Mini-révolution à Cuba qui s'apprête à nommer un nouveau président

17-04-2018 9 articles bastamag.net 3 min #140255

Le 18 avril, pour la première fois en près de 60 ans, un non militaire, n'appartenant pas à la famille Castro et né après la révolution, pourrait devenir le nouveau président cubain. Une fin de règne accompagnée par l'ascension au pouvoir d'une nouvelle génération de dirigeants.

Il y a déjà un mois, en mars, les Cubains ont voté pour les 605 membres de l'Assemblée nationale. Si ce processus ne réservait pas de surprises tant le Parti communiste cubain influence les nominations, le vote du 18 avril, lui, sera historique. Les 31 membres du Conseil d'État désignés par le nouveau parlement devront choisir le successeur de Raúl Castro (87 ans). Pour la première fois depuis la révolution de 1959, ce ne sera ni un membre de la famille Castro ni même un « historique » de la révolution. Au sein d'un pays où l'armée joue un rôle déterminant, le nouveau chef de l'État pourrait même être un civil. Plus largement, la génération des guérilleros, qui ont participé à la révolution et au renversement de la dictature Batista, devrait quitter le pouvoir dans les mois à venir.

L'homme - le renouvellement politique cubain n'ira sans doute pas jusqu'au choix d'une femme - pressenti pour incarner l'ère post-Castro se nomme Miguel Díaz-Canel. Il est actuellement premier vice-président - le n°2 du régime - et a représenté l'île lors de la conférence climatique COP 21 à Paris en 2015. Âgé de 57 ans et donc né après la Révolution, cet ingénieur en électricité a gravi tous les échelons du Parti communiste, depuis son adolescence jusqu'à la direction du Parti dans la province de Villa Clara entre 1994 et 2003. Une fonction dans laquelle ce « civil de la révolution » s'est distingué par ses politiques parfois éloignées de la ligne officielle.

Le premier centre culturel dirigé par la communauté LGBTI

Outre le développement d'un mouvement rock, la province est devenue un symbole de diversité. C'est par exemple sous son mandat qu'a été créé El Mejunje, le premier centre culturel dirigé par la communauté LGBTI, ouvert à tous et à toutes et gratuit pour les personnes séropositives. Un lieu abritant aussi bien une discothèque gay, des concerts de boléro que des activités pour la jeunesse le dimanche. Il prend par la suite la tête de la province de Holguín jusqu'à 2009, au moment où il devient ministre de l'enseignement supérieur.

Ainsi, s'il n'y aura pas de révolution dans la révolution, Raúl Castro restant premier secrétaire du Parti, la figure de Miguel Díaz-Canel détonne dans le paysage politique et l'histoire cubaine. Surtout, c'est le système politique cubain qui tourne une page de son histoire. Comme l'analyse le journaliste d'origine uruguayenne Fernando Ravsberg dans Le Monde diplomatique, avec le départ de Castro et des guérilleros, la figure unique du président, légitimée par son histoire personnelle, pourrait laisser place à une gestion plus partagée du pouvoir entre « pairs ». La légitimité de la nouvelle génération de dirigeants dépendra surtout de leurs résultats économiques et sociaux. D'autant plus dans le contexte économique difficile auquel l'île fait face. La situation est aggravée par les lourds dégâts provoqués par le passage de l'ouragan Irma sur l'île en septembre 2017 et les difficultés économiques de son principal partenaire commercial, le Venezuela.

Photo : CC Ed Yourdon

bastamag.net

 Commenter

modules attachés ordre chronologique
18-04-2018 investigaction.net 19 min #140280

Cuba survivra-t-elle à la fin de l'ère Castro ?

18 Avr 2018

Article de : Marc Vandepitte

Le 18 avril, un nouveau président sera élu à Cuba. La génération historique fera alors place à une nouvelle jeune garde. Devons-nous nous précipiter à Cuba avant que tout ne change ? Aperçu et coup d'œil rétrospectif sur, tantôt soixante ans de révolution, par le spécialiste des affaires cubaines, Marc Vandepitte.

19-04-2018 francais.rt.com 9 min #140356

Transition historique : quel avenir pour Cuba sans Castro ?

© Stringer. Source: Reuters

Depuis 1959, il y avait toujours eu un Castro à la tête de Cuba. Or, ce 19 avril, Miguel Diaz-Canel, un civil, a été élu à la tête du pays par l'Assemblée nationale. Une date historique pour l'île caribéenne que de nombreux défis attendent.

C'est une journée historique à Cuba. A partir de ce 19 avril, le président de Cuba ne s'appelle plus Castro, pour la première fois depuis 59 ans.

19-04-2018 legrandsoir.info 2 min #140368

« Cuba ne se résume pas à ses leaders charismatiques »

RT

Alors que Cuba vient de se doter d'un nouveau président, marquant ainsi la fin des années Castro, Viktor Dedaj a répondu aux questions de RT France concernant la révolution cubaine et son avenir.

RT France est allé à la rencontre de Viktor Dedaj, auteur de Cuba est une île, publié aux éditions Le Temps des Cerises, et animateur du site Le Grand Soir.

19-04-2018 elcorreo.eu.org 5 min #140369
Cuba

Miguel Díaz Cane sera le nouveau Chef d'État de Cuba

L'ingénieur en électronique de 58 ans, Miguel Díaz Canel, qui vient d'être proposé par l'Assemblée du Pouvoir Populaire, sera le nouveau chef d'État de Cuba. Un homme politique à la trajectoire ascendante et solide.

Miguel Díaz Canel est l'homme choisi pour occuper le lieu où avant il y a eu un seul nom de famille : Castro. Quand Cuba a repoussé l'invasion de Plage Girón, cela fait aujourd'hui 57 ans, il était à peine un bébé.

20-04-2018 legrandsoir.info 8 min #140390

Cuba ne veut pas d'affrontement, mais elle ne cèdera pas d'un pouce sur ses principes

Discours de Bruno Rodriguez Parrilla, ministre des Relations extérieures de la République de Cuba, à la session plénière du 8e Sommet des Amériques, à Lima, au Pérou, le 14 avril 2018, « Année 60 de la Révolution ». (Traduction de la version sténographique du Conseil d'État)

VOTRE Excellence Monsieur Martin Vizcarra Cornejo, Président de la République du Pérou

21-04-2018 investigaction.net 4 min #140415

Le Journal de Notre Amérique : Cuba et la Continuité de la Révolution

21 Avr 2018

Article de : Alex Anfruns

Les mots sont importants. Tandis qu'en France on nous fait croire qu'il existerait une alternance entre Macron et Hollande, ou entre Hollande et Sarkozy, leurs politiques respectives se ressemblent comme deux gouttes d'eau. La preuve : leurs législatures ont été marquées par une contestation massive des gens qui refusent d'être pris en otage au nom de la « démocratie ».

Monde 22-04-2018 histoireetsociete.wordpress.com 3 min #140448

Le président chinois Xi félicite Miguel Diaz-Canel pour son élection à la présidence de Cuba

Chinois et Cubains sont de « bons camarades », voici deux pays, deux partis, l'un immense, l'autre minuscule mais qui partagent beaucoup de choses à commencer par un rayonnement continental et mondial et aussi la référence à un parti communiste dirigeant leur effort gigantesque d'indépendance et de développement, dans le justice. (note de Danielle Bleitrach)

Publié le 20 avril 2018 par anonyme

23-04-2018 mondialisation.ca 8 min #140483

Cinq questions/réponses sur les élections présidentielles à Cuba

1.Qui est le nouveau Président cubain et comment a-t-il été élu ?

Il s'agit de Miguel Díaz-Canel, né le 20 avril 1960, soit un an après l'avènement de la Révolution cubaine, et il est âgé de 58 ans. Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur, il a enseigné à l'Université central de Las Villas à partir de 1985. En 1994, il est élu Premier secrétaire du Comité provincial du Parti communiste de la province de Villa Clara.

Référencé par :