «  décentralisation ». La France, cependant, n'a pas l'intention de faire la même chose vis-à-vis de ses mandataires et de la Russie, de sorte qu'elle représente une menace beaucoup plus grave pour la souveraineté syrienne que la Turquie en ce moment.

Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l'agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l'Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l'approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire